Le Roundup de Monsanto est directement lié à l'augmentation de la maladie de Parkinson dans le monde

Publié le par Gerome

Les dangers associés à l'exposition aux pesticides sont beaucoup plus inquiétants qu'on ne le pensait jusqu'ici, comme l'illustre cette nouvelle étude très choquante publiée récemment dans la revue Neurotoxicology et tératologie.

 

monsanto1

 


Il s'avère que l'exposition humaine aux pesticides tel que le produit Roundup de la société Monsanto, dont l'ingrédient actif principal est le glyphosate, est l'un des principaux facteurs environnementaux responsables de l'apparition des maladies neurodégénératives chez l'homme.
Comme initialement signalé par Dr Sayer Ji, l'étude met ici en évidence les subtilités de la façon dont les pesticides et les produits chimiques des herbicides induisent la mort cellulaire par des réactions en cascade, et que l'on retrouve dans une foule de maladies chroniques neurologiques comme la maladie de Parkinson et d'Alzheimer. 

Même confronté à des niveaux nettement inférieurs aux seuils de sécurité établies par les gouvernements, ces produits chimiques persistants, qui sont systématiquement pulvérisés sur les cultures vivrières traditionnelles peuvent causer des dommages permanents au cerveau.
Cette dernière étude démontre que l'exposition humaine au Roundup de Monsanto est un des facteurs déterminants dans l'apparition des maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson. 

Ce qui est particulièrement intéressant est d'associer ces nouveaux résultats avec une étude de l'année dernière qui a révélé que, même lorsqu'il est dilué par un facteur de 99,8 pour cent, les produits chimiques du Roundup sont toujours pleinement capable de détruire les cellules humaines et l'ADN. 

Ensemble, ces résultats sont éloquents: Ils démontrent qu'on peut prêter une solide crédibilité à l'idée que les produits agrochimiques sont une des causes premières des maladies chroniques dans le monde d'aujourd'hui.

Selon l'US Centers for Disease Control and Prevention (CDC), la maladie de Parkinson est la 14 eme cause principale de décès aux Etats Unis. Les chiffres de 2010, qui sont les plus récentes, montrent une augmentation de 4,6 pour cent du nombre de décès dus à la maladie de Parkinson par rapport à l'exercice précédent. Un rapport de 2007 publié par la  Parkinson Disease Foundation (PDF) estime que d'ici 2030, le nombre de décès de personnes atteintes par la maladie de Parkinson dans le monde  fera plus que doubler.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

L’Alsace s’ouvre à la géothermie profonde

Publié le par Gerome

L’idée est de tirer profit des températures anormalement élevées des profondeurs du bassin rhénan.

 

geothermie.gif


Non, l’actualité énergétique en Alsace ne se résume pas à la seule fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), prévue pour fin 2016. La plus vieille unité atomique française – elle a commencé à fonctionner en 1978 -, construite sur une zone sismique, en bordure du Grand Canal d’Alsace, en proie à de nombreux incidents ces dernières années et qui fait encore plus jaser depuis l’accident de Fukushima (Japon), représente environ les deux tiers de la consommation énergétique de la région, aussi sa mise hors service pourrait-elle sérieusement perturber l’alimentation locale en électricité.


Elle suppose en tout cas d’importants réaménagements et un soutien renforcé à l’énergie durable, dans une région qui est déjà l’une des plus écolos de l’Hexagone et même la première en termes de production d’électricité d’origine solaire. L’Alsace n’étant pas spécialement exposée aux vents, en plus d’être la troisième région la plus dense de France métropolitaine, il serait illusoire d’imaginer un déferlement d’éoliennes. On peut en revanche croire en une exploitation maximum de son potentiel géothermique et plus particulièrement de celui du bassin rhénan.


Ce dernier se distingue sur le plan géologique par des « températures élevées à des profondeurs relativement faibles (cinquante degrés celsius à quatre cents mètres, deux cents degrés celsius à cinq mille mètres) », détaillent nos confrères de Reuters, qui rappellent également que lesdites températures « ont permis d’y mettre en service, en 2008, une centrale électrique expérimentale d’1,5 gigawatts (GW) ».


Ils ont par ailleurs couvert l’inauguration hier du chantier de la future centrale géothermique de Rittershoffen (Bas-Rhin), laquelle fournira à l’horizon 2015 vingt-quatre mégawatts (MW) thermiques vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept à l’usine Roquette Frères (NDLR : Un groupe industriel spécialisé dans la transformation des céréales) pendant une durée minimum de vingt ans. Une première mondiale qui se traduira par une économie annuelle conséquente d’environ trente-neuf mille tonnes de CO2 (dioxyde de carbone) et qui constitue un formidable défi.

