Peut-on nourrir le monde sans pesticides? Oui !

Publié le par Gerome

eut-on nourrir les milliards de Terriens avec une agriculture plus écologique et sans engrais chimiques? Après des enquêtes à charge sur Monsato ou les pesticides, la journaliste militante Marie-Monique Robin a parcouru les continents pour témoigner des réussites de l'agroécologie.

 

marie-monique-robin.jpg

 

 "Les Moissons du futur", dont la version écrite paraît jeudi et la version filmée sera diffusée le 16 octobre sur Arte, clôt la trilogie "alimentaire" de l'auteur du "Monde selon Monsanto" (2008) et "Notre poison quotidien" (2010). "Après ces films, j'ai participé à des dizaines de conférences où on me demandait: mais est-ce qu'on peut nourrir le monde sans pesticides?", raconte cette "fille d'agriculteurs".



Après avoir rencontré des agronomes, agriculteurs et experts sur tous les continents, du Japon au Mexique en passant par l'Allemagne, le Malawi, le Kenya ou les Etats-Unis, elle livre un verdict sans appel: non seulement on peut produire en quantités suffisantes sans polluer les sols, dit-elle, mais "si aujourd'hui on ne peut pas nourrir le monde, c'est à cause des pesticides...".

Contrairement à ses deux films précédents, "Les Moissons du futur" n'est pas à proprement parler une enquête mais davantage un film/livre de témoignages, au ton plus léger. Une illustration aussi des conclusions d'un rapport publié en mars 2011 par Olivier De Schutter, rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation. Développer l'agroécologie, méthode basée sur le renouvellement des sols en bannissant les engrais chimiques, peut permettre d'améliorer les rendements dans les régions les plus pauvres tout en étant plus adapté au changement climatique, énonçait en substance ce document.



"A hauteur d'hommes"
"Les projets agroécologiques ont montré une augmentation moyenne des rendements de 80% dans 57 pays en développement, avec une augmentation moyenne de 116% pour tous les projets africains", affirmait son auteur. Marie-Monique Robin est donc partie "sur le terrain, à hauteur d'hommes" voir à quoi ressemblait ces réussites. Elle s'intéresse par exemple à l'agroforesterie, méthode consistant de planter au milieu des cultures des arbres, capables de capter l'eau plus profondément dans le sol, de maintenir la qualité des sols et de lutter contre l'érosion.



"Les études montrent que les systèmes agricoles les plus productifs sont ceux qui présentent une densité importante d'arbres", rapporte la journaliste. Au Kenya, la réalisatrice raconte comment des agriculteurs ont remplacé les insecticides par la technique du "push-pull" pour combattre un parasite, la pyrale du maïs: ils ont planté entre leurs rangs de céréales du desmodium, une plante dont l'odeur fait fuir le papillon indésirable, et en lisière de champs de l'herbe à éléphant, qui attire l'insecte mais tue ses larves!



Des techniques à première vue simples mais qui nécessitent en amont un sérieux travail de recherche, allant souvent au-delà du cahier des charges de l'agriculture biologique: "Cette agriculture intensément écologique, c'est très moderne, ce n'est plus l'âge de pierre", rappelle l'ingénieur agronome Marc Dufumier. ("Les Moissons du futur, Comment l'agroécologie peut nourrir le monde", de Marie-Monique Robin, éditions La Découverte, 304 pages, 19,50 euros. Diffusion du documentaire le 16 octobre à 20H50 sur Arte, disponible en DVD à partir du 24 octobre).

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

L’administration chinoise passe aux voitures électriques

Publié le par Gerome

L’exemple doit venir du pouvoir…

23 véhicules répartis au sein de 11 organismes du gouvernement central sont mis en circulation depuis le mois dernier dans le cadre d’une phase de tests préliminaires. Celle-ci doit durer un an avant un déploiement général dans d’autres branches de l’administration et déterminer si les modèles décarbonés de BYD et JAC Motors sont à la hauteur.

 



voiture-electrique.jpg

Le gouvernement, qui avait déjà décidé en juillet dernier de porter la production à 500 000  voitures vertes par an à l’horizon 2015, veut, en plus de l’exemple, donner une base solide de promesses d’achats sur laquelle les constructeurs pourront compter.

 

Un vrai plus pour le développement durable ou un habile coup médiatique ?


Cette mesure, à laquelle il faut ajouter l’annonce du développement d’un nouveau biocarburant pour la flotte aérienne étatique, atteste de la bonne volonté de Pékin, qui vu la contribution de l’Empire du Milieu au réchauffement climatique se doit il est vrai d’en faire preuve. Elle vise également à apporter un deuxième souffle au constructeur BYD, dont l’image est nettement écornée depuis un accident récent ayant entraîné un incendie d’une voiture électrique et la mort du conducteur.


