Scandaleux : des scientifiques américains prônent le tout nucléaire

Publié le par Notre Terre

alien-nucleaire.jpg

 

Limitons le réchauffement climatique grâce au nucléaire, proposent quatre scientifiques américains
Ces scientifiques estiment que le danger que fait peser le futur climat annoncé par le Giec sur la population mondiale est supérieur à celui que présente le recours à l’énergie atomique. Même s’ils appellent au développement d’un nucléaire «plus sûr».


Cela devait arriver. Longtemps inimaginable, le revirement de certains scientifiques pourtant résolument engagés dans le camp écologiste peut être considéré comme inévitable. Pour certains, la pression des experts du climat a en effet atteint le seuil de rupture. On se souvient de ce climatologue, dont Slate a parlé, qui avait pleuré à la lecture du dernier rapport du Giec et décidé de ne plus jamais prendre l’avion. Pour échapper au réchauffement climatique, d’autres sont tentés de céder aux muses de l’énergie tant honnie par les écologistes: le nucléaire.

Ce coming-out new look est inauguré par quatre chercheurs américains spécialistes du climat et de l’environnement: Ken Caldeira, Kerry Emanuel, James Hansen et Tom Wigley. Ensemble, ils signent une lettre ouverte diffusée par la presse américaine le 3 novembre 2013 et destinée à ceux qui «influencent la politique environnementale mais sont opposés au nucléaire». En fait, le document semble s’adresser en priorité aux écologistes en s’attaquant à l’une de leurs positions majeures en matière de politique énergétique: celle qui milite pour une réduction des émissions de gaz à effet de serre tout en restant fermement opposée au développement du nucléaire. Or, ce dernier n’émettant pas de CO2, il constitue donc un allié objectif de la protection du climat... Dilemme.

Les signataires estiment, même s’ils restent favorables aux énergies renouvelables, que la limitation du réchauffement climatique ne pourra être obtenue sans le nucléaire. Il s’agit d’un profond changement dans l’analyse des risques. Virage à 180°? Spectaculaire retournement de veste? Au choix. Désormais, ces scientifiques estiment que le danger que fait peser le futur climat annoncé par le Giec sur la population mondiale est supérieur à celui que présente le recours à l’énergie atomique. Même s’ils appellent au développement d’un nucléaire «plus sûr».
Dans un contexte américain

Le raisonnement reste américain. Pas question de trop rogner sur la consommation d’énergie. Aux Etats-Unis, la notion de décroissance rappelle probablement trop les mauvais souvenirs de la déflation des années 1930. Par ailleurs, il est illusoire de miser sur une limitation des besoins énergétiques des pays en forte croissance (Chine, Inde, Brésil...). Seule solution pour les signataires: le nucléaire.

Les nouveaux promoteurs de l’atome ne renient pas totalement les énergies vertes (éolien, solaire, biomasse...). Mais ils considèrent que, dans la course de vitesse qui s’engage, la montée en puissance de ces technologies ne sera pas assez rapide pour fournir l’énergie «peu coûteuse et fiable» dont l’économie a besoin. «Dans le monde réel, il n’existe pas de voie crédible pour stabiliser le climat sans que l’énergie nucléaire ne joue un rôle substantiel», écrivent-ils.

Pour concilier l’inconciliable, les scientifiques réclament une amélioration de la sûreté des centrales nucléaires, aujourd’hui «loin d’être parfaites». Suit l’analyse de risque. Les dangers associés à l’expansion de l’énergie nucléaire serait, selon eux, inférieurs de plusieurs ordres de grandeur à ceux qui sont associés à l’exploitation des combustibles fossiles. Ils semblent oublier, au passage, que l’uranium n’est pas une ressource renouvelable...

«Nous demandons seulement que les décisions en matière de systèmes énergétiques soient basées sur les faits et non sur des émotions et des biais qui ne s’appliquent pas à la technologie nucléaire du XXIe siècle», poursuivent les signataires qui jugent qu’il n’est plus possible d’utiliser l’atmosphère comme un dépôt d’ordures.

Dans les faits, il semble que la solution nucléaire prônée par cette lettre ouverte soit délicate à mettre en œuvre. Deux ans après la catastrophe de Fukushima, la situation n’est pas réglée sur place. Loin de là. Et le Japon peine à remettre en service ses centrales existantes. Parallèlement, l’Allemagne a décidé de sortir du nucléaire en 2022. Pour assurer cette transition, elle fait appel massivement au charbon et détruit des villages entiers pour faire place à des mines géantes à ciel ouvert.
Un changement de cap radical

La France, modèle mondial en matière de taux d’électricité nucléaire, a bien du mal à construire les premiers réacteurs de troisième génération, les EPR, annoncés comme nettement plus sûrs que les précédents. Sans compter les délais de réalisation et les dépassements de budget. L’EPR de Finlande aura au moins 7 ans de retard avec un surcoût de 5 milliards d’euros. En France, à Flamanville, la situation est assez voisine: environ 5 milliards de surcoût et 4 ans de retard. En Chine, l’EPR en cours de construction pourrait démarrer fin 2014. En Grande-Bretagne, EDF et le gouvernement britannique ont signé, le 21 octobre 2013, un accord pour la construction d’un EPR pour 19 milliards d’euros et une mise en service en 2023.

A ce rythme, il n’est pas certain que le nombre de centrales nucléaires de nouvelle génération soit très important d’ici la fin du siècle. Il existe actuellement quelque 440 réacteurs nucléaires répartis dans une trentaine de pays différents et 61 sont en construction. Aujourd’hui, le nucléaire représente environ 10% de la production d’électricité dans le monde contre 17% en 1993. Et il ne s’agit que d’électricité et non d’énergie. La part de l’électricité dans la consommation énergétique mondiale est de l’ordre de 20%.

Par ailleurs, ce qui explose aujourd’hui, c’est la consommation de gaz de schiste aux Etats-Unis et de charbon un peu partout. Ce que demandent les quatre signataires de cette lettre ouverte constitue donc un changement de cap radical. Même dans la mesure où une telle décision serait prise par l’ensemble des nations développées, une forte croissance du nucléaire réclamerait des investissements considérables et leur mise en œuvre prendrait des décennies. La France, par exemple, serait aujourd’hui incapable économiquement d’investir les sommes qu’elle a dépensées dans les années 1970 et les suivantes pour construire son parc nucléaire.

Le recours à l’atome pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique d’ici la fin du siècle, même en faisant abstraction des réticences d’une part importante des opinions publiques, apparaît donc comme une solution pour le moins improbable.

 

Publié dans Nature

Commenter cet article