Les économies d’énergie dans le secteur tertiaire, c’est pour bientôt

Publié le par Gerome

Un nouvel arrêté entrera en vigueur le 1er juillet.


C’est une vieille revendication de nombre d’éco-citoyens et elle est en passe d’être satisfaite. Tandis que le débat national sur la transition énergétique se poursuit, sans que les médias lui offrent le traitement qu’il mériterait au regard des enjeux abordés, la ministre de l’Ecologie Delphine Batho vient de publier un arrêté réglementant l’éclairage nocturne des bâtiments non-résidentiels.


Une première sur le Vieux Continent destinée à réduire la pollution lumineuse, souvent très sous-estimée, et bien sûr le gaspillage énergétique. « Cet arrêté concerne à la fois l’éclairage intérieur émis vers l’extérieur par les vitrines de commerces et bureaux, et l’éclairage des façades des bâtiments », précisent nos confrères du site Internet Bioaddict.fr.

Il permettra surtout d’économiser l’équivalent de la consommation électrique de sept cent cinquante mille foyers chaque année et, dans le même temps, deux cent cinquante mille tonnes de CO2 (dioxyde de carbone). Devant entrer en vigueur le 1er juillet prochain, il obligera les professionnels à faire le nécessaire pour que les lumières intérieures des locaux soient éteintes une heure après la fin d’occupation.


De même, « les éclairages des façades des bâtiments seront éteints au plus tard à une heure du matin et les éclairages des vitrines de magasins de commerce ou d’exposition devront être éteints au plus tard à une heure du matin, ou une heure après la fin d’occupation des locaux si celle-ci intervient plus tardivement », poursuit Bioaddict.fr.

 

 

Des dérogations possibles


Objet d’une évaluation en janvier 2014, le dispositif consiste par ailleurs en une réglementation des conditions d’allumage. A compter du début de l’été, les vitrines de magasins de commerce ou d’exposition pourront en effet être allumées à partir de sept heures du matin ou une heure avant le début de l’activité si celle-ci commence avant. Les éclairages des façades des bâtiments ne pourront par ailleurs plus être allumés avant le coucher du soleil.


« Pour l’industrie de l’éclairage, la seule façon pertinente de s’assurer de l’application de cet arrêté  est d’inciter  au  recours à des systèmes intelligents  qui prennent en compte le fonctionnement des installations d’éclairage sur vingt-quatre heures », analyse le Syndicat national de l’éclairage, auteur d’un communiqué et selon lequel ce texte, quoiqu’incomplet de son point de vue, « a le mérite d’inciter les gestionnaires des bâtiments à  s’intéresser à la qualité de leurs installations d’éclairage afin d’en limiter l’impact sur l’environnement et la facture d’électricité ».


Quelles que soient les réserves des uns et des autres, le bon sens et les économies d’énergie sont – enfin – sur le point de triompher. Des dérogations seront néanmoins possibles en période de Noël, à la veille des jours fériés chômés, lors d’événements exceptionnels à caractère local ou encore dans des lieux à l’intérêt touristique avéré.

Parce qu’il ne faudrait pas non plus nuire davantage à une économie déjà mal en point.

 

 


 

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Maison en sacs de terre de 50m2 pour 8700 €

Publié le par Gerome

Dans les pays occidentaux, le secteur du bâtiment est énergétivore et fortement émetteur de gaz à effet de serre. De plus, construire  une maison engloutie les budgets des ménages.

 

 

 

 

 


Le concept de maison en sacs de terre permet d'utiliser des produits locaux (terre trouvée sur place) et à un coût dérisoire. Les sacs peuvent  être remplis de terre, de sable (ou autre matériau), en fonction des ressources disponibles localement. Un sac de terre ou de sable, cela ne bouge pas du tout (il existe plusieurs systèmes pour que l'adhérence des sacs entre eux soit totale : fil de fez barbelé, effet velcro etc.), la maison est très stable. La terre tassée et sèchée (le sèchage peut être accélèré dans les écodomes en faisant un feu à l'intérieur de la construction terminée) devient très dure, de type brique/céramique. La matière des sacs utilisés  (polypropylène) par CalEarth est très résistante.  Une couche d'enduit protecteur est ensuite ajoutée pour protèger de l'eau de pluie.

 

maison-terre.jpg

 


Cette maison, un vrai bunker, est presque indestructible. Les sacs de terre ou de sable sont d'ailleurs utilisés par l'armée comme abris anti-obus, mais aussi pour lutter contre les inondations. L'écodom (technique "SuperAdobe") est une maison entièrement recyclable, isolante, anti-sismique, et à un coût quasi nul. Elle résiste également aux passages des cyclones et aux inondations. Elle ne craint pas les attaques d'insectes (termites) ou de moisissure. La maison en terre est aussi solide que la terre elle-même :) - Comme dans les églises, la structure en dôme permet, par gravité, le maintien de l'ensemble de la structure. Des constructions droites (avec un toit ordinaire) sont également possibles et sont également très solides. L'inertie thermique de la construction est très bonne. Idem pour l'isolation thermique (les murs sont épais). Le plastique des sacs empêche les remontées d'eau du sol par capilarité.

 


En secteurs fortement déboisés (Haïti, Afrique subsahélienne etc.) le concept d'EcoDome apporte un avantage majeur : sa construction ne nécessite pas de bois (pas de charpente).

