Top 50 des marques les plus « écolos »

Publié le par Gerome

C’est vendredi, le groupe de conseil sur les marques, Interbrand, publie le Best Global Green Brands 2013 (le classement des 50 marques mondiales les plus respectueuses de l’environnement) ou plutôt le top du greenwashing ?

 

La perception de la marque par les consommateurs et sa performance mesurée à partir des prises de conscience écologiques, de la création et du maintien de produits et de services respectueux de l’environnement ainsi qu’une sensibilisation des consommateurs aux avantages de ces pratiques ont permis de réaliser ce classement.

 

 

Ironiquement, les leaders sont les concepteurs automobiles, Toyota, Ford, Honda, Nissan, cela grâce à la commercialisation de voitures électriques et hybrides. On constate également que les marques de technologie et télécommunications dominent le classement notamment grâce à la création des ampoules à économie d’énergie. Spéciale mention pour Shell (!) qui réussit à faire partie du classement…

Voir l’étude sur le site d’Interbrand

 

Top_50_Marques_Vertes-635x557.jpg

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Océans – Les Poubelles Radioactives – Documentaire Français Complet

Publié le par Gerome

 

Publié dans Pollution

Partager cet article

L'herbicide de nos jardins se retrouve dans le corps humain

Publié le par Gerome

amis-terre-pesticide.jpg

 

 

L’association Les Amis de la Terre a voulu rechercher comment les herbicides utilisés dans l’agriculture et les jardins privés pouvaient affecter le corps humain. Après avoir analysé le sang de volontaires dans 18 pays européens, l’association affirme que "49,3 % des échantillons" testés (entre 8 et 12 par pays) présentaient des traces de glyphosate, l’herbicide le plus vendu dans le monde.

 

 

Selon les informations données par les Amis de la Terre, les recherches se sont appuyées sur l’analyse d’échantillons d’urine de sujets habitant en ville, n’ayant pas utilisé ni manipulé de produits à base de de glyphosate dans la période précédant les tests. Les résultats positifs révèlent la présence de "traces" de ce produit chimique dans le corps humain, sans toutefois en préciser la quantité exacte ni analyser si ces quantités peuvent être nocives pour l’homme.


Les Amis de la Terre ont ciblé cet herbicide car il est "employé par les agriculteurs, les collectivités locales et les jardiniers". Certaines plantes OGM sont également "traitées au glyphosate", et "importées en Europe pour nourrir les animaux d’élevage ".

Le glyphosate est vendu sous la marque "Roundup", commercialisé par Monsanto.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

OGM : Du riz avec des gènes de foie humain

Publié le par Gerome

biopharming.jpg

 

 

On se rapproche sournoisement du fameux film de science-fiction (d’anticipation selon Wikipédia, c’est tout dire) Soleil Vert, dans lequel les êtres humains qui n’ont pas les moyens d’acheter des aliments naturels à cause de leurs prix exorbitants, mangent un aliment de synthèse, produit par une multinationale, qui s’avérera être fabriqué à partir de cadavres humains. 

Selon le site américain WorldTruht TV, de réputation sérieux, la Société Ventria cultive dans le Kansas, du riz OGM contenant des gènes de foie humain dans le but d’en extraire les protéines artificielles et fabriquer des produits pharmaceutiques. 

Pratique scandaleuse au regard de la morale humaine universelle et des risques pour l’Humanité dont plus de la moitié dépend pour sa survie du riz quand on sait la capacité de propagation des graines OGM. 



« A moins que vous achetiez du riz « certifié biologique », vous pourriez peut-être manger du riz contaminé avec de véritables gènes humains. 

Il s’agit d’un riz OGM réalisé par la société de biotechnologie Ventria Bioscience qui est actuellement cultivé sur 3.200 hectares à Junction City, Kansas – et peut-être ailleurs – et la plupart des gens n’ont aucune information à ce sujet. 

Depuis environ 2006, Ventria procède discrètement à la culture d’un riz OGM contenant des gènes de foie humain dans le but d’extraire les protéines artificielles produites par ce « Frankenrice » (contraction de « Frankenstein et « rice », riz en anglais- ndrl) afin de les utiliser dans des produits pharmaceutiques. Avec l’approbation de l’US Department of Agriculture (USDA), Ventria a utilisé l’une des céréales les plus largement cultivées au Monde aujourd’hui, et l’a transformée en un catalyseur pour produire de nouveaux médicaments. 

A l’origine, la culture de ce riz OGM, qui se décline en trois variétés approuvées (http://www.aphis.usda.gov/brs/biotech_ea_permits.html), a été limitée à l’environnement de laboratoire. Mais en 2007, Ventria a décidé d’exporter le riz à l’extérieur. L’entreprise a d’abord essayé de planter les cultures dans le Missouri, mais a rencontré une résistance de Anheuser-Busch et d’autres, qui ont menacé de boycotter tout le riz de l’Etat dans le cas où Ventria commence à planter son riz à l’intérieur des frontières de l’Etat (http://todayyesterdayandtomorrow.wordpress . com ). 

Ventria s’est finalement rabattue sur le Kansas, où elle a développé sa culture du riz OGMdans le but de fabriquer des médicaments sur 3.200 hectares à Junction City. Et alors que ce riz OGM à base de gènes humains n’a jamais été approuvé pour la consommation humaine, il est maintenant cultivé dans des champs ouverts où le risque de contamination et la propagation effrénée de se gènes indésirables est pratiquement acquis. 


