Empoisonnement de l’eau des Indiens du Brésil dans le cadre d’un violent conflit territorial

Publié le par Gerome

indiens-bresil.jpg

 

 

Des Indiens du Brésil affirment que leur principale source d’eau a été empoisonnée par l’un des ranchs les plus controversés de l’Etat.

Les Guarani de la communauté de Ypo’i, dans l’Etat du Mato Grosso do Sul, ont utilisé un téléphone portable pour filmer la contamination qui s’est répandue dans une grande partie du cours d’eau en l’espace de seulement deux jours.

 

Les Indiens ont raconté : ‘Les enfants étaient en train de se baigner lorsqu’ils ont aperçu une mousse blanche… Nous avons suivi le cours d’eau jusqu’au ranch, où nous avons vu deux grands containers’.

Le ranch en question appartient au propriétaire terrien brésilien Firmino Escobar, déjà au cœur d’un violent conflit territorial avec la communauté guarani.

Il y a plus de deux ans, il avait assiégé le territoire que les Indiens réoccupaient, leur coupant tout accès à l’eau, à la nourriture et aux soins médicaux.

Un tribunal avait ensuite autorisé les Guarani à rester sur la petite parcelle de leur terre ancestrale jusqu’à ce que les autorités démarquent leur territoire. Ce qui n’est toujours pas fait.

Les Guarani affirment que ce dernier incident les a ‘choqués et rendus furieux’. Ils estiment qu’il s’agit d’un acte délibéré, et ‘non d’un accident’.

La communauté décrit le cours d’eau comme ‘notre principale source d’eau pour boire, se baigner, cuisiner et laver nos vêtements. Maintenant, nous ne pouvons plus l’utiliser… nous avons très peur’.

 

La substance dans l’eau n’a pu être encore identifiée. La police locale s’est rendue sur le site et les Guarani attendent les résultats de son enquête.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Les Guarani font les frais depuis trop longtemps d’une continuelle et malveillante campagne de terreur pour les laisser hors de la terre qui leur appartient en toute légitimité. Les responsables de ce dernier acte cruel et pervers devraient être poursuivis en justice. Le gouvernement fédéral doit exhorter la police locale à mener une enquête minutieuse et impartiale’.

 

Publié dans Pollution

Partager cet article

Mercedes Ener-G Force : il roule à l'eau !

Publié le par Gerome

Mercedes nous a préparé un très beau concept pour le concours de design du prochain Salon de Los Angeles.

Mais si l'on peut apprécier les lignes de véritable baroudeur de ce 4x4, le Ener-G Force est bien plus surprenant sous le capot : il roule à l'eau !

 

Mercedes-Ener-G-Force.jpg

 

 

Mercedes a doté son 4x4 de quatre moteurs électriques, un par roue. Et pour alimenter ces moteurs, la Ener-G Force dispose d'une pile à combustible.

Mais contrairement aux autres systèmes qui réclament de l'hydrogène, ce Mercedes, lui, a besoin d'un peu d'eau et d'électricité.

Le courant provient donc directement de l'électrolyse produite dans le réservoir et ce 4x4 écolo ne rejette que de l'eau au bout de son pot d'échappement.


Pour disposer de l'énergie nécessaire au processus de fabrication de l'électricité qui alimente ses moteurs, le Ener-G Force embarque deux packs de batterie interchangeables situées dans le plancher. Mercedes assure que grâce à celà, son 4x4 est capable de parcourir 800 kms.

Autre particularité de ce concept 7 places, il dispose d’un scaner topographique logé sur le toit afin d’analyser le terrain.


Le futur est en marche !

 

Mercedes vient de nous prouver que le pétrole est obsolète, on peut facilement s'en passer; seulement le lobby pétrolier est si puissant qu'il nous fait croire que l'or noir est absolument indispensable...

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Des dizaines d'animaux morts sur le tournage du "Hobbit"

Publié le par Gerome

eter Jackson a des ennuis avec l'association de défense des animaux aux Etats-Unis. La PETA accuse en effet le réalisateur de la mort de chevaux, moutons, chèvres et autres poulets. Les animaux seraient morts sur le tournage du film "The Hobbit" à cause d'"erreurs humaines".

 

hobbit.jpg

 


27 bêtes seraient mortes à cause de mauvaises conditions de vie à la ferme où elles étaient logées entre les prises. Quatre défenseurs animaliers en Nouvelle-Zélande ont alerté la PETA qui affirme que si le chef de production du film avait "rempli ses fonctions et tenu compte des avertissements", les animaux ne seraient pas morts.

On apprend ainsi qu'un cheval est resté couché sur le sol, les pattes ligotées, pendant plus de trois heures, un autre est mort de colique après qu'on ait changé brutalement son alimentation, que les chèvres et les moutons ont été infestés par les vers et qu'une douzaine de poules a été tuée par des chiens.

"Les films de Peter Jackson sont d'avant-garde et ont révolutionné les effets spéciaux mais le fait d'utiliser des animaux vivants et de les laisser souffrir inutilement fait faire un pas de géant en arrière honteux au monde du divertissement."

Selon la PETA toujours, l'un des dresseurs d'animaux aurait été viré pour avoir exprimé ses craintes pour la santé des bêtes auprès de la production pendant le tournage. L'association de défense des animaux envisagent de manifester à chaque présentation du film aux USA, en Angleterre et en Nouvelle-Zélande.

Du côté de Peter Jackson, on concède que la mort de deux chevaux aurait pu être évitée mais que le reste des décès étaient dûs à des causes naturelles.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

L'image du jour

Publié le par Gerome

terre-consommee.jpg

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

La Banque Mondiale redoute le "cataclysme" d'une hausse de 4°C de la température

Publié le par Gerome

La Banque mondiale redoute une hausse de la température du globe de 4°C dès 2060, bien au-delà du garde-fou posé par la communauté internationale, et s'alarme du "cataclysme" qui frapperait alors les pays pauvres, selon un rapport publié dimanche à Washington.

 

rechauffement-climatique.jpg

 

 

"Un monde à +4°C (...) déclencherait une cascade de changements cataclysmiques, dont des vagues de chaleur extrême, une chute des stocks alimentaires et une montée du niveau de la mer frappant des centaines de millions de personnes", résume la BM, ajoutant qu'il n'y avait "aucune certitude" que le globe puisse s'adapter à une telle situation.

Ce scénario, le plus sombre envisagé dans le rapport, tranche avec l'engagement pris par la communauté internationale de contenir le réchauffement du globe à +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle. Le niveau actuel d'émissions de C02 "devrait porter le réchauffement climatique bien au delà de ce seuil", assure la Banque mondiale, qui prédit une hausse de 4°C "au cours du siècle" et "dès 2060" en cas d'inertie politique.

"Ce monde serait tellement différent de celui dans lequel nous vivons qu'il est difficile de le décrire", commente le président de la BM, Jim Yong Kim, soulignant que la responsabilité de l'homme dans le réchauffement du globe est "sans équivoque".

Listant les dangers qui menaceraient alors la planète (inondations, sécheresses, malnutrition...), l'institution prédit une aggravation des "pénuries d'eau" en Afrique de l'Est, au Moyen-Orient, ou en Asie du Sud et un "rebond significatif" de la mortalité infantile en Afrique sub-saharienne. Aucune région ne sera épargnée, prévient toutefois le rapport.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article