Une nouvelle cartographie ultra-précise pour protéger la biodiversité

Publié le par Gerome

carte-biodiversite-danger.jpg

 

Publiée en ligne dans PNAS, une étude américano-britannique a utilisé tous les ressorts de la technologie et de la science moderne pour établir une cartographie précise des zones biogéographiques à protéger en priorité.

 "Nous devons savoir où vivent les espèces, celles qui sont vulnérables, et où les actions humaines les menacent. Nous avons de meilleures données que par le passé - et de meilleures méthodes analytiques. Nous les avons mariées à des fins de conservation", commence le Dr. Clinton Jenkins, de l’Université d’État de Caroline du Nord. Avec des collègues américains et britanniques, il a cartographié les plus grandes concentrations mondiales d’amphibiens, d’oiseaux et de mammifères avec une précision 100 fois supérieure aux précédentes estimations.


  Les chercheurs ont également calculé le pourcentage de ces zones prioritaires faisant déjà partie de zones protégées existantes. Les résultats sont venus enrichir leurs cartes en couleurs, visibles sur le blog Saving Species. "Les zones de biodiversité les plus importantes présentent un taux plus élevé de protection que la moyenne mondiale. Malheureusement, il est encore insuffisant compte tenu de l'importance de ces zones", explique le Dr Lucas Joppé, de Microsoft Research à Cambridge (Angleterre), co-auteur de l’étude.

 "Il existe une inquiétude croissante [concernant le fait] que nous sommes à court de temps pour développer le réseau mondial d'aires protégées", poursuit-il. "Le choix des régions du monde bénéficiant d'une protection finira par décider quelles espèces survivent et lesquelles vont disparaître.

 

Nous avons besoin de la meilleure science disponible pour guider ces décisions", conclut le Dr Stuart Pimm, de l'Université Duke (Durham, Caroline du Nord), également co-auteur de l’étude.

 


Publié dans Nature

Commenter cet article