Vol de nuit pour Solar Impulse, pionnier de l'aviation solaire

Publié le par Gerome

Un avion aux faux airs de planeur a achevé jeudi matin en Suisse le premier vol de nuit à l'aide de la seule énergie solaire.

 

solar-impulse.jpg


"Solar Impulse", d'une envergure de 63,4 mètres, équivalente à celle d'un Airbus A340, a volé 26 heures et neuf minutes en utilisant uniquement l'énergie solaire emmagasinée dans la journée.

Il s'agit en outre du vol le plus long et le plus haut de l'histoire de l'aviation solaire, selon les responsables du projet.

"Nous sommes tout près du vol perpétuel", s'est félicité Bertrand Piccard, aventurier suisse rendu célèbre en 1999 par son tour du monde en ballon sans escale, et président de Solar Impulse. Le succès du vol, a-t-il ajouté, a montré le potentiel des énergies renouvelables et des technologies propres.

"C'est incroyable. Le succès est plus grand encore que nous l'espérions", a renchéri André Borschberg, pilote et directeur général du projet.

"On a presque songé à le prolonger, mais (...) nous avons démontré ce que nous voulions démontrer, alors ils m'ont fait rentrer et me voilà", a-t-il ajouté.

L'ancien pilote de l'armée de l'air suisse a été acclamé en héros à son retour sur la base de Payerne, dans le canton de Vaud.

L'appareil s'est posé à 07h00 GMT sous les yeux de plusieurs centaines de personnes à l'issue d'un vol réalisé en moyenne à la vitesse de 23 noeuds (50 km/h) et à l'altitude de 8.564 mètres.

"Le succès de ce premier vol de nuit d'un avion propulsé à l'énergie solaire est crucial pour la poursuite du projet Solar Impulse", soulignent les organisateurs, qui envisagent de réaliser le premier tour du monde en 2012.

La prochaine étape sera la traversée de l'Atlantique à l'aide d'un autre prototype, dont la construction doit débuter prochainement.

Parmi les sponsors du projet, dont le budget s'élève à 100 millions de francs suisses (75 millions d'euros), figurent le chimiste belge Solvay, l'horloger suisse Omega, la Deutsche Bank et le français Altran, conseiller en technologie.

Jean-Philippe Lefief

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article