27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 09:19

 

Noël est terminé et la Terre se réveille avec une gueule de bois monumentale, bien plus importante encore que l'année passée :

Entre le  24 et le 25 décembre  l’obèse en rouge aura émis en moyenne soixante-dix millions de tonnes de CO2 soit l’équivalent des émissions totales du Qatar sur une année.

Les quelque trois cent vingt-et-un mille tonnes de jouets auront parcouru cent quatre-vingt-seize millions de kilomètres.

 

La production des matières premières à leur distribution, l’ensemble des présents que les enfants retrouvent au pied du sapin ont généré un peu plus de soixante-huit millions de tonnes d’émissions de CO2, dont neuf cent quatre-vingt-trois mille ont été rejetées par les usines.

Quant à l’emballage papier utilisé pour confectionner les paquets cadeaux, il engendre à lui seul une émission de deux cent quatre-vingt-quatre mille tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

 

En plein bouleversement climatique a-t-on le droit d’agir ainsi ? Noël ne serait elle  pas la fête de trop ? Combien de Noël la Terre pourra encore supporter ?

Afin d'illustrer mon propos et à titre d’exemple, en octobre on recule d’une heure afin de faire des économies d’énergie et un mois plus tard les villes et villages s’illuminent  pour Noël faisant ainsi grimper la consommation énergétique ! C’est incompréhensible.

 

Il est temps de se questionner sérieusement sur l’empreinte écologique titanesque de cette fête qui en plus d’être consommatrice de ressource n’a plus rien à voir avec ses origines chrétiennes. Il est juste question ici d’une surconsommation capitaliste et je dirais même, d’une frénésie d’achat.

 

Nous avons en tant qu’être humains des responsabilités énormes. Nous vivons sur une planète surpeuplée, polluée, saccagée où les valeurs ancestrales ont cédées leur place au dieu argent. Nous partageons tous ensemble cette planète et nous agissons comme si demain n’existait pas, en ne se souciant absolument pas de nos enfants qui eux vraisemblablement vivront dans des bulles ou des bunkers car leurs parents auront été trop immatures en voulant « capter cet instant présent ». Le carpe diem a ses limites.

 

Nos pensées et nos actes présents ont des répercussions sur l’avenir et continuer à célébrer des fêtes de Noël de cette manière c’est faire un doigt d’honneur à nos enfants car le plus beau cadeau qu’on pourrait leur offrir serait un monde sain et non des cadeaux en plastique fabriqués par des inconnus en état de semi esclavage à l’autre bout du continent asiatique.

Published by Notre Terre
commenter cet article
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 12:03
Monsanto Veut Modifier Génétiquement les Abeilles Pour qu’Elles Résistent à Ses Pesticides.

 

Monsanto, la multinationale tristement célèbre spécialisée dans la biochimie, investit dans la recherche. Mais pas n’importe laquelle : celle sur les abeilles. Cette nouvelle stratégie ne manque pas d’inquiéter les apiculteurs américains. Jusqu’alors Monsanto s’était contenté de concentrer son développement sur les semences génétiquement modifiées (OGM)… …et la production de produits phytosanitaires (pesticides). Mais l’appétit de la firme biochimique grandit ! Monsanto investit désormais dans le « bio-contrôle », tout particulièrement celui des abeilles.

 

Explications : On sait que ces petits insectes sont indispensables pour que notre écosystème perdure. En effet, 1/3 de notre alimentation dépend des abeilles ! Et leurs poids dans l’économie est tout aussi important. Selon l’INRA, elles ne représentent pas moins de 153 milliards d’euros par an. Pas mal pour une petite bête comme ça ! Une surmortalité des abeilles dues aux humains Malheureusement, les abeilles ne sont pas en grande forme de nos jours… Depuis 15 ans, le taux de mortalité des colonies d’abeilles atteint des records ! Il aujourd’hui à plus de 30 %, alors qu’un taux considéré comme normal avoisine les 10 %. Des facteurs humains expliquent cette mortalité excessive.

 

Les abeilles sont essentiellement sélectionnées en fonction de leur productivité plutôt que de leurs capacités à s’adapter à leur milieu. L’agriculture intensive a tendance à appauvrir la biodiversité et prive les abeilles de sources de nourriture. Les niches sont aussi trop fréquemment déplacées pour polliniser les cultures, notamment aux États Unis. Et il y a bien sûr les pesticides…

 

 

Monsanto, défenseur des abeilles ? Face à ce constat, Monsanto se pose paradoxalement comme le défenseur des abeilles. Et son arme, c’est la recherche génétique. En 2011, Monsanto rachetait Beeologic, une entreprise dont le cœur de métier est la santé des abeilles. Monsanto justifie sa démarche par un engagement dans le développement durable. « Monsanto sait que les abeilles sont une composante clé d’une agriculture durable dans le monde » affirme le géant biochimique dans ce communiqué de presse. Pour contrer le syndrome de l’effondrement des colonies d’abeilles, Beeologics travaille sur des répliques d’acide ribonucléique (ARN). Ces travaux permettraient aux abeilles de synthétiser les protéines pour lutter contre certains virus. L’entreprise estime que c’est un succès.

 

Une démarche qui inquiète les spécialistes car cette démarche ne fait pas l’unanimité parmi les scientifiques. Pour certains, le recul n’est pas suffisant pour connaître tous les effets réels. Ainsi Christoph Then, vétérinaire spécialiste des biotechnologies et ancien expert pour Greenpeace, estime dans le magasine Reporterre que « l’ARN utilisé n’est pas stable et peut passer d’un organisme à l’autre. Donc à ce stade, cette technologie n’est pas assez sûre pour être utilisée dans l’environnement. » En tout cas, Monsanto soigne sa communication !

