Pauvreté, climat: la Banque mondiale veut exister face aux pays émergents

Publié le par Gerome

Réchauffement climatique, nouvel agenda sur la pauvreté: la Banque mondiale (BM) se démène pour prouver son utilité à l'heure où son rôle semble contesté par les puissances émergentes, Chine en tête.

Recouvrant le siège de l'institution à Washington, où se tient son assemblée générale, d'immenses photos rappellent le nouvel objectif-choc fixé début avril par le président de la BM, Jim Yong Kim: éradiquer l'extrême pauvreté d'ici à 2030 sur le globe.


La Banque mondiale avait déjà fait sensation fin 2012 en s'aventurant sur un terrain qui lui est bien moins familier. Elle avait publié un rapport alarmiste sur le réchauffement climatique et le "cataclysme" d'une hausse de 4°C du thermomètre mondial.

Cet activisme est "logique pour une organisation bureaucratique qui veut renouveler ses priorités", assure à l'AFP Jacob Kirkegaard, chercheur au Peterson Institute de Washington. Mais il intervient à un moment particulier pour la Banque mondiale.

Alors que le FMI est aux avants-postes de la crise en Europe, l'institution est concurrencée par certaines puissances émergentes, qui cherchent à renforcer leur poids sur la scène internationale en utilisant leur puissance de feu financière.


Le Qatar et la Chine


Dotée des plus importantes réserves de change au monde (3.440 milliards de dollars en mars), la Chine a massivement investi en Afrique, dont elle est le premier partenaire commercial depuis 2009, pour financer des projets d'infrastructure sans exiger les mêmes conditions que la BM.

Puissance montante, le Qatar vient, lui, d'annoncer une assistance financière de 5 milliards de dollars à l'Egypte à l'heure où les négociations sur un plan d'aide avec le FMI s'étirent en longueur.


"C'est un défi pour la Banque mondiale qui doit s'assurer que ses structures et ses programmes sont adaptés à un monde où les économies émergentes ont un rôle plus important à jouer", a indiqué un porte-parole de l'ONG Oxfam, Didier Jacobs.

Cette nouvelle donne a connu son point d'orgue fin mars à Durban, en Afrique du Sud, où les pays des Brics ont annoncé le lancement de leur propre banque de développement afin de se passer d'une institution encore nettement dominée par les Occidentaux.


Frustration


"Le rapport de forces (au sein de la Banque mondiale) est totalement déséquilibré en faveur des pays développés. Cela nourrit une certaine frustration", assure Sunita Dubey, de l'ONG indienne Vashuda Foundation.

Encore en chantier, la nouvelle structure des Brics pourrait-elle à terme marginaliser la BM ? Arrivé en juillet à la tête de l'institution, M. Kim balaye cette hypothèse.

"Je n'ai vraiment aucun doute sur le fait que nous resterons utiles pendant très longtemps (...). Nous sommes de plus en plus sollicités", a-t-il assuré jeudi, défendant l'approche prudente de son institution.

"L'attention que nous portons à la corruption, à la qualité des projets (que nous finançons) est un formidable atout", a-t-il détaillé.

Réunissant 24 pays émergents, le "G24" a toutefois émis quelques critiques sur l'action de la Banque mondiale jeudi, l'appelant à améliorer la "flexibilité" de ses instruments et sa "réactivité".


Miser sur la "qualité"


Selon Oxfam, la Banque mondiale doit, pour continuer à compter, miser sur la "qualité" en concentrant ses efforts sur la pauvreté et en établissant des "règles exigeantes" sur le financement des projets de développement.

En termes de puissance financière, la Banque mondiale n'a pas les moyens de "rivaliser" face aux grands pays émergents mais peut compter sur son expertise et... sur le facteur temps, d'après M. Kierkegaard.


"La BM a peut-être temporairement perdu son rôle dominant mais à un certain moment les investissements chinois à l'étranger pourraient être plus faibles que maintenant" en cas de ralentissement économique à Pékin, a-t-il ajouté.

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Moins de gobelets en carton chez Starbucks

Publié le par Gerome

La chaîne de cafés lance en Grande-Bretagne un mug réutilisable...

 

starbucks2.png


Un café et un mug: pour une livre sterling de plus, les clients des cafés Starbucks en Grande-Bretagne pourront repartir avec leur mug réutilisable, rapporte le Guardian. Et surtout, ils pourront revenir avec: ils auront alors droit à une remise de 25 pence (environ 30 centimes) sur leur boisson.


