Les prix des denrées alimentaires vont continuer d’augmenter à cause du réchauffement climatique

Publié le par Gerome

L’augmentation des tarifs observée à la fin de l’été risque fort d’en amener d’autres si d’aventure la montée des températures mondiales devait ne pas être contenue.

 

secheresse-copie-3.jpg


Petit retour en arrière. Même si les candidats à l’élection présidentielle américaine ont été plus que tarissables sur la question du réchauffement climatique et donc des rejets de gaz à effet de serre d’origine anthropique, il ne leur a bien sûr pas échappé que les États-Unis ont été confrontés cet été à leur pire sécheresse depuis un demi-siècle. Une vague de chaleur d’autant plus brutale qu’elle a détruit 45 % des récoltes de maïs et 35 % des récoltes de soja du pays, rappellent nos confrères du Guardian. La canicule n’a pas non plus épargné l’Inde et la Russie, tant et si bien qu’au bout du compte les tarifs de certaines denrées de base ont grimpé en flèche.


Ce contexte défavorable n’est pas sans rappeler la crise alimentaire mondiale de 2007-2008, imputée en grande partie par la FAO (Food and Agriculture Organization) au développement incontrôlé des biocarburants de première génération, que les pouvoirs publics européens commencent tout juste à déprécier. Il atteste aussi de la force des aléas climatiques, capables de chambouler un pan entier de l’économie mondiale, et pas des moindres.


Plus près de nous, la Grande-Bretagne a pour sa part connu, au même titre que la France, un été anormalement pluvieux, lequel a également eu des répercussions négatives sur les cultures. D’après l’Union nationale des agriculteurs du pays (NFU), les rendements de blé auraient même chuté de 15 % par rapport à la moyenne de ces cinq dernières années. A contrario, les prix de la céréale ont bondi de 29 % en l’espace d’un an, a indiqué Richard Dodd, membre du British Retail Consortium cité par le quotidien, selon lequel les déboires climatiques des grands pays producteurs expliquent grandement cette inflation.

 

Président de la NFU lui aussi cité par le Guardian, Peter Kendall souligne quant à lui que cette situation a de surcroît généré des pressions supplémentaires sur les éleveurs de porcs et de volailles. « L’envolée des coûts des céréales et des oléagineux fait également grimper le coût des aliments pour les animaux, ce qui se traduit par une hausse du prix de l’escalope de poulet et du kilo de bœuf », complétait Le Parisien mi-août.


Ainsi le changement climatique, qui dans le futur devrait se traduire par une multiplication et une intensification des catastrophes naturelles et autres phénomènes météorologiques extrêmes, impacte-t-il négativement sur toute l’agriculture. Des conséquences qui, par ailleurs, ignorent les frontières…

Cet « effet domino » n’est pas non plus sans éroder le pouvoir d’achat, même si nous n’en sommes pas (encore ?) aux niveaux de 2008 et de 2011, quand l’augmentation des tarifs avait provoqué des émeutes en Amérique latine et en Afrique. Les pays pauvres et en développement (PED) sont évidemment les plus touchés par le phénomène dans la mesure où ils sont contraints d’importer beaucoup de vivres pour être en mesure de nourrir leur population. Précisons en outre que les habitants desdits pays dédient de 60 à 80 % de leurs revenus à l’alimentation.


« Par conséquent, face à une telle hausse, les familles réduisent leur consommation alimentaire, achètent des aliments moins chers et moins nutritifs et limitent leurs dépenses liées à l’école, à la santé etc. », analyse le PAM (Programme Alimentaire Mondial) sur son site Internet. Et d’ajouter : « La hausse des prix alimentaires pourrait être une belle opportunité de revenus pour les personnes qui vivent de l’agriculture. Le problème est que bon nombre d’entre elles ne produisent pas assez de vivres pour elles-mêmes et encore moins pour en vendre. Les petits agriculteurs n’ont pas accès aux marchés où les prix sont plus élevés, ni aux ressources nécessaires pour acheter des engrais, afin d’accroître leurs rendements. »


D’après les prédictions de nombreux spécialistes, les vagues de sécheresse, qui tiennent probablement leur source du réchauffement climatique, devraient hélas devenir monnaie courante à l’avenir. Le secteur primaire n’est donc pas sorti de l’auberge. À moins que la communauté internationale ne prenne enfin ses responsabilités. Et encore…

 

Publié dans Nature

Partager cet article

Des pesticides en infusion

Publié le par Gerome

Wang Jing est responsable du programme "Alimentation et agriculture" de Greenpeace Chine. De décembre 2011 à janvier 2012, elle était avec ses collègues à Pékin, Chengdu et Haikou [sur l'île de Hainan] pour y acheter 18 sortes de thés de 9 marques différentes, en particulier ceux des négociants et chaînes de maisons de thé [reconnus en Chine] Wuyutai, Zhongguo Chaye et Tianfu Mingcha, comprenant à la fois des thés verts, des thés wulong [ou oolong] et des thés au jasmin, dont les prix allaient de 60 et à 1 000 yuans la livre [de 7 à 122 euros]. 