 

Certes, ces technologies qui devraient se développer dans les années à venir ne rapporteront certainement pas énormément d’argent. Mais elles ont le mérite de cacher une vérité : les pesticides sont un des facteurs majeurs de la disparition des abeilles. Ce soudain intérêt de Monsanto pour la santé des abeilles interpelle les apiculteurs… À l’occasion du Congrès mondial des apiculteurs, Gilles Ratia, président de la Fédération Internationale des apiculteurs Apimundia, n’a pas manqué de rappeler l’activité historique de Monsanto dans les pesticides et la modification génétique du vivant : plantes, semences… Une question logique en découle : et si Monsanto s’intéressait aux abeilles pour les rendre résistantes aux pesticides qu’il produit, responsables de leur disparition ? La boucle serait bouclée…

 

cf: comment-economiser.fr

 

Published by Notre Terre
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 07:43
Aux Etats-Unis, l’Etat de Washington porte plainte contre Monsanto

 

L'empire monsanto s'ébrèche un peu plus et doit faire face à un nouveau scandale sanitaire :

Le procureur général affirme que le groupe a produit des PCB « pendant des décennies tout en cachant ce qu’il savait des dégâts causés par ce produit chimique toxique ».

L’Etat américain de Washington a annoncé jeudi 8 décembre avoir déposé une plainte contre Monsanto. Cet Etat du nord-ouest du pays demande des dommages et intérêts liés à la production de polychlorobiphényles (PCB) de 1935 à 1979.

 

Dans un communiqué, le procureur général Bob Ferguson affirme que Monsanto a produit des PCB « pendant des décennies tout en cachant ce qu’il savait des dégâts causés par ce produit chimique toxique à la santé humaine et à l’environnement ».

Un temps largement utilisés pour isoler les équipements électriques et dans les peintures et les mastics, les PCB ont été liés à des cas de cancer, des perturbations du système immunitaire et à d’autres problèmes de santé.

 

Monsanto, qui produit notamment des semences génétiquement modifiées et des pesticides, a jugé que la plainte déposée auprès de la cour supérieure du comté de King était infondée. « Cette affaire est hautement expérimentale car elle cherche à attaquer un fabricant pour avoir vendu un produit chimique utile et légal il y a quatre à huit décennies de cela », a dit dans un communiqué le vice-président du groupe, Scott Partridge.

 

600 sites de contamination

 

La fabrication de ces composants a été interdite aux Etats-Unis en 1979. Monsanto était le seul producteur de PCB de 1935 à 1979, a précisé le procureur. La plainte déposée contre Monsanto et deux de ses filiales, Solutia et Pharmacia, s’accompagne d’une demande de dommages et intérêts pour les dégâts causés aux ressources naturelles de l’Etat et l’impact économique subi par ses résidents.

 

« Des PCB ont été trouvés dans des baies, des rivières, des sources, des sédiments, dans les sols et dans l’air dans tout l’Etat de Washington, avec plus de 600 sites de contamination suspectée ou confirmée, du détroit de Puget à la rivière Wenatchee, du lac Spokane à la Baie du Commencement », a-t-il déclaré.

Monsanto fait l’objet de plaintes similaires dans au moins huit autres villes de la côte ouest.

Published by Notre Terre
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 07:43
Les cougars ont officiellement disparu :'(

 

Le puma de l'est américain a été déclaré mercredi officiellement éteint...

Le puma, aussi appelé cougar aux Etats-Unis, était sur la liste des espèces menacées depuis 1973 mais sa disparition était suspectée depuis longtemps. Il a été déclaré mercredi officiellement éteint par les Etats-Unis, son extinction remontant probablement aux années 1930.

 

Les félins observés récemment ne sont pas des cougars

 

Les services américains de la pêche et de la faune (U.S. Fish and Wildlife Service) ont passé en revue toutes les informations disponibles et conclu mercredi que le puma de l'est américain était effectivement éteint. Ils ont recommandé que ses sous-espèces ne figurent plus sur la liste des animaux menacés d'extinction. Selon Mark McColough, le principal scientifique des services, l'extinction daterait probablement des années 1930.

«Nous reconnaissons que de nombreuses personnes disent avoir vu des cougars dans la nature ces dernières décennies mais nous ne pensons pas que ces félins soient des cougars de l'est américain et nous n'avons trouvé aucune information qui confirmerait son existence», a expliqué dans un communiqué Martin Miller, le responsable de la région nord-est du service des espèces menacées.

 

Les pumas sauvages observés par les différents témoins appartenaient à d'autres sous-espèces, souvent sud-américaines, qui étaient en captivité et se seraient échappées ou auraient été lâchées dans la nature. D'autres appartenaient à des sous-espèces de l'ouest américain et auraient migré à l'est et dans le Midwest, a ajouté Martin Miller.

 

La décision fédérale de déclarer le puma de l'est américain éteint n'affecte pas le statut de la panthère de Floride (sud-est), une autre sous-espèce de félins figurant sur la liste d'animaux menacés. Alors que cette panthère avait autrefois un habitat qui s'étendait à l'ensemble du sud-est, elle occupe désormais moins de 5% de son territoire historique. Sa population ne compte plus que 120 à 160 animaux dans le sud-ouest de la Floride, selon les services américains de la pêche et de la faune.

 

 

Published by Notre Terre
commenter cet article