Le Congo veut construire le plus grand barrage du monde, attention DANGER!

Publié le par Notre Terre

Le gigantesque barrage chinois des Trois-Gorges est encore tout jeune et sert déjà d’exemple d’inanité écologique. L’énorme ouvrage chinois accumule des millions de tonnes de boue et s’encrasse, montrant ses limites. Mais cela n’empêche pas le Congo et des financiers internationaux de vouloir un bâtir un barrage 2 fois plus grand ! Vous avez dit folie ?

 

barrage-inga-635x212.jpg



Grand Inga = deux barrages des Trois-Gorges

Le barrage du Grand Inga, à 250 kilomètres à l’ouest de Kinshasa, est un projet qui ne date pas d’hier.

 

congo-site-inga.jpg



Cela fait près de 30 ans que des experts caressent l’espoir de convaincre Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo (RDC), l’ex-Zaïre, de réaliser le plus grand barrage au monde sur le fleuve Congo. Le Congo est le plus puissant fleuve du monde après l’Amazone avec un débit maximum de 80 832 m/s. Il faut avouer que l’immense potentiel hydroélectrique du site Inga, estimé à 44 000 MW environ, est tentant.

Ce projet est l’un des plus gigantesques projets d’Afrique : avec une puissance de 40 000 mégawatts (MW), il produirait 2 fois plus que le barrage des Trois-Gorges en Chine, pourtant le barrage de tous les records (photo ci contre). Pour les Trois-Gorges, 1,8 million de personnes ont été déplacés et relogées sans aide de l’État, 1300 sites historiques et archéologiques engloutis, plusieurs villes et de nombreux villages ont disparus sous le lac de retenue.
Le barrage congolais Inga 3 pourrait fournir l’électricité consommée de nos jours par toute l’Afrique subsaharienne, ou encore le 1/3 de l’énergie produite sur le continent.

Les autres barrages érigés sur le fleuve Congo après l’indépendance du pays, sont mal gérés, peu efficaces et mal entretenus : Inga 1 (350 MW à l’origine) et Inga 2 (1 420 MW) se noient dans les sédiments et ne produisent qu’à la moitié de leur capacité. Par ailleurs, les communautés déplacées pour les deux premières tranches d’Inga se démènent depuis les années 1960 pour obtenir des compensations équitables, mais n’ont rien reçu jusqu’ici.

 


Barrage-inga-2.jpg

Inga 2 (photo ci-dessus) et Inga 1 sont actuellement accusés de la baisse des eaux que connait le fleuve.

En 2011, des rochers et des bancs de sable étaient visibles sur de vastes étendues. Le fleuve s’était complètement retiré sur une large bande de la rive droite
Barrage, le saviez-vous ?

Il y a des doutes sur le bilan en gaz à effet de serre des barrages hydroélectriques. L’activité bactériologique dans l’eau des barrages relâcherait d ’importantes quantités de méthane (au pouvoir d’effet de serre 20 fois plus grand que le CO2), surtout en régions tropicales.
Grand Inga, une année de PIB investi dans un barrage !

Malgré un prix faramineux, malgré la précarité du régime politique du Congo, malgré des performances énergétiques décevantes des autres barrages de la région, les bailleurs de fonds se pressent.

Le potentiel désastre écologique ne semble pas effrayer ces fonds d’investissement et les Autorités locales. La Banque africaine de développement (BAD), la Banque mondiale et d’autres investisseurs vont prêter 150 millions de dollars (116 millions d’euros) pour lancer le chantier dont la seule première phase dite Inga 3, coûtera la coquette somme de 12 milliards de dollars. Un investissement qui représente peu ou prou une année de PIB du Congo. Un peu comme si en France on se payait un ouvrage à 1 000 milliards d’euros !

Pour justifier l’énormité des sommes en jeu : Hela Cheikhrouhou, directrice du département énergie, environnement et changement climatique de la BAD.n « Le pétrole exploité en Afrique part pour l’essentiel à l’étranger. C’est le premier projet énergétique de cette envergure qui desservira uniquement le continent ».
La construction  d’Inga 3 débuterait en octobre 2015.

C’est une compagnie chinoise Sinohydro qui est au premier rang des candidats pour le développement du projet du Grand Inga, Le groupe chinois a présenté sa candidature dans le cadre d’un consortium avec son compatriote Three Gorges Corporation. Ce même consortium exploite le barrage chinois des Trois Gorges, actuellement le plus important au monde.

