Lésions de l'ADN, cancers du cerveau : 434 médecins et 900 professionnels de la santé belges sonnent l’alerte sur la 5G

Publié le par Notre Terre

5G-danger

Une opinion signée par 434 médecins belges et 900 professionnels de la santé

Face au déploiement massif et inconsidéré des technologies sans fil, nous, professionnels de la santé, demandons au gouvernement de faire appliquer le principe de précaution afin de protéger la population et plus particulièrement les groupes les plus vulnérables dont font partie, notamment, les femmes enceintes et les enfants.

En pleine pandémie, alors que les citoyens sont confinés et que la société est mise à rude épreuve, Proximus a entamé ce 31 mars le déploiement de la future 5G dans 30 communes autour de Bruxelles.

Même s’il pourrait s’agir d’une simple coïncidence, ceci nous semble indécent à un moment où les Belges doivent lutter ensemble pour essayer de vaincre le drame humain qui nous préoccupe tous. Parallèlement, des organismes de défense des consommateurs se sont empressés de publier des articles pour affirmer la non-dangerosité de cette technologie.

L’exposition de la population aux rayonnements électromagnétiques de radiofréquences/micro-ondes (RF/MO) n’a cessé d’augmenter ces dernières décennies. Téléphones sans fil de maison (DECT), smartphones, tablettes en 3G puis 4G, Wi-Fi à la maison, au travail, dans les crèches, les écoles, les transports et les lieux publics…

Et maintenant, on assiste à l’arrivée de la 5G ou à tout le moins de la 4G+.

Pourtant, l’innocuité de cette exposition n’a jamais été démontrée. Au contraire, les preuves de sa nocivité s’accumulent. Depuis 2011 d’ailleurs, les rayonnements électromagnétiques de RF/MO des technologies sans fil sont considérés par l’OMS comme possiblement cancérigènes (classe 2B), en grande partie à cause des risques accrus de gliomes et de neurinomes acoustiques chez les utilisateurs de longue date de téléphones cellulaires.

Le Principe de Précaution n’a nullement été respecté lors du déploiement massif de ces technologies sans fil.

Or, lorsque des risques graves et possiblement irréversibles ont été identifiés, l'absence de certitude ne doit pas servir de prétexte à remettre à plus tard des mesures pour protéger l'environnement et la santé.

Nous avons revu la littérature scientifique indépendante et nous nous référons entre autres, à la Résolution 1815 de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe. Nos conclusions rejoignent celles de spécialistes indépendants, et sont que le principe de précaution n’est actuellement pas appliqué et que la protection de la santé des citoyens, et des enfants en particulier, n’est pas assurée face à la surexposition à ces rayonnements électromagnétiques RF/MO.

Les normes censées protéger la population de l’exposition aux rayonnements électromagnétiques RF/MO ne tiennent compte que de l’échauffement des tissus (effet thermique) lors d’une exposition de durée limitée.

Ces normes ne tiennent pas compte des expositions répétées et/ou prolongées, ni de tous les effets biologiques non thermiques qui surviennent à des valeurs nettement inférieures aux valeurs actuellement autorisées. Elles n’ont pas été conçues pour protéger les fœtus, les enfants, les adolescents, les personnes âgées…

Pour les enfants, les risques peuvent être accrus en raison des effets cumulatifs d’une exposition prolongée. Leurs cerveaux, organes et tissus en développement et immatures peuvent être plus sensibles à l’exposition. Et les rayonnements pénètrent proportionnellement plus en profondeur dans leurs organes que dans ceux des adultes puisque leurs dimensions sont plus petites.

Le déploiement généralisé des technologies sans fil comporte des risques sanitaires connus depuis plusieurs décennies.

De nombreuses études (études sur des cellules, des animaux, études épidémiologiques) confirment l’existence d’effets biologiques non thermiques induits par l’exposition à des rayonnements électromagnétiques RF/MO émis par les technologies sans fil. Ces effets biologiques sont, par exemple, des lésions de l’ADN (ruptures), des perturbations de la synthèse des protéines, des altérations des spermatozoïdes, des perturbations de la synthèse d’hormones.

