14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 08:59

Le time-lapse d'un nuage de pollution à Pekin, il dure en réalité 20 minutes

A la fin de l'année cela nous donne le chiffre vertigineux de 1.460.000 personnes mortes des causes directes de la pollution; c'est presque deux fois la population de Marseille qui disparait de la surface du globe chaque année.

 

Je vous prie d'excuser cette réflexion macabre mais j'ai l'impression que la pollution générée par ce grand pays est devenue l'unique régulateur démographique. La Chine a crée le plus grand foyer de peuplement humain au monde mais ni les guerres, ni les maladies qui autrefois régulaient l'espèce n'arrivent à faire baisser la démographie. La Chine se détruit de l'intérieur et cela arrange bien l'occident qui a fait de ce pays l'atelier du monde et qui par la même se tient très éloigné des conséquences environnementales qu'il a lui même entretenu.

 

On voulait un père noël asiatique à bas coût, maintenant il faut en payer les conséquences.

Published by Notre Terre
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 08:51

Peu garnie, l'Assemblée nationale a adopté contre toute attente cette mesure soutenue par les radicaux de gauche.

 

Des caméras de surveillance dans tous les abattoirs de France. À la surprise générale, l'Assemblée nationale a adopté un amendement, porté par Olivier Falorni et les radicaux de gauche, ordonnant leur installation obligatoire, et ce dès le 1er janvier 2018. Une réponse aux vidéos chocs diffusées par l'association L214, qui avaient suscité beaucoup de réactions. Ces dernières montraient la torture que pouvaient subir certaines bêtes mal étourdies ou accrochées vivantes avant d'être abattues.



La disposition, finalement soutenue par les socialistes et le gouvernement garantit que "des caméras (seront) installées dans tous les lieux d'acheminement, d'hébergement, d'immobilisation, d'étourdissement, d'abattage et de mise à mort des animaux". Précision de taille : les directions des abattoirs ne pourront par avoir accès aux images enregistrées, à la différence des responsables de protection animale désignés dans les établissements ainsi que des services de l'État de contrôle vétérinaire.

 

Un courrier de dix ONG de protection animale

 

Dans un courrier commun, dix ONG de protection animale, dont les fondations 30 millions d'amis et Brigitte Bardot, CIWF et L214, avaient mis la pression sur les députés pour qu'ils soutiennent le contrôle vidéo obligatoire afin que la proposition de loi ne soit pas vidée de "toute substance". 

Le syndicat des abatteurs et découpeurs industriels, Culture viande (70 adhérents, 35.000 salariés), avait objecté que "la protection animale à l'abattoir n'est pas une affaire de caméras", mais "avant tout une question d'hommes, de formation et de bon sens". Un comité national d'éthique des abattoirs sera créé au sein du Conseil national de l'alimentation.

Si elle a été votée dans un palais Bourbon avec peu de monde sur les bancs (28 votes pour, 4 contre), débat de la 
primaire oblige, l'adoption définitive de la mesure est loin d'être garantie sous cette législature : les parlementaires clôtureront en effet la session dans six petites semaines. "Nous sommes déjà dans des discussions pour des expérimentations (...) Actons le fait que ça va se généraliser", a plaidé le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll après une interruption de séance, alors qu'il s'était montré prudent jusqu'alors, invoquant "la crise de l'élevage" et le "respect des travailleurs" dans les abattoirs.

 

Published by Notre Terre
commenter cet article
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 11:10
Environnement : les bonnes nouvelles du 1er janvier

Interdiction de pesticides dans les espaces verts. L’utilisation des produits phytosanitaires est interdite pour l’Etat et les collectivités territoriales dans l’entretien des espaces verts, des promenades, des forêts et des voiries en vertu d’un amendement adopté avec la loi de transition énergétique de juillet 2015. Les pesticides, fongicides et insecticides sont par ailleurs interdits à la vente libre.

 

Sacs plastiques bannis pour fruits et légumes. Après les sacs de caisse à usage unique au 1er juillet 2016, les sacs ultrafins utilisés pour les fruits et légumes sont bannis à compter du 1er janvier 2017. Après cette date, il faudra les remplacer par des sacs en papier ou des sacs qui sont à la fois «biosourcés» et «compostables de manière domestique», selon le décret paru en mars 2016. Plusieurs industriels se positionnent sur ce marché : Basf, Carbios, Sphère, Novamont, etc.