Les deux autres candidats sont espagnols (Actividades de Construccion y Servicios (ACS), Eurofinsa et AEE) et  coréo-canadiens (Daewoo, Posco et SNC-Lavalin). Le groupe français GDF Suez est associé au projet pour tout ce qui concerne l’ingénierie.

Le gigantisme du projet laisse peu d’espoir qu’il soit remis et mené avec toutes les précautions requises. Certains s’inquiètent du fait que des compagnies étrangères au Congo vont réaliser la majorité des énormes profits sur ce méga-projet et ne laisser qu’une portion congrue au profit  des besoins de développement de la majorité des Congolais pauvres.

 

 

 

Le gigantesque barrage chinois des Trois-Gorges est encore tout jeune et sert déjà d’exemple d’inanité écologique. L’énorme ouvrage chinois accumule des millions de tonnes de boue et s’encrasse, montrant ses limites. Mais cela n’empêche pas le Congo et des financiers internationaux de vouloir un bâtir un barrage 2 fois plus grand ! Vous avez dit folie ? - See more at: http://actuwiki.fr/3/31427/#sthash.2TudVpbN.dpuf

Publié dans Nature

Partager cet article

80% des récifs coralliens des Caraïbes ont disparu

Publié le par Notre Terre

image9-corail-medicament.jpg

 

Une récente étude sur les récifs coralliens des Caraïbes révèle l'ampleur des dégâts causés, en partie par le changement climatique, la pollution, et la pêche trop intensive. L'étude du groupe Catlin a permis de sonder les récifs allant de Mexico à la Floride, en passant par différentes îles, telles Sainte Lucie, la Barbade, Anguilla ou les Bermudes.

La perte de coraux est un problème économique majeur dans cette région du monde, où la majeure partie de la population vit du tourisme et de la pêche. Les récifs de coraux sont un habitacle vital pour bon nombre de créatures marines, agissant tel une centre de soin pour les poissons, et un garde-manger pour les prédateurs, notamment les requins et les baleines, rapporte le journal The Guardian

Peu ou pas de solutions pour sauver les récifs de coraux

«Nous avons choisi les Caraïbes pour commencer la mission, parce que c'est la région la plus touchée par la perte de coraux. près de 80% des coraux sont morts ces cinquante dernières années, à cause du développement économique et de la pollution. 

Les coraux sont désormais menacés par des espèces envahissantes, le réchauffement climatique, et les premiers effets de l'accidification des océans», s'est alarmé Richard Vevers, chef du projet pour la société Catlin. 

Stephen Catlin, président du groupe du même nom, a, quant à lui, déclaré: «Les sociétés comme la nôtre doivent comprendre l'impact qu'auraient des changements majeurs sur l'économie locale».


 Le réchauffement climatique conduit au «blanchiment» des coraux, un état où les minuscules polypes qui construisent les récifs meurent. Pour le moment, aucune solution n'a été trouvée, si ce n'est réduire la pêche et réduire grandement la pollution.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Les pesticides provoquent le cancer : la justice y croit en tout cas.

Publié le par Notre Terre

L'Etat, qui avait été condamné en appel à indemniser un agriculteur malade d'un cancer provoqué par des substances toxiques contenues dans des pesticides et herbicides, a formé un pourvoi en cassation contre cette décision.

"Malgré une solide argumentation des deux juridictions qui l'ont condamné, l'Etat a décidé de se pourvoir en cassation. J'ignore quels points de la décision ils entendent contester", a indiqué l'avocat du plaignant, Me François Lafforgue. L'agriculteur contestait le refus du fonds de garantie de l'Etat de l'indemniser. Mais, en avril 2012, la commission d'indemnisation des victimes d'infraction (CIVI) d'Epinal lui avait donné raison. Une décision confirmée l'année suivante par la cour d'appel de Nancy, qui pointait les fautes des fabricants de produits phytosanitaires.

"Dans leurs décisions, les magistrats avaient reconnu que des fautes avaient été commises par les fabricants de produits phytosanitaires" qui auraient dû être couvertes par le fonds de garantie de l'Etat, a expliqué Me Lafforgue, en rappelant qu'il s'agissait de la première condamnation de ce type en France.
Son client, Dominique Marchal, céréalier en Meurthe-et-Moselle, avait développé en 2002 un syndrome myéloprolifératif, une pathologie du sang reconnue comme maladie professionnelle en 2006 par le tribunal des affaires de sécurité sociale d'Epinal.

