L'ensemble de la Polynésie aurait été irradiée par les essais nucléaires

Publié le par Gerome

champignon.jpg

 

L'ensemble de la Polynésie française a été exposé aux radiations des essais nucléaires conduits par la France entre 1966 et 1974 qui ont provoqué des retombées massives de plutonium sur Tahiti, rapporte mercredi 3 juillet Le Parisien-Aujourd'hui en France.

 

En janvier, la commission du secret de la défense nationale a rendu un avis favorable à la déclassification de 58 documents portant sur les tirs nucléaires réalisés par la France en Polynésie sur cette période.

 

L'armée avait reconnu en 2006 que l'un des tirs du 17 juillet 1974 avait provoqué des retombées jusqu'à Tahiti, l'île la plus peuplée de Polynésie, sansdonner plus des précisions. Les retombées sous forme de pluie de ce tir sur Tahiti les 19 et 20 juillet "contenaient du plutonium, l'élément le plus dangereux pour la santé", écrit Le Parisien.

 

 ENQUÊTE OUVERTE POUR "HOMICIDE INVOLONTAIRE"


La radioexposition au plutonium a été de "500 fois la concentration maximale admissible en une heure", selon le quotidien, qui fait également état d'une zone radioactive plus importante que ce qui a été annoncé par l'Etat. "Les documents déclassifiés permettent de chiffrer à plus de 350 le nombre de retombées radioactives sur l'ensemble de la Polynésie", indique Le Parisien.

 

Pour la première fois, les documents de l'armée indiquent également que des militaires de l'armée française ont été exposés à ces radiations.

 

Environ 150 000 personnes ont participé en tant que personnel civil et militaire aux 210 essais nucléaires français réalisés dans le Sahara algérien entre 1960 et 1966 puis en Polynésie française entre 1966 et 1974. En 2004, le pôle santé publique du tribunal de Paris a ouvert une enquête pour "homicide involontaire, atteinte à l'intégrité physique et administration de substance nuisible", à la suite d'une plainte de l'Association des vétérans des essais nucléaires français.

Publié dans Pollution

Partager cet article

Taux élevés de substances cancérigènes dans le Pepsi

Publié le par Gerome

D'après un groupe environnemental, le colorant caramel utilisé dans le Pepsi contient encore un niveau trop élevé d'agents cancérigènes, malgré les promesses faites par l'entreprise d'adapter la fabrication. En Mars, PepsiCo Inc. et Coca-Cola Co. avaient en effet annoncé qu'ils modifieraient leurs formules afin de retirer les substances cancérigènes de leurs boissons.

 

404422_10151166165825061_811670060_22538101_247427692_n-650.jpg


Le produit chimique incriminé est le 4-méthylimidazole, celui-ci peut se former pendant le processus de cuisson. Selon le groupe de surveillance alimentaire américain Center for Environmental Health, les produits Coca-Cola n'ont plus montré de tests positifs à ce cancérigène lors des dernières études effectuées tandis que chez Pepsi, on retrouve encore des traces de ce produit. 

Pepsi s'est défendu en expliquant que ses fournisseurs étaient en train de changer leur processus de fabrication afin de réduire la quantité de 4-méthylimidazole. Ce processus serait terminé en Californie, mais ne le sera qu'en février 2014 dans le reste des Etats-Unis. Pepsi a ajouté que cette modification sera également appliquée dans le reste du monde, mais n'a pas précisé de calendrier à ce sujet.

La couleur du cola est en partie due au 4-méthylimidazole, un produit chimique qui se forme lors de la production du colorant alimentaire. Coca-Cola, Pepsi et d'autres fabricants insistent sur le fait que celui-ci ne présente aucun danger pour la santé à faibles doses. Cependant, des études ont démontré que l'exposition à long terme à cette substance provoque des cancers du poumon chez les rats.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Une hécatombe! 37 millions d'abeilles trouvées mortes en Ontario (Canada)

Publié le par Gerome

 

Publié dans Nature

Partager cet article

La Commission européenne autorise la mise sur le marché d'aliments contenant des colzas OGM

Publié le par Gerome

ogm-danger.jpg

 

Une très mauvaise nouvelle pour la planète et les populations d'Europe et d'ailleurs, mais une très bonne affaire pour Monsanto et son pote Bayer. On sera tenté de dire une de plus...


Donc, les soit-disant.e.s élu.e.s du peuple qui siègent à Bruxelles et qui affament les populations d'Europe de par leurs choix et décisions politiques, stratégiques et économiques, au service du grand capital, de la mafia financière, des grands trusts pétrochimiques (Total, Shell, Chevron, etc), de l'industrie nucléaire (Areva, EDF, Bouygues, Vinci, Matra, Tepco, etc), et last but not least, des lobbies agro-industriels tels que Monsanto, autorisent 
la mise sur le marché de produits alimentaires issus des colzas génétiquement modifiés Ms8, Rf3 et Ms8 x Rf3 pour dix ans.Une très mauvaise nouvelle pour la planète et les populations d'Europe et d'ailleurs, mais une très bonne affaire pour Monsanto et son pote Bayer. On sera tenté de dire une de plus...

 

Bref, nous, nos gosses ne pouront plus bouffer sans s'empoisonner. Il reste à faire pousser nos légumes et réaliser tout nous-mêmes.

Décision irresponsable, prise comme d'habitude par nos représentant.e.s élu.é.e.s qui, comme d'habitude, servent de puissant levier au lobby agro-industriel et agrochimique !

Bayer, le Monsanto made in Europe profite des largesses des potes à Barroso.

Je vais encore en rajouter une couche tellement la moutarde me monte au nez, Bayer, entreprise de sinistre mémoire pendant la guerre, doit profiter des largesses de la communauté europénne étant donné que c'est une entreprise allemande et que l'Europe se prépare à créer une Zone de libre-échange  UE et Etats-Unis.

Faut bien harmoniser la législation entre les deux blocs capitalistes, Barroso, Merkel, Hollande et les autres... Obama l'a déjà fait cette année avec le Monsantoact.

Article d'actu-environnement.com et les liens pour confirmer le génocide planétaire sur le vivant en cours :

Par une décision publiée le 27 juin, la Commission européenne autorise la société Bayer CropScience à mettre sur le marché des denrées et ingrédients alimentaires contenant les colzas génétiquement modifiés Ms8, Rf3 et Ms8 x Rf3. L'autorisation est valable dix ans.

Ces produits sont soumis à des exigences d'étiquetage. La société bénéficiaire de l'autorisation doit également établir un plan de surveillance des effets sur l'environnement et remettre des rapports annuels à la Commission.


L'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) avait estimé en septembre 2012 que ces colzas "étaient aussi sûrs que leur homologue non génétiquement modifié quant à leurs effets potentiels sur la santé humaine et animale ou sur l'environnement".

Par une décision du 26 mars 2007, la Commission avait déjà autorisé l'utilisation d'aliments pour animaux contenant ces mêmes colzas génétiquement modifiés.

 


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Le saccage des richesses de l’Afrique par l’empire en une image

Publié le par Gerome

limpc3a9rialisme-en-afrique.jpg

 

 

Publié dans Pollution

Partager cet article