On connait les conséquences des lésions de l’ADN, notamment leur lien avec la survenue de cancers. Les dernières études sur les rats menées en 2018 par deux instituts indépendants différents (NTP et Ramazzini) ont montré que l’exposition aux rayonnements électromagnétiques RF/MO augmente la survenue de tumeurs, notamment du cerveau. Suite à cela, en mars 2019, le Centre International de Recherche sur le Cancer a recommandé une réévaluation de la classification de ces rayonnements endéans les 4 ans.

En mai 2019, le Conseil Supérieur de la Santé belge reconnaît, dans un avis sur les rayonnements non-ionisants, l’existence des effets biologiques de ces rayonnements à des niveaux non-thermiques ; leur lien avec le développement de cancers (augmentations importantes et statistiquement significatives du risque de gliomes cérébraux et de neurinomes de l’acoustique homolatéraux); le lien entre l’exposition maternelle aux champs électromagnétiques des fréquences des téléphones mobiles et l’existence de troubles du comportement et du langage chez l’enfant.

Bien qu’il faille plus de 20 ans à certains cancers pour se développer, on constate déjà une augmentation des glioblastomes (cancers du cerveau) dans les populations de certains pays européens. Au vu de ces éléments, il deviendrait dès lors inconvenant, d’oser encore continuer à clamer que tout cela ne représente aucun danger pour la santé.

Et la 5G ?

L’installation de la 5G nécessitera un assouplissement important des normes déjà beaucoup trop élevées.

De plus, cette technologie, qui présente des spécificités techniques différentes des technologies de générations antérieures, n’a pas fait l’objet d’études sanitaires préliminaires. Certains scientifiques craignent une augmentation de survenue des cancers de la peau et des dommages oculaires liés à l’utilisation de fréquences porteuses plus élevées.

Par ailleurs, la multiplication du nombre d’antennes relais nécessaires à l’installation du réseau 5G et l’hyper-connectivité absolue dans laquelle elle précipitera la société imposera une augmentation généralisée et certaine des niveaux d’exposition des populations.

Cela équivaut à prévoir une situation où le risque sanitaire global serait augmenté par un facteur qu’il est impossible de déterminer à l’avance, avec des retombées sanitaires dont nous ne connaissons pas la nature et sur lesquelles nous n’aurions aucun contrôle.

Cela équivaudrait aussi à une infraction au code de Nuremberg puisqu’il s’agirait finalement d’une expérimentation sur l’humain sans son consentement, sans certitude que le bénéfice pour la société soit plus important que le risque encouru…

En tant que médecins, nous déplorons déjà de plus en plus de pathologies pouvant être en lien avec des composants environnementaux tels que cette exposition croissante de la population aux rayonnements électromagnétiques du sans-fil. Nous recevons aussi des témoignages et nous rencontrons de plus en plus de personnes souffrant de troubles physiques potentiellement liés à l’exposition aux rayonnements électromagnétiques comme des troubles du sommeil, des acouphènes, des palpitations, des maux de tête, des troubles de l’attention et de la concentration, de fortes douleurs...

Nous demandons, en référence à la Résolution 1815 de mai 2011 de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, ainsi que dans la lignée des dizaines d’appels de médecins et de scientifiques de par le monde, que les mandataires publics locaux, régionaux et fédéraux prennent leurs responsabilités et les mesures nécessaires afin d’obtenir :
• L’application du Principe de Précaution en vue de protéger la population, surtout les plus jeunes, les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées,
• Un moratoire sur le déploiement de la 5G en attendant des études d’impact sanitaire,
• La sensibilisation des citoyens, en particulier des parents, des adolescents et des femmes enceintes à un usage raisonné et responsable des objets connectés sans fil,
• L’établissement de normes d’exposition réellement protectrices basées sur les effets biologiques thermiques et non thermiques des champs et rayonnements électromagnétiques RF/MO,
• La création d’un centre de vigilance ou d’un organisme de recensement de symptômes en lien avec cette exposition.

Par cette carte-blanche, nous rejoignons les milliers de médecins et de scientifiques, issus du monde entier, qui depuis l’année 2000 ont uni leurs voix dans des appels récurrents pour alerter les populations et les politiciens face aux dangers des technologies sans fil.

