Californie: L'hécatombe de calmars géants se poursuit

Publié le par Gerome

Les corps de centaines de calmars ont une nouvelle fois été retrouvés échoués sur la côte Californienne, mais les chercheurs n'ont aucune certitude sur les causes de cette hécatombe.

 

calamars-geants.jpg


Plus tôt ce mois-ci, alors qu'il était à la recherche d'une baleine fossilisée exposée en raison de la marée basse dans la baie isolée de Santa Cruz (Californie), le photographe Chris Elmenhurst a été confronté à une scène horrible: une vaste étendue de calmars Humboldt ( Dosidicus gigas ) morts, échoués sur les rives de Capitola.

Plus tard, des résultats similaires se sont répétés dans d'autres endroits dans le centre de la Californie.

Le nombre de ces calmars géants retrouvés morts sur les plages de Californie s'élève au total à quelques milliers.

 


La communauté scientifique ignore les causes de ces échouages ​​de calmars géants, qui peuvent atteindre cinq mètres de long. « Cela peut se produire parfois, pour diverses raisons, mais nous ne comprenonns pas encore tout à fait », explique  John Field, biologiste marin de la NOAA, l'agence fédérale américaine qui s'occupe de la surveillance des océans et de l'atmosphère.

Parmi les principaux facteurs qui semblent causer ces échouages ​​massifs, on trouve le réchauffement des eaux océaniques, et les algues.

D'autres scientifiques pensent plutôt à une cause plus directe. Selon Henk-Jan Hoving, chercheur au Monterey Bay Aquarium Research Institute (MBARI), les calmars ont peut-être suivi des proies, qui peuplent de plus en plus les côtes.

 

calamars-geants2.jpg


 «Au cours des dix dernières années, les échouages ​​sont de plus en plus fréquents, dans le même temps, la population de calmars de Humboldt a augmenté, peut-être à cause du réchauffement de l'eau.

Cette espèce de calmar vit normalement dans les eaux au sud du golfe de Californie et sur la côte du Pérou, «parfois les calmars viennent un peu plus au nord, dans les périodes où l'eau est plus chaude», a déclaré Kenneth Bruland, un chercheur de l’Université de Californie à Santa Cruz.

Selon Bruland, le manque d'oxygène dans l'eau pourrait être l'un des facteurs déterminants.

 


Cette théorie du réchauffement n'est pas universellement acceptée. «Je ne pense pas que le réchauffement climatique ou les changements dans les niveaux d'oxygène soient la cause, a déclaré Francisco Chavez, océanographe et biologiste au MBARI. Selon Hoving, un collègue de Chavez au MBARI, les calmars Humboldt s’adaptent incroyablement et peuvent même prospérer dans des milieux mal oxygénés, à la différence de nombreux autres êtres vivants. Hoving décrit également le calmar de Humboldt comme un «prédateur extrêmement agile» que vous ne trouverez jamais piégé sans raison, notamment lors de déplacements en grands groupes.


Une autre cause possible à cette hécatombe se trouve dans les algues. Certaines des espèces d'algues peuvent, en effet, libérer des toxines, comme l'acide domoïque, qui peuvent les désorienter.  

« Bien qu'il soit possible que les calmars soient exposés à des toxines, cela est toutefois peu probable, puisque mon laboratoire surveille les niveaux d'algues et de toxines à Santa Cruz, et le mois dernier, les niveaux ont été très bas», explique Raphé Kudela, biologiste à l'UCSC.

En conclusion, les scientifique restent dans l’impasse face à cette hécatombe de calmars, mais les recherches se poursuivent, et tous espèrent trouver une réponse rapidement.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Les îles Féroé sont le théâtre d'un massacre de centaines de dauphins

Publié le par Gerome

grindadrap.jpg

 

 

Si le massacre d'animaux marins est souvent l'apanage des pays asiatiques (chasse à la baleine, massacre de dauphins au Japon, Corée du Sud, etc.), ces pratiques existent également plus près de chez nous. En Europe, outre la chasse à la baleine en Islande, un pays s'adonne chaque année à une pratique sanguinaire : le Grindadrap, soit le rabattage et le massacre de familles entières de dauphins-pilotes (ou globicéphales, ou encore baleines-pilotes) aux îles Féroé (Danemark)

.

Le grindadrap : une pratique très ancienne


On peut affirmer avec certitude que le Grindadrap existe depuis le XVIe siècle, même s'il date probablement du IXe siècle. Cette chasse est également l'occasion, pour les jeunes pêcheurs qui s'y initient de soit-disant prouver leur virilité.