 

Un grand défi à relever


« Est-ce qu’on va trouver de l’eau ? Est-ce que sa température sera suffisamment élevée ? Est-ce que le débit sera suffisant ? », s’est ainsi demandé, interrogé par l’agence, Fabrice Gourdellier, président d’Ecogi, la société exploitante, propriété conjointe de Roquette Frères, d’Électricité de Strasbourg et de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC). Subventionné à hauteur de vingt-cinq millions d’euros par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), cet ambitieux projet qui couvre une surface de deux hectares participe des objectifs définis par le Grenelle de l’environnement en matière de développement de la géothermie, une source d’énergie encore peu connue du grand public, mais qui assure déjà en partie, par exemple, les besoins en chauffage de l’aéroport d’Orly.


Pour l’heure, un mât de forage de quarante-cinq mètres de haut creuse un premier puits « dont le diamètre de quarante-sept centimètres au sommet se réduira à vingt centimètre en bas, à deux mille cinq cents mètres de profondeur », précise Reuters. Et d’ajouter : « C’est à cette profondeur que les géologues pensent trouver, dans une roche naturellement fracturée, une eau à cent quatre-vingt degrés offrant un débit de deux cent trente mètres cubes par heure qui validera le projet. »


Un second puits sera creusé l’an prochain afin de réaliser une boucle de convection de l’eau et ensuite de procéder à la construction de la centrale. « Un échangeur y transfèrera la chaleur de l’eau du circuit géothermique primaire, saturée de sel, à la boucle d’eau secondaire qui alimentera l’usine, à quinze kilomètres de là, via une canalisation enterrée et calorifugée », décrypte l’agence.

Un processus assez complexe donc, mais qu’Ecogi semble d’autant plus apte à maîtriser que deux décennies de recherche en géothermie ont été conduites dans la commune de Soultz-sous-Forêt (Bas-Rhin), située à quelques kilomètres de Rittershoffen. Certes coûteux, le projet, lui, a vocation à servir de vitrine à la géothermie, qu’il ne faudrait pas éluder lors du débat national sur la transition énergétique…

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Indonésie : Du jamais vu, les Orangs- Outans contre-attaquent

Publié le par Gerome

Un groupe d'orangs-outans, cible récurrente de la violence des hommes, a monté une embuscade et attaqué un ouvrier d'une plantation de palmiers à huile.

 

L'ouvrier a été frappé par les grands singes roux jusqu'à ce qu'il s'évanouisse et mordu sauvagement, écrit le Daily Mail du 31 octobre. La vengeance des orangs-outans n'a pas surpris les défenseurs de la nature du Kalimantan, la partie de l'île de Bornéo appartenant à l'Indonésie, pour qui les humains payent leur violence gratuite à l'égard des primates arboricoles.

 

orang-outan.jpg

Il y a quelques jours, un orang-outan avait été découvert mourant, criblé de 104 plombs, dans une plantation de palmiers à huile du Kalimantan central. Les hommes détruisent l'habitat naturel des singes avec la déforestation et le remplacement des forêts primaire par les plantations industrielles.

 

Personne n'a été témoin de l'agression de cet ouvrier, dénommé Kurnadi, mais il a été retrouvé, par un autre ouvrier, couvert de morsures et de bleus causés par un groupe de singes. « Nous ne savons pas combien d'orang-outans étaient impliqués dans l'attaque, mais il est clair qu'il n'y en avait pas qu'un seul », a déclaré Hartono, porte-parole de l'agence locale de protection du gouvernement.

 

«L'homme a été grièvement blessé. Certains de ses doigts ont été presque arrachés à coups de dents. Il s'est évanoui après avoir perdu beaucoup de sang. Il semble qu'il s'est retrouvé entouré par un groupe d'orangs-outans, mais on ne sait pas s'il essayait de les chasser de la plantation ».

 

D'après l'agence de protection, les compagnies de palmiers à huile utilisent des méthodes extrêmement violentes pour chasser les primates, prétendant qu'ils abîment les plantations. Certains ont été tués à coups de machettes, de massues ou par balles. En début d'année, des protecteurs de l'environnement étaient intervenus pour empêcher une femelle et son petit d'être tués par des ouvriers d'une plantation.

 

Quant à l'orang-outan retrouvé criblé de plombs, il a survécu et retrouve la santé, bien que devenu borgne, mais ses sauveteurs ne savent pas encore s'il sera relâché dans la nature ou s'il finira ses jours en captivité.

