14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 14:42

Ce jeudi est lancé «L'appel de Paris pour la haute mer», sous l'impulsion de plusieurs ONG...

 

PROTECTION-OCEAN-FINAL.jpg


A des centaines de kilomètres des côtes, le droit flotte en eaux troubles. Pêche incontrôlée, pollutions, braconnage… La haute mer est une des dernières zones de non-droit au monde. Pour en préserver les ressources, plusieurs ONG lancent ce jeudi un appel, présenté à l'occasion d'une conférence internationale au Conseil économique, social et environnemental (Cese).


«La haute mer n'appartient à personne»


De Nicolas Hulot à Hubert Reeves, en passant Jean-Paul Delevoye, le président du Cese, Maud Fontenoy ou le Prince Albert II de Monaco, l'appel a déjà recueilli une centaine de signatures. Les revendications sont simples sur le papier mais compliquées à mettre en œuvre dans la réalité: préservation des écosystèmes de la haute mer, accès et partage des bénéfices liés à l'exploitation des ressources génétiques marines, création d'aires marines protégées sur 10% des océans comme il était prévu dans l'accord de Nagoya…

«La haute mer n'appartient à personne, elle doit être gérée dans l'intérêt général, comme un «bien commun de l'humanité», rappellent les rédacteurs de l'appel. Pour cela, ils comptent sur les Nations unies et espèrent un «accord ambitieux» lors de la prochaine Assemblée générale de 2014.

 

 

 

Published by Gerome - dans Pollution
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 00:32

C’est ce qui ressort d’un récent rapport se basant sur la pêche réalisée par la Chine sur la période 2000-2011, estimée à partir des données sur le nombre de bateaux de pêche chinois sillonnant les mers.

 

surpeche-industrielle


On savait depuis longtemps que la Chine, comme beaucoup de pays d’Asie, ne respectait pas les quotas de pêche. On se rend maintenant compte des proportions dans lesquelles ils vident progressivement les mers et océans de leur population, mettant potentiellement en danger certaines espèces. Pendant la décennie sur laquelle porte l’étude, la Chine a déclaré a l’organisation en charge de l’agriculture aux Nations Unies avoir pêché 368.000 tonnes de poisson. En réalité ce chiffre approcherait les 4,6 millions de tonnes, un chiffre qui donne des vertiges.


Sur ces 4,6 millions de tonnes, environ un million de tonnes seraient pêchées en Asie. Près de 3 millions de tonnes seraient en revanche pêchées au large de l’Afrique de l’Ouest, ce qui est très inquiétant, car ces eaux sont bordées par des pays pauvres, dont les habitants vivent souvent eux-mêmes de la pêche. Dans ces eaux, de nombreuses espèces de poisson ont vu le nombre de leurs représentants fortement diminuer ces dernières années.


Il est plus que jamais temps d’imposer des quotas, et surtout de les faire respecter. Ce qui n’est pas une mince affaire, d’autant que les contrats que la Chine signe avec certains pays africains en matière de pêche sont étonnamment gardés secrets…

 

 


Published by Gerome - dans Nature
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 07:16

Depuis le début de l’année, des centaines d’otaries s’échouent, affamées, sur les côtes californiennes. Un phénomène dont l'origine reste mystérieuse.

 

otaries-affamees.jpg

 

 

Il est habituel, en Californie, de retrouver quelque otaries sur les plages. Mais depuis janvier, elles s’y échouent par centaines, affamées. En tout, 1.098 bébés otaries ont été trouvés sur la côte entre Santa Barbara et San Diego entre janvier et mars contre 131 en moyenne. M. Wallertsein, 61 ans, membre d'une association de sauvetage des animaux marins raconte : "je n'étais pas trop inquiet au début. Mais quand on a commencé à recevoir 75 à 100 appels par jour et qu'on a trouvé des animaux près du magasin de Carson [à 11 km de la côte] et sous les voitures, j'ai dû lancer un signal d'alarme".