 

pest.jpg


Des échantillons de ces thés ont ensuite été envoyés dans des laboratoires spécialisés indépendants pour qu'on y détecte d'éventuelles traces de produits phytosanitaires. Résultat :tous les échantillons contenaient des résidus d'au moins 3 types de pesticides ou d'herbicides ; au total, 29 résidus différents ont été décelés. Des traces de méthomyl, insecticide dont l'utilisation sur les feuilles de thé est clairement proscrite par le ministère de l'Agriculture, ont été découvertes dans 11 thés. On a trouvé de l'endosulfan, substance également interdite pour les théiers, dans 4 thés. 

En réponse au rapport de Greenpeace, l'Association chinoise de distribution de thés (China Tea Marketing Association, CTMA) a tout de suite essayé d'étouffer l'affaire en déclarant : "Tous les échantillons de thés testés sont conformes aux normes nationales actuelles. Il s'agit juste d'une 'bisbille' avec les normes européennes et les normes mondiales !" Néanmoins, en mettant le problème sur le compte d'une querelle liée aux barrières commerciales érigées par l'Union européenne, la CTMA n'a pas réussi à lever le doute chez les citoyens chinois. 

"Le problème n'est pas de savoir s'il faut ou non pulvériser des produits phytosanitaires, nous explique un expert. C'est indispensable pour n'importe quel planteur qui désire se développer !" Des études montrent en effet que les maladies et les insectes peuvent causer jusqu'à 70 % de pertes sur les cultures. La plupart des espèces de théiers sont réputées aimer le climat ensoleillé et humide des régions tropicales et subtropicales, car ce sont des arbustes qui ont besoin pour leur croissance d'un fort degré d'humidité. Or ces conditions sont justement celles qui conviennent le mieux aux insectes et champignons phytopathogènes. Selon des données fournies par le Centre de recherche et développement du thé issu de l'agriculture biologique (l'OTRDC) de l'Institut du thé de l'Académie chinoise des sciences agricoles, le thé bio en Chine ne représente actuellement que 1 à 2 % de la production. Autrement dit, 98 % des feuilles de thé produites dans le pays sont traitées durant leur croissance. 

Mauvaises pratiques 

Selon l'Association du thé et les spécialistes de ce domaine, les substances phytosanitaires interdites découvertes par Greenpeace dans les échantillons de feuilles de thé examinés étaient présentes dans les sols depuis des dizaines d'années. Zhu Jun, chercheur étudiant les différentes variétés de théiers, réfute cette allégation : "L'usage régulier d'une substance phytosanitaire hautement toxique comme le carbofuran est indispensable. On ne peut revenir sur l'utilisation des produits phytosanitaires toxiques sur les théiers. C'est ainsi ! On ne peut pas s'en passer, surtout pour des théiers qui donnent plusieurs récoltes, en été et à l'automne : les feuilles seraient trouées par les insectes, avec des conséquences désastreuses sur la quantité et la qualité de la production." 

Quand nous avons présenté du thé tieguanyin rapporté du Fujian à un marchand de thé pour qu'il le teste, celui-ci a refusé tout net de le goûter, avant de s'expliquer : "La plupart des thés wulong du Fujian sont obtenus en recourant massivement aux engrais chimiques et aux pesticides. En fait, beaucoup de planteurs ne connaissent pas très bien les réglementations et ne savent pas quel produit est interdit, ni comment utiliser les produits phytosanitaires de façon appropriée. Personne n'est là pour les guider, si bien que souvent ils traitent les arbustes au jugé, ou en imitant leurs voisins. Parfois ils n'emploient pas le bon insecticide et, quand ils constatent que les insectes ne sont pas tués, ils augmentent les doses en pensant qu'elles n'étaient pas suffisantes, d'où des problèmes de surdosage. Certains utilisent des produits phytosanitaires particulièrement toxiques, parce qu'ils sont très efficaces et coûtent moins cher." 