Rappelons en outre que le gouvernement est régulièrement accusé de dépenser allègrement l’argent du contribuable,  en particulier en se payant des voyages en voitures de fonctions. Bien que sans cesse croissante, l’autonomie des voitures zéro émission ne permettra pas de tels périples, aussi ces dernières seront-elles réservées aux déplacements courts. Leur apparition dans le parc automobile de l’Etat n’en demeure pas moins une bonne nouvelle dans le cadre de la lutte pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la pollution atmosphérique, très importantes dans de nombreuses métropoles chinoises.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Les OGM augmentent nettement l'utilisation de pesticides

Publié le par Gerome

Selon une nouvelle étude US, les OGM ont induit une augmentation de l'utilisation des pesticides aux États-Unis : +7% entre 1996 et 2011... une paille. Sauf que les quantités d'herbicides épandues ont littéralement explosé ces dernières années, et les insecticides semblent suivre leur (mauvais) exemple.

 

ogm-monsanto-pesticides.jpg

 

 

Chuck Benbrook, professeur-chercheur au Washington State University's Center, a étudié l'utilisation de pesticides aux Etats-Unis, sur trois types de plantes transgéniques (maïs, soja et coton), entre 1996 et 2011. Ses résultats ont été publiés vendredi dernier dans la revue scientifique Environmental Sciences Europe ; Sur la période 1996-2011, si les trois OGMont conduit à une réduction des quantités d'insecticides épandues de 56 000 tonnes, ils ont aussi généré une augmentation de 239 000 tonnes d'herbicides. Soit une augmentation globale de 183 000 tonnes de pesticides (+7%).



 Un bug (résistant)...



Mais l'important est ailleurs : durant les premières années qui ont suivi l'introduction des OGM, la consommation de pesticides a effectivement été réduite. Puis, des mauvaises herbes résistantesont fait leur apparition, et la tendance s'est inversée... On assiste actuellement à une véritable explosion, affirme le chercheur : la plus grosse partie de l'augmentation est survenue depuis 2007, et entre 2009 et 2010 seulement, la quantité d'herbicides épandue a bondi de 24%.

 

DéfoliantDécoiffant ! Non seulement les agriculteurs utilisent d'avantage d'herbicides classiques (du Roundup principalement), mais en plus, ils doivent appliquer d'autres herbicides, plus violents d'un point de vue environnemental et sanitaire, comme le "2,4-D" (un des constituants de l'agent orange qui a fait fureur au Vietnam)... dont les premières traces de résistance ont d'ailleurs déjà été constatées. Et l'histoire se répète du côté des insectes : la chrysomèle du maïs est en train de s'adapter aux toxines produites par les plantes, et les agriculteurs du Midwest sont désormais contraints d'épandre de nouveaux insecticides. La baisse constatée des quantités d'insecticides pourrait bien être rapidement effacée.



Tant qu'il y a du blé à se faire...



Pendant ce temps-là, Monsanto & co affirment toujours que les OGM ont réduit l'utilisation de pesticides. Et Graham Brookes de PG Economics, un groupe de consultants britannique spécialisé dans les biotechnologies, qui réalise une partie de ces études, est critique vis à vis de la nouvelle étude : selon lui, les hypothèses de travail du chercheur sont erronées les données qu'il a utilisées sont incomplètes. Tout du moins au regard de celles dont il dispose lui-même, et qui lui permettent de tirer une conclusion inverse. Le seul petit inconvénient, c'est que les données de Graham Brookes sont confidentielles et personne ne peut donc les vérifier. Mais c'est un détail...

Conclusion : On file un mauvais coton...

 

 

Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Les bienfaits du chanvre

Publié le par Gerome

chanvre.jpg

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

ATTENTION! Monsanto possède maintenant BLACKWATER

Publié le par Gerome

blackwater-monsanto.jpg

 

 

Un rapport publié par Jeremy Scahill dans The Nation (Black Ops Blackwater, 15/09/2010) a révélé que la plus grande armée de mercenaires dans le monde, Blackwater (désormais appelée Xe Services) services de renseignements a été vendue à la multinationale Monsanto. Blackwater a été rebaptisée en 2009 après être devenu célèbre dans le monde avec de nombreux rapports d’abus en Irak, y compris des massacres de civils. Il reste le plus grand prestataire privé de l’US Department of State « services de sécurité », qui pratique le terrorisme d’Etat en donnant au gouvernement la possibilité de le nier.


De nombreux militaires et des anciens officiers de la CIA travaillent pour Blackwater ou des entreprises associées créées pour détourner l’attention de leur mauvaise réputation et faire plus de profit en vendant leurs services-allant néfastes de l’information et de renseignement à l’infiltration, le lobbying politique et la formation paramilitaire – pour les autres gouvernements, les banques et les multinationales sociétés.

 

 


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article