Le déploiement de la 5G risque de provoquer "une augmentation significative" des émissions de gaz à effet de serre, alerte le Haut Conseil pour le climat

Publié le par Notre Terre

antenne-5G

Dans un rapport publié ce 19 décembre, le Haut Conseil pour le climat met en garde contre les effets néfastes sur l'environnement de la prochaine génération de réseau mobile. Il s'agit de la première étude menée en France sur le sujet.

C'est une première en France. Trois mois après le lancement des enchères pour la 5G, le Haut Conseil pour le climat a publié, samedi 19 décembre, une étude sur l'impact carbone de cette nouvelle génération de réseau de téléphonie mobile, à l'échelle de notre pays. Selon cette étude, les émissions annuelles supplémentaires générées par cette technologie, par rapport au maintien de la 4G, seraient comprises entre 2,7 et 6,7 millions de tonnes équivalent CO2 en 2030. "C'est une augmentation significative en comparaison de l'empreinte carbone du numérique (environ 15 millions de tonnes équivalent CO2 en 2020)", estime le HCC, tout en soulignant la part d'incertitudes liées aux modalités de déploiement. "Dans les données que nous avons, nous ne voyons que des chiffres à la hausse", résume la présidente du HCC, la climatologue Corinne Le Quéré.

Composée de scientifiques et d'experts reconnus, cette instance est chargée depuis 2019 d'éclairer les politiques de lutte contre le réchauffement climatique. Elle avait été saisie en mars par le président du Sénat. "Alors que les premiers déploiements de la 5G sont prévus en France en juin prochain [repoussés depuis par le Covid-19], aucune étude de l'impact environnemental de ce déploiement n'a été menée", regrettait Gérard Larcher dans sa lettre de saisine. Le sujet était devenu inflammable politiquement quelques mois plus tard avec la proposition d'un moratoire défendue par la Convention citoyenne pour le climat. Une position soutenue par certains élus écologistes, mais vivement rejetée par Emmanuel Macron. Le président de la République avait ironisé sur "le retour de la lampe à huile" et le "modèle Amish" que défendraient selon lui les partisans d'un tel moratoire.

La crainte d'un "effet rebond"

Cette étude tant attendue se concentre sur les émissions de gaz à effet de serre (GES), sans tenir compte des autres conséquences environnementales possibles. Son résultat est net : malgré les promesses de ses promoteurs, le déploiement de la 5G dans notre pays va se traduire par une augmentation des émissions de gaz à effet de serre (GES) des Français, alors qu'il faudrait drastiquement les réduire pour limiter les conséquences du réchauffement climatique. Pour rappel, les usages du numérique représentent 2% de l'empreinte carbone de la France.

Le HCC souligne que si les opérateurs interrogés ont pointé "les gains en efficacité énergétique promis par des usages de la 5G", ils n'ont toutefois pas été "en mesure de fournir des éléments permettant d’intégrer quantitativement ces émissions évitées dans l’évaluation". "Si on peut espérer que certains usages, comme le télétravail, aident à baisser les émissions, d'autres peuvent l'augmenter, explique Corinne Le Quéré. Des effets rebonds sont en particulier à craindre. L'amélioration de l’efficacité énergétique conduit généralement à l'augmentation de la consommation d’énergie."

Ainsi, si la 5G entraîne de nouveaux usages, comme les objets connectés ou la consultation de vidéos très haut débit sur téléphone portable, les économies d'énergie seront rapidement balayées par ce surcroît de consommation énergétique. Par le passé, par exemple, dans le secteur des transports, les progrès techniques sur l'efficacité énergétique ont permis aux voitures et aux avions d'aller plus loin, de transporter davantage de marchandises ou d'être utilisés par davantage de personnes. Mais pas de baisser la consommation globale d'énergie et les émissions du secteur.