La chaîne de cafés vend déjà des mugs en céramique mais ce gobelet sera plus léger pour inciter les consommateurs à l'emporter avec eux. «Nous savons que notre clientèle est attentive aux économies et à l'environnement, explique Ian Cranna, en charge du marketing de Starbucks au Royaume-Uni. Entre 2008 et 2012, le nombre de personnes utilisant un tumbler réutilisable a augmenté de 235%. Notre nouveau mug est bon marché et constitue une manière efficace de réduire significativement les déchets.»


Starbucks espère atteindre 5% de boissons vendues dans ces mugs d'ici à 2015. On ignore en revanche comment les serveurs feront pour écrire votre nom dessus.

 

 

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Les Indiens du Brésil occupent le Congrès pour défendre leurs droits territoriaux

Publié le par Gerome

indiens-bresil-congres.jpg 

 

Tandis qu’aujourd’hui le Brésil célèbre le ‘Jour de l’Indien’, des centaines d’Indiens ont investi le Congrès depuis le début de la semaine pour protester contre les tentatives de modification de la législation brésilienne relative aux droits territoriaux.

Les Indiens sont offensés par une proposition d’amendement constitutionnel qui affaiblirait leurs droits territoriaux. Ils craignent que le ‘PEC 215’, en donnant du pouvoir au Congrès dans le processus de démarcation, n’entraîne davantage de retard et d’obstacles à la reconnaissance et à la protection de leur territoires ancestraux.



Les Indiens affirment qu’ils continueront de manifester tant que le projet d’amendement n’aura pas été abandonné.

Tout comme la directive 303, l’amendement 215 est le résultat de la pression du puissant lobby rural brésilien qui compte de nombreux propriétaires terriens établis sur les terres indigènes.

Ces deux instruments annoncent un désastre pour des milliers d’Indiens qui attendent que le gouvernement reconnaisse officiellement leurs territoires, ainsi qu’il s’y était formellement engagé.

Tandis que l’industrie de la canne à sucre qui tire profit des plantations établies dans les territoires indiens est en plein essor, les Guarani du Mato Grosso do Sul sont victimes de malnutrition, de violence, de meurtres et de l’un des plus hauts taux de suicide au monde. Le porte-parole guarani Tonico Benites explique : ‘Si le taux de suicide des Guarani augmente, c’est en raison du retard pris par les autorités dans l’identification et la démarcation de nos territoires ancestraux’.



Dans d’autres parties du Brésil, les Indiens luttent pour protéger leurs territoires de l’invasion des bûcherons, des éleveurs, des orpailleurs et des colons. Les Awá qui vivent au nord-est de l’Amazonie sont considérés comme la tribu la plus menacée au monde. Ceux qui vivent encore dans l’isolement ne survivront pas si des mesures ne sont pas prises d’urgence pour protéger leurs forêts.

Hier, l’association yanomami Hutukara a organisé une manifestation d’environ 400 personnes à Ajarani, à l’est de leur territoire. Cette région est occupée par des éleveurs de bétail depuis des décennies. Malgré une décision judiciaire ordonnant leur expulsion, ils refusent de partir.

Le vice-président de l’association Hutukara, Mauricio Ye’kuana, a déclaré : ‘La présence des fermiers dans la région a gravement nui aux Indiens et à l’environnement [comme la déforestation et les incendies de forêt]. Nous voulons en finir avec tout ceci’.



Les Indiens munduruku manifestent depuis des mois contre le projet d’une série de barrages hydroélectriques sur le Tapajós, un affluent majeur de l’Amazone.

Le mois dernier, l’armée et la police ont lancé ‘l’opération Tapajós’ afin de neutraliser les manifestations indiennes contre les équipes techniques qui viennent étudier la région dans le cadre de l’implantation du premier barrage, Sao Luis do Tapajós.

Le 16 avril, un juge fédéral a ordonné l’arrêt immédiat de cette opération ainsi que l’obligation de consulter les Indiens et les communautés affectées avant d’entreprendre des études techniques. Le juge a également ordonné la réalisation d’une étude d’impact environnemental sur les effets cumulatifs des barrages.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Protestation mondiale contre un projet gazier en Amazonie

Publié le par Gerome

camisea-landscape_article_column.png 

 

Survival International appelle à une manifestation mondiale le mardi 23 avril devant les ambassades et consulats péruviens de plusieurs pays contre le dangereux projet d’expansion du projet gazier Camisea en Amazonie péruvienne qui fait peser de graves menaces sur la vie de plusieurs groupes d’Indiens isolés.

