En Chine, 80 % des récifs coralliens ont été détruits en 30 ans !

Publié le par Gerome

Ces 30 dernières années, la Chine est entrée dans une incroyable course à la production. Si elle présente de solides résultats économiques, c’est bien au détriment de l’environnement. Une étude récente révèle que 80 % des récifs coralliens des côtes ont disparu sur cette période. Sans récifs, c’est toute la faune océanique qui est modifiée. Le géant du charbon tend-il vers un désert océanique ?

 

recif-corail.jpg


Vendredi dernier, le géant pétrolier China National Offshore Oil Company (CNOOC) annonçait que l’exploitation de deux de ses champs pétrolifères en mer de Chine méridionale allait démarrer. Cette région océanique est stratégiquement essentielle. Elle abrite quelques-unes des voies maritimes les plus importantes au monde. La frénésie de production a propulsé la Chine au deuxième rang économique mondial. Mais si le pays pense passer au rang de première puissance économique mondiale dans quelques années, il risque bien d’être rapidement ralenti en raison de gros problèmes environnementaux.


La pollution atmosphérique, notamment à Pékin, est souvent mise en exergue, et ce n’est pourtant qu’un détail en termes de problèmes environnementaux. Récemment, une équipe de scientifiques de l’Australian Research council center of Excellence for Coral Reef Studies et du South China Sea Institute of Oceanology a révélé que 80 % du récif corallien a disparu ces 30 dernières années. Les zones sinistrées sont d’une part toute la côte chinoise et d’autre part la mer de Chine méridionale.

 

 

Les résultats publiés dans le journal Conservation Biology sont alarmants. Les récifs frangeants le long de la côte chinoise et de l’île de Hainan sont les zones les plus endommagées. Mais les atolls et archipels de la mer de Chine méridionale ne se portent guère mieux. L’étendue du récif couvrait en moyenne 60 % de la région voilà une quinzaine d’années. Elle ne couvre plus que 20 % à présent. Jusqu’alors, jamais un déclin aussi rapide et important d’une zone de couverture corallienne aussi grande n’avait été enregistré.


Les Trente pas si glorieuses pour la Chine


L’évolution de l’environnement en Chine se démarque bien de celle des autres pays. La dégradation de la vie sous-marine est directement liée au développement côtier, à la pollution (des centrales à charbon notamment) et à la surpêche. Plus de 30 ans de croissance économique effrénée sans réelle considération de l’environnement ont entraîné la Chine dans un état de pollution grave. L'expansion économique actuelle de la Chine a donc exacerbé de nombreux problèmes environnementaux, comme la perte généralisée de l'habitat marin en raison de l'aménagement du littoral, des niveaux ahurissants de surpêche et de pollution.


Le récif corallien de la mer de Chine méridionale s’étend sur plus de 30.000 km2. Des parcs marins ont été créés pour conserver la faune, mais si l’on en croit les auteurs, ils sont trop petits et trop éloignés pour enrayer le déclin de la couverture corallienne. Avec une telle dégradation, les chances de redonner vie aux récifs sont très minces. Pour protéger le récif, il faudrait renforcer la sensibilisation du public au sujet des écosystèmes en déclin, et améliorer le suivi de la dynamique des récifs coralliens et de la situation pour mieux éclairer les politiques de développement.


Dans le contexte actuel d’un après-Doha fort décevant, où ni la Chine ni les États-Unis n’ont ratifié le protocole de Kyoto II, cette publication est tristement bienvenue. Elle rappelle qu’il y a urgence dans certaines régions du monde et qu’il convient donc d’agir rapidement. Le gouvernement chinois aurait établi une feuille de route pour transformer le mode de développement de la Chine pour le rendre plus écologique et moins dépendant de la croissance économique. Qui vivra verra !

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Le moteur à eau fonctionne bien, en voici la preuve...

Publié le par Gerome

ALORS COMME CA VOUS PENSEZ QU’IL EST POSSIBLE DE FAIRE FONCTIONNER UN MOTEUR AVEC DE L’EAU ?

Eh bien, vous êtes parmi la toute petite minorité de personnes qui sont au courant qu’une telle possibilité serait éventuellement, peut être, avec un peu de chance, envisageable… Quoi qu’il en soit bienvenue sur ce site ou nous ne doutons pas que rouler avec l’aide de l’eau soit possible. Pour une bonne et simple raison : nous avons testé ! Et nous avons constaté que ça marche !
Voici une petite série de vidéos, rien ne parle mieux que les images.