Si d’habitude les sauveteurs ne voient apparaître des bébés qu'en avril (après avoir été nourris tout l’hiver par leurs mères), "cette année, nous avons commencé à voir des bébés âgés de 6 mois dès janvier", indique Sharon Melin, biologiste au service national des pêches citée par l'AFP. "Et ça a continué à augmenter depuis", ajoute-t-elle. Pour l’heure, l’origine exacte de ce phénomène reste à déterminer, d’autant qu’aucun événement particulier ne permet, à l’échelle régionale, d’expliquer cette migration. Néanmoins, deux hypothèses sont actuellement évoquées : la maladie ou le manque de nourriture. Les spécialistes espèrent en apprendre davantage d’ici quelques mois.


Des moyens insuffisants pour sauver toutes les otaries

 

Reste que pour les autorités, il s'agit d'un événement inhabituel de mortalité. Inhabituel car l'âge, le type d'animaux et le fait que ça ait commencé si tôt sont atypiques, souligne Mme Melin. Les bébés qui ont été recueillis pesaient la moitié de leur poids normal (qui est de 20 à 25 kg) affirme le directeur du centre de soins pour mammifères marins de San Pedro, David Bard. Il ajoute : "D'habitude au cours des premiers mois de l'année, nous voyons entre 50 et 80 animaux. Cette année, à la fin mars, nous en avions accueilli 400".


Maintenant, "notre objectif est d'en soigner autant que possible et de les renvoyer dans leur milieu naturel, ce qui prend entre un et trois mois", explique M. Bard, toujours cité par l'AFP. Au cours de cette période, les otaries vivent dans des enclos qui comportent un bassin tandis que les plus petites et les plus fragiles sont placées à part, dans des unités séparées, et constamment surveillées. Mais M. Bard est réaliste. Il affirme que "des otaries mourront. Et certaines seront euthanasiées quand un animal souffre toujours et que nous ne pouvons pas le soigner".


Parfois, il n’y a pas suffisamment de place pour toutes les accueillir. "Nous étions comme des médecins sans hôpitaux. C'était dur, nous devions renvoyer des animaux qui n'étaient pas bien vers des plages moins exposées, mais sans soins. Nous n'avions pas d'autres choix", se désole M. Wallerstein.

 

 


Published by Gerome - dans Nature
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 16:28

Savez-vous que l’Agence Européenne de l’Environnement, le Parlement Européen et de nombreux médecins dans le monde ont décrit le Wi-fi comme une technologie toxique ? - Savez-vous que, de son côté, le Conseil de l’Europe préconise l’abandon du Wi-fi dans les écoles et recommande depuis 2011 la baisse des seuils d’exposition des antennes-relais de téléphonie mobile ?

 

wifi-direct.gif


En effet, les ondes Wi-fi de l’ordinateur (mais également du portable, du sans-fil DECT et du Bluetooth) travaillent sur des bandes de fréquences totalement différentes des ondes radio et télévision hertziennes, car ce sont des micro-ondes pulsées sur des très basses fréquences.

[(Le Wi-fi émet sur une porteuse micro-onde de 2,45 Giga Hertz (exactement la fréquence d’agitation des molécules d’eau utilisée dans les fours micro-ondes dont il est issu) une grande densité de fréquences très basses, qui sont “pulsées par saccades”, transmettent ainsi les informations textes, sons et images. Mais cette technologie est totalement incompatible avec la santé, même à 0,1Volt/mètre. En bref, vous vivez ainsi dans une maison transformée en un grand four à micro-ondes !!!)]


En fait, c’est la nature du signal qui est toxique et non l’intensité du Wi-fi, qui même à très faible puissance, désorganise les processus physiologiques et détruit des structures biochimiques, entraînant la perte d’étanchéité de la barrière hémato-encéphalique, une baisse de production de la mélatonine et d’acétylcholine (maîtres du sommeil, de la mémoire, de la concentration…) et des dommages génétiques irréversibles.


Il a également été prouvé que l’effet biologique de ces émissions composites se traduit par une production de protéines de stress avec résonance sur les ondes Delta du cerveau. Plusieurs études en double aveugle ont décrit le syndrome l’électro-hypersensibilité (EHS) comme un trouble neurologique sans aucun lien avec le psychisme. Plusieurs études portent même sur les animaux (cigognes, bovins, grenouilles…) et la flore. Les symptômes communs sont l’insomnie, les maux de tête, la perte de concentration et de mémoire, les troubles cardiaques et de l’humeur.


