La citation du jour

Publié le par Gerome

“En permettant l'homme, la nature a commis beaucoup plus qu'une erreur de calcul: un attentat contre elle-même.”


Emil Michel Cioran

 

AVT_Cioran_5405.jpeg

Publié dans Les citations

Partager cet article

80 % de la jungle de Bornéo modifiée par l’Homme

Publié le par Gerome

borneo.jpg

 

 

À Bornéo, on découvre régulièrement de nouvelles espèces. Voilà qui pourrait rapidement changer, car la forêt tropicale est mise à mal : son anthropisation impacte 80 % de la jungle malaisienne.


L’île de Bornéo est célèbre pour la richesse de sa biodiversité. Des dizaines de milliers d’espèces animales et végétales se partagent cette immense forêt tropicale qui s’étend sur le Brunei, la Malaisie et l’Indonésie. Cependant, l’île est menacée par une déforestation qui frappe par sa rapidité. L’industrie du bois, le développement des plantations de palme ainsi que les feux de forêt ravagent complètement la jungle. Dans une nouvelle étude, parue dans la revue Plos One, une équipe montre que la partie malaisienne de l’île est à 80 % impactée par l’anthropisation des sols.

 

À partir des données satellite issues du projet Carnegie Landsat Analysis System-lite (CLASlite), l’équipe menée par le chercheur Greg Asner a montré qu’entre 1990 et 2009 près de 364.000 km de routes ont été construits dans la forêt du côté malaisien. L’état de dégradation des États de Sabah et Sarawak n’avait jamais été quantifié de façon aussi précise. D’après l’étude, seulement 8 % et 3 % des zones de forêts de Sabah et Sarawak demeurent intactes. À titre de comparaison, 54 % de la forêt tropicale du Brunei est épargné.

 

 

Les études antérieures utilisaient des méthodes de cartographie satellite. Or, par ce moyen, les résultats ne pouvaient pas prendre en compte la dégradation de la forêt. « L'exploitation forestière lourde laisse un sillage de dégradation des forêts, et ce même si la zone peut encore ressembler à une forêt dans l'imagerie satellite classique. Avec le système CLASlite, nous pouvons voir les effets de l'exploitation sur la voûte intérieure de la forêt. Le système a révélé une dégradation extrêmement répandue dans ce cas », commente Greg Asner. Bornéo est une île de biodiversité, mais tout comme Madagascar, elle est confrontée à une frénésie d’utilisation des sols qui, non réglementée, pourrait bien mettre en danger l’écosystème entier de l’île.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Au Venezuela, un projet minier suscite une vive inquiétude parmi les Indiens

Publié le par Gerome

 braz-yano-ve-004_article_column.jpg

 

 

Une délégation d’Indiens ye’kuana et sanema se sont rendus à la capitale vénézuélienne pour exprimer leur inquiétude face aux effets dévastateurs de l’exploitation minière sur leurs terres.

Les orpailleurs envahissent les territoires indiens du sud du Venezuela depuis de nombreuses années, polluant les cours d’eau et détruisant les forêts.

L’organisation ye’kuana Kuyjani a déclaré : ‘La terre est fondamentale pour les Indiens ye’kuana et sanema; c’est sur notre terre que notre culture est née, c’est ici que nous éduquons nos enfants… notre territoire garantit notre sécurité alimentaire, celle de nos enfants et des générations futures’.



Les Indiens appellent à l’arrêt immédiat et total de l’exploitation de l’or, du diamant et de tout autre minerai dans le bassin du rio Caura,qui est un sanctuaire de biodiversité pour les Ye’kuana et les Sanema ainsi que pour la nation vénézuélienne dans son ensemble.

En mars dernier, la COIAM, une fédération d’organisations indigènes, avait exprimé sa profonde préoccupation devant le projet gouvernemental visant à autoriser la CITIC, une compagnie minière chinoise, à prospecter dans ‘l’Arc minier de l’Orénoque’ dans lesEtats d’Amazonas et de Bolivar.

CITIC compte établir cinq campements miniers dans des régions habitées par différents groupes indiens, dont les Ocamo qui viventau cœur du territoire yanomami.



Dans son communiqué, la COIAM exprime la ‘profonde préoccupation’ des Indiens et leur ‘refus’ du projet minier qui aura des impacts socio-environnementaux destructeurs et ‘contraires à leur conception de la vie et de la terre mère essentielle à leur survie collective’. Elle appelle le gouvernement à reconsidérer de toute urgence son projet minier et sa politique indigène.

La COIAM affirme qu’il n’y a eu aucune consultation préalable et informée des peuples indigènes, ce qui viole la Constitution vénézuélienne et la législation internationale relative aux droits des peuples autochtones.

Publié dans Pollution

Partager cet article

En Corée du Sud (et ailleurs), les OGM contaminent l'environnement

Publié le par Gerome

monsanto3

 

 

Selon un rapport publié par un institut agronomique sud-coréen, le nombre de cas de contamination de l'environnement par des cultures génétiquement modifiées interdites grimpe en flèche. Les écosystèmes locaux sont menacés.

 

Un rapport (relevé par inf'OGM) sur la contamination de l'environnement par des organismes génétiquement modifiés (OGM) interdits de culture mais autorisés à l'importation, vient d'être publié par l'Institut national de recherche sur l'environnement de Corée du Sud (NIER). 626 échantillons de quatre grandes cultures (maïs, soja, coton et colza) ont été recueillis en 2012, dans des zones naturelles jouxtant les ports, les lieux de stockage et les voies de communication utilisées pour leur transport.

 

Des OGM ont été retrouvés dans 42 de ces échantillons, provenant de 19 régions différentes. Ce nombre est en forte augmentation : en 2009, les OGM avaient été détectés dans seulement huit zones, puis dix en 2010 et en 2011. Pour finir, donc, à 19 en 2012. Le nombre de municipalités ayant connu au moins un cas de contamination est passé de 8 en 2009 à 22 en 2012.


La contamination se fait principalement par dissémination accidentelle, pendant le transport ou le stockage, ou encore sur les lieux de transformation ou d'utilisation. Le rapport souligne qu'il existe un certain nombre d'indications inquiétantes qui laisseraient à penser que les OGM modifient en profondeur l'écosystème naturel. La composition microbienne des sols est altérée, et les arthropodes herbivores disparaissent, attaqués par les pesticides produits par les OGM (même s'ils n'en sont pas la cible originelle). Résultat : une partie de la chaîne alimentaire est détruite, déséquilibrant totalement l'écosystème. Sans parler de la contamination des espèces naturelles par des gènes d'OGM, qui accélère nettement le phénomène.


Au Mexique, en Suisse, aux Etats-Unis... un peu partout, les OGM se disséminent dans l'environnement, lentement, mais sûrement. Mais qu'on se rassure, nos meilleurs chercheurs nous affirment que les OGM sont totalement inoffensifs, pour la santé comme pour l'environnement... Ceux-là même qui nous démontrent par A+B que... la contamination de l'environnement est impossible ? Aïe.

 

 


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Une société japonaise invente une voiture alimentée à l'eau

Publié le par Gerome

 

 

 

 

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article