13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 06:24

danger-portable.jpg

 

Quel lien entre cancer du cerveau et utilisation du téléphone portable ? Une question récurrente étayée par une nouvelle étude scientifique française, publiée il y a quelques jours par la revue Occupationnal and Environnemental Medecine. Une équipe de l'Isped -- l'institut de santé publique, d'épidémiologie et de développement à Bordeaux, a mis en évidence le risque accru de tumeurs pour les utilisateurs intensifs de téléphone mobile, c'est à dire ceux qui s'en servent plus d'une demi-heure par jour.


D'abord ces chercheurs ont une forte légitimité.  Ils enregistrent toutes les tumeurs primitives du système nerveux central en Gironde, depuis 1999. Bénignes ou maligne. En 2004, ils lancent le programme CERENAT, pour examiner les liens entre tumeurs et... pesticides, solvants ou encore champs électromagnétiques,  précisément les résultats qui nous intéressent aujourd'hui. Les prélèvements ne concernent plus seulement la Gironde, mais aussi l'Hérault, le Calvados, et la Manche. 450 cas de cancers, près de 900 cas témoins donc pas malades. Chaque personne a été interrogée sur son utilisation du téléphone portable. Et son état de santé mis en corrélation.


Fort risque de gliomes ou de tumeurs temporales


Résultat : pour l'équipe scientifique, impossible de dire que les cas de tumeurs cérébrales sont liés à l'emploi régulier d'un portable. En revanche, pour ceux qui ont passé plus de 15h téléphone à l'oreille dans un mois -- le risque de gliomes ou de tumeurs temporales est deux fois plus élevé.

Les chercheurs ne peuvent pas définir un niveau de consommation à risque. Mais pour les militants de Priartem - littéralement Pour une Réglementation des Implantations des Antennes Relais de Téléphonie Mobiles - l'étude constitue une preuve supplémentaire du potentiel cancérigène des portables. Ils réclament des mesures de protection réelles de la population et plus particulièrement des enfants.

 

Par Beatrice Dugué-France Info

 


Partager cet article

Published by Notre Terre - dans Nutrition & Santé
commenter cet article

commentaires