Quand l'agriculture génère le cancer

Publié le par Gerome

Déjà 13 millions de cancers dans le monde et une augmentation de 75% prévue pour 2030 ! Les cancérologues les plus avertis nomment cette véritable pandémie : cancérogenèse environnementale.

 

Malbouffe.gif


C'est ainsi que le nombre de cancers augmentera plus vite que la population. En 2030, la population mondiale devrait s'élever à 8,3 milliards avec 20,3 millions de cancers. Quant aux décès pour cause de cancers, ils devraient atteindre 13,2 millions en 2030, contre 7,6 millions en 2008.

Notre nutrition et notre environnement sont les principaux vecteurs de cette pandémie de maladies dégénératives, avec l'agro-alimentaire et l'agriculture comme fers de lance.


Avec l'alibi des bouches à nourrir et le précepte que la "faim" justifie les moyens, le monde paysan s'est laissé pervertir par celui des affaires, ayant de plus en plus recours à des surdoses inacceptables de produits chimiques au détriment de la santé publique.

S'il est plus question que jamais de faire payer les pollueurs, il serait grand temps de présenter la facture qui revient aux voyous de l'agrotoxique, ainsi que l'ont fait les intoxiqués de la nicotine ou de l'amiante aux entités qui les avaient empoisonnés. En droit pénal français, le délit dont nous sommes tous victimes se nomme mise en danger de la vie d'autrui et ce, notamment par un défaut voulu et éhonté du principe précaution.


L'AGROTERROSRISME DANS NOS ASSIETTES dit très fort ce que tout le monde pense tout bas : QUE LA PESTE SOIT DES PESTICIDES !


Remis en cause par tous les syndicats agricoles, ce livre-enquête dresse un portrait peu flatteur de l'agriculture et de sa logique de mort.

L'AGROTERRORISME DANS NOS ASSIETTES


Michel Tarrier, 256 pages, Éditions LME

http://www.facebook.com/micheltarrier#!/photo.php?v=516366118390434

Disponible chez Amazon, Fnac ou l'éditeur :

http://www.amazon.fr/Agroterrorisme-dans-assiettes-Michel-Tarrier/dp/2360260391

http://livre.fnac.com/a3995918/Michel-Tarrier-Agroterrorisme-dans-nos-assiettes

http://www.lamaisondeditions.fr/livre-agroterrorisme-tarrier.html

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

LUCI, la lumière écolo

Publié le par Gerome

Conçue pour fournir de la lumière aux populations privées d’électricité ou victimes de catastrophes naturelles, la lumière LUCI est équipée d’une ampoule LED (Light Emitting Diode) capable de fonctionner pendant douze heures d’affilée après six heures de recharge au soleil. Ainsi alimentée à l’énergie solaire, elle sert de facto la lutte pour la protection de l’environnement.

Autre atout, d’ordre pratique celui-ci : la lumière peut être aplatie pour faciliter à la fois le rangement et le transport. En soufflant dans sa partie supérieure, l’utilisateur peut en outre créer une lanterne gonflée.

 

LUCI-lumiere.png


 

Multifonctions


À l’inverse, un dégonflage partiel rend LUCI semblable à une lampe de poche. Soulignons également que la lumière est assez ergonomique et « élastique » pour être accrochée à un vêtement ou au plafond. Auquel cas, elle peut illuminer un espace d’un peu plus de neuf mètres carrés.


Conçue par l’entreprise MPOWERD, la lumière a commencé à être distribuée en Haïti, pays qui a grand peine à se remettre du terrible tremblement de terre de début 2010, et dans plus d’une douzaine d’autres États. Évitant l’utilisation des polluantes lampes à pétrole, LUCI, en plus d’amener une réduction non négligeable des émissions de gaz à effet de serre, permet il est vrai aux utilisateurs de ménager leur santé et accessoirement de faire des économies.

Rien que des qualités, toutes fondamentales.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

La sécheresse profite à l'assassin Monsanto

Publié le par Gerome

Profits record pour Monsanto ! Les agriculteurs se sont rués sur ses semences de maïs OGM, du nord au sud de l'Amérique, car la sécheresse aux États-Unis a rendu le maïs très rémunérateur pour les producteurs. 

La sécheresse aux Etats-Unis a fait s'envoler les cours du maïs, car elle a littéralement grillé les épis, devenus rares et chers. Mais la sécheresse a également profité à Monsanto, à un point tel que les dirigeants du géant américain des semences étaient eux-mêmes surpris par les derniers chiffres trimestriels : cet automne, les bénéfices de Monsanto ont presque triplé par rapport à 2011. 

 

monsanto1

 


Ce n'est pourtant pas la saison des cultures aux Etats-Unis, mais les agriculteurs américains ont pris les devants cette année, ils ont déjà commandé des semences de maïs OGM, dont ils sont les premiers consommateurs au monde. Car ils comptent planter cette année encore des surfaces record de maïs, pour profiter du bon niveau des cours. 

Monsanto espère vendre 30 % de semences de maïs supplémentaires aux producteurs américains d'ici la fin de l'été 2013. Mais les Etats-Unis ne sont pas les seuls à plébisciter cette céréale : l'Amérique latine fait aussi la fortune de Monsanto cet automne, et à grande échelle. 

Les fermiers, au Brésil, en Argentine et au Mexique ont acheté comme jamais des semences de maïs OGM et ils n'ont pas lésiné sur les prix. Leurs commandes visent de plus en plus les semences les plus élaborées de Monsanto, à double ou triple empilement de gènes, qui produisent du maïs à la fois tolérant aux herbicides et résistant à certaines maladies. 

