Réchauffement climatique : 400 millions de citadins menacés d’ici 2030, avertit une ONG

Publié le par Notre Terre

Inondations, vagues de chaleur, pollution... 400 millions de personnes seront à risque d'ici 2030 du fait du changement climatique, selon un rapport.

sécheresse

Des centaines de millions de citadins sont à risque, du fait de la problématique du changement climatique, met en garde une ONG. Des centaines de villes dans le monde n'ont pas de plan pour faire face au changement climatique malgré la montée des menaces comme les inondations, les vagues de chaleur et la pollution, selon un rapport mercredi qui estime que 400 millions de personnes seront à risque d'ici 2030. Les zones urbaines abritent plus de la moitié de la population de la planète. CDP, une ONG collectant des données d'impact environnemental divulguées par des entreprises, villes et États, a trouvé que sur 800 villes, 43% n'ont pas de plan pour s'adapter aux défis que pose le changement climatique.

Avec la croissance urbaine, CDP estime que d'ici 2030 environ 400 millions de personnes vivront dans des villes mal préparées à cette menace. "L'urgence d'agir avec des mesures adaptées pour la sécurité de ces citoyens, est aggravée par (la croissance de la population urbaine)", a dit Mirjam Wolfrum, responsable de CDP pour l'Europe. Les cinq plus grandes menaces sont les inondations, les vagues de chaleur, les pluies torrentielles, les pics de chaleur et la sècheresse, selon elle, en n'oubliant pas aussi la pollution de l'air.
Parmi les villes recensées dans le rapport, certaines tentent de s'adapter en plantant des arbres (20%), en cartographiant les zones inondables (18%) et en développant des plans de gestion de crise (14%). Certaines étudient aussi les moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre (produit à 70% dans les villes), en augmentant par exemple l'utilisation d'énergies renouvelables. Selon l'Accord de Paris sur le climat en 2015, les pays s'engagent à des mesures pour limiter le réchauffement climatique à 2 degrés Celsius.

Depuis, on a enregistré des années parmi les plus chaudes, et de sévères évènements climatiques ont frappé des communautés à travers le globe. Mais certaines localités ont décidé d'agir plus radicalement que les pays signataires de l'Accord de Paris, selon CDP. Comme le comté de Santa Fé aux États-Unis, le grand Manchester au Royaume-Uni et Penambang en Malaisie.
Le nombre de villes participant au rapport annuel de CDP est aussi à la hausse. Elles étaient 812 en 2020, contre 48 pour la première étude en 2011. Les villes "paient déjà des milliards pour affronter les changements dus au climat et voient la somme augmenter", dit-elle. Elles ont aussi du mal à financer ces plans, selon CDP, un quart d'entre elles disant manquer d'argent pour passer à l'action. Trois-quart des villes du rapport attendent des fonds et des innovations du secteur privé.

Selon la Banque mondiale, le coût annuel moyen des dommages causés par les évènements climatiques et autres désastres dans les villes s'élevait à 314 milliards de dollars en 2015. Il atteindrait 415 milliards en 2030.

Les coûts des dégâts engendrés par le réchauffement climatique sont supérieurs aux coûts des politiques adaptatives et anticipatives qu'il aurait fallu mettre en place il y a 20 ans pour lutter contre le réchauffement.

Publié dans Nature

Partager cet article

Déforestation: des dizaines de distributeurs menacent le Brésil de boycott

Publié le par Notre Terre

incendies-Amazonie

Près de quarante distributeurs, entreprises et fédérations essentiellement européennes menacent le Brésil de boycotter ses produits agricoles s'il ne retire pas un projet de réforme agraire qui risque d'accélérer selon eux la déforestation de l'Amazonie, dans une lettre diffusée mercredi.

Des chaînes de supermarchés comme l'allemand Aldi, les britanniques Asda, Marks and Spencer, Sainsbury's ou Morrisons, le suisse Migros s'inquiètent d'un projet de loi qui prévoit la privatisation de terres et "menace comme jamais l'Amazonie", qui a pourtant fait l'objet de "feux de forêt et de déforestation à des niveaux extrêmement élevés" l'an passé.

