4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 07:34

chasse-sorcieres.jpg    

 

 

67 hommes en arme composés de 30 chasseurs, 30 traqueurs, 3 lieutenants de louveterie et un garde de l'ONCF. Tous diligentés par décision du préfet des Hautes-alpes, Monsieur Besnard, pour traquer et tuer la bête au Diable qui sévit actuellement du côté d'Ancelle.Voilà pour les faits.

 

Il en faut peu pour imaginer l'évêque bénissant les fusils de nos valeureux chasseurs (sans quoi les pauvres hommes seraient dénués de tout pouvoir), réciter un Pater Noster et terminer par un "que Dieu vous accompagne!". Les chasseurs à peine partis, gonflés à bloc par les saintes paroles de l'homme d'église, ce dernier consulte son registre et part derechef conduire un tribunal inquisitorial afin de juger deux femmes qui avaient osé préparer des décoctions pour se soigner.

 

Mais tel le Diable, le Loup est un animal rusé et après des heures de battue, les chasseurs durent se rendre à l'évidence face à leur inéficacité. Chacun maugréant dans sa barbe et se promettant de planter la tête du canidé sur une pic et l'exhiber sur la place du village d'Ancelle. Voilà pour la prose.

 

Retour aux faits : combien à coûté une telle battue au contribuable français? Sur les 67 hommes présents, combien ont été payés? Ont-ils été défrayés pour leurs déplacements? Cet argent n'aurait-il pas été plus utile dans la modernisation des moyens de sécurisation des troupeaux? Beaucoup de questions autour de cet acharnement dont le Loup est victime, la polémique enfle et les gens sont majoritairement contre ces battues. Il faut un débat public.

 

Pour rappel : entre 1882 et 1889, c'est à dire en sept ans, plus de 6300 loups ont été abbatus. En 1940 il n'y avait plus un seul Loup sur le territoire français; la France rejoue ici un sinistre scénario.

Mais tournons nous quelques instants vers nos voisins européens : l'Espagne, le Portugal et l'Italie ont été parmi les premiers à s'interroger sur l'avenir de ce grand carnivore et à la nécessité de conserver une population significative à l'état naturel. Les enclos électriques et les chiens de berger sont des mesures qui ont été adoptées dans les pays voisins, et les résultats semblent sans appel. Qu'est ce qui se passe chez nous???

 

Pour finir, en Suède, malgré l'élevage de rennes sur 40% du territoire, les Loups sont protégés et leur population est stable. Ce pays scandinave prouve que l'on peut concilier élevage et Loups.

Nous en France on ne s'embarasse pas avec ce genre de questions, on tue et on avise après. C'est une fois de plus l'exception française dans toute sa splendeur.

 

 

3 lieutenants de louveterie et 1 garde de l'ONCFS
3 lieutenants de louveterie et 1 garde de l'ONCFS
3 lieutenants de louveterie et 1 garde de l'ONCFS

Partager cet article

Published by Notre Terre - dans Hautes-Alpes
commenter cet article

commentaires