Dans les vidéos ci dessous vous allez voir quelques exemples de ce qu’on appelle le “moteur à eau” ou pour être plus exact des exemples de moteurs équipés d’un générateur de gaz HHO . Regardez ces vidéos, prenez connaissance de la suite de l’article, et après ça libre à vous de foncer tête baissée pour rouler aussi à l’eau…. Ou de continuer à vous poser des questions…..

Allez on y va. Ci après 2 vidéos d’installation de Dry Cell et 1 d’un générateur HHO de type cylindrique

 

 


 

 

Il y a quelque temps, ( en 2007 ), en effectuant des recherches sur le net je suis tombé sur une pub pour un site qui parle d’un “kit moteur à eau” à installer sur votre véhicule pour économiser du carburant. Je ne me souvient pas de l’adresse de ce site, mais j’ai tout de suite remarqué que c’était une traduction de l’anglais. Ayant appris l’anglais au collège, comme quoi on y apprend pas que des trucs inutiles, j’ai donc effectué une recherche avec des mots clés anglais.


Et là, Big surprise ! J’ai découvert une multitude de sites parlant du même système. Je me suis rendu immédiatement à l’évidence qu’il existait un buzz sur le moteur à eau aux Etats Unis et au Canada, alors même qu’on en entendait pas parler du tout en France ou alors pour vous dire que ” ça n’existe pas ! “…. ( Bizarre, bizarre ) La plupart des sites en question, ont pour objectif, à travers beaucoup de bla bla écologique, de vous vendre un ebook qui vous explique comment monter ce kit moteur à eau sur votre voiture, et surtout qui vous indique comment construire ce kit avec ce que vous trouvez dans le commerce autour de chez vous ( aux USA bien sur )  et qui donne aussi accès aux adresses de fournisseurs de ce fameux kit HHO déjà assemblé pour vous.


D’un naturel curieux, j’ai craqué ! J’ai sorti ma carte de crédit… Voici donc de quoi il est question :


Le système est basé sur électrolyse de l’eau, pour ceux qui ne l’aurait pas étudiée au collège ( décidément on y apprend quand même qq chose ) je vous renvoie à électrolyse sur wikipédia. Pour faire simple il s’agit de faire passer du courant électrique dans de l’eau entre deux bornes en acier, on obtient le dégagement de deux gaz, oxygène et hydrogène. Toujours pour faire simple ( messieurs les chimistes excusez moi )  on se retrouve avec notre eau décomposée en 2 atomes d’hydrogène et 1 atome d’oxygène, d’où la popularité du terme HHO. Le mélange de ces deux gaz ( explosif ) est immédiatement injecté dans le système d’admission d’air de votre moteur et va exploser dans les chambres de combustion avec l’essence ou le gasoil… La présence de HHO augmente de façon considérable le rendement de la combustion, d’où moins de gaspillage de carburant, d’ou économies….

 

 

Les plus sceptiques d’entre vous opposeront le fait que l’électrolyse de l’eau n’est pas “rentable”, l’énergie dépensée pour créer le HHO est plus importante que celle qu’il restitue en brulant… C’est vrai….. Mais ce n’est pas gênant dans ce cas, parce qu’on utilise pas le HHO comme carburant mais comme “comburant” ou catalyseur si vous préferrez ( messieurs les chimistes… ). Le HHO provoque simplement à une combustion plus complète du mélange air/carburant habituel. C’est le gas oil ou l’essence qui devient + rentable et non le HHO qui se substitue à lui. Toute la finesse est là.


L’avantage indéniable de ce système c’est qu’il produit du gaz à la demande, si votre moteur ne tourne pas, il n’y a pas de production. Pas besoin de stockage non plus, juste un “bocal” avec de l’eau et deux bornes electriques. Le truc est si simple qu’on se demande pourquoi ça n’existe pas depuis plus longtemps. Le système peut également être mis en route ou stoppé avec un interrupteur et même couplé avec un régulateur electronique relié aux capteurs de votre véhicule si il en est équipé. Pas de modification à faire, juste trouver une petite place pour votre “bocal” , le fixer, le raccorder, faire le plein…. d’eau, rajouter un peu de “baking soda” ( bicarbonate de soude ) et roulez jeunesse!


