Le changement climatique va engendrer d'énormes coûts d'adaptation

Publié le par Notre Terre

Tarder à agir sur le réchauffement climatique va augmenter les coûts et réduire les options pour lutter contre ses effets, selon un rapport de l'ONU en préparation.

 

desert-sable



Plus le réchauffement climatique augmentera, plus les technologies nécessaires pour remédier à ses conséquences néfastes seront coûteuses, avertit un nouveau rapport du Giec. Ce rapport préliminaire --le rapport définitif devrait être publié en avril--, obtenu par l'agence AP, souligne qu'en dépit des mesures mises en oeuvre jusqu'à présent, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 2,2% en moyenne entre 2000 et 2010, alors qu'ils avaient augmenté de 1,3% entre 1970 et 2000.


La principale cause de cette hausse des émissions de gaz à effet de serre est la combustion d'hydrocarbures (pétrole et charbon notamment), qui devrait encore augmenter, selon les prévisions des experts.

Avec la demande croissante d'énergie du à la hausse démographique et l'utilisation croissante de charbon pour produire de l'électricité, les experts estiment que ces émissions pourraient doubler ou tripler d'ici à 2050 par rapport au niveau de 2010, sauf si des améliorations dans les énergies propres sont "accélérées de manière significative".


Le rapport accuse les gouvernement de dépenser plus pour subventionner les sources d'énergies fossiles que de préparer la mutation vers des énergies propres.

 

Publié dans Nature

Partager cet article

L’agriculture biologique est sur la bonne voie en France

Publié le par Notre Terre

Le projet de loi d’avenir pour l’agriculture française vient d’être adopté par le Parlement. Il privilégie le développement de l’agro-écologie et prévoit de profondes modifications qui vont dans le sens d’une agriculture plus biologique, respectueuse de la santé et de l’environnement.

 

123-sau-bio2.png


C’est parti pour l’agro-écologie. Le projet de loi d’avenir pour l’agriculture française porté par Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, est bien plus préoccupé par l’écologie que beaucoup de militants politiques  » verts « , a été adopté ce mardi 14 janvier 2014 par les Députés. L’objectif de ce projet de loi est d’associer la performance économique et la performance environnementale. Et si beaucoup doutent qu’il puisse être atteint, Stéphane Le Foll est convaincu que ces deux performances ne sont pas antinomiques et que de plus la transition agro-écologique est la seule voie d’avenir pour une agriculture responsable.

La stratégie retenue par le Ministre repose sur différentes mesures innovantes et qui vont entrainer une véritable rupture dans le monde agricole.

Une agriculture responsable de la santé et de l’environnement

Le texte prévoit en effet, et c’est un point majeur du projet, de promouvoir la conversion à une agriculture biologique et de privilégier les pratiques agricoles écologiques, pour protéger la santé et l’environnement! Nous en avions rêvé. Stéphane Le Foll l’a fait !

Le texte prévoit par ailleurs un encadrement strict de la prescription d’antibiotiques par les vétérinaires, et de la vente de ces médicaments, pour éviter le développement de l’antibiorésistance chez les animaux, et la consommation indirecte d’antibiotiques par l’homme via la chaine alimentaire.

En outre un meilleur suivi de l’impact des antibiotiques sur l’environnement et la santé, après leur autorisation de mise sur le marché, sera assuré.

Et concernant les pesticides, en plus du plan Ecophyto qui va dans le sens d’une réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires par les agriculteurs, le texte prévoit l’interdiction de la publicité pour les pesticides à destination du grand public afin de réduire leur utilisation par les jardiniers et les responsables de l’entretien des terrains publics et de la voirie.

Mieux défendre les agriculteurs

Ces différentes mesures vont amener les agriculteurs à s’organiser différemment pour rester compétitifs. Le projet de loi en tient compte et prévoit de les aider, ainsi que les exploitants forestiers, par la création de groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE) pour qu’ils puissent mettre en commun leurs savoirs faire et leurs moyens, et bénéficier d’aides majorées.

Quant aux problèmes récurrents posés par la grande distribution qui pousse en permanence les prix d’achat à la baisse, la nomination d’un médiateur est prévue pour aider les agriculteurs à mieux se défendre.

Par ailleurs, pour mettre fin à des pratiques abusives de plus en plus courantes, la protection des appellations d’origine et indications protégées va être améliorée.

Enfin,  pour éviter les trafics en tous genres et la déforestation sauvage, les importateurs et vendeurs de bois et produits dérivés qui ne respecteront pas les obligations prévues par le règlement européen en matière de contrôle de la traçabilité des produits, se verront appliquer des sanctions sévères, sous forme d’amendes pouvant aller jusqu’à 100 000 euros, et de prison.

Un enseignement plus productif

Concernant l’enseignement, le texte prévoit le regroupement des établissements d’enseignement supérieur agricole public et des organismes de recherche, dans une seule structure, Agreenium, pour que l’enseignement agricole ne se limite pas à l’accumulation de savoirs mais devienne également une source d’innovation et d’investissement.