UNE TRENTAINE DE PROCÉDURES EN COURS

En première instance, la CIVI avait estimé que, "dès 1982, les fabricants de produits phytopharmacologiques ne pouvaient ignorer que leurs produits contenant du benzène exposaient leurs utilisateurs au risque grave de contracter ce type de maladie". Une vingtaine de produits, principalement des herbicides et pesticides, commercialisés par sept fabricants, dont BASF ou Bayer, contenaient notamment du benzène, reconnu cancérogène.


L'absence de mention sur les emballages constitue un manquement à une obligation de sécurité ainsi qu'une faute de prudence, constataient par ailleurs les juges, qui établissaient un lien de causalité entre les produits et la pathologie développée.

En cas de condamnation définitive par la Cour de cassation, l'Etat, par l'intermédiaire du fonds de garantie, pourrait se retourner contre les fabricants des produits toxiques. Une trentaine d'agriculteurs malades après avoir été exposés aux mêmes produits toxiques ont engagé des procédures similaires contre l'Etat.

 

 

Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Le groupe Syngenta veut continuer à tuer les abeilles...

Publié le par Notre Terre

bandeau290-423massacre__.jpg

Le groupe chimique suisse Syngenta contestera devant la Cour de justice européenne la décision, prise en mai dernier par la Commission européenne, d'interdire l'utilisation de la molécule de thiaméthoxame présente dans l'un de ses insecticides commercialisée sous le nom de Cruiser.

Bruxelles avait justifié sa décision de restreindre pendant deux ans, à compter du 1er décembre, l'utilisation du thiaméthoxame, ainsi que de deux autres néonicotinoïdes (la clothianidine et l'imidaclopride) pour le traitement des semences, l'application au sol (en granulés) et le traitement foliaire des végétaux, y compris les céréales (à l'exception des céréales d'hiver), qui attirent les abeilles. Ces trois pesticides sont commercialisés par Syngenta mais aussi par son rival allemand Bayer, qui a indiqué suite à cette annonce que sa division d'agrochimie, Bayer CropScience, avait déjà "déposé plainte mi-août" auprès de la Cour de justice.

"Nous sommes persuadés que la Commission a établi à tort un lien entre le thiaméthoxame et le déclin de la santé des abeilles, a expliqué le directeur opérationnel de Syngenta, John Atkin. La Commission a pris sa décision sur la base d'un processus défectueux, d'une évaluation inadéquate et incomplète de l'Autorité européenne de sécurité des aliments et sans le soutien de tous les Etats membres de l'UE."

TROIS PESTICIDES SUSPENDUS

La décision de la Commission avait été soutenue par 15 pays, dont la France et l'Allemagne, lors d'un vote fin avril. Huit, dont le Royaume-Uni, l'Italie et la Hongrie, avaient voté contre et quatre, dont l'Irlande, alors présidente en exercice de l'UE, s'étaient abstenus. Les Etats membres doivent retirer ou modifier les autorisations existantes pour se conformer aux restrictions de l'UE d'ici au 30 septembre. L'utilisation des stocks existants pourra être autorisée jusqu'au 30 novembre au plus tard.

Mardi, Syngenta "a appelé toutes les parties prenantes à focaliser leurs efforts sur l'élaboration de solutions pratiques visant à améliorer l'état de santé des abeilles". Se référant à "l'avis concordant de la plupart des experts", la firme soutient que les abeilles souffrent de maladies, de virus ainsi que de la disparition de leur habitat et de leur nourriture.

Outre les pesticides, les autres facteurs à risque pour les abeilles sont des parasites, d'autres pathogènes, le manque de médicaments vétérinaires ou parfois leur utilisation abusive, la gestion de l'apiculture et des facteurs environnementaux tels que le manque d'habitats et de nourriture ainsi que le changement climatique.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Incendies en Californie, le parc Yosemite en grand danger

Publié le par Notre Terre

incendies-californie.jpg

 

 

Surnommé «Rim fire», le feu se rapproche du réservoir qui fournit la plus grande partie des besoins en eau des 2,6 millions d’habitants de la région de la baie.

 

L’incendie qui fait rage depuis neuf jours en Californie aux portes du parc de Yosemite, l’une des principales attractions touristiques des Etats-Unis, était lundi à une poignée de kilomètres du réservoir qui fournit l’essentiel de l’eau courante à San Francisco.