Aujourd’hui, nous sommes parmi les 434 médecins belges et 900 professionnels de la santé à signer l’"Hippocrates Electrosmog Appeal" pour demander au gouvernement de faire appliquer le principe de précaution afin de protéger la population contre ces dangers. Vous trouverez sur notre site internet toutes les références relatives aux informations communiquées ci-dessus : https://www.hippocrates-electrosmog-appeal.be/

L’actualité récente nous inquiète d’autant plus, mais gageons ensemble qu’elle puisse être l’occasion de nouvelles prises de conscience et d’avancées dans le domaine de la prévention, qui doit aujourd’hui et plus que jamais faire l’objet de toute notre attention.

Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Des mini-forêts à la poussée ultrarapide plantées un peu partout en Europe

Publié le par Notre Terre

projet-silva

Ce procédé, inventé par le botaniste Akira Miyawaki, permettrait de restaurer la biodiversité et de lutter contre le réchauffement climatique, explique « The Guardian »
C'est une technique méconnue qui commence à faire son trou en Europe.
Pour lutter contre le réchauffement climatique et pour restaurer la biodiversité, des mini-forêts à la poussée ultrarapide sont plantées un peu partout en ville sur le Vieux Continent, comme le rapporte The Guardian. Grâce à une technique de pousse mise au point par Akira Miyawaki, des forêts pas plus grandes qu'un terrain de tennis présentent des caractéristiques bien supérieures en comparaison avec des plantations traditionnelles.

Ce botaniste japonais a planté plus d'un millier de forêts de ce type dans son pays, mais aussi en Malaisie et dans d'autres pays du monde.
Les partisans de cette méthode affirment que les forêts miniatures poussent dix fois plus vite et deviennent 30 fois plus denses qu'en utilisant la méthode traditionnelle. La biodiversité y serait même 100 fois plus importante. Des scientifiques estiment que les mini-forêts peuvent devenir un élément essentiel dans la lutte contre le réchauffement climatique. Elles seraient même capables de stocker 40 fois plus de carbone que les plantations dites « mono-spécifiques ».

Des mini-forêts plantées en France

Éric Dinerstein, un scientifique coauteur d'une récente étude appelant à ce que la moitié de la surface de la Terre soit protégée grâce à la conservation de la nature, estime que les mini-forêts pourraient même attirer des oiseaux chanteurs migrateurs. « Les oiseaux chanteurs se nourrissent de chenilles et d'insectes adultes, les mini-forêts pourraient ainsi devenir un site de restauration rapide nutritif pour les oiseaux affamés », explique le chercheur.
Une première mini-forêt a été plantée en France en 2018 à côté d'une route à quatre voies près de Paris. L'objectif était de filtrer la pollution engendrée par les automobilistes mais aussi de réduire le bruit des voitures. À Toulouse, 1 200 jeunes plants ont été installés sur un carré de 400 mètres carrés en mars. En Belgique, un naturaliste plante des mini-forêts depuis 2016, certaines ont déjà atteint la taille de 3 mètres de haut.

 

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Une forêt de 1 000m² bientôt plantée en plein Lyon !

Publié le par Notre Terre

permafforest-plantation-forets-natives
Exemple de bois planté selon la méthode Miyawaki

C'est la SACVL qui est à l'origine du projet.

Une forêt de 1 000m² va être prochainement plantée dans le 9e arrondissement de Lyon. Cela se fera dans le cadre du réaménagement du quartier de la Duchère en écoquartier solidaire et durable.

Jusqu'à 6 000 arbres seront plantés au pied de la résidence Plateau Sud, au Sud et Sud-est du bâtiment, sur l'espace vert en talus longeant le boulevard de la Duchère.

"Conçue au Japon par le botaniste Akira Miyawaki, cette méthode de plantation consiste à faire pousser une forêt native en un temps record sur des terrains urbanisés ou dégradés par l’homme, grâce à la sélection d’un grand nombre d’essences et d’espèces végétales. Grâce à sa forte densité (3 à 5 arbres au m²) et la richesse de sa biodiversité, elle stocke plus de CO² qu’une forêt classique. Et quelques soient les conditions du sol ou du climat, la forêt Miyawaki permet de développer un écosystème stable présentant notamment une très bonne résistance aux conditions météorologiques fortes, comme la canicule", explique la SAVCL dans un communiqué.