 

L'Indonésie est le premier producteur au monde d'huile de palme, et les plantations s'agrandissent proportionnellement à la destruction de l'environnement naturel de l'orang-outan. Le singe roux est à présent en danger critique d'extinction à Sumatra, et en danger d'extinction à Bornéo. À ce rythme, il pourrait disparaître d'ici 10 à 20 ans.

 

« Cette agression d'un ouvrier est peut-être une indication que l'orang-outan réalise qu'il doit riposter pour sauver son habitat », explique un environnementaliste à Jakarta. « Ce n'est pas quelque chose dont on entend souvent parler ».

 

 Un article de Arnaud Roux, publié par asie-info.fr et relayé par SOS-planete

  

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alertede SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Plus d'un million de litres de diesel se déversent au large de New York

Publié le par Gerome

Plus d'un million de litres de carburant diesel se sont déversés au large de New York après le passage dévastateur de l'ouragan Sandy, et les efforts pour nettoyer les eaux se poursuivaient jeudi, a rapporté jeudi la chaîne de télévision CNN.

 

ouragan-new-york.jpg


La fuite de quelque 1,136 million de litres a été provoquée par une rupture dans un réservoir d'une raffinerie du New Jersey proche de New York, appartenant à la société Motiva, contrôlée par le géant du pétrole Shell.

Les garde-côtes américains organisent les opérations de nettoyage, avec une centaine d'hommes qui installent des barrages flottants autour de la fuite, a précisé CNN.

Ni les services des garde-côtes ni Shell n'étaient disponibles dans l'immédiat pour commenter ces informations.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article

Toujours moins de requins dans le Pacifique, et plus dans les bols de soupe

Publié le par Gerome

Dans le Pacifique, les requins, particulièrement appréciés des amateurs de soupes, connaissent un déclin "inquiétant" en dépit des limitations de la pêche et de la découpe des ailerons, indique mercredi un étude. Le stock de requins longimanes, aux nageoires partiellement blanches, a diminué en moyenne de 17% par an de 1995 à 2010, le requin bleu, couleur de la partie supérieure de son corps, de 5%, et le requin mako, bleu nuit, de 7%, selon cette étude publiée dans la revue Conservation Biology.

 

requin.jpg

 

 

Sur la base de données collectées par des observateurs indépendants sur les bateaux de pêche dans l'ouest et le centre du Pacifique pendant 15 ans, les chercheurs montrent aussi que la taille des requins a diminué, un indicateur clé de la surpêche. Ces résultats "accentuent les inquiétudes quant à la durabilité des populations de requins dans le Pacifique", indique un communiqué. 

La chute de la population de requins longimanes représentent un "déclin sévère" pour une espèce qui ne se reproduit pas rapidement, a expliqué un des coauteurs de l'étude, scientifique spécialisée dans la pêche des requins, Shelly Clarke. "Il est également très surprenant de voir un déclin important dans la population de requins bleus qui se reproduisent relativement plus rapidement que les longimanes", a-t-elle également souligné. 

Cette recherche a été menée dans le cadre du Programme des pêcheries océaniques du Secrétariat de la Communauté du Pacifique (SPC), un organe intergouvernemental régional. L'étude indique également que l'interdiction de la découpe des ailerons à bord des navires de pêche et du rejet à la mer des animaux encore vivants, est peu respectée, et que la demande pour la viande de requins est en augmentation. 

Le requin longimane, qui vit dans les mers tropicales, est la seule espèce soumise à une limitation de la pêche dans le Pacifique. Selon le WWF, environ 73 millions de requins sont tués chaque année, principalement pour leurs ailerons qui, mijotés en soupe, sont considérés comme un mets raffiné en Asie. Hong Kong en importe environ 10.000 tonnes par an, et en ré-exporte la majorité vers le reste de la Chine, où la demande ne cesse d'augmenter. 

Le nombre d'espèces menacées de requins a augmenté de 15 en 1996 à plus de 180 en 2010. Les Etats-Unis ont interdit la découpe d'ailerons de requins dans leurs eaux en 2000. L'Union européenne a elle banni cette pratique en 2003, mais des dérogations permettent encore aux pêcheurs de débarquer les carcasses et les nageoires des requins dans des ports différents, ce qui rend les fraudes aisées. 

A la différence des autres poissons, les squales sont fragilisés par leur cycle biologique car ils n'atteignent leur maturité sexuelle qu'après une dizaine d'années et n'ont que peu de petits à la fois.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article