668 rhinocéros tués en Afrique du Sud en 2012

Publié le par Gerome

Un nombre record de 668 rhinocéros ont été tués par des braconniers en Afrique du Sud en 2012, alors que la demande pour leurs cornes a continué de progresser sur le marché noir en Asie, a annoncé le gouvernement sud-africain jeudi. 

 

rhinoceros.jpg

 


Plus de 60% des rhinocéros tués l'ont été dans le célèbre parc national Kruger, la plus grande réserve naturelle d'Afrique du Sud (près de 2 millions d'hectares) et l'une des principales destinations touristiques avec plus d'un million de visiteurs par an. Cinq rhinocéros ont déjà été abattus depuis le début de l'année 2013, selon le ministère de l'Environnement. Le nombre d'arrestations liées au braconnage a également augmenté, passant de 165 en 2010 à 267 l'année dernière. 

L'Afrique du Sud abrite à elle seule environ trois-quarts des quelque 20.000 rhinocéros blancs d'Afrique, et des 4.800 rhinocéros noirs, en voie de disparition. Les autorités ont récemment lancé des campagnes pour tenter d'enrayer ce massacre devenu un sujet d'inquiétude nationale, le massacre ayant pris un tour dramatique ces dernières années, passant de 13 rhinocéros tués en 2007, à 333 en 2010 et plus du double cette année. En décembre, elles ont annoncé offrir des primes pouvant atteindre 90.000 euros à quiconque permettrait l'arrestation de braconniers. 

L'armée a été déployée dans le parc Kruger et des critères plus stricts d'attribution des permis de chasse ont été instaurés. Les pachydermes sont victimes de la demande croissante pour la poudre de corne, achetée à prix d'or en Asie, à laquelle on prête toutes sortes de vertus curatives et préventives, qui n'ont jamais été démontrées par la médecine. L'Afrique du Sud et le Vietnam ont signé l'année dernière un accord pour lutter contre ce commerce illicite, mais il est trop tôt pour évaluer les effets concrets de cette initiative.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

La moitié de la nourriture produite dans le monde est gâchée

Publié le par Gerome

La moitié de la nourriture produite dans le monde serait gaspillée chaque année, soit entre 1,2 et 2 milliards de tonnes d'aliments, selon un rapport rendu public jeudi par les médias britanniques.

 

gaspillage-internet.jpg

"Entre 30 et 50%" des 4 milliards de tonnes de nourriture produites annuellement dans le monde "n'atteindra jamais un estomac humain", expliquent les auteurs du rapport de l'Institution of Mechanical Engineers (IMeche), un organisme qui vise à promouvoir l'ingénierie dans le monde.



Intitulé "Global Food: Waste Not, Want Not", le rapport dénonce "des infrastructures et dispositifs de stockage inadaptés" et "des dates limite de vente trop strictes". Les auteurs pointent aussi du doigt le comportement des consommateurs, critiquant notamment les offres "un acheté-un offert" ou l'exigence de "perfection esthétique" du produit aux yeux des acheteurs.

En Europe et aux Etats-Unis notamment, "jusqu'à la moitié de la nourriture achetée est jetée par le consommateur lui-même", poursuit le texte. Cette perte nette ne se limite pas, selon le rapport, aux déchets générés par les aliments non consommés. Le gâchis est visible à tous les niveaux de la chaîne de production alimentaire: "550 milliards de mètres cube d'eau" sont ainsi utilisés en vain pour faire pousser ces aliments perdus.



Selon le Dr Tim Fox de l'Imeche, "la quantité de nourriture gâchée dans le monde est stupéfiante. Ces aliments pourraient être utilisés pour nourrir la population mondiale grandissante et plus particulièrement ceux qui souffrent de faim". Entre 2010 et 2012, 860 millions de personnes à travers le monde souffraient de malnutrition, selon l'organisation de l'ONU pour l'agriculture et l'alimentation (FAO).

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Les cannettes et boîtes de conserves seraient toxiques pour les reins

Publié le par Gerome

  • boites-de-conserve.jpg  
  • Le bisphénol A est un composant chimique utilisé dans le revêtement interne des cannettes et boîtes de conserves.
  • Il serait toxique pour les reins.

Le bisphénol A est un composant chimique très répandu qu'on retrouve dans les revêtements internes des canettes et des boîtes de conserve. Un projet de loi prévoit son interdiction totale dès le 1 Janvier 2015 dans tous les contenants alimentaires et en 2013 en ce qui concerne les contenants destinés aux bébés. Malheureusement le bisphénol A est déjà présent dans notre sang et selon une nouvelle étude il pourrait être toxique pour les reins. 



Des chercheurs du département de pédiatrie de l'école universitaire médicale de New York ont analysé des données recueillies dans une étude d'observation de la population Américaine entre 2009 et 2010, notamment sur la teneur en bisphénol A des urines ou la présence d'albumine, une protéine qui sert d'indicateur de la fonction rénale. Ils ont ainsi découvert que les enfants qui avaient le plus de bisphénol A dans leurs urines avaient aussi les taux d'albumine les plus élevés, même en tenant compte d'éventuels facteurs confondants qui auraient pu perturber l'interprétation des résultats. 