L’EHS s’étant avéré occasionner un mal être physique sur une moyenne de 6% des individus, le Conseil de l’Europe, le Parlement Européen, l’OMS et plusieurs Etats aux U.S.A ont classé l’EHS comme un trouble physiologique et non psychologique.

L’OMS, en 2011, a même classé ces ondes en “cancérogène possible”. En outre, il existe aujourd’hui de nombreux travaux scientifiques qui démontrent que ce type d’onde peut occasionner le cancer du cerveau, de la thyroïde, de la glande parotide … etc. Depuis les années 60, les militaires appellent ces effets sanitaires le “syndrome des micro-ondes”.


Fin 2009, en Italie, un jugement de Cour d’Appel a finalement établi officiellement un lien de causalité entre téléphone mobile et cancer, mais il va falloir, comme à l’époque du tabac et de l’amiante, effectuer des opérations de matraquage pour remettre en question cette technologie que l’on prétend jusqu’alors inoffensive…

[(N’est-il pas inquiétant de noter que l’amiante avait cessé d’être couverte par les assurances américaines dès 1919, et les ondes de la téléphonie mobile et du Wi-fi depuis le début des années 2000 ! Or, les informations réelles sont souvent étouffées par des versions officielles à base d’expertises truquées sous influence.)]


 Cependant, on peut lire dans les polices courantes des compagnies d’assurance, que font partie des exclusions générales :

  • les dommages de l’amiante,
  • les dommages du plomb,
  • les dommages des ondes électromagnétiques,
  • les dommages des OGM.

Malgré cela personne ne se pose de questions ? aussi entend-on dire que si c’était si dangereux, ça se saurait, et qu’il n’est pas possible qu’une technologie autant utilisée puisse continuer d’exister en occasionnant tous ces dommages… C’est ignorer qu’en Angleterre, en Allemagne et en Autriche, le Wi-fi a été interdit dans les écoles et que le gouvernement allemand recommande depuis 2007 d’éviter le Wi-fi pour raisons sanitaires (mais en France on ne risque rien…).


Il se dit aussi que si le Wi-fi provoquait le cancer, il y aurait déjà des millions de cas vu qu’il a pénétré le monde entier depuis 2005. C’est ignorer que de très nombreux cas existent déjà, et qu’il faut quelquefois 20 ans entre le début d’une exposition et le développement d’un cancer…Et dans ce cas il est bien sûr facile de nier l’existence de la cause à effet.


Ainsi, en attendant la reconnaissance officielle de sa toxicité, nous vous recommandons de désactiver le Wi-fi (activé par défaut sur les Box internet) et d’utiliser un câble de connexion filaire. On comprend que dans un contexte de déni, vous ne serez pas encouragés à arrêter votre Wi-fi, si pratique et si moderne, surtout si vous ne “sentez rien” et avez l’impression de “revenir en arrière”. Mais souvenez-vous que c’est souvent après coup que la vérité éclate.

Nous vous encourageons à prendre cette responsabilité sans attendre, pour vous, vos proches et surtout vos enfants qui sont les plus sensibles. Notez que sur le plan technique, une connexion filaire est plus stable, plus rapide et aussi non accessible aux piratages et interférences avec le voisinage direct. Vous trouverez ici les conseils pour remplacer votre Wi-fi par une connexion filaire, y compris entre deux étages : http://www.robindestoits.org/_a227.html


 Mais, évidemment, le prix à payer est d’accepter un « petit bordel » de fils de connexions sur votre bureau au lieu d’avoir une place nette.

A ce sujet, je m’étais laissé séduire il y a quelques années par la solution clavier et souris sans fil ; et je m’étonnais que je ne puisse rester plus d’une heure devant mon ordinateur sans subir une poussée de tension et de sévères palpitations.

 

Cela a duré au moins six mois, m’handicapant sérieusement dans mon travail jusqu’à ce qu’un problème technique me pousse à racheter un clavier et une souris 1er prix……..et miracle, plus de problème ! En fait, c’était l’émetteur sur mon bureau qui m’arrosait de plein fouet au niveau cœur. Tout cela, c’est cher payé pour juste un problème pratique de filasse et de place nette !