Les dauphins reconnus comme "personnes non humaines"

Publié le par Notre Terre

dauphins2.jpg

 

Le ministère de l’environnement et des forêts indien vient de décider que les dauphins sont des “personnes non humaines”. A ce titre, ils ne doivent pas être maintenus captifs pour le seul plaisir des humains, aussi la construction des delphinariums est-elle désormais interdite dans le pays.

En France, les animaux sont des meubles. Comme des chaises ou des tables, leur propriétaire peut en faire ce qu’il veut. En Inde, les dauphins viennent d’être déclarés des “personnes non humaines”.

Quelle est donc la décision indienne ?


En un seul texte, ce n’est pas donc pas une mais deux révolutions qui viennent de survenir.

La notion de personne non humaine, tout d’abord. Les dauphins (et en particulier les grands dauphins, Tursiops truncatus, mais pas seulement eux) sont connus des scientifiques pour leur capacités intellectuelles exceptionnelles. Récemment, on a découvert qu’ils avaient une façon bien unique de siffler pour se faire reconnaître par leurs proches et de répondre lorsqu'un congénère les appelle : les dauphins ont des noms et les utilisent pour s’appeler entre eux. Mais ce n’est là qu’une des multiples capacités de ces animaux au cerveau extrêmement développé. Ils ont une forme de conscience de soi , peuvent se reconnaître dans un miroir, utiliser des outils et manier des concepts abstraits, par exemple. Tout cela a amené un groupe de scientifiques réunis récemment à Helsinki à signer l’appel pour les droits des dauphins et des cétacés.

S'inscrivant dans cet esprit, la décision indienne constitue une avancée majeure pour les défenseurs des animaux. En même temps qu’elle fait des dauphins des personnes non humaine, elle stipule que, “en tant que telles, les dauphins doivent avoir des droits spécifiques”. Bien sur pas les mêmes droits que les êtres humains, mais certains droits quand même. « Tous les cétacés, en tant que personne, ont droit à la vie, à la liberté et au bien être », écrivent les scientifiques de Helsinki.

Mais ce n'est donc pas tout. En reconnaissant aux dauphins la statut de personne non humaine, le Ministère indien a annoncé l’interdiction totale pour toute personne, organisation, agence gouvernementale, entreprise privée ou publique de créer un delphinarium impliqué dans l’importation et la capture de dauphins à des fins commerciales ou récréatives, privées ou publiques.

En effet, « la captivité peut sérieusement compromettre la survie des cétacés en modifiant leur comportement ». Et il est “moralement inacceptable de les maintenir en captivité” pour notre loisir...

Par ailleurs, la capture des animaux pour les delphinariums est généralement une opération meurtrière. C’est par exemple le cas du massacre annuel de la baie de Taiji (décrite dans un film remarquable intitulé La baie de la honte) dans lequel un très grand nombre de dauphins est tué pour que quelques animaux soient capturés pour les delphinariums. Quant à la vie dans les delphinariums pour les animaux,, elle ressemble à celle dans une prison.

En Inde, plusieurs projets de delphinariums ont donc ainsi été immédiatement arrêté. (Il en existe 3 en France). Ce dont se sont bien logiquement félicités les associations de défense des animaux, et en particulier la FIAPO, fédération indienne de défense des animaux, qui a œuvré à cette décision.

Pour en revenir à la société française, quand est-ce que nous allons enfin prendre sérieusement en compte le statut de l’animal ?

Il est temps que la situation change.

 

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Japon : crise écologique sans précédent.

Publié le par Notre Terre

De l'eau contaminée continue de s'échapper dans l'océan…


fukushima-300-tonnes-d-eau-radioactive-se-deversent-chaque-.jpg

 

Tokyo Electric Power (Tepco) peine toujours à endiguer les fuites radioactives autour du site de la centrale nucléaire de Fukushima. Mardi, l’Autorité de régulation nucléaire japonaise a qualifié la situation actuelle du site de «situation d'urgence». De l’eau contaminée continue de s’échapper vers l’océan Pacifique.


Porte-parole de Tepco, Noriyuki Imaizumi a révélé lundi lors d’une conférence de presse que le niveau d’eau de la nappe phréatique contaminée du réacteur n°2 a augmenté rapidement, rapporte le Japan News. « Si le niveau d’eau continue d’augmenter, il pourrait atteindre la surface du sol », a reconnu Noriyuki Imaizumi. Selon l’entreprise, il a crû d’environ 70 centimètres au cours des 20 derniers jours. « Nousallons prendre des mesures pour drainer les eaux souterraines », a-t-il ajouté.


Entre 20.000 et 40.000 milliards de becquerels ont fui dans les eaux de l’océan de mai 2011, soit deux mois après la catastrophe, à juillet 2013, estime Tepco. C’est la première fois que la société publie ses estimations depuis le séisme du 11 mars 2011, qui avait provoqué un gigantesque tsunami, cause d’une panne géante au sein de la centrale de Fukushima.

 

fukushima-ocean-radioactivite.jpg


Quelles conséquences sur l'homme et la faune?

Cet accident nucléaire était le plus grave depuis celui de Tchernobyl, survenu 25 ans auparavant. L’opérateur nippon n’est toujours pas en mesure de contenir ces fuites dans l’océan, dont les conséquences sur la faune maritime, mais aussi l’homme, sont difficiles à évaluer.


