Tigre de Sibérie : la Chine et la Russie s'allient pour le protéger

Publié le par Gerome

tigre-de-siberie.jpg

 

Le tigre de Sibérie va se voir offrir une zone transfrontalière de protection mise en place par la Chine et la Russie. Menacée de disparition, cette espèce ne compte aujourd'hui plus que 500 individus vivant à l'état sauvage.

 

Les provinces russe et chinoise de Primorsky et Jilin viennent de signer un accord visant à créer la première aire protégée transfrontalière pour le tigre de Sibérie, également baptisé tigre de l'Amour. Cette zone dans laquelle les autorités de chaque pays lanceront des opérations anti-braconnage, "offrira un habitat plus sûr non seulement aux tigres de l'Amour, mais aussi à d'autres espèces menacées comme le cerf porte-musc et le goral," souligne Yu Changchun, directeur de la conservation du département forestier de Jilin.En plus d'harmoniser leurs systèmes de surveillance des tigres et de leurs proies, la Chine et la Russie mèneront ensemble des études écologiques et amélioreront le partage d'informations.

 

Ces deux pays "ont un rôle capital à jouer dans la protection globale du tigre. La création d'un réseau transfrontalier est un énorme progrès dans nos efforts de conservation", estime le Dr Sergey Aramiley, coordinateur de la biodiversité pour la section Amour du WWF-Russie. Si la Chine interdit depuis 1993 le commerce de produits provenant de tigres, le braconnage et la contrebande persistent. Les félins sont également menacés par la déforestation, la destruction et la fragmentation de leur habitat, mais aussi par le manque de proies à chasser. Aujourd'hui, ils ne seraient plus que 500 à vivre encore dans la nature, pour la grande majorité dans l'est de la Russie. Les autres félins vivent dans le nord-est de la Chine.

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article