Cette missive adressée aux parlementaires brésiliens, également signée par la chaîne de fast-food britannique Greggs, des fédérations professionnelles ou les sociétés financières Skandia et Legal and General, relève que "les objectifs pour réduire les niveaux" de déboisement "et les budgets pour y parvenir sont de plus en plus inadéquats".

Elle souligne que "l'Amazonie est une partie vitale du système terrestre (...) essentielle pour la sécurité de notre planète tout en représentant un élément vital d'un avenir prospère pour les Brésiliens et toute la société".

Les groupes signataires relèvent que les "protections existantes dans la législation brésilienne ont été déterminantes pour nos organisations" qui ont foi dans le fait que leurs produits, services et investissements au Brésil "sont en ligne avec nos engagements environnementaux et sociaux".

"Notre porte reste ouverte pour nos partenaires brésiliens" pour parvenir à "une gestion des terres et une agriculture soutenables" qui préservent le développement économique et les droits des peuples autochtones, mais "sans mettre en danger" des écosystèmes "essentiels pour la santé du monde".

Ils concluent que si ces mesures deviennent des lois, "nous n'aurons d'autre choix que de reconsidérer notre recours à la chaîne d'approvisionnement agricole brésilienne" et enjoignent le gouvernement à "reconsidérer cette proposition" législative.

La déforestation a détruit 8.426 km2 de jungle amazonienne au Brésil en 2020.

Le nombre des incendies avait par ailleurs augmenté de 61% en septembre 2020 par rapport au même mois de l'année 2019. En janvier le chef Raoni Matuktire, défenseur emblématique de la forêt amazonienne, avait demandé à la Cour pénale internationale d'enquêter pour "crimes contre l'humanité" contre le président brésilien Jair Bolsonaro, accusé de "persécuter" les peuples autochtones en détruisant leur habitat et bafouant leurs droits fondamentaux.

Pour l'ONG Imazon, le nouveau projet de loi "aggrave certains des risques et en crée d'autres". Dans un poste sur son site internet, Imazon affirmait le mois dernier que "deux projets de loi actuellement au Congrès brésilien "allaient donner à des envahisseurs des forêts publiques des titres de propriété au lieu de les punir et de retourner ces terrains à l'Etat", des projets législatifs issus d'un projet de loi similaire qui avait expiré avant d'avoir pu être adopté l'an dernier.

Ce texte prévoyait la régularisation des exploitations illégales de terres publiques et faisait déjà craindre une aggravation de la déforestation et des conflits agraires, en particulier en Amazonie, dans un contexte de remise en cause des normes environnementales par le gouvernement Bolsonaro.

Publié dans Nature

Partager cet article

Loi climat : des militantes d'Extinction Rebellion s'enchaînent à l'Assemblée nationale contre un texte jugé pas assez ambitieux

Publié le par Notre Terre

Le mouvement écologiste reproche au gouvernement et à la majorité d'avoir "décidé d'enterrer ou presque" les mesures phares de la Convention citoyenne sur le climat.

extinction-rebellion-parlement-français

Fumigènes à la main et cadenas au cou, une dizaine de militantes d'Extinction Rebellion se sont enchaînées aux grilles de l'Assemblée nationale, mardi 4 mai, pour fustiger le projet de loi climat qu'elles jugent trop faible.

Pour "libérer" ces manifestantes, le mouvement écologiste a envoyé "12 clés à 12 ministres et députés, symbolisant des mesures phares de la Convention citoyenne" sur le climat, que le gouvernement et la majorité "ont décidé d'enterrer ou presque", a déclaré l'un des membres à l'AFP. Des clés ont ainsi été envoyées à la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, ou à celui des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, dans l'objectif de critiquer les arbitrages gouvernementaux.