Tepco a avoué fin juillet que de l’eau souterraine pleine de tritium, strontium, césium et autres éléments radioactifs ne stagnait pas sous terre, comme prétendu pendant des semaines, mais allait jusqu’à l’océan. La société fait l’objet de critiques récurrentes pour sa façon jugée malhonnête d’informer le public. Les ennuis sont quotidiens à la centrale Fukushima, dans le nord-est de l’archipel, mise en péril par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011.

Environ 3.000 techniciens et ouvriers s’escriment sur le site pour préparer son démantèlement, mais sont en permanence confrontés à de nombreuses avaries dans des lieux inaccessibles à cause de la radioactivité.


Publié dans Pollution

Partager cet article

Un accord sur le recyclage des papiers a été crée entre la presse et le ministère de l'écologie

Publié le par Notre Terre

paquets-de-journaux-consolides-pour-le-recyclage.jpg

 

La presse écrite vient de s’engager en faveur du recyclage des papiers ainsi que de la promotion du tri. Une convention d’engagement volontaire a ainsi été conclue entre les syndicats représentatifs des éditeurs de publications de presse, Ecofolio, éco-organisme en charge de la gestion des déchets de papier, le ministre de l’Ecologie et la ministre de la Communication.


Un objectif très ambitieux a notamment été fixé : atteindre 60% de recyclage des vieux papiers d’ici cinq ans. Les différentes parties prenantes ont défini de manière collective un cadre volontaire d’implication de la presse visant à promouvoir auprès de son lectorat le tri et le recyclage du papier.

Ainsi, journaux et magazines mettront dès cet été à disposition des espaces publicitaires afin de sensibiliser les lecteurs et afficheront douze messages originaux incitant à recycler les papiers, parmi lesquels : « Non au recyclage des idées, oui au recyclage du papier », « Comme dans une série américaine, le papier peut revenir pendant plusieurs saisons », « Un amant, on le remplace. Un papier on le recycle », etc..


Une deuxième campagne aura lieu cet hiver. La presse écrite s’engage également à créer avec Ecofolio un Observatoire du papier et de la presse afin de promouvoir l’écoconception, le tri et le recyclage des journaux et des magazines. Une manière de rappeler que la presse écrite existe toujours bel et bien et que l’ère du tout numérique peut encore attendre un peu.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Les tortues de mer avalent de plus en plus de déchets

Publié le par Notre Terre

tortue-de-mer.jpg

 

Il s'agit d'une espèce en danger...


Les tortues vertes, une espèce en danger, sont de plus en plus nombreuses à ingérer en mer des déchets rejetés par l'homme, voire des sacs plastiques avec lesquels elles peuvent s'étouffer, indique une étude australienne. Selon cette étude, publiée dans la revue scientifique Conservation Biology, six des sept espèces de tortues marines ingèrent des débris rejetés par l'homme et toutes les six sont classées comme vulnérables ou en danger.


«Pour la tortue verte, la probabilité qu'elle ingère des déchets a quasiment doublé en 25 ans», a déclaré Qamar Schuyler, qui a piloté la recherche à l'université du Queensland. «Les tortues vertes en particulier en ingèrent beaucoup plus qu'auparavant», puisque la probabilité est passée de 30% en 1985 à près de 50% en 2012.


Les tortues prennent ces sacs pour des méduses


Pour parvenir à ces statistiques, l'équipe de recherche s'est appuyée sur 37 études publiées de 1985 à 2012 et qui détaillent des données collectées depuis 1900 sur le contenu des estomacs de tortues. Adultes, les tortues vertes mesurent plus d'un mètre et certains spécimens atteignent 1,50 m. Leur espérance de vie est de 80 ans.


Les débris en plastique avalés par erreur par les tortues -qui les prennent en fait pour des méduses, dont elles se nourrissent- peuvent les tuer, en bloquant leur estomac ou en perçant leurs intestins. Ces déchets peuvent aussi libérer des toxines dans le corps de l'animal et affecter par exemple son cycle reproductif, selon Qamar Schuyler.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article

Hausse mystérieuse de la mortalité des dauphins sur la côte Atlantique des USA

Publié le par Notre Terre

dauphin.jpg

 

 

Les autorités américaines ont déclaré vendredi enquêter sur une hausse surprenante de la mortalité chez les grands dauphins le long de la côte Atlantique des Etats-Unis.


En juillet, 89 dauphins se sont échoués sur les plages côtières de l'Atlantique et 35 autres ont été retrouvés morts jusqu'à présent en août, des chiffres inhabituellement élevés. 

Les scientifiques tentent notamment de découvrir si un pathogène contagieux pourrait être à l'origine de ces morts prématurées, certains animaux ayant présenté des lésions pulmonaires. 

Les chercheurs estiment qu'il s'agit "d'une mortalité inhabituelle" due à "une extinction inattendue et importante", s'étendant le long des côtes de New York, du New Jersey, du Delaware, du Maryland et de la Virginie --Etats de l'est des Etats-Unis-- depuis début juillet. 

"Les examens préliminaires de tissus d'un dauphin révèlent une possible infection par le morbillivirus bien qu'il soit encore trop tôt pour dire si le morbillivirus est à l'origine de ces décès", a expliqué l'Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA) dans un communiqué. 

Cependant, les scientifiques constatent que l'existence "d'un pathogène contagieux reste au sommet de la liste des causes potentielles" de la mort des dauphins. 

La plupart des dauphins étaient déjà morts lorsqu'ils ont été retrouvés. Un petit nombre étaient encore en vie lorsqu'ils se sont échoués, mais pour mourir peu après. 

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article