Cependant, il est impossible d'extrapoler la qualité des feuilles de thé à l'ensemble de la production chinoise à partir de quelques cas ponctuels. Presque tous les professionnels du secteur rencontrés au cours de notre enquête ont souligné que la seule solution serait de vérifier les feuilles de thé au niveau du détaillant. "Pour le thé vert par exemple, si les jeunes feuilles cueillies ne sont pas transformées dans les quatre à cinq heures qui suivent, elles deviennent impropres à la fabrication de thé", nous explique un négociant qui fait souvent tester les récoltes. "Or, quand on les envoie en laboratoire, il faut au moins une journée pour avoir les résultats. Aussi les feuilles ne sont-elles jamais testées fraîchement cueillies. Quant aux échantillons fournis par les sociétés productrices de thé, ils ne sont pas fiables. Les entreprises peuvent très bien vendre un thé qui pose problème après avoir fourni des échantillons exempts de traitement aux laboratoires." 

Quarante-deux produits phytosanitaires utilisés sur les théiers étaient interdits en Chine en 2010. Le ministère de l'Agriculture a recommandé l'interdiction de 9 autres insecticides. Cependant, pour 35 de ces 42 substances interdites, il n'existe aucune limite maximale pour les résidus autorisés dans les feuilles de thé. A ce jour, les autorités compétentes n'ont pas fixé de seuil de toxicité pour l'homme, et le flou le plus complet règne. Même si des substances proscrites sont décelées dans des feuilles de thé, les entreprises et les experts incriminés peuvent se retrancher derrière l'argument selon lequel "cela fait plusieurs dizaines d'années que ces produits ont été épandus sur les sols
", et les interdictions restent presque toujours lettre morte.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

UE : La Commission européenne autorise un nouvel OGM à la commercialisation

Publié le par Gerome

En plein débat sur l'évaluation des OGM et notamment les impacts à long terme, la Commission européenne a adopté le 18 octobre 2012 une décision d'autorisation commerciale pour l'importation du maïs MIR162 de Syngenta, modifié pour résister à des insectes (lépidoptères) [1]). 

 

ma-s-transgenique-attention


Forte de l'opinion favorable de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) et suite à l'abstention des Etats membres enregistrée lors des votes au sein du Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale (CP CASA) le 10 septembre et du Comité d'appel le 26 septembre, la Commission européenne a donc validé sa propre proposition d'autorisation [2]. 

Cette décision est intervenue quelques jours après la démission du Commissaire Dalli, en charge du portefeuille de la santé des consommateurs. Mais pour la Commission européenne, interrogée par Inf'OGM, « la machine continue de tourner et le Vice-président Maroš Šefcovic a repris temporairement les dossiers du Commissaire Dalli ». La décision intervient également en plein débat scientifique autour de l'étude de Gilles-Eric Séralini et alors même que certains comités d'experts comme l'Anses et le Comité éthique, économique et social du HCB demandent la conduite d'études à long terme indépendantes [3]. 

Si rien n'interdisait à la Commission européenne de prendre une telle décision, il faut souligner que le calendrier suivi n'apaisera pas les débats, même si la Commission européenne note malicieusement que l'étude de Séralini, publiée entre les deux votes sur le dossier MIR162, n'a en rien modifié le vote des Etats membres [4]. 

Mais au-delà de la validité scientifique de l'étude de Gilles-Eric Séralini, c'est la transparence sur les données brutes des analyses conduites par les entreprises qui est en débat. A ce jour, ces données brutes ne sont pas rendues publiques. L'AESA a annoncé hier, 22 octobre 2012, que les données du dossier du maïs NK603 étaient disponibles pour Gilles-Eric Séralini, s'il le souhaitait [5]. 

Mais elle ne les a pas rendues publiques pour tous, ce que souhaitait le chercheur caennais. Par ailleurs, l'évaluation scientifique conduite par les experts européens ne correspond pas aux critères de « science saine » dont ils se prévalent, ce qu'Inf'OGM vient de montrer dans sa toute dernière brochure [6]. Pour preuve, l'avis du HCB sur le dossier du maïs MIR162, le HCB actant que « le pétitionnaire conclut à l'équivalence du maïs MIR162 et de son comparateur non transgénique sans avoir mis en œuvre les tests d'équivalence et études de puissance appropriés ». En clair, on ne peut rien conclure des analyses fournies par Syngenta [7]. Malgré cet avis non favorable du HCB sur ce dossier du MIR162, on se souvient que le gouvernement français s'était abstenu lors des votes sur cette autorisation. 