En criant "Extinction Rebellion", ces jeunes femmes ont appelé les députés à voter contre le projet de loi climat, avant le scrutin en première lecture, prévu en fin de journée. Une vingtaine de personnes ont assisté à l'action place du Palais Bourbon, dont Cyril Dion. Le garant de la Convention Citoyenne pour le climat a déploré les "actions trop mesurées" en matière écologique depuis "cinquante ans". "Cette loi est une honte, les députés ne veulent pas nous entendre, nous sommes obligés d'aller au rapport de force", a dénoncé Elodie Nace, porte-parole du mouvement Alternatiba. Jean-François Périgné, de la Confédération paysanne, a fustigé une "loi inutile".
Le gouvernement affirme mettre en place "des mesures exigeantes"

Dans l'hémicycle, Adrien Quatennens (LFI) a relayé cette action militante, en reprochant au gouvernement d'avoir "carbonisé" les espoirs de la Convention citoyenne pour le climat, dont les travaux ont inspiré la rédaction du projet de loi."[Des] personnes se sont attachées, elles représentent douze mesures phares qui ne figurent pas dans votre projet de loi sur le climat, les clés sont à votre disposition. Les détacherez-vous ?" a-t-il lancé au gouvernement.

Barbara Pompili a regretté "des débats stériles" pour "parler du tout ou rien" en matière écologique. "Quand on demande tout, en général on n'a rien. (…) Plutôt que de faire des grandes phrases, avoir des immenses objectifs, qui à la fin se terminent par rien parce qu'ils entraînent une révolte sociale, nous mettons en place des mesures exigeantes. Et en face, à chaque fois, il y a un accompagnement qui est prévu", a affirmé la ministre de la Transition écologique.

Publié dans Nature

Partager cet article

Ecosia : la neutralité, c'est fini. Il faut penser en termes de régénération.

Publié le par Notre Terre

Ces dernières années, les marques ont fait de plus en plus de promesses quant à leur impact sur l'environnement. Elles déclarent notamment vouloir atteindre la « neutralité carbone » d'ici 2030. Elles nous disent aussi  qu'elles utilisent de l'énergie verte et qu'elles plantent des arbres.

On aurait tendance à les croire, ou en tout cas on en a envie. On aurait envie de vivre dans un monde où ces promesses seraient tenues. Les marques et leurs agences de communication le savent bien, elles l'exploitent même.

En réalité, seules quelques marques sont en bon chemin pour atteindre leurs objectifs. Le fossé entre les promesses des entreprises et leurs véritables engagements est plus profond que jamais.

Mais partons du principe que ces sociétés veulent réellement tenir leur parole. Partons du principe qu'elles arriveront à atteindre leurs objectifs. Doit-on se sentir soulagé ?

Pas vraiment. Car la plupart de ces déclarations ne sont pas aussi ambitieuses qu'elles le paraissent et s'apparentent souvent à du greenwashing. Par exemple, on peut se dire « neutre en carbone » tout en causant des émissions toxiques et en les compensant avec des crédits carbone peu coûteux et inefficaces. De même, on peut dire qu'on plante des arbres tout en soutenant les monocultures nocives plutôt que de planter des forêts riches en biodiversité. En s'acquittant d'une petite somme, les entreprises (même celles qui produisent des énergies fossiles) peuvent se dire « vertes » et « neutres en carbone » sans changer leurs pratiques polluantes.

jeunes-pousses-d'arbres
Les arbres que nous avons plantés en 2020 absorberont 3,41 millions de tonnes de CO2.

Alors, comment faire pour éviter l'effondrement climatique en gardant les températures mondiales en dessous des 2°C supplémentaires ?

La réponse est simple : tant que les entreprises et les États n'auront pas réellement atteint la neutralité climatique, de notre côté, nous devrons faire plus qu'être simplement neutres. Réfléchissez-y : même si, par miracle, 50 % de toutes les entreprises atteignaient vraiment la neutralité climatique, on ne pourrait pas être véritablement neutres à l'échelle mondiale, puisque l'autre moitié des entreprises continuerait de polluer. Nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre que chaque entreprise fasse sa part. Nous manquons de temps.