Cette année, le groupe de Saint-Louis compte réaliser la moitié de ses ventes de semences hors des Etats-Unis. Qui dit plus de surfaces de maïs, dit aussi plus de ventes de pesticides et d'herbicides pour Monsanto, même le Roundup un moment décrié a retrouvé la faveur des clients cet automne. 

L'année s'annonce donc très faste pour le semencier américain. Il lui reste à régler son litige avec le Brésil sur ses semences de soja OGM pour accélérer ses ventes au géant sud-américain, le Brésil est déjà son deuxième marché pour les semences de soja OGM, derrière les Etats-Unis.

 

 


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Réduire la pollution atmosphérique augmenterait sensiblement notre espérance de vie

Publié le par Gerome

L’OMS (Organisation mondiale de la santé) invite les pouvoirs publics à prendre le taureau par les cornes.

 

pollution-industrielle-chine.jpg


La pollution atmosphérique est un fléau mondial qui, si l’on en croit les estimations de la très sérieuse OMS (Organisation mondiale de la santé), provoquerait chaque année un million cinq cent mille décès prématurés, dont environ quarante-deux mille dans nos frontières. Un fléau indissociable de l’irrésistible augmentation des gaz à effet de serre et donc du réchauffement climatique contre lequel les pouvoirs publics dans leur ensemble ont grand peine à lutter, comme en témoigne, entre autres, l’impossibilité de la réduire significativement en amont et pendant les Jeux Olympiques de Londres (Grande-Bretagne).


Les preuves des effets nocifs de la pollution atmosphérique sur nos organismes se sont multipliées ces dernières années, ont constaté des chercheurs du Centre européen de l’environnement et de la santé de l’OMS dans le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’organisme. Y compris « dans les villes qui se sentent épargnées », comprenez celles affichant des taux de pollution plutôt bas et/ou ayant choisi de développer l’éco-mobilité sur leur territoire, résument nos confrères du site Internet spécialisé Enviro2b.com.

 

 

« Près de 15% du gain d’espérance de vie aux États-Unis entre 1980 et 2000 ont été attribués à l’amélioration de la qualité de l’air »

D’où l’intérêt d’adopter des politiques plus ambitieuses, par exemple en promouvant davantage l’utilisation des modes de transport doux, de la voiture électrique au vélo en passant par les transports en commun, dont le développement revêt néanmoins un attrait écologique autrement moins évident dans les zones dépeuplées.

Les chercheurs ont examiné attentivement les résultats de plusieurs expertises, dont l’étude Aphekom, conduite dans vingt-cinq villes du Vieux Continent (neuf françaises). Celle-ci « démontre que si on abaissait le niveau d’exposition aux fines particules, en passant le seuil autorisé de cinquante microgrammes par mètre carré, comme c’est le cas actuellement en France, à dix microgrammes par mètre carré, l’espérance de vie augmenterait de sept mois et demi pour les Marseillais et de six mois pour les Parisiens, Lyonnais ou Strasbourgeois », résume Enviro2b.com.


Chef du Centre européen de l’environnement et de la santé de l’OMS cité par nos confrères, Michal Krzyzanowski souligne quant à lui que « près de deux ans d’espérance de vie pourraient être gagnés dans les villes les plus polluées d’Europe si la pollution pouvait être ramenée aux niveaux préconisés dans les lignes directrices de l’OMS relatives à la qualité de l’air ». De même, « près de 15% du gain d’espérance de vie aux États-Unis entre 1980 et 2000 ont été attribués à l’amélioration de la qualité de l’air ».


Des données qui justifient amplement l’appel à la radicalisation de l’OMS. Un appel auquel on ne peut que se joindre.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article

Le nord et l'est de la Chine enveloppés dans un épais brouillard polluant

Publié le par Gerome

Un épais brouillard assorti d'une atmosphère extrêmement chargée en particules fines enveloppait samedi le nord et l'est de la Chine, affectant les transports tandis que les personnes fragiles étaient invitées à rester confinées chez elles, selon l'agence Chine nouvelle.

 

pollution-pekin.jpg



Un smog très dense s'était abattu sur Pékin pour la deuxième journée consécutive et devait persister jusqu'à lundi, selon le centre de surveillance de l'environnement de la capitale chinoise.

L'indice de qualité de l'air mesuré par les autorités s'élevait samedi à 456 dans Pékin. L'air est considéré comme bon lorsque cet indice est inférieur à 100.

La Chine, qui comptent beaucoup de villes parmi les plus polluées du monde, a commencé l'an dernier à mesurer la densité dans l'air des particules les plus fines, d'un diamètre de 2,5 microns, qui sont celles qui pénètrent le plus profondément dans les poumons.

Les personnes âgées et celles souffrant de maladies cardiovasculaires et respiratoires, ainsi que les enfants devaient éviter de sortir de chez eux, selon une recommandation des autorités citée par l'agence officielle.



Le brouillard recouvrait de vastes pans du pays. Dans la province orientale du Shandong, 20 autoroutes ont été fermées à cause d'une visibilité réduite à moins de 50 mètres, tandis que 63 vols ont été annulés ou retardés dans la grande ville portuaire de Qingdao (est), affectant 5.000 passagers.

L'édition en ligne du Quotidien du Peuple a de son côté rapporté que le pire indice de qualité de l'air mesurable, soit 500, avait été relevé vendredi dans quatre villes de la province du Hebei, qui entoure Pékin.

Il s'agit de Shijiazhuang, la capitale de cette province, ainsi que de Handan, Xingtai et Hengshui.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article