En Méditerranée, les requins ont diminué de 97 % !

Publié le par Gerome

Au cours des deux derniers siècles, les populations de requins de la Méditerranée et de la mer Noire ont diminué de plus de 90 pour cent. Selon la Food and Agriculture Organisation (FAO), le nombre et le poids vif de requins en Méditerranée ont chuté de 97 pour cent au cours des deux derniers siècles.

 

aileron-de-requin.jpg

 

 

En Mer Noire, les prises des principales espèces de requin ont reculé de moitié par rapport aux années 1990. Si au cours de ces dernières années les pêcheries aux requins se sont développées pour satisfaire la demande en ailerons, la cause principale de cette chute est les prises accessoires, car les requins et les raies ne sont, en général, pas délibérément ciblés par la pêche dans ces mers.


Sur les 71 espèces étudiées en Méditerranée en 2007, 42 % sont menacées et 18 % quasi menacées. Le déclin de ces grands prédateurs en Méditerranée et en Mer Noire pourrait avoir des conséquences dramatiques sur l’ensemble de ces écosystèmes marins, en affectant les réseaux trophiques de la région. La Commission européenne a adoptée récemment des mesures de protection des requins en Méditerranée, notamment l’interdiction de prélever les ailerons (et de rejeter leur carcasse en mer) et l’interdiction du chalutage dans les 3 milles marins afin de préserver les stocks.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

La Commission renonce à protéger les abeilles…

Publié le par Gerome

pesticides-birth-defects.jpg

 

Une coalition d'intérêts divergents au sein de l'Union européenne a empêché vendredi la constitution d'une majorité pour interdire pendant deux ans plusieurs pesticides mortels pour les abeilles, a-t-on appris de sources européennes. C'est un "comité d'experts" qui a pris cette décision.

 

La Commission européenne a expliqué dans un communiqué que le vote organisé au sein d'un comité d'experts "n'a pas permis de dégager une majorité qualifiée en faveur ou contre sa proposition".


Selon un décompte obtenu par l'AFP, treize Etats ont voté pour l'interdiction de ces pesticides, dont la Belgique, mais aussi la France, l'Italie, l'Espagne et la Pologne, 9 ont voté contre (République Tchèque, Slovaquie, Roumanie,  Irlande, Grèce, Lituanie, Autriche, Portugal et Hongrie) et 5 se sont abstenus, dont l'Allemagne et le Royaume-Uni.
 
Nouvelle proposition de compromis ?
 
Les abstentions de ces deux pays qui comptent chacun 29 voix ont empêché que la majorité penche dans un sens ou l'autre.
La Commission a indiqué qu'elle maintenait sa proposition, car elle n'a pas été rejetée. Elle lui a apporté quelques modifications pour tenir compte de plusieurs demandes et elle peut la soumettre une nouvelle fois au comité d'experts, avec l'espoir que les pressions de l'opinion publique incitent les abstentionnistes à adopter une position plus tranchée.

"Tous les Etats jurent leur attachement à la protection des abeilles, mais dès qu'il s'agit d'agir ils trouvent toujours des objections", a déploré une source proche du dossier.
La Commission européenne propose de suspendre pendant deux ans l'utilisation de trois néonicotinoïdes présents dans des pesticides pour quatre types de cultures: le maïs, le colza, le tournesol et le coton. La Commission s'est fondée sur un avis très négatif rendu par l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA).

Les trois néonicotinoïdes incriminés - clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame - sont présents dans des pesticides produits par les groupes allemand Bayer et suisse Syngenta, notamment le Cruiser OSR.
Plusieurs organisations s'étaient réjouies de la proposition de la Commission, estimant qu'il s'agissait d'un premier pas, tout en attirant l'attention sur ses faiblesses et les risques de ne pas amener de solution satisfaisante à long terme.

Publié dans Nature

Partager cet article

Les Français consomment de moins en moins de carburant

Publié le par Gerome

Flambee-du-prix-de-l-essence-en-France.jpg
L'augmentation des prix du carburant et la baisse des livraisons pourraient faciliter le développement des voitures électriques

Et pour cause : les chiffres du CPDP (Comité professionnel du pétrole) font état de livraisons en baisse.