La balle passe dans le camp du Sénat

Ce texte de loi va maintenant être transmis au Sénat qui va en débattre en avril 2014. Son adoption définitive devrait avoir lieu au début de l’été 2014. Bien entendu il va falloir encore s’attendre à des demandes de modifications du texte de la part des industriels de l’agriculture pour lesquels seul compte le rendement. Mais Stéphane Le Foll a averti qu’il n’était pas du genre à se laisser impressionner. Courageux !

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Historique: une société d’huile de palme condamnée pour déboisement

Publié le par Notre Terre

La justice indonésienne a condamné la société d’huile de palme Kallista Alam à verser 114 milliards de roupies (6,8 millions d’euros) de dommages et intérêts et 251 milliards supplémentaires (15,4 millions d’euros) pour la réhabilitation du terrain, pour avoir été coupable de déboisement illégal. Ce verdict est considéré comme « historique ».

 

deforestation-indonesie.jpg


Kallista Alam, qui s’est réservée le droit de faire appel, a été reconnue coupable d’avoir brûlé 1.000 hectares de tourbières dans la province d’Aceh, dans le nord de Sumatra, afin d’y planter des palmiers à huile.

Les tourbières sont considérées comme essentielles à la préservation des forêts primaires et leur destruction dégage de très importantes quantités de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique. La région brûlée est protégée par un moratoire sur le défrichement décrété en 2011 mais largement considéré comme un échec. Elle fait partie de « l’Ecosystème Leuser », connu pour sa biodiversité unique et qui abrite la densité la plus élevée d’orangs-outans au monde.

 

deforestation-indonesie2.jpg


Le jugement représente « un moment historique dans la mise en oeuvre des lois environnementales en Indonésie », a déclaré à l’AFP l’avocat du ministère, Syafruddin. Les organisations écologiques accusent régulièrement les plantations de palmiers à huile de ne pas respecter la législation en vigueur, pointant du doigt la corruption endémique qui sévit dans l’archipel.

La moitié des forêts indonésiennes ont disparu en cinquante ans, selon les ONG, souvent pour faire place aux exploitations d’huile de palme, dont l’Indonésie est le premier producteur mondial. La surface plantée en palmiers a été multipliée par près de 27 dans l’archipel en une vingtaine d’années. Et le pays a pour ambition d’augmenter de plus de 60% sa production d’huile de palme d’ici à 2020.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Des robots animaux africains pour lutter contre le braconnage

Publié le par Notre Terre

Dans le futur, il y aura encore des braconniers dans le parc de Serengeti pour massacrer ce qui restera de vie sauvage. Mais les gardiens de la réserve auront d’incroyables nouveaux outils pour protéger les animaux : des robots zooïdes pour duper les braconniers et les capturer.

 

chew-vautour-robot.jpg


Les illustrations de l’artiste Robert Chews nous montre comment les robots et les gardiens rendront le braconnage obsolète. (Même si une illustration nous montre que les braconniers aussi ont des robots). Précis, Robert Chews nous montre également les fonctions de ces robots et explique brièvement à quoi ils servent, comme ce vautour robot noir et blanc :


    Les vautours patrouillent au-dessus des zones de protection pour offrir une vision aérienne et les premiers secours. Leur travail principal est de localiser les animaux qui viennent d’être braconnés et de les marquer pour enquête. Si une équipe anti-braconnage est dans le coin, le vautour peut se poser près du cadavre de l’animal et protéger le corps afin qu’il ne soit pas consommé par d’autres animaux. Dans ses ailes et la poitrine se trouve des coffres avec le matériel de premier secours pour aider les équipes au sol. […] Une autre fonction est de transporter les échantillons ADN d’animaux braconnés rapidement pour analyse…

Chew ne se contente pas de dessiner le monde dont il rêve, il veut aussi le changer en récoltant de l’argent pour la Fondation internationale anti-braconnage. Certaines illustrations sont disponibles en poster sur InPrnt et les bénéfices seront reversés à la Fondation.

 

chew-robot-buffle.jpg

 

chew-robots-buffle-detail.jpg

 

chew-robot-rhino.jpg

 

chew-robot-rhino-detail.jpg

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Norvège : des milliers de poissons congelés instantanément à cause d'un froid rapide et violent

Publié le par Notre Terre

Norvege.jpg

 

La température de l’air (7,8 degrés Celsius) dans l’île de Lovund (Norvège) en combinaison avec un fort vent a congelé instantanément l’eau de mer, emprisonnant et tuant des milliers de poissons.


Certains habitants disent qu’ils n’ont jamais vu un phénomène d’une telle ampleur. Cependant, Aril Slotte, chercheur de l’Institut de recherche marine en Norvège, a expliqué dans des déclarations à la radio locale« NRK » qu’il n’est pas rare, par exemple, que les sardines qui nagent beaucoup plus près de la rive quand elles sont suivies par des prédateurs, soient parfois piégées par la marée basse dans les zones telles que celle où cette bizarrerie s’est produite.


Les basses températures que subissent les citoyens des pays nordiques en cet hiver sont vraiment extrêmes. La semaine dernière, de nombreux touristes qui ont bravé le froid pour visiter les chutes du Niagara, ont été récompensés par une vue spectaculaire. L’eau a été transformée en glace dans une partie des chutes, qui sont une attraction touristique très fréquentée, situées sur la frontière entre les États-Unis et le Canada.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article