»Ce n’est pas un produit que tout le monde veut consommer», a déclaré Jane Rissler de l’ Union of Concerned Scientists (UCS) au Washington Post en 2007. »Il n’est pas sage de produire des médicaments en dehors des plantes. »Bien que des dizaines de milliers de réactions hostiles ont eu lieu et que beaucoup s’inquiètent à juste titre la propagation des gènes OGM, l’USDA a approuvé la culture ouverte du riz Ventria alors que la Food and Drug Administration (FDA) avait refusé l’approbation du riz OGM de Ventria en 2003.(http://www.kansasruralcenter.org/publications/PharmaRice.pdf ).Le riz «pharmaceutique» OGM pourrait causer davantage de maladies, indique le rapport 

Outre la menace de contamination et de propagation sauvage, ce riz OGM, qui est soi-disant cultivé pour aider les enfants du tiers monde à surmonter la diarrhée chronique, peut provoquer à l’inverse d’autres maladies chroniques. 

«Ces médicaments issus du génie génétique pourraient exacerber certaines infections, ou provoquer des réactions dangereuses du système immunitaire ou allergiques», a déclaré Bill Freese, analyste de la politique scientifique au Centre for Food Safety (CFS), qui a publié un rapport en 2007 sur les dangers du riz OGM de Ventria. 

Vous pouvez consulter ce rapport ici:http://www.centerforfoodsafety.org

Les sources de cet article: 

http://www.organicconsumers.org/ge/humangene042505.cfm

http://www.washingtonpost.com

http://www.worldwatch.org/node/4956

http://todayyesterdayandtomorrow.wordpress.com

http://www.naturalnews.com/035745_GMO_rice_human_genes_Kansas.html # ixzz1tqzFZAjZ

Source: WordlTruth.TV (en américain, traduction Eldon)



http://www.blogapares.com/dur-riz-ogm-avec-des-genes-de-foie-humain/

 


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Singapour suffoque, l'Indonésie tente de déclencher la pluie

Publié le par Gerome

pollution-indonesie.jpg

 

 

La pollution à Singapour, provoquée par des feux de forêts dans l'Indonésie voisine, a atteint vendredi un niveau "dangereux", poussant Jakarta à recourir aux moyens extrêmes, comme l'ensemencement de nuages dans l'espoir de faire tomber une pluie providentielle.

 

L'indice de pollution à Singapour a dépassé les 400, un record historique qui "peut représenter une menace pour la vie des malades et des personnes âgées", a indiqué l'agence gouvernementale de la qualité de l'air. Le niveau était retombé à 143 en fin de journée. Tout indice supérieur à 300 est considéré comme "dangereux" pour la santé des quelque 5,3 millions d'habitants de la cité-Etat, où les gratte-ciels de verre et d'acier étaient perdus dans une fumée à l'odeur âcre. 

Les Singapouriens, souvent considérés comme des obsédés de la propreté et de la santé publique, se ruaient chez leur médecin. Philip Koh, médecin de famille, a ainsi observé une hausse de 20% de patients dans son cabinet. "C'est déjà élevé, à 400. Jusqu'à où ça va monter?", se demande le médecin, précisant que les stocks de masques jetables de sa clinique étaient presque épuisés. 


L'Indonésie responsable


Chaque année à la même période, la petite île de Singapour étouffe sous l'épaisse fumée que lui envoie l'île indonésienne voisine de Sumatra, où la culture sur brûlis est encore largement pratiquée. Mais le problème atteint cette fois-ci des proportions historiques, provoquant une guerre des mots entre l'Indonésie et Singapour. Le ministre singapourien de l'Environnement, Vivian Balakrishnan, a effectué vendredi un déplacement en Indonésie, après avoir la veille exhorté l'archipel à agir "de manière décisive et urgente". 

Mais à Jakarta, Agung Laksono, le ministre indonésien responsable de la lutte contre les feux de forêts, a répondu très sèchement, estimant que Singapour "devrait cesser de se comporter comme un enfant et de faire tout ce bruit". Le ministre a par ailleurs renvoyé la balle à la cité-Etat, évoquant la possibilité que les feux aient été allumés par certaines plantations de palmiers à huile singapouriennes ou malaisiennes qui ont d'importantes concessions à Sumatra. 

L'Indonésie n'en a pas moins redoublé d'efforts. Lors d'une réunion d'urgence jeudi soir, le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono a ordonné "la mobilisation immédiate des ressources du pays". Mais les pompiers sont "dépassés", confesse Ahmad Saerozi, responsable de l'agence de conservation des ressources naturelles de la province de Riau, ravagée par les incendies. 

Déclenchement artificiel de pluie


Face à ces difficultés, les autorités ont décidé de recourir à des moyens originaux comme le déclenchement artificiel de pluie. Trois hélicoptères et deux avions ont été dépêchés vers Riau afin d'ensemencer les nuages, a indiqué le porte-parole de l'Agence nationale des catastrophes, Sutopo Purwo Nugroho. La technique consiste à larguer de vastes quantités de produits chimiques dans les nuages afin de provoquer la formation de cristaux de glace qui accélèrent l'éclatement d'averses.

 


Seule cette pluie providentielle semblait en mesure de venir à bout des incendies qui s'étendent sur des centaines d'hectares. Le Premier ministre de Singapour, Lee Hsien Loong, a averti que le pic de pollution pourrait durer "plusieurs semaines", une hypothèse qui pourrait sérieusement affecter l'économie de l'île, en partie dépendante du tourisme.

 

 

Le nuage de fumée représente également une menace d'accident dans l'importante voie maritime du détroit de Malacca, a averti l'Association singapourienne du transport maritime (SSA), qui s'est dit "très inquiète". La pollution atmosphérique touche également la Malaisie voisine. Des centaines d'écoles ont dû être fermées tandis que la capitale Kuala Lumpur commençait à être envahie par un épais smog, sans cependant que l'indice de pollution atteigne un niveau inquiétant.

 


Publié dans Nature

Partager cet article