Étant donné la sévérité de la crise, la « neutralité climatique » et le « développement durable » sont à présent des objectifs inadaptés. Ils ne nous sauveront pas. Lorsque les entreprises nous promettent qu'elles seront « neutres » d'ici 2040, nous ne devrions pas nous en satisfaire. Au contraire, nous devrions nous en inquiéter.

C'est cette idée qui nous a poussés à devenir une entreprise régénératrice plutôt que de viser la neutralité climatique. Ecosia ne fonctionne pas à 100 % d'énergie renouvelable, mais à 200 %. Nous produisons non seulement assez d'énergie solaire pour alimenter toutes nos recherches, mais nous en produisons même deux fois plus. Le bilan carbone d'Ecosia n'est pas neutre, mais négatif : grâce aux arbres que nous plantons et protégeons, nous absorbons bien plus de CO2 que nous en émettons.

Nous venons de publier notre rapport sur la régénération pour l'année 2020. Nous y examinons en profondeur ce que la régénération signifie. Dans ce rapport, qui a été audité par ClimatePartner, nous nous penchons sur combien de CO2 nous avons émis en 2020, combien nous en avons absorbé et combien d'émissions nous avons évité (spoiler : 10 000 fois plus). Nous y parlons aussi des centrales solaires que nous avons construites et de certains de nos investissements verts. Vous pouvez lire le rapport dans son intégralité ici.

En 2020, Ecosia a fonctionné à 335 % d'énergie renouvelable et a planté plus de 30 millions d'arbres. En moyenne, chaque recherche Ecosia absorbe 1 kg de CO2.

Nous espérons que notre rapport incitera d'autres organisations à réfléchir différemment. Les entreprises progressistes comme Ecosia ne devraient pas seulement arrêter de faire partie du problème. Elles doivent faire partie de la solution. Si d'autres entreprises deviennent régénératrices comme nous, si elles commencent à fonctionner avec plus de 100 % d'énergie renouvelable, alors nous n'aurons plus besoin d'attendre que tout le monde atteigne vraiment la neutralité climatique.

Changeons de modèle : la neutralité, c'est fini. Il faut penser en termes de régénération.

Publié dans Nature

Partager cet article

Déforestation : 2021 sera décisive pour la protection (et la restauration) du couvert forestier mondial

Publié le par Notre Terre

La publication fin mars 2021 du bilan des déforestations pour l’année 2020 par le World Resources Institute est à nouveau alarmante.

Selon ce document, la perte de couvert forestier atteint les 25,8 millions d’hectares, soit plus de 0,6 % de la superficie mondiale des forêts, estimée à plus de 4 milliards d’hectares par la FAO (avec 45 % de forêts tropicales, 27 % de forêts boréales, 16 % de forêts tempérées et 11 % forêts subtropicales). Les forêts représentent environ 31 % de la superficie des terres émergées du globe.

Ce recul concerne tout particulièrement les forêts tropicales, où la perte atteint les 12,2 millions d’ha, dont 4,2 millions de forêts humides primaires – c’est 12 % de plus qu’en 2019 et ceci malgré le ralentissement de l’économie mondiale imposé par la pandémie.

 

Le Brésil constitue le pays responsable de la majorité des déboisements de forêts humides primaires (1,7 million d’ha), avec une augmentation de 25 % des destructions dans ce pays en 2020 par rapport à 2019.

Répartition des types de forêts dans le monde
Répartition des types de forêts dans le monde

 

Les forêts, ces précieux « puits de carbone »

Toujours selon les données de la FAO, les forêts de la planète mobilisent environ 662 gigatonnes (Gt) de carbone en 2020 (contre 668 en 1990), avec une densité moyenne de 163,1 tonnes de C/ha en 2020 (contre 158,8 en 1990). La forêt constitue ainsi, avec le milieu marin, un des principaux « puits de carbone ».

On le comprend bien, la destruction des forêts contribue à réduire cette fonction de fixation du carbone.

Or cette destruction se poursuit à un rythme accéléré : elle représente selon la FAO, 178 millions d’hectares de forêts (tous types confondus) pour la période entre 1990 et 2020 ; dans les régions tropicales, l’extension de l’agriculture et de l’élevage en constitue la cause principale.