Des émissions majoritairement à l'étranger

D'où viennent ces gaz à effet de serre supplémentaires ? Principalement de la fabrication à l'étranger des téléphones, tablettes et autres objets connectés (54%) qui utiliseront la 5G – et dont le renouvellement va être accéléré par l'arrivée de cette nouvelle technologie – ainsi que des équipements de réseau et des centres de données (24%). "Seulement un quart de l’impact carbone de la 5G serait donc lié à l’utilisation des terminaux et des réseaux, qui repose très largement sur une électricité française décarbonée", poursuit le HCC.

Les émissions de GES liées à la 5G se feront donc "majoritairement" à l'étranger, dans la droite ligne de la délocalisation de notre empreinte carbone observée ces dernières années. Cette situation est problématique puisque "contrairement aux émissions territoriales, les émissions importées ne disposent, à l’heure actuelle, d’aucune stratégie ou mécanisme de réduction", alerte le HCC. Le Haut Conseil s'inquiète aussi d'une augmentation de la consommation d'électricité en France, qui pourrait avoir des effets négatifs sur son prix et sur la capacité du réseau français à suivre la demande.
Des recommandations pour "maîtriser" cet impact

En conclusion de son rapport, le HCC formule cinq recommandations. D'abord, se poser la question du climat avant de déployer une nouvelle technologie. "Une telle évaluation aurait dû avoir lieu pour la 5G avant de décider d'attribuer les fréquences nécessaires", estime le HCC, qui déplore que "seules les logiques de valorisation économique des fréquences pour l’Etat, de compétitivité potentielle des entreprises françaises, d'égalité et cohésion des territoires et sanitaires ont été considérées".

L'instance demande donc que "l'attribution des prochaines bandes de fréquences pour la 5G" fasse, cette fois, l'objet d'une évaluation préalable. Elle "regrette que les objectifs environnementaux, dont les objectifs climatiques, demeurent absents des critères des cahiers des charges" de l'Arcep, qui attribue les fréquences. Et fixe comme autre recommandation d'"imposer la maîtrise de l'empreinte carbone aux opérateurs".

Le HCC recommande également d'anticiper les effets sur la demande d'électricité, d'agir sur les émissions importées liées aux équipements numériques et de sensibiliser les usagers, particuliers et entreprises aux "bonnes pratiques". Sur ce volet, il demande toutefois d'éviter de rejeter la faute sur le consommateur : "Les usages dépendent avant tout des possibilités offertes par les technologies sur le marché." Enfin, le Haut Conseil souhaite ouvrir une réflexion sur "la priorisation des usages" pour limiter les émissions de GES liées au numérique. Pour Corinne Le Quéré, "ce qui est important, c’est que le gouvernement mette en place une stratégie pour que cette industrie suive la trajectoire qui nous aide à répondre au réchauffement climatique".

Publié dans Pollution

Partager cet article

Environnement : la France va planter 50 millions d’arbres pour repeupler ses forêts

Publié le par Notre Terre

repeuplement-forêts-france

Ce plan de repeuplement vise à lutter contre les effets du changement climatique.

Le plan de "repeuplement" des forêts françaises portera sur "50 millions d’arbres" afin de lutter contre les effets du réchauffement climatique, indique mercredi le ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Forêts Julien Denormandie, qui souhaiterait associer les écoles et l’éducation nationale au projet.

Trouver des essences d’arbres adaptées au climat changeant et suffisamment de graines et de plants disponibles va être un "énorme défi", notamment pour les pépinières, a déclaré le ministre sur la chaîne spécialisée "Cultivonsnous.tv".

"Prenez des futaies de frênes aujourd’hui, les frênes ont besoin d’humidité certaine, et il y a plein d’endroits où on se dit que si on replante des frênes, dans 30 ou 40 ans ils n’arriveront pas à résister" a indiqué le ministre de l’Agriculture en rappelant que le budget consacré à l’opération porte sur "près de 200 millions d’euros".

Associer les écoles au projet

Pour sensibiliser dès le plus jeune âge aux enjeux climatiques, le ministre espère pouvoir associer les écoles et l’éducation nationale au projet, comme le font déjà certaines associations locales sur des programmes de replantation de haies pour préserver la biodiversité.