 

Pièces détachées d’occasion chez les garagistes. Dans le but de favoriser le recyclage, les garagistes auront le devoir de proposer aux automobilistes des pièces détachées de rechange d’occasion pour toute réparation. Cette disposition devrait faire baisser la facture des dépannages.

 

Travaux d’isolation thermique obligatoires en cas de travaux de rénovation. Pour lutter contre la mauvaise isolation de 20 millions de logements en France, les travaux de rénovation des bâtiments (ravalement de façades, réfection de toitures ou aménagement de locaux pour les rendre habitables) devront obligatoirement s’accompagner de travaux d’isolation thermique.

 

Le crédit d’impôt cumulable avec l’éco-prêt. Pour la réalisation des travaux de rénovation énergétique, le crédit d’impôt transition énergétique est désormais cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro (PTZ).

 

Hausse marginale de la TICPE. La Taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers (TICPE), qui s’applique à tous les carburants, augmentera d’un centime par litre de gazole et diminuera d’un centime par litre d’essence, pour réduire l’avantage tarifaire du gazole, cancérogène. En revanche, comme l’indique l’association UFC-Que choisir, ces évolutions seront peu visible des automobilistes «dans un contexte de hausse générale des produits pétroliers».

Published by Notre Terre - dans Les bonnes nouvelles
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 13:44
Canons à neige : le caprice au détriment de la raison

Comme certains le savent je vis dans les Hautes-Alpes et me suis distingué par le passé dans ma lutte pour la préservation de notre patrimoine naturel (fermetures de décharges sauvages, protection du Loup, sensibilisations autour de la pertinence de l'utilisation des canons à neige...).

Ce matin je suis allé randonner au col Bayard, petit col sans grande prétention culminant à 1200 mètres d'altitude et souffrant d'un déficit de neige alarmant, tout comme les stations de ski de moyenne altitude. Le réchauffement climatique est à l'oeuvre et nous en constatons les effets dramatiques, ils sont visuels, ils sont palpables, ils sont indéniables. Quand j'étais enfant nous connaissions de longs hivers froids et enneigés, c'était normal car c'était l'hiver, nous vivions avec et d'année en année, la neige montait toujours plus haut et arrivait toujours plus tard car lorsqu'on vit en montagne, le changement climatique est beaucoup plus criant qu'ailleurs.

 

Beaucoup d'emplois saisonniers dépendent du bon enneigement de nos stations, je le conçois, mais ce que j'ai vu aujourd'hui dépasse l'entendement : voir tourner un canon à neige par température positive avec un soleil radieux à si basse altitude pose un réel problème de bon sens. Lorsque je vois entre autre un énorme audi Q5 ressemblant plus à un camion qu'à une voiture immatriculé 13 (les bouches du Rhône) garé devant cette piste artificielle d'un mètre de large et de 30 ou 40 cm d'épaisseur, voir ces skieurs s'agiter pathétiquement sur ce circuit artificiel en plein gazon je ne puis réprimer du dégoût pour ces gens et cette politique insensée de l'or blanc.

 

Nous manquons déjà d'eau et nous puisons encore dans les nappes phréatiques, les rivières et les retenues d'eau pour cultiver de la neige artificielle qui lorsqu'elle fondra retournera dans les sols, les polluant du fait de sa composition chimique (si utilisation du Snowmax qui est normalement interdit en France du fait de sa dangerosité sur la faune et la flore).

J'en appelle au Préfet des Hautes-Alpes, des arrêtés préfectoraux doivent être édictés et les canons à neige purement interdits au dessous de 1500 mètres d'altitude et par température positive. Nous sommes en train de sacrifier l'environnement sur l'autel du tourisme, de gaspiller notre eau pour distraire des personnes venant de loin avec de grosses voitures et qui n'ont que faire de nous, de nos montagnes et de leur protection. Cela doit cesser au plus vite car un cercle vicieux est en train de se créer.

 

Published by Notre Terre
commenter cet article