Selon Global Forest Watch, de 2002 à 2020, il y a eu une perte de 64,7 millions d’hectares (M ha) de forêt tropicale humide primaire (soit une perte de 6,3 % de sa superficie) ; cela correspond à 16 % de la perte de forêt dans le monde.

Forêt tropicale protégée de la réserve naturelle nationale de La Trinité, en Guyane
Forêt tropicale protégée de la réserve naturelle nationale de La Trinité, en Guyane

 

Les forêts sont également les victimes du changement climatique, en particulier les cyclones et tempêtes, les sécheresses et surtout les incendies.

La FAO avance le chiffre de 98 M ha de forêts touchées par les incendies en 2015. Au cours des dernières années, ce sont 18 M ha qui ont brûlé en Australie pour la période 2019-2020 et 21 M ha qui sont partis en fumée en Sibérie au cours des 6 premiers mois de l’année 2020.

Lutter contre la déforestation importée

Comment inverser ces tendances délétères ? La première action à mener est évidemment d’agir sur la déforestation volontaire, en particulier celle des forêts primaires dans les zones tropicales, car ce sont ces forêts primaires qui abritent de loin la biodiversité la plus élevée.

Cela concerne tout particulièrement les États qui abritent ces forêts, mais également les pays importateurs des produits issus de la déforestation, dont l’Europe, considérée par le WWF comme responsable en 2017 de 16 % de la déforestation du fait de sa consommation de denrées issues des déboisements ; c’est ce phénomène que l’on appelle la « déforestation importée ».

La France a adopté en 2018 une stratégie nationale ambitieuse contre la déforestation importée, mais celle-ci peine à être mise en œuvre. Dans une récente communication, le WWF a identifié les produits importés par la France qui présentent le plus d’enjeux – et correspondant à une surface potentielle de déforestation annuelle de 5,1 millions d’hectares.

nfographie du WWF sur la déforestation importée
nfographie du WWF sur la déforestation importée

 

Avec d’autres ONG, le WWF a aussi proposé fin 2020 dix actions concrètes pour lutter contre la déforestation importée ; et l’UE devrait également proposer une loi cette année.

Débats autour de la « reforestation massive »

Une seconde action concerne la restauration et la reforestation des zones dégradées et déboisées. Dans ce domaine, le « défi de Bonn » adopté en 2011 a retenu l’objectif de restauration de 150 millions d’hectares de terres dégradées et déboisées d’ici à 2020. Objectif rehaussé à 350 millions d’hectares en 2014 lors du Sommet des Nations unies sur le climat… mais aussi reporté à 2030.

Ces mesures ont été approuvées à ce jour par plus de 100 gouvernements, organisations de la société civile et entreprises ; des engagements de restaurations et plantations ont été pris par 43 pays.

Mais des scientifiques se sont alarmés en 2019 des propositions de plantations mono spécifiques – ne correspondant en rien à des forêts naturelles et n’en présentant pas les mêmes intérêts pour la biodiversité et le climat – faites par certains pays (le Brésil, par exemple, pour 19 M ha, soit 82 % de ses engagements de restauration).

En juillet 2019, une publication dans la revue Science avait fait grand bruit, estimant qu’il serait possible d’accroître la superficie forestière mondiale de 0,9 milliard d’hectares ; ce qui permettrait de stocker 205 Gt de carbone supplémentaires.

Mais dans un commentaire publié deux semaines plus tard, d’autres spécialistes ont considéré que ces estimations comportaient de nombreuses erreurs. Un erratum a fait suite à ces commentaires.

L’idée de « reforestation massive » a toutefois fait son chemin, reprise par exemple début 2020 par le Forum économique mondial de Davos, avec un projet de plantation de 1000 milliards d’arbres, avec l’objectif de capter l’essentiel des émissions de CO2.

Cette proposition a rapidement été considérée comme irréaliste du fait d’erreurs d’évaluation et de l’impossibilité de réaliser de telles plantations sans impacter fortement terres agricoles et écosystèmes ouverts (comme les savanes).