"Permettre aux élèves d’avoir des moments où ils vont participer à ces politiques de repeuplement, de reboisement, ce serait une chance extraordinaire de pouvoir les associer (…) et de créer du lien sur les territoires (…) j’en ai parlé au ministre de l’Education", a-t-il fait savoir.

Tout en soulignant qu’il ne "faut pas juger" certaines critiques actuelles "et extraordinairement sincères" s’opposant à l’exploitation des forêts au nom de la défense de l’environnement, le ministre a estimé "qu’une forêt, ça se protège, tout comme le sol, et ça se cultive, tout comme le sol".

"L’un n’est pas en opposition avec l’autre. Quand vous êtes dans une parcelle avec des résineux et que vous coupez certains résineux pour laisser les autres se développer, ce n’est pas une offense à l’environnement ou à la nature, c’est permettre de gérer le massif en termes de protection, et de le cultiver" a-t-il dit.  "Le volet de repeuplement des forêts est je pense le plus grand depuis l’après-guerre", a ajouté le ministre. Il répond notamment aux dégâts causés par les scolytes, des coléoptères qui creusent des trous dans les arbres fragilisés par la sécheresse.

Dans son entretien d’une heure quarante avec le réalisateur de cinéma Edouard Bergeon, très engagé sur l’agriculture, l’alimentation et les défis de la transition, Julien Denormandie souligne le besoin de "souveraineté alimentaire" de la France, aussi bien via l’exportation et le plan protéines et légumineuses récemment annoncé que le soutien à la filière betteraves à sucre, ou encore le développement de circuits courts et de projets territoriaux pour des produits frais et locaux.

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Historique : les dirigeants de l'Union européenne s'accordent pour réduire d'au moins 55% leurs émissions de CO2 d'ici 2030

Publié le par Notre Terre

drapeau-europpéen-vert

Cet accord, obtenu vendredi 11 décembre à l'issue d'une nuit de négociations à Bruxelles, dépasse l'objectif précédent, qui était une baisse de 40% par rapport au niveau de 1990.

Un consensus décroché de haute lutte. Les Vingt-Sept ont conclu un accord pour réduire d'"au moins 55%" leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 par rapport au niveau de 1990, contre un objectif précédent de 40%, ont annoncé plusieurs responsables européens, vendredi 11 décembre, à l'issue d'une nuit de négociations à Bruxelles.

Les chefs d'Etat et de gouvernement ont adopté "une proposition ambitieuse pour un nouvel objectif climatique", s'est félicitée sur Twitter la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. L'accord a été bloqué de longues heures par la Pologne, soucieuse d'obtenir des garanties sur les aides financières qu'elle obtiendrait en échange du verdissement de son économie.

Cet accord intervient alors que les émissions de CO2 d'origine fossile ont connu une baisse record de 7% en 2020, liée aux mesures de confinement prises contre l'épidémie de Covid-19, selon le bilan annuel du Global Carbon Project (GCP) publié vendredi. Jamais une telle diminution n'avait été observée auparavant. Cette baisse ne suffira néanmoins pas à enrayer le réchauffement climatique.

 

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Une immense forêt comestible en construction dans les Landes

Publié le par Notre Terre

forêt-comestible-Estibeaux

Deux amis d'Estibeaux, dans les Landes, se lancent un défi : donner vie à une forêt comestible de sept hectares, pour y récolter des légumes de saisons, des fruits à coque, des plantes médicinales mais aussi du miel et des œufs. Un projet participatif qui débutera mi-janvier.

Imaginez une forêt immense où tout ce qui est autour de vous peut se manger. C'est le projet lancé dans à Estibeaux, par deux Landais. Yoann et Franck, deux amis de la commune, veulent créer l'une des plus grandes forêts comestibles d'Europe : 60.000 arbres et des plantes en tout genre, pour récolter des légumes de saison, des fruits à coque et des plantes médicinales. Une forêt qui prendra vie, dans plusieurs années, sur des vallons en jachère depuis maintenant sept ans.

