4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 00:40

Le professeur Yuji Ohya et son équipe de l'Université de Kyushu travaillent depuis plusieurs années sur l'optimisation d'une éolienne genre qui serait en mesure de produire 2 à 3 fois plus d'énergie que sa cousine tri pales.

 

eolienne-lenticulaire.jpg


La structure fonctionne de façon similaire à une lentille optique qui concentre la lumière du soleil, sauf qu'il s'agit là, de l'écoulement du vent. En effet, le carénage cylindrique entourant les pales va créer une dépression à l'arrière de la turbine qui aura pour effet d’accélérer le flux d'air.

De plus, comparées aux éoliennes classiques, celles à « lentille » seraient également compétitives avec des vitesses de vent assez faibles.

 

Pour protéger cette innovation, des brevets ont été déposés par l'Université de Kyushu (ici) et (ici)

 

eolienne-lenticulaire2.jpg


Dans un premier temps, 2 turbines lenticulaires ('Wind Lens') ont été construites sur le campus de l'université de Kyushu. Chaque turbine d'une puissance unitaire de 100 kW possède un rotor de 12,8 mètres de diamètre pour un carénage cylindrique de 15,4 mètres. L'ensemble de la structure a été élèvé à une hauteur de 34 mètres au dessus du sol.

 

Dans une seconde phase, une série d'expériences en bassin a été réalisée en vue de construire un prototype de parc éolien offshore érigé sur une structure flottante située dans la baie de Hakata. L'alvéole flottante de 18 mètres de diamètre comprendra deux turbines éoliennes de 100 kW, ainsi que des panneaux solaires photovoltaïques.


En décembre 2011, le chantier de la plateforme était lancé. Dès janvier 2012, des tests ont permis de vérifier que les batteries de stockage reliées à des panneaux solaires (HIT - Sanyo) avaient été alimentées correctement par les éoliennes.

Le concepteur de la 'Wind Lens' veut maintenant passer à la vitesse supérieure pour développer un parc éolien d'une capacité installée de 500 MW.

 


Partager cet article

commentaires