Arbres entièrement pris par les flammes, énormes nuages de fumée surplombant comme une ombre menaçante habitations, voitures et commerces des villes alentours, ou encore habitants brandissant au bord des routes des pancartes avec en inscription «merci» aux pompiers: les images du gigantesque brasier, baptisé «Rim Fire», sont impressionnantes. Le sinistre, qui a démarré le 17 août et a déjà détruit plus de 60.600 hectares à l’ouest de Yosemite, est enregistré comme le 13e plus grand feu que la Californie ait connu depuis 1932. Il n’a toutefois pas fait de victimes à ce stade et ne menace pas directement pour l’instant le célèbre parc, dont les séquoias géants font le bonheur des touristes. Mais les pompiers ont énormément de mal à contenir les flammes, en raison de l’extrême sécheresse, des rafales de vents importantes et de terrains souvent escarpés.


«Les vents aujourd’hui (lundi) constituent un vrai défi, avec des rafales à 40 km/h venant du Sud qui vont pousser l’incendie vers le Nord-Est», a expliqué le Département forestier et de protection contre les incendies de Californie.

La région de San Francisco, située à 350 kilomètres plus à l’ouest, se tient prête face au risque de subir les conséquences indirectes du sinistre. «Rim Fire» se rapproche à grands pas du vaste réservoir Hetch Hetchy qui fournit la majorité des besoins en eau des 2,6 millions d’habitants de la baie de San Francisco. Le feu était, en milieu de journée, à quelques kilomètres seulement du réservoir, selon les médias locaux.


La commission des services publics de San Francisco a assuré dimanche qu’il n’y avait «aucun changement ni impact sur la qualité ou l’acheminement de l’eau depuis le réservoir de Hetch Hetchy», et que celui-ci continuait de fournir «de l’eau de grande qualité».

Menace sur la Sierra Nevada


Le gouverneur de Californie Jerry Brown avait déclaré en fin de semaine dernière l’état d’urgence pour San Francisco, car la ville est en outre alimentée en grande partie par l’électricité provenant de la région affectée par les flammes. Deux des trois centrales hydroélectriques de cette zone ont ainsi dû être fermées.


Le président américain Barack Obama a exprimé lundi dans un communiqué sa «gratitude pour les hommes et femmes courageux qui travaillent sans relâche à combattre cet incendie dévastateur», assurant de l’apport de ressources fédérales pour répondre au sinistre. L’agence nationale de gestion des crises (FEMA) a autorisé l’utilisation de fonds fédéraux pour aider l’Etat de Californie. Equipés jusqu’aux dents, une armée de 3.400 pompiers --dont certains ont été dépêchés depuis la Floride-- luttent nuit et jour aux côtés d’hélicoptères et avions canadairs pour venir à bout du brasier, mais ils n’étaient lundi parvenus à contenir que 15% des flammes, selon le site officiel Inciweb. Le feu s’étend à vue d’oeil et les responsables locaux se préparent à la possibilité d’ordonner des évacuations parmi les 4.500 maisons menacées. Sur les versants de la Sierra Nevada, région montagneuse forte de 10 000  habitants, 23 structures ont été détruites et des ordres d’évacuation obligatoire lancés pour un millier de personnes.


Les autorités du comté de Tuolumne, d’où est parti le feu pour une raison indéterminée et où le gouverneur Brown a déclaré l’état d’urgence la semaine dernière, ont annoncé que les écoles seraient fermées lundi et mardi alors que les cours viennent de reprendre. «Nous pensons qu’il est plus sûr pour la sécurité des enfants de fermer les écoles», a justifié Joseph A. Silva Jr., un responsable du comté, cité dans le New York Times.


Le feu suscite de vives inquiétudes dans le comté de Tuolumne, dont l’économie est dépendante de l’activité touristique du parc. S’étendant sur 3 000 km2, Yosemite est célèbre pour ses arbres, ses chutes d’eau, ses chemins de randonnée et ses animaux sauvages.

Selon le Service des parcs nationaux, «la majorité du parc» n’est pas touchée par Rim Fire et reste «relativement sans fumée», mais «les conditions peuvent changer si les vents tournent».

 

yosemite.jpg

Parc Yosemite- Californie. Prions pour que les flammes ne viennent pas le ravager.

 


Publié dans Nature

Partager cet article