Evidemment ce truc à connu un succès immédiat aux Etats Unis lorsqu’il est apparu vers 1998. Depuis pas mal d’eau à coulé sous les ponts ( et dans les générateurs HHO ) et le matériel à évolué. Il y a divers types de générateurs, mais celui qui semble prendre le dessus est sans doute la “dry cell” . L’eau y est électrolysée entre des plaques d’acier inox, dans une chambre étanche. Ca prend très peu de place et ca produit beaucoup de gaz.

 

 



Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Floride, marée rouge: Des milliers de poissons retrouvés morts sur les plages de Sarasota

Publié le par Gerome

L'odeur irritante des poissons morts contaminés par la présence de la marée rouge, rend impossible l’accès à certaines plages de Sarasota, en Floride.

Les autorités locales ont signalé des milliers de poissons morts
dispersés le long de la côte et des plages de Manasota Sarasota Pass et Englewood Beach County à destination de Charlotte County.

 

plage-poissons-morts.jpg


Les plages ont été transformées en un tapis de poissons morts malodorants qui ont fait fuir les touristes. Evidemment, la fréquentation est en berne.

George Tatge, directeur des parcs et loisirs pour le comté de Sarasota, a déclaré: "C'est un événement important, mais  ce qui le rend plus inhabituel, c'est qu’une grande majorité des poissons sont de la même espèce."


Déjà, en Octobre, un véritable foisonnement d'algues rouges dans le sud-ouest de la Floride aurait tué sept tonnes de poissons en deux jours le long des plages de Sarasota County.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

CHINE – Des fonctionnaires condamnés pour des essais de riz OGM sur des enfants

Publié le par Gerome

Trois chercheurs chinois du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et de l’Académie de sciences médicales du Zhejiang ont été renvoyés pour avoir conduit des essais de riz doré génétiquement modifié (GM) sur des enfants.

 

ogm.jpg

 

 

En septembre 2012, Inf’OGM rapportait la pagaille scientifique et politique  qu’avait générée la publication d’un article faisant état de résultats de tests, sur des enfants chinois, d’un riz génétiquement modifié pour contenir plus de ß-carotène, appelé riz doré. Ce riz, mis au point il y a plus de dix ans maintenant, est censé apporter une solution simple aux carences en vitamine A, carence qui entraîne notamment des problèmes de cécité chez les enfants. En septembre, il n’était pas possible d’établir avec certitude que de tels tests avaient eu lieu : le nombre d’enfants concernés variaient de 24 à 68 selon les sources, les scientifiques étatsuniens (de l’Université Tufts) et chinois tenaient des discours opposés… le Dr Yin Wang de l’Académie des sciences médicales de Zhejiang affirmait même, dans leQuotidien du peuple, ne pas être au courant de l’article publié dont il était pourtant cosignataire.


Après enquête, les autorités sanitaires chinoises ont décidé de licencier trois scientifiques : Yin Shi’an, du CDC chinois, Hu Yuming du centre du Hunan (région où l’expérience fut conduite) et Yin Wang de l’Académie des sciences médicales de Zhejiang. Selon la revue Science Insider , le CDC chinois a affirmé que l’expérience effectivement menée voici quatre ans violait les règles éthiques et précise aussi que les parents n’avaient pas été informés du caractère transgénique du riz donné à leurs enfants. De son côté, l’université Tufts conduit également une enquête en interne pour établir les responsabilités éventuelles, notamment pour ce qui concerne l’envoi de riz GM en Chine.

 

Un envoi illégal selon le CDC chinois, aucune autorisation n’ayant été requise préalablement. Ce point précis est en cours d’étude car l’envoi du riz à tester aurait pu être fait sous forme de riz déjà cuit, échappant ainsi à la législation chinoise qui, à l’instar du protocole de Cartagena, n’impose des autorisations qu’aux organismes vivants… A ce stade, le flou persiste quant au déroulé concret de l’expérience, les responsabilités engagées et les défauts de respect des procédures éthique et sanitaire. Les enquêtes en cours devraient fournir de plus amples informations dans les mois à venir.

