90% des vins contiennent des pesticides (et c’est légal)

Publié le par Gerome

vin_contient_des_pesticides.jpg

Le 14 février dernier, à Bordeaux, le laboratoire spécialisé Excellprésentait les résultats d’une analyse portant sur 300 échantillons de vin. L’enjeu de cette étude était de détecter d’éventuels résidus de pesticides dans le vin. Rapporté par le magazine La Vigne, le verdict est sans appel :

« Seulement 10% [des vins analysés] ne contiennent aucun pesticide. Dans les 90% restants, Excell a trouvé la présence d’au moins une matière active, le plus souvent de la famille des fongicides. Et le laboratoire a pu détecter jusqu’à neuf pesticides simultanément dans un vin. »

« Des cocktails de neuf à dix pesticides dans certains vins »

Contacté, le responsable technique du laboratoire Excell, Stéphane Boutou, nous a expliqué que les vins analysés étaient tous issus des millésimes 2007 ou 2008, et « représentatifs » du vignoble, avec notamment « autour de 5% de vins bio ».

Le labo n’a en revanche « pas du tout été surpris » par les résultats, qui correspondent bien à ce qu’ils observent régulièrement. Il y avait certes « des pics avec certaines molécules ».

Mais « le plus étrange », selon lui, c’est qu’ils ont retrouvé « des cocktails de neuf à dix pesticides dans certains vins ». Bien sûr, « toujours dans les limites maximales » autorisées...

« Limites maximales », argument minimal ?

Comme à chaque fois que les résultats d’une étude de ce type sont publiés, on nous ressert l’argument des « doses journalières admissibles » (DJA). Ou, en l’occurrence, celui des « limites maximales de résidus » (LMR).

Ces dernières sont censées tenir compte des apports en résidus de pesticides de toute notre alimentation, en s’appuyant sur des rations quotidiennes généralement calculées pour un consommateur moyen pesant 60 kg (6,2 kg pour les jeunes enfants). Des LMR sont donc attribuées à chaque molécule pour éviter que nous dépassions les DJA...

Joli charabia, pourtant ces doses-seuil sont quelquefois dépassées : 1 million de Français sont par exemple en surdose de sulfites. Ce prétendu strict respect des doses maximales est donc, en partie, spéculatif.

Les seuls faits établis ici, ce sont que 9 vins sur 10 contiennent des résidus de pesticides toxiques. Aucune autre boisson n’est d’ailleurs vraiment mieux lotie, que ce soit le thé ou même l’eau du robinet.

Les vins bio sortent du lot

On peut enfin s’étonner que le laboratoire Excell ait décidé de ne pas distinguer, dans son étude, les vins bio des autres vins.

Peut-être ont-ils considéré, en tant que laboratoire privé, qu’il était professionnellement risqué de sortir ces vins du lot, qu’en effet ça aurait pu être mal perçu par l’écrasante majorité (plus de 90%) d’une profession qui ne pratique pas l’agriculture biologique. Rappelons au passage que si la vigne n’occupe que 3% des surfaces agricoles en France, elle consomme à elle seule 20% des pesticides (en volume).

Le laboratoire a donc lissé ses résultats à l’ensemble des vins, mettant ainsi toute la viticulture dans le même sac.

Néanmoins, une autre étude [PDF], précédemment publiée par des associations, est arrivée à la conclusion que les vins bio ne contiennent pas (sauf accident) de résidus de pesticides. Tandis que pour les autres vins, toujours selon cette étude, ce n’est plus 90% qui en contiennent, mais la totalité.

 

Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Barrage de Belo Monté : "Désolé, vous et votre peuple devront dégager !"

Publié le par Gerome

raoni-copie-1.jpg

 

C'est la même histoire qui se répète depuis 5 siècles, les autochtones seront toujours sacrifiés sur l'autel du progrès. 

Pendant que les magazines et les chaînes de télévision parlent de la vie des célébrités, Raomi, le Chef de la Tribu des Kayapo a reçu la pire nouvelle de sa vie : Mme Dilma, la présidente du Brésil, a donné son approbation pour la construction d'un énorme barrage hydroélectrique (le 3ème plus grand au monde).

 
C'est la sentence de mort pour tous les peuples vivant près du fleuve, car le barrage inondera environ 400 000 hectares de forêt. Plus de 40 000 Indiens devront trouver de nouveaux endroits où vivre. La destruction de l'habitat naturel, la déforestation et la disparition de plusieurs espèces sont des faits !