Érosion constante des ressources pétrolières et perspective de pénurie d’ici le milieu du siècle oblige, ils sont de plus en plus chers et pourraient même, si l’on en croit le PDG de Total Christophe de Margerie, qui connaît bien la question, grimper jusqu’à 2 euros le litre. Ainsi rouler en voiture thermique coûte-t-il de plus en plus cher, tandis que le pouvoir d’achat se réduit…


Un motif d’espoir pour les voitures électriques, qui sont ce qui se fait de mieux en matière de protection de l’environnement, mais dont les ventes tardent à décoller, considérant que la location mensuelle de la batterie équivaut à un gros plein d’essence. Toujours plus endurants, n’émettant par définition aucun rejet de gaz à effet de serre, les véhicules décarbonés n’en seront pas moins durablement devancés par leurs homologues hybrides si l’on en croit les prévisions de nombre d’experts.


Il reste que ces derniers ont besoin de carburant pour rouler et que celui-ci, en plus de voir son prix augmenter constamment ou presque, voit ses livraisons baisser sur le marché français. D’après le CPDP, elles ont en effet accusé une réduction de 3,2 % le mois dernier par rapport à janvier 2012.

Une évolution amenée à s’inscrire dans la durée ?


« Cette évolution résulte d’une baisse de 7,7 % des livraisons de supercarburants sans plomb et d’une baisse de 2,1 % des livraisons de gazole », lequel représentait en janvier dernier 82,1 % de la consommation hexagonale, détaillent nos confrères du site Internet Enerzine.com. Et d’ajouter : « En année mobile, la consommation française de carburants a diminué de 1,5 % entre février 2012 et janvier 2013. Durant cette période, la consommation de supercarburants a baissé de 6,8 % tandis que celle du gazole a baissé de 0,2 % . »


« Cette tendance pourrait se maintenir au vu des premières données de consommation de l’année 2013 », estime Jean-Louis Schilansky, président de l’UFIP (Union française des industries pétrolières). Et ainsi légitimer encore un peu plus de passer à l’électrique…

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Russie: Une importante marée noire est en cours dans la mer noire prés d'Odessa

Publié le par Gerome

maree-noire.jpg

 

Une marée noire a été découverte dans la mer Noire près des côtes d'Odessa en Ukraine, le service de presse du bureau du procureur de la région d'Odessa a indiqué que l’étendue de la zone de la marée noire était estimé à plus de 840.000 mètres carrés.

Le bureau du procureur a déclaré que cette marée noire a été causé par le déversement des produits pétroliers du "Bauman Nikolai", un navire qui a coulé près du delta du Danube.

Les Organismes d'État compétents, à la demande du bureau du procureur font la vérification des estimations du volume de pétrole déversé dans la mer et tentent d' estimer actuellement les dégâts qui pourront être causés par cette marée noire.

Le bureau du procureur a ouvert une enquête criminelle en vertu de l'article 243 du Code pénal de l'Ukraine (pollution de la mer) et de l'article 242 du Code pénal de l'Ukraine (violation des règles de préservation de l'eau).

Comme indiqué, le Nikolaï Bauman, navire battant pavillon moldave a coulé près du delta du Danube Starostambulsky, dans le district de Kiliysky prés d'Odessa.

Tous les membres de l'équipage, 11 personnes au total, tous Moldave ont été secourus.

Le navire naviguait de la Turquie à Kherson

De l'eau semble s'être introduit par la proue du navire et inondait les cales. Le capitaine a envoyé un signal de détresse et a tenté d'échouer le bateau. Le navire avait 40 ans, il appartenait au Danube Shipping Ltd.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article

Eau non potable : 3,6 millions de morts chaque année

Publié le par Gerome

La Journée internationale de l’eau se déroulera le vendredi 22 mars. Alors que cet évènement qui fêtera sa 20e édition, mettra précisément l’accent cette année sur l’accès à l’eau potable de tous dans le monde, 3,6 millions de personnes meurent encore chaque année de maladies liées à la consommation d’eau viciée.

 

eau_gouttes.jpg

 

 

Fortement mobilisée sur cette question vitale, l’association humanitaire SOLIDARITÉS INTERNATIONAL lance une vaste campagne de mobilisation via le film Water Ink. et propose au grand public d’agir en signant sa pétition contre la 1e cause de mortalité au monde sur le site votregouttedeau.org. Plus de 120 000 personnes se sont déjà engagées pour cette cause dont Bernard Kouchner, Florence Aubenas ou encore Thierry Ardisson.

La consommation d’eau insalubre est la première cause de mortalité dans le monde, affectant chaque année 1,5 million d’enfants qui meurent de maladies diarréhiques. La moitié de la population mondiale n’a pas encore accès à une eau potable.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article