La plus grande diversité possible, pour répondre localement aux besoins des habitants

Cette forêt devrait voir le jour dans cinq à  sept ans, le temps que les arbres poussent. Riche de 60.000 arbres, elle s'étendra sur sept hectares à Estibeaux. L'idée de ces deux amis est de créer un écosystème complet, avec une biodiversité riche.

"Le projet mûrit dans ma tête depuis 8 ans, j'ai toujours eu envie de faire quelque chose de constructif, explique Yoann Lang. J'ai toujours fait des récoltes, et des saisons dans l'agriculture, c'est un métier que je connais bien. Il y a trois ans, j'ai rencontré Franck, jeune retraité de la gendarmerie, tout de suite très intéressé de participer au projet."

Le but de Yoann et Franck est de créer la plus grande diversité alimentaire possible au niveau local : "Ce sera progressif, tout ne va pas pousser en deux jours, explique Yoann. Nous allons commencer par du maraîchage, pour assurer la viabilité du projet, le temps que les arbres poussent. Nous mettrons ensuite des animaux sous les arbres." 

Née sur un terrain très vallonné, la forêt sera plus ou moins dense. "Au niveau du maraîchage, les arbres seront forcément espacés pour profiter de la lumière. Mais au niveau des arbres fruitiers, il y aura trois arbres au mètre carré." Le deux amis veulent aussi redonner vie à un ruisseau, qui va traverser toute la propriété, pour être autonomes en eau. 

Fruits et légumes de saison, plantes médicinales, miel et œufs

Des poules vivront au pied des arbres, un moyen de désherber naturellement et de récolter des œufs. Un bassin à spiruline sera aussi installé au cœur de la forêt, tout comme des plantes médicinales et aromatiques. "Ces plantes font de très bon couvre-sol pour éviter de désherber", explique Yoann. 

Cette forêt pourra ensuite être visitée, et les produits seront mis en vente au village, dans des distributeurs automatiques. Pour financer le projet, Yoann et Frank ont fait un emprunt à la banque, mais ils lancent aussi un financement participatif sous forme de cagnotte en ligne.

Les premiers arbres ont déjà été plantés par les deux acolytes, mais il est possible de participer financièrement et de devenir "le parrain" d'un arbre, et de le planter dès début janvier. Les deux Landais espèrent à terme pouvoir créer de l'emploi grâce à cette forêt comestible.

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Canal du Midi : Un appel aux dons lancé en pleine crise pour replanter 2.000 arbres

Publié le par Notre Terre

canal du midi

Un appel aux dons pour rester dans le vert. 190.000 chênes, ormes, pins parasols et platanes constituent la voûte arborée qui couronne le canal du Midi sur ses 240 km de longueur, entre Toulouse et la Méditerranée. Les platanes sont les plus nombreux, mais aussi les plus fragilisés, à cause du chancre coloré. 26.000 d’entre eux ont déjà été abattus pour tenter d’endiguer la propagation de cette maladie due à un champignon microscopique, et plus de 16.000 sont en danger.

Cet hiver, Voies navigables de France (VNF) vise la replantation de 2.000 arbres le long de l’ouvrage du XVIIe siècle, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Mais pour cela, sa mission mécénat lance un appel à la générosité via Internet, à l’intention des entreprises comme des particuliers.

3.000 euros nécessaires par arbre

Chef de cette mission, Laurent Adnet constate que la crise sanitaire liée au Covid-19 et la période économique très incertaine qui en découle « entraînent un certain recul des dons », encore aggravé par l’impossibilité d’organiser des collectes en « présentiel ». Selon VNF, sa mission mécénat a récolté sept millions d’euros depuis sa création. 3.000 € par arbre sont nécessaires.
La générosité des donateurs, ainsi que les investissements publics, ont permis depuis près de 10 ans la replantation de 12.000 arbres, la rénovation de 32 km de berges et l’installation de quelque 900 nichoirs.

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article