D'après les chercheurs lorsque le rapport entre l'albumine et la créatinine urinaire augmente cela suggère un mauvais fonctionnement rénal et peut-être un risque augmenté de maladies cardiovasculaires. Ils déclarent : "Bien que notre étude ne peut pas démontrer que le bisphénol A contribue aux maladies cardiovasculaires ou à l'insuffisance rénale, elle ajoute de nouvelles données au dossier du bisphénol, notamment en tant que contributeur aux maladies cardiovasculaires et à l'obésité." et concluent : "La suppression du bisphénol des boîtes de conserve est le meilleur moyen de limiter notre exposition." 



Malheureusement nous sommes exposés au bisphénol A dès le plus jeune âge et les analyses montrent qu'avant l'âge de 6 ans plus de 92% des enfants ont déjà du bisphénol A dans le sang. En attendant que le bisphénol A ne soit définitivement plus utilisé il semble donc prudent de limiter l'utilisation de cannettes et de boîtes de conserve, pour les enfants comme pour les adultes. 

A lire également : tous nos articles sur le bisphénol A et le livre retentissant du toxicologue Jean-François Narbonne : "Sang pour sang toxique"

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

La pollution au mercure touche 200.000 enfants en Europe

Publié le par Gerome

L’intoxication au mercure affecte le développement cérébral chez l’Homme. En Europe, plus de 200.000 enfants présentent des taux de mercure largement supérieurs au seuil établi par l’OMS. Dans une étude récente, une équipe de recherche mixte, qui a pris en compte l'impact sur l'économie de ce problème sanitaire, révèle qu’en Europe, réduire les risques d’exposition au méthylmercure ferait économiser presque 10 milliards d’euros par an.

 

Si le mercure peut être émis de façon naturelle comme lors des éruptions volcaniques, il est principalement généré par la combustion de sources d’énergie fossile. La pollution est souvent due à la phase gazeuse du composé. En effet, dans l'environnement, et en particulier dans les lacs, les voies navigables et les zones humides, le mercure peut réagir et former un composé organique fortement toxique, le méthylmercure (MeHg). Les océans sont fortement contaminés au mercure, en raison de la capacité de bioaccumulation du phytoplancton.

 

La principale source d’ingestion de MeHg pour l’Homme est donc la consommation de produits de la mer. Le corps humain peut absorber 6 fois plus facilement ce composé organique que le mercure inorganique. En outre, une forte exposition au MeHg affecte le développement du cerveau. Le méthylmercure peut traverser la barrière hématoencéphalique et réagir directement avec les cellules du cerveau. S’il est trop exposé durant sa formation, le cerveau humain développe de mauvaises aptitudes à apprendre, à la suite de troubles du comportement.

 

Une équipe mixte européenne de recherche s’est intéressée à l’impact du mercure sur l’Homme en Europe. L’étude est basée sur le projet Democophes qui propose une étude cohérente de la biosurveillance des êtres humains. Les biologistes ont prélevé des échantillons de cheveux tant sur les enfants que sur leurs mères, et ce dans 17 pays. Les résultats d’analyse révèlent que 1.866.000 enfants nés en Europe sont exposés à des niveaux toxiques de MeHg, c’est-à-dire supérieurs à 0,58 µg/g de cheveu.

 

pollution-mercure.png

 

 

Les enfants d’Espagne et du Portugal les plus touchés par le mercure

 

En outre, 232.000 d’entre eux sont exposés à des taux très alarmants. Il s’agit d’une concentration supérieure à 2,45 µg/g de cheveux, qui est le seuil d’alarme de l’Organisation mondiale de la santé. Mais tous les enfants ne sont pas égaux devant le risque. Les enfants touchés par l’empoisonnement au méthylmercure proviennent principalement du Portugal et d’Espagne.

 

L’équipe de recherche mixte s’est par la suite intéressée au prix de la pollution au mercure sur l’Europe. D’après leur étude, publiée en libre accès sur le site du journal Environmental Health, réduire les expositions prénatales au MeHg et nettoyer au plus possible les zones à fort taux de mercure pourraient faire économiser presque 10 milliards d’euros par an à l’Union européenne.

 

Le mercure est mauvais pour le QI, donc pour l'économie...

 

Les chercheurs ont estimé ce prix en se basant sur l’impact de la baisse de quotient intellectuel (QI) des enfants empoisonnés au mercure. L’idée est brutale mais simple : plus le QI d’un individu est bas, moins il est productif. Philippe Grandjean, l’un des auteurs, explique comment calculer ce que rapporte un certain QI. « Si nous convertissons les effets du MeHg sur le développement du cerveau en points de QI, alors les avantages du contrôle de la pollution de MeHg équivalent à 700.000 points de QI par an. Ces points représentent des bénéfices d’un montant de 8 à 9 milliards d’euros par an pour l'ensemble de l'Union européenne. La réduction de l'exposition serait principalement bénéfique pour le sud de l'Europe. »

 

Le méthylmercure a un cycle de vie de plusieurs milliers d’années, ce qui expose de nombreuses générations à des niveaux toxiques. Toutefois, atténuer les dommages causés par le mercure à l’échelle européenne, voire mondiale, demanderait un important travail de coopération entre les politiques. Les Nations unies sont en train d’établir un projet de nettoyage du mercure : reste à voir si le projet tiendra.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article

Paul Watson, un homme comme il y en a peu sur Terre

Publié le par Gerome

Son site : http://www.seashepherd.fr/

 

 

Son histoire : http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Watson

 

paul-watson.jpg

 

 

SOUTENONS LE!!

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article