 

 


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Comment trouver moins de pesticides dans les aliments en manipulant les chiffres

Publié le par Gerome

Nouvelle interrogation concernant les Limites Maximales de Résidus de pesticides dans les aliments : Générations Futures révèle comment dans ses calculs la Commission européenne divise artificiellement par 2 les quantités de pesticides retrouvés dans les aliments pour faire chuter le nombre de dépassements de ces Limites Maximales de Résidus (LMR)... sur le papier !

 

PESTICIDES


Polémique sur les LMR. On se souvient qu'il y a quelques années une polémique avait fait rage en Europe lors de l'harmonisation des Limites Maximales de Résidus pour les résidus de pesticides dans les aliments. A l'époque beaucoup d'ONG européennes avaient protesté contre le relèvement d'un grand nombre de LMR à cette occasion, permettant ainsi à de plus grandes quantités de pesticides d'être tolérées dans les aliments dans l'UE[1].
Aujourd'hui, Générations Futures révèle un nouveau tour de passe-passe de la Direction Générale Santé consommation (DG Sanco) qui, à la Commission européenne, est en charge du suivi des résidus de pesticides dans les aliments.

Explications

Pour prendre en compte l'incertitude analytique des laboratoires analysant les résidus de pesticides et les différences éventuelles entre les laboratoires, la DG SANCO a, dans un document guide officiel[2], arrêté la valeur de l'incertitude analytique à +/- 50% de la valeur mesurée (X). Ainsi, pour une valeur mesurée de X = 2 mg/kg, l'intervalle d'incertitude est compris entre 2 -1 et 2+1 ( 50% de 2 = 1). L'intervalle d'incertitude est donc compris dans cet exemple entre 1 et 3 mg/kg. Jusque-là tout va bien...

Des chiffres joliment rabaissés...

Le tour de passe-passe intervient ensuite et il est énorme : la DG Sanco considère arbitrairement que la valeur qui sera retenue pour juger d'un éventuel dépassement de LMR est - non la valeur mesurée mais - la valeur inférieure de cet intervalle (valeur mesurée – 50%) soit dans l'exemple ci-dessus 1mg/kg, au lieu des 2 mg/kg mesurés ! Le truc est énorme : Il s'agit ni plus ni moins que de diviser la valeur mesurée par 2 avant de la comparer à la LMR ! On se doute qu'avec cette méthode les dépassements de LMR vont diminuer... mais artificiellement. La DG Sanco demande aux Etats membres de l'UE d'appliquer cette méthode.


"En matière de LMR pour les pesticides la DG Sanco a inventé la machine à diviser par 2 les quantités de pesticides retrouvées dans les aliments! Cela revient dans les faits à doubler la tolérance par rapport aux résidus de pesticides et à exposer la population européenne à des quantités toujours plus grandes de ces produits toxiques dans leur alimentation ce qui est un pur scandale." Déclare François Veillerette, Porte-parole de Générations Futures.

Résultats en France

Cette disposition, applicable depuis la campagne d'analyses 2010 dont Générations futures vient de se procurer les résultats[3] qui viennent juste d'être publiés, conduit à une chute artificielle du pourcentage de fruits et légumes contenant des pesticides au-delà des LMR : 1,5% en 2010 contre 3% en 2009 ! Cette baisse ne correspond pas à une amélioration de la situation mais uniquement à l'application de l'artifice de calcul demandé par la DG Sanco.


En effet, dans le même temps le pourcentage des fruits et légumes contenant des pesticides a pourtant augmenté de 37,9% en 2009 à 40,7% en 2010 mais le tour de passe-passe de la DG Sanco a permis de faire croire à une amélioration concernant les dépassements de LMR grâce à un artifice de calcul


A noter que la France applique de plus les directives de la DG Sanco de manière surprenante, en ne considérant comme dépassement de la LMR que les valeurs > 150% de la LMR, ce qui est 'moins pire' que ce que l'UE préconise, mais de toute façon négatif (et en plus fantaisiste !)


"Nous demandons que l'Union Européenne mette en place des dispositions protectrices de la santé publique en matière de résidus de pesticides en considérant que la valeur analytique mesurée augmentée de la valeur d'incertitude de 50% soit la valeur retenue pour la comparaison avec la LMR et non pas la valeur basse de la fourchette comme actuellement car l'incertitude doit bénéficier à la protection de la santé et pas aux fabricants de pesticides !" conclut-il.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article