Le père du concept d'EcoDome est Nader Khalili, un architecte américain d’origine iranienne (il a fait ses études en Iran, en Turquie et aux USA), qui concevait à l'origine des gratte-ciel. Puis, suite à une demande de la NASA, il a élaboré un concept de maison pour les missions spaciales sur la lune, ceci en utilisant le matériau disponible localement : la poussière lunaire. Nader Khalili a passé 5 ans a silloner en moto les déserts iraniens, aidant les populations locales à construire des maisons en terre et améliorant d'année en année ses recettes (l'Iran est un pays fortement sismique). Il reçoit le prix Aga Kahn d'Architecture en  2004. En 1988, un village expérimental fut construit au nord de Los Angeles, dans une région désertique. Sur les plans environnementaux et socio-économiques, c'est à dire à tous les plans, le concept est franchement génial.

 

 


Publié dans Habitat

Partager cet article

L'UE autorise la viande traitée à l'acide

Publié le par Gerome

La Commission européenne a autorisé lundi l'utilisation d'acide lactique pour réduire la contamination microbiologique des carcasses de bovins. La mesure entrera en vigueur le 25 février et "s'appliquera tant au sein de l'Union européenne qu'à la viande de boeuf importée", a indiqué une source communautaire. La question du traitement des carcasses bovines à l'acide lactique était un sujet de contentieux entre les Etats-Unis et l'UE, qui interdisait l'importation de la viande traitée de cette façon.

 

carcasse-de-boeuf.jpg


Cette pratique "contribuera à réduire la contamination par les plus importants pathogènes qui sont fréquemment à l'origine des intoxications alimentaires comme l'E.coli (VTEC) et la salmonelle", a indiqué la Commission dans un communiqué.Les opposants à une telle pratique mettent en avant, eux, le risque que ces bactéries ne mutent encore plus vite pour mieux résister à ce traitement, comme c'est déjà le cas outre-Atlantique. De plus, en autorisant une telle pratique, les abattoirs risquent de relacher leur vigilance sur l'hygiène.


Les ministres européens de l'Agriculture n'étaient pas parvenus à s'entendre sur le sujet en novembre 2012, et la Commission européenne avait été chargée de prendre une décision. L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) avait émis un avis favorable en juillet 2011.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Passer un jour à Pékin équivaut à fumer un paquet de cigarette

Publié le par Gerome

Lors des pics de pollution les plus sévères, respirer à Pékin pendant une journée revient à fumer 21 cigarettes. Ce résultat inquiétant provient d'une récente enquête, rapportée par le journal japonais The Asahi Shimbun AJW, sur la pollution de l'air dans plusieurs villes chinoises. Le taux de particules fines mesuré a été converti en goudron de cigarettes. La ville la plus polluée est Guangzhou avec 25 cigarettes.

 

pekin_pollution200lala.jpg


Ce sont ces particules fines, dîtes PM 2.5 - c'est-à-dire ayant un diamètre inférieur à 2,5 micromètres - qui composent en partie la pollution atmosphérique. Leur taille microscopique les rend particulièrement dangereuses car elles «peuvent être inhalées profondément dans les poumons et absorbées dans les vaisseaux sanguins, provoquants de l’asthme, des maladies cardiaques, et augmentant les risques de mortalité».


Les experts de la santé recommandent fortement aux habitants de porter des masques chirurgicaux pour se protéger de ces particules, qui lors de forts épisodes de pollution peuvent provoquer des problèmes respiratoires.

Depuis janvier, le nord-est de la Chine connaît des pics de pollution atmosphérique d'ampleur inédite recouvrant Pékin et ses alentours d'un nuge gris et opaque. Selon un professeur de l’université de Tsinghua, «si l’index de qualité de l’air en concentrations de PM 2,5 atteint 300, cela correspondrait à fumer 20 cigarettes par jour.» 


Or à Pékin, les taux de particules de PM 2.5 ont dépassés les 300 durant au moins 15 jours en janvier. Encore pire, le taux atteint régulièrement un niveau de 500 sur un index qui considère un taux supérieur à 300 comme dangereux. Le 12 janvier, il est même monté jusqu'à la barre des 755. Pour repère, l'Organisme Mondial de la Santé recommande de ne pas dépasser un taux de 20 par jour.

La fumée des usines et des centrales thermiques, les millions de véhicules de la capitale chinoise, combinés à un vent venant du désert de Gobi seraient responsables du nuage de pollution. Face à cette situation et l'indignation publique, le gouvernement chinois a promis de prendre des mesures pour réduire la pollution, comme diminuer le nombre de voitures en circulation ou favoriser les énergies propres.


Cependant, il faudra surement en faire plus. L'Agence d'Information sur l'Energie américaine, dans un rapport publié fin janvier a montré que la Chine consomme actuellement presque autant de charbon que tous les autres pays réunis, avec 3,47 milliards de tonnes contre 3,9.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article

Un jardin qui bouleverse toute les règles de l’agronomie

Publié le par Gerome

Philippe cultive des légumes dont certains sont géants (pomme de terre de 500 grammes, brocolis de 2 mètres de haut, des choux fleurs de 40 cm de diamètre, des betteraves et radis de 5 kg, des panais de 40 cm de long).

Et tout cela : dans pratiquement 100% de résineux, sans travail du sol, sans arrosage, sans traitement, sans engrais, sans semis (pour certains légumes, tomate, pomme de terre, courge, salade).

Son secret: la combinaison de l’électro-culture et des buttes à humus avec 40 ans de tests.

 

 



Publié dans Nature

Partager cet article