 

 

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

Eau douce : les réserves du Proche-Orient ont chuté de façon alarmante

Publié le par Gerome

Selon des informations communiquées par la NASA, les parties arides du Proche-Orient ont vu leurs réserves d'eau douce baisser de manière alarmante au cours des 10 dernières années.

 

eau_moyenorient.jpg


Alors que l'accès à l'eau constitue encore un problème majeur sur la planète, c'est une découverte préoccupante que viennent de révéler des chercheurs américains. Dirigée par Jay Famiglietti, professeur d'hydrologie à l'Université de Californie à Irvine, une étude révèle que des zones étendues dans les parties arides du Proche-Orient ont vu leurs réserves d'eau douce baisser de manière alarmante au cours de la dernière décennie.


Des mesures effectuées par des satellites de la NASA montrent en effet qu’en 7 ans (2003-2010), des parties de la Turquie, de la Syrie, de l'Irak et de l'Iran dans les bassins du Tigre et de l'Euphrate ont perdu 144 kilomètres cubes d'eau, soit l'équivalent de la mer morte. Un cinquième de ces pertes a résulté de l'assèchement du sol en partie en raison de la sécheresse  de 2007. Un autre cinquième s'explique par l'évaporation de l'eau à la surface des lacs et réservoirs. Le reste est dû à l’assèchement des nappes phréatiques en raison du pompage.


"Cela représente assez d'eau pour satisfaire les besoins de dizaine de millions de personnes chaque année...", relève M. Famiglietti cité par l'AFP. Comme il l’explique, "les données des satellites montrent une baisse alarmante des réserves totales d'eau des bassins du Tigre et de l'Euphrate, qui subissent actuellement la deuxième plus rapide perte d'eau douce sur la planète après l'Inde". Il faut dire que lorsqu’une sécheresse vient réduire les disponibilités d'eau douce en surface, les autorités se replient sur les réservoirs naturels dans le sous-sol pour faire face aux besoins.


Une gestion de l'eau inadaptée


"Le Proche-Orient n'a déjà pas beaucoup de ressource en eau et c'est l'une des régions du monde qui aura le moins de précipitation en raison du changement climatique", souligne Jay Famiglietti. Aussi, "le Proche-Orient doit gérer les ressources d'eau disponibles au mieux.... alors que la demande continue à augmenter", indique-t-il.

"Mais les pays de la région ne coordonnent pas leur gestion de l'eau en raison de différentes interprétations des lois internationales" et des tensions politiques ce qui risque de poser très rapidement de gros problèmes, ajoute t-il soulignant ainsi l'importance de réagir au plus vite.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Près d'un reptile sur cinq menacé d'extinction

Publié le par Gerome

Quelque 19% des reptiles de la planète seraient menacés d'extinction, d'après une étude présentée vendredi par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

 

Tortue-Galapagos.jpg

 


Parue dans la revue Biological Conservation, cette étude est la première analyse globale sur l'état de conservation des serpents, lézards, tortues, crocodiles et autres reptiles, selon l'IUCN.

"Plus de 200 experts de renommée mondiale ont évalué le risque d'extinction de 1.500 reptiles de toutes les régions du monde sélectionnés de façon aléatoire", soit un échantillon représentant 16% des espèces connues, explique l'organisation, associée à cette étude de la Société zoologique de Londres.

Les reptiles considérés comme menacés sont classés pour 12% d'entre eux en "danger critique d'extinction", le degré de menace le plus élevé, pour 41% d'entre eux en "danger" et pour 47% en "vulnérable".

Les tortues, les plus menacées


"Les résultats sonnent l'alarme sur l'état de ces espèces et les menaces croissantes auxquelles elles sont confrontées", estime Philip Bowles, coordinateur de la Liste rouge pour les sauriens et les ophidiens de la Commission de la sauvegarde des espèces de l'UICN.

"L'étude estime que 30% des reptiles d'eau douce sont proches de l'extinction. Ce pourcentage atteint 50% pour les tortues, car elles sont aussi touchées par le commerce national et international", explique l'UICN.

Globalement, pour l'ensemble des reptiles, la menace est particulièrement forte dans les régions tropicales, surtout en raison de la conversion d'habitats naturels à des usages agricoles et de l'exploitation forestière.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article