La plantation de cette forêt sera participative et collective. Les habitants du quartier de la Duchère seront invités à venir planter un arbre.

 

 

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Météo France anticipe un été 2020 plus chaud que la normale

Publié le par Notre Terre

sécheresse

"La pluviométrie n'est pas le plus important, c'est vraiment l'évapotranspiration qui a explosé",  explique jeudi 11 juin sur franceinfo Christian Toussaint, référent pour l’eau au sein de l'association Indre Nature. Dans son bulletin mensuel sur la recharge des nappes phréatiques, le Bureau de recherches géologiques et minières indique que "les nappes de la plaine d'Alsace, des couloirs de la Saône et du Rhône et de l'est du Massif central affichent toujours des niveaux modérément bas à bas".

"L'inquiétude c'est toujours dans le versant nord du Massif central. Là, on n'a pas de réserves. Et ça va très vite", prévient Christian Toussaint. Il suffit de "15 jours de pluie pour qu'il y ait une chute drastique des débits", à cause de l'"élévation des températures et un coefficient radiatif du soleil qui est important".

Météo France anticipe un été 2020 plus chaud que la normale

L'hiver a été "extrêmement pluvieux avec un excédent de pluie", mais il a aussi été "extrêmement doux, à 2,5°C au-dessus des moyennes sur cinq mois". "Ce qui fait que les phénomènes évaporatoires sont toujours là. Heureusement depuis on a eu des orages, et ça a quand même rétabli la situation", explique-t-il.

On a l'impression que le positionnement des anticyclones a changé et on a de plus en plus de vents continentaux qui sont très forts et qui dessèchent les sols.Christian Toussaint, référent eau à Indre Naturesur franceinfo

Il estime par ailleurs que "la rose des vents a changé". Pour 2020, Météo France anticipe un été plus chaud que la normale, "très lié au réchauffement climatique", a indiqué Michèle Blanchard, de la direction des services climatiques. Des restrictions pour l'usage de l'eau sont déjà en vigueur dans 12 départements, essentiellement en Loire-Atlantique, Vendée, Côte-d'Or, Saône-et-Loire, dans l'Ain et la Drôme.

Publié dans Nature

Partager cet article

Bayer: Un tribunal US bloque la commercialisation de l'herbicide dicamba

Publié le par Notre Terre

monsanto-bayer

Le groupe agrochimique allemand Bayer pourrait être empêché de vendre son herbicide dicamba aux États-Unis après le rejet mercredi par une cour d'appel de l'autorisation du régulateur fédéral pour ce produit.

La cour d'appel a estimé que l'agence américaine pour la protection de l'environnement (EPA) avait largement sous-estimé les risques liés à l'herbicide et n'avait pas tenu compte d'autres risques associés au produit.

Le tribunal a estimé également que l'EPA avait violé les réglementations fédérales et n'avait jamais déterminé si une prolongation de l'enregistrement de l'herbicide de deux ans supplémentaires pourrait conduire à un monopole ou un quasi-monopole.

Dans un communiqué, Bayer a expliqué que ce jugement porte sur la décision d'homologation de l'EPA de 2018, qui expire en décembre de cette année, et qu'il s'efforce d'obtenir une nouvelle homologation de l'EPA pour l'herbicide pour 2021 et au-delà.

"Sur la base des actions de l'EPA et si la décision est contestée avec succès, nous travaillerons rapidement pour minimiser l'impact sur nos clients cette saison", a déclaré le groupe allemand.

L'EPA avait imposé des restrictions sur l'usage du dicamba en novembre 2018, craignant des dommages éventuels aux cultures entourant les zones où le produit est appliqué.

En février, Bayer a annoncé faire appel de la décision de justice lui imposant de payer, avec BASF, 265 millions de dollars de dommages-intérêts à un agriculteur du Missouri qui avait attribué au dicamba la destruction de ses pêchers.

 

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article