Les manifestants brandiront des pancartes et des masques à gaz symbolisant les conséquences mortelles du projet Camisea sur les tribus isolées de la région et remettront une pétition aux ambassades et consulats péruviens de Paris, Londres, Madrid, Berlin et San Francisco.

La pétition qui exhorte le président péruvien à empêcher l’invasion des territoires indiens par les compagnies extractives a réuni plus de 120 000 signatures à travers le monde.



Les Indiens isolés sont extrêmement vulnérables aux maladies transmises par les étrangers. Dans les années 1980, une opération d’exploration gazière dans le bloc de Camisea avait eu pour conséquence la mort de la moitié de la tribu nahua.



 Camisea est situé en plein cœur de la réserve Nahua-Nanti créée pour protéger plusieurs tribus isolées et non contactées. Elle est également la zone tampon du Parc national du Manu, estimé par l’UNESCO comme ‘le lieu le plus riche en biodiversité au monde’. Considéré comme le plus important projet gazier du Pérou, il est exploité par les compagnies Pluspetrol (argentine), Hunt Oil (nord-américaine) et Repsol (espagnole).

Le ministre péruvien de l’Energie est sur le point d’autoriser l’expansion massive du projet malgré l’appel pressant des Nations-Unies à la ‘suspension immédiate’ des opérations qui se révéleront dévastatrices pour les Indiens isolés.



En dehors des risques sanitaires dus aux contacts, la prospection gazière menace de détruire une grande partie de la forêt et de faire fuir le gibier dont les Indiens isolés dépendent pour leur survie.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘L’expansion du projet Camisea au cœur du territoire des Indiens isolés est totalement hasardeuse et irresponsable. L’organisation des Nations-Unies a appelé à l’abandon de ce projet. Il faut espérer que le gouvernement péruvien aura la sagesse de l’écouter’.



Note aux rédactions :

A Paris, la manifestation aura lieu mardi 23 avril de 12h à 14h face à l’Ambassade du Pérou (50 avenue Kléber, 75016 Paris), au coin de l’avenue Kléber et de la rue de Belloy.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article

Une forêt protégée de Sumatra bientôt vendue à une société minière?

Publié le par Gerome

Une société minière cotée à Toronto, au Canada, travaille en étroite collaboration avec le gouvernement indonésien afin de faire retirer le statut protégé d'une forêt de quelque 1,6 millions d'hectares sur l'île de Sumatra.

 

singe-sumatra.jpg


Dans un communiqué publié mardi, East Asia Minerals Corporation affirme être activement impliqué dans l'élaboration d'un nouveau plan d'aménagement dans la province d'Aceh. Les modifications proposées concerneraient de vastes zones de forêts protégées. Près d'un million d'hectares reviendraient ainsi à l'exploitation minière, 416.086 ha à l'exploitation forestière et 256.250 ha aux plantations d'huile de palme.

Et d'ajouter: "Dès que la forêt aura été reclassée, notre société se verra accorder la possibilité de poursuivre son programme de forage". "La lenteur de la reclassification serait imputable à une coalition de groupes environnementaux et autres ONG".

En effet, ce reclassement de la zone est contesté par de nombreux groupes environnementaux car il pourrait mettre en péril la biodiversité de renommée mondiale de la province, y compris les orangs-outans, rhinocéros, tigres et éléphants qui peuplent la région et qui sont déjà en voie de disparition. Des préoccupations reprises le mois dernier par un groupe de biologistes et scientifiques qui ont averti que ce nouveau statut pourrait avoir un immense impact écologique, qui joue lui aussi un rôle sur l'économie de la province, mais également sur les habitants de la région.

"Les forêts d'Aceh sont essentielles pour la sécurité alimentaire, la régulation des flux d'eau durant la mousson et les périodes de sécheresse pour irriguer les champs de riz et autres cultures", a déclaré l'Association pour la Conservation de la Biologie Tropicale (ATBC). Une bien triste décision qui ne redore pas l'image de l'Indonésie qui n'hésite pas à dévaster ses richesses naturelles pour de petits profits.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article