De 1709 à aujourd'hui, les prises ont toutes été consignées dans un registre et tout cétacé attrapé y figure : chaque année, entre plusieurs centaines à plus d'un millier de baleines et dauphins sont capturés et tués. C'est aujourd'hui le Musée d'Histoire Naturelle des îles Féroé, à Tórshavn, qui détient ce fameux registre.


Les Féringiens sont le dernier peuple du Nord à s'adonner à ce type de pêche à la baleine, alors que cette pratique était autrefois extrêmement répandue en Atlantique-Nord et même au-delà. A l'origine, le grindadrap demandait une grande coordination des pêcheurs embarqués sur des bateaux, qui devaient encercler un groupe de baleines ou de dauphins et les emmener dans une baie, où les cétacés étaient bloqués dans les eaux peu profondes. Les pêcheurs restés sur le rivage s'avancaient dans l'eau et traînaient les baleines jusqu'au bord avec des cordes et des crochets, puis les poignardaient et les égorgaient avec de grands couteaux (des grinds) tout en leur brisant la colonne vertébrale. Des variantes consistent à harponner les baleines puis les capturer dans des filets.


Après le Grindadrap, les participants comptent le nombre de prises et évaluent la pêche. Les autorités locales distribuent équitablement et gratuitement la viande et la graisse de baleine aux résidents, qui les ramènent chez eux pour préparer la viande. Un Grindadrap bien mené pouvait nourrir le village tout entier pendant des mois.

 

Une tradition culturellement très ancrée


Autrefois nécessaires pour nourrir la population féringienne, les massacres de globicéphales n'ont plus de sens aujourd'hui alors que les iles Féroé affichent l'un des niveaux de vie les plus élevés d'Europe. De plus, on sait aujourd'hui que la viande et la graisse de ces animaux contient des polluants et des substances toxiques, dues à l'activité d'industries lourdes d'autres pays, qui se sont accumulés dans les tissus des animaux via le processus de la bioaccumulation[4]. À cause de fortes concentrations de mercure et de PCB dans ses tissus, la chair des globicéphales n'est plus considérée comme comestible par le corps médical féringien lui-même. Les taux de toxicité dépassent largement les limites imposées par la législation européenne. Beaucoup d'habitants ont réduit leur consommation de viande et de graisse de baleine, suite aux publications du système hospitalier féringien, mais cette consommation n'a pas disparu complètement : elle reste une tradition culturelle.


Le Grindadrap perdure donc et est aujourd'hui le plus grand massacre de mammifères marins d'Europe. La « tradition » s'est largement modernisée : les Féringiens ont désormais recours aux bateaux à moteurs, à des radars, des téléphones portables... On est loin des barques et des signaux de fumée d'antan.


Les globicéphales, une espèce menacée


Les dangers que doit affronter le globicéphale sont nombreux : surpêche, raréfaction de leur nourriture, pollution, acidification des océans, captures accidentelles, nuisances sonores liées aux activités militaires, tests sismiques... À cela s'ajoutent ces massacres traditionnels particulièrement choquants.

Dans la région des îles Féroé, la population de globicéphales est estimée à environ 31 000 (Waring et al . 2006), mais il n'existe pas d'information sur les tendances mondiales et cette chasse ne semble pas compromettre la survie de l'espèce, contrairement aux filets dérivants des chalutiers. 


Aux îles Féroé, quelques mesures ont été prises pour limiter les prises : seules 23 plages autorisent ce type de pêche. Amener les cétacés sur une autre plage est illégal. De plus, le gouvernement a donné aux autorités civiles le pouvoir d'interdire le Grindadrap si la nourriture n'est pas nécessaire. Ailleurs en Europe, l'espèce est sérieusement protégée et des mesures sont prises pour éviter sa capture accidentelle, notamment via les filets dérivants interdits depuis 2002 dans l'Union Européenne.


Sea Shepherd, une des nombreuses organisations qui s'opposent au Grindadrap


Sea Shepherd[6] est engagé dans la lutte contre le Grindadrap depuis 1984 et a plusieurs fois navigué jusqu'aux iles Féroépour empêcher les massacres sur place. La fondation Brigitte Bardot s'est récemment associée à Sea Shepherd, et a cofinancé un navire moderne d'interception qui a notamment servi à dénoncer le massacre des îles Féroé.

Durant l'été 2011, Paul Watson et l'équipe de Sea Shepherd s'y étaient rendus pour aider au tournage d'un documentaire américain, intitulé « Whale Wars ». Leur objectif était de recueillir des images et si possible empêcher le massacre des globicéphales. Aucun Grindadrap n'a eu lieu en leur présence, mais la pratique n'a pas cessé pour autant.