Forêt tempérée protégée (frênaie-érablaie) des vallons des plateaux calcaires de Lorraine
Forêt tempérée protégée (frênaie-érablaie) des vallons des plateaux calcaires de Lorraine

 

Une année de mobilisation mondiale

En janvier 2021, le Sommet mondial sur l’avenir de la planète, le « One Planet Summit », a marqué le début d’une série d’évènements en faveur de la préservation de l’environnement et de la biodiversité en particulier. Cette quatrième édition aura notamment vu la relance du projet de la grande muraille verte du Sahel. L’ Alliance pour la préservation des forêts tropicales aura également reçu une forte attention lors de l’événement.

En septembre prochain, se tiendra le Congrès mondial de la nature, organisé par l’UICN à Marseille ; puis en octobre, la conférence de l’ONU sur la biodiversité (COP 15) prévue à Kunming en Chine.

Un des objectifs de ces conférences est d’inciter les États à renforcer les superficies protégées et restaurées dans le monde, l’ONU ayant déclaré la décennie 2021-2030 comme celle de la « restauration des écosystèmes ».

Espérons que son futur bilan sera plus satisfaisant que celui de la décennie précédente, tant pour le climat que la biodiversité, aucun des 20 « objectifs d’Aichi » n’ayant été pleinement atteint.

Comment restaurer des centaines de millions d’hectares de forêts ?

Sur la thématique plus spécifique de la conservation et de la restauration des forêts, deux conférences internationales ont mobilisé scientifiques et décideurs en ce début d’année : la « Reforestation for biodiversity, carbon capture and livelihoods », à partir de Londres et le « Global Forest Summit », à partir de Paris.

La rencontre londonienne aura permis de présenter les 10 règles d’or devant guider les opérations de restauration des forêts ; elles avaient fait l’objet d’une récente publication.

Il s’agit de protéger prioritairement les forêts existantes ; travailler avec les populations locales ; maximiser la restauration de la biodiversité ; sélectionner la surface adéquate pour la reforestation ; privilégier la restauration naturelle ; choisir les espèces d’arbres qui maximisent la biodiversité ; utiliser des espèces d’arbres résilientes qui peuvent s’adapter au climat changeant ; programmer à l’avance ; apprendre en faisant ; rentabiliser les opérations.

Au Global Forest Summit de Paris (dont le mot d’ordre était « Protect faster, Restore stronger »), la priorité a été donnée à la protection des forêts subsistantes, soulignant la nécessité de stopper la déforestation puis de mener des opérations correspondant à de réelles restaurations de « forêts naturelles », différentes de plantations ligneuses mono spécifiques à seul objectif de production ; il s’agissait également de développer des partenariats avec les acteurs des territoires concernés.

Co-organisatrice du Global Forest Summit de Paris, Reforest’action a financé depuis sa création en 2010 la plantation ou la régénération de plus de 11 millions d’arbres dans 30 pays dans le monde. De nombreuses autres structures interviennent dans de telles actions, en France en premier lieu l’ Office national des forêts qui y gère près de 11 millions d’hectares de forêts publiques, dont plus de la moitié en Outre-mer (Guyane en tête).

Atteindre la neutralité carbone

Dans sa stratégie en faveur de la biodiversité, l’Union européenne a également affiché un objectif de plantation au cours de la prochaine décennie de 3 milliards d’arbres sur son territoire, en respectant les principes écologiques.

Il est toutefois évident que ce volet de restauration et surtout de plantation de forêts – très prisé actuellement par les entreprises au titre de la « compensation carbone » – ne doit pas se faire au détriment des efforts prioritaires nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, indispensables pour espérer atteindre la neutralité carbone en 2050.

Ces efforts sont plébiscités par des mobilisations d’un nombre de plus en plus important de citoyens, à l’image en France de la Convention citoyenne pour le climat et de «  l’Affaire du siècle ». L’enjeu n’est ni plus ni moins que les conditions de vie pour l’espèce humaine au cours de la deuxième moitié du XXIe siècle !

Publié dans Nature

Partager cet article