Sea Shepherd dépose un recours contre le Danemark


La lutte a récemment pris une autre tournure : l'organisme de protection des fonds marins a déposé un recours devant la commission européenne pour faire interdire le massacre aux îles Féroé. En effet, Sea Shepherd accuse le Danemark de violer trois conventions dont la signature l'engageait à tout mettre en œuvre pour protéger les globicéphales.

Associée à la Fondation Brigitte Bardot, Sea Shepherd a envoyé une lettre ouverte à la reine Margrethe II du Danemark, appelant le pays à faire pression sur les îles Féroé pour faire abolir « une pratique aussi cruelle qu'inutile ». En l'absence de réponse, les deux organisations ont prévu de mener une campagne internationale contre le Danemark, dont ils jugent la complicité intolérable. 


Selon Sea Shepherd, les globicéphales sont dotés d'une intelligence complexe, d'une conscience d'eux-mêmes et d'une grande solidarité entre membres d'une même famille : aussi l'agonie est un moment particulièrement atroce pour ces animaux. On peut d'ailleurs observer que les dauphins ne prennent pas la fuite, mais reviennent défendre les plus petits d'entre eux, pour finir massacrés.

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

Gaz de schiste : des fuites trois fois plus importantes que prévu

Publié le par Gerome

Alors qu'il était prévu qu'elles ne dépassent pas 2,4%, les fuites des puits d'un bassin gazier de l'Utah laissaient échapper 9% de leur méthane. L'info, diffusée par la revue Nature, montrerait que cette méthode d'exploitation des hydrocarbures cause plus de dégâts environnementaux que celle du charbon. Reste à savoir si ces fuites sont généralisées.

 

puits_gaz_de_schiste.png


Comme si l’exploitation du gaz de schiste ne suscitait pas déjà assez de réserves comme ça, un article publié dans Nature dénonce à nouveau les méfaits de la fracturation hydraulique. Parue le 3 janvier, la publication montre que certains puits américains laissent échapper jusqu’à 9% de leur méthane, un gaz dont l’effet de serre est 25 fois plus important que celui du CO2. C’est une équipe de la National Oceanic and Atmospheric Administration et de l’université du Colorado qui a étudié le phénomène.



Les chercheurs ont passé au crible l’état de l’atmosphère au-dessus des puits du bassin d’Uintah, aux États-Unis. Par comparaison, ils ont pu en déduire quels rejets étaient émis par ces champs pétroliers et gaziers. Selon l’Agence américaine pour l’environnement, les fuites concernent 2,4% du méthane extrait en 2009. Ici, les chercheurs ont trouvé un chiffre de… 9%! "Nous nous attendions à obtenir des niveaux élevés de méthane mais pas de cette ampleur", a expliqué au Monde Colm Sweeney, qui a dirigé les prélèvements par avion.


Plus dommageable que le charbon


Outre le manque d’étanchéité des canalisations, c’est le principe même de la fracturation hydraulique qui est mis en cause. Un mélange de liquides est envoyé à très haute pression pour fissurer les roches en profondeur et libérer le gaz qu’elles contiennent. Ensuite, il faut nécessairement pomper ces liquides jusqu’à la surface. Or ils emprisonnent des bulles de méthane qu’ils remontent à l’air libre.


Le faible pourcentage de fuite était pourtant un des arguments phares en faveur de l’exploitation du gaz de schiste, présenté comme plus écologique que l’exploitation du charbon. Comme le souligne le Monde, un article des Annales de l'académie des sciences américaine avait estimé que tant que les fuites de méthane restaient en dessous de 3,2% du total prélevé, la méthode restait préférable au charbon. Avec 9%, c’est visiblement raté. Reste encore à savoir si le champs gazier et pétrolifère d’Uintah est représentatif ou s’il s’agit d’un cas isolé particulièrement polluant.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article

Du saumon génétiquement modifié canadien dans les assiettes américaines ?

Publié le par Gerome

Des saumons génétiquement modifiés créés au Canada pourraient bien devenir les premiers animaux transgéniques à être approuvés pour consommation humaine : la FDA américaine a estimé que le poisson n’avait pas d’impact négatif important sur l’environnement.

 

saumon-poisson.jpg

 

 

L’Agence américaine des produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA) a publié la première ébauche de son évaluation environnementale le mois dernier, marquant du même coup l’une des étapes finales d’un processus d’application de la réglementation qui dure depuis maintenant 17 ans.

Le saumon « AquAdvantage » a été mis au point à l’université Memorial de Saint-Jean (T.-N.-L.) et à l’Université de Toronto. Il est créé à partir d’un oeuf de saumon auquel sont ajoutés des gènes de saumon du Pacifique et de loquette d’Amérique, un poisson qui ressemble à une anguille.


La compagnie AquaBounty, du Massachusetts, produit les oeufs génétiquement modifiés dans un centre piscicole de l’Île-du-Prince-Édouard, et les élève dans un centre de pisciculture au Panama.

AquaBounty indique que les modifications génétiques permettent de doubler la vitesse de croissance du saumon.


Certains s’inquiètent toutefois que le poisson – que les critiques ont rebaptisé « Frankenfish » – s’échappe du centre de pisciculture et affecte les populations sauvages. Ils ont ainsi exercé des pressions sur le Congrès américain dans l’espoir de faire échouer le processus d’application de la réglementation de la FDA.

L’agence a déjà statué que le saumon génétiquement modifié ne présentait pas de risque pour la consommation.

 

 


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Le Rhône devrait perdre 30 % de son débit d’ici à 2050

Publié le par Gerome

Martin Guespéreau, de l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, s’alarme de l’impact du réchauffement climatique dans cette zone.

 

VuedeSeyssel.jpg


Lyon, future ville méridionale ? Le lac du Bourget, bientôt à sec ? Aussi étonnantes qu’elles puissent paraître, ces prédictions pourraient devenir réalité. Et pour cause : le quart sud-est de la France est la région la plus sensible au changement climatique. Des pénuries d’eau sont déjà observées sur 40% de son territoire et le Rhône se réchauffe rapidement. Pour Martin Guespéreau, directeur de l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse (25% du territoire français et 14 millions d’habitants), deux priorités s’imposent : les économies d’eau et la protection des captages.


Observe-t-on déjà des changements dûs au réchauffement ?


Aujourd’hui, on a à Lyon le climat d’Avignon d’il y a trente ans. En trois décennies, les eaux du Rhône se sont réchauffées de 2 °C à son embouchure en été, et le fleuve devrait perdre 30% de son débit d’ici à 2050. Le réchauffement du Rhône, corrélé à l’acidification croissante de la Méditerranée, menace la survie des mollusques et des poissons d’eau douce et d’eau de mer. Dans les scénarios d’anticipation de l’évolution climatique, la zone méditerranéenne est un point rouge : ce sera la plus affectée par la baisse de la pluviométrie, la température va augmenter et les débits des rivières diminuer. Des sécheresses plus intenses et plus fréquentes sont attendues. Du côté des Alpes, on prévoit dès 2030 une baisse de moitié de la durée d’enneigement au sud. La moyenne montagne sera la plus affectée, avec, à plus long terme (2080), une quasi-disparition de la neige au printemps. 2030, c’est demain, et cela signifie que les investissements qui sont actuellement faits pour le ski dans les stations de moyenne altitude ne seront pas amortis.


Comment faire face ?


L’économie liée au ski en moyenne montagne va être très affectée, ainsi que les activités industrielles le long du Rhône. L’agriculture ne sera pas épargnée non plus : en effet, l’évapotranspiration des végétaux va augmenter, amplifiant ainsi leur besoin en eau, alors que simultanément, il pleuvra moins. Nous allons dresser des cartes de vulnérabilité identifiant les zones les plus sensibles pour l’agriculture, la ressource en eau, les activités liées à la neige et la biodiversité. Pour protéger la ressource, le plan d’action que l’Agence vient d’adopter pour les six années à venir, d’un montant de 3,65 milliards d’euros, privilégie les économies d’eau.

C’est-à-dire ?

La chasse au gaspillage. Les villes perdent jusqu’à 50% de l’eau qu’elles prélèvent en raison des fuites sur les réseaux vieillissants ! L’Agence de l’eau a financé à Nîmes le remplacement des parties de réseaux les plus fuyardes, ce qui a permis d’économiser 278 000 m3 pour 3,2 millions d’euros.

 

De même, en agriculture, les canaux d’irrigation traditionnels doivent être modernisés : il faut passer au goutte-à-goutte dans les vergers et installer des vannes motorisées pour réguler l’inondation. Cela permettra de diviser par dix la consommation. L’agence consacrera 266 millions d’euros pour soutenir tous ces projets, avec l’objectif de «sauver» chaque année l’équivalent de la consommation d’eau d’une ville comme Montpellier. Deuxième grand objectif du plan d’action : débarrasser les captages d’eau potable des pesticides et des nitrates.

 

Aujourd’hui, 40% des captages du quart sud-est ont besoin de traitements de dépollution. La Cour des comptes a calculé en 2010 que la dépollution pour produire de l’eau potable revenait 2,5 fois plus cher que de compenser auprès des agriculteurs pour ne pas polluer. Les coûts de dépollution sont répercutés sur la facture d’eau qui bondit alors de 11% à 17% dans le cas de nitrates. Notre objectif, c’est de protéger 214 captages d’ici à fin 2015.

 

 


 

Publié dans Nature

Partager cet article