Sans doute pour se rattraper, et suite à l'avis de l'Anses sur l'étude Séralini, le gouvernement français a demandé, lundi 22 octobre, une « remise à plat du dispositif communautaire d'évaluation, d'autorisation et de contrôle des OGM et des pesticides » [8]. 

Avec cette nouvelle autorisation d'OGM, ce sont 41 PGM qui sont autorisées aujourd'hui à l'importation en Europe. Rappelons que seules deux PGM sont autorisées à la culture : le MON810 et la pomme de terre Amflora de l'entreprise allemande BASF. 

Notes :  

[1] cf. document joint à cet article, pdf/ce_mir162_de201082_20121018-2.pdf 

[2] UE - En pleine polémique, les dossiers d'autorisation d'OGM continuent d'avancer 

[3] cf. brève Inf'OGM à paraître 

[4] Source Inf'OGM 

[5] http://www.efsa.europa.eu/fr/press/... 

[6] Jacquemart, F., « Expertise des OGM : l'évaluation tourne le dos à la science », édition Inf'OGM, octobre 2012, A4, 60 pages, 6 euros 

[7] cf. note 2 

[8] http://www.lexpress.fr/actualites/1..

 

 


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Agriculture : la terre monopolisée par les sociétés privées

Publié le par Gerome

La mainmise de sociétés privées d'exploitation agricole sur de vastes étendues de terres s'est accélérée partout dans le monde depuis la crise de 2008. La surface des terres vendues depuis dix ans suffirait à nourrir un milliard de personnes.

 

terre-agricole.jpg

 

Il y a dix ans, quand on traversait la Province de Santiago del Estero, dans le nord-est de l'Argentine, on pouvait voir des kilomètres et des kilomètres de plaines arides, recouvertes d'arbustes, de chèvres et de quelques enfants au bord de la route qui vendaient des tortues. 

Quelques années plus tard, l'endroit sentait le brûlé, et au milieu des nuages de fumée on ne voyait plus qu'une végétation carbonisée. 
Les nouveaux propriétaires terriens, bien décidés à planter du soja transgénique plus résistant à l'aridité avaient pratiqué la politique de la terre brûlée. 

L'expulsion des petits paysans, qui vivent depuis des décennies sur ces terres sans titre de propriété, par les grands investisseurs du commerce agricole n'est pas l'apanage exclusif de Santiago del Estera, mais bien un phénomène mondial. 

Ces dix dernières années, 203 millions d'hectares, soit une surface capable de nourrir un milliard de personnes (exactement le nombre de 
personnes souffrant de la faim dans le monde) ont été mis en vente. Plus de la moitié de ces transactions foncières, soit 106 millions d'hectares, ont été réalisées par des investisseurs étrangers dans des pays en voie de développement où sévissent pourtant de graves problèmes d'insécurité alimentaire, dénonce l'ONG Oxfam. "Deux tiers de ces investissements ont pour vocation l'exportation, et dans la plupart des cas il s'agira de cultures destinées à la production de biocarburants" ajoute Oxfam.

L'ONG n'est pas hostile aux investissements dans le domaine agricole, mais elle demande à ce que soient respectés les droits des paysans qui vivent sur ces terres depuis des générations, sans forcément détenir des titres de propriété. "Avant de donner leur feu vert, les pays doivent se demander si cet investissement vient aider ou porter préjudice aux droits à la terre des populations locales les plus fragiles et aux ressources naturelles," explique Oxfam, qui demande également que ces grands projets créent des emplois de qualité et respectent l'environnement. "Cet achat massif de terres est sans précédent et il n'est soumis à aucun contrôle juridique qui pourrait permettre d'éviter cette monopolisation des terres," souligne l'ONG. 

Des régulations insuffisantes

Ces dernières années, plusieurs pays ont essayé d'introduire des contrôles sur les transactions foncières à grande échelle afin d'éviter une mainmise étrangère sur certaines ressources. C'est le cas du Brésil, de l'Argentine, du Mozambique, du Laos, de la Tanzanie, de l'Indonésie, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et du Cambodge.

En Argentine par exemple, le gouvernement vient de diffuser une partie des résultats d'une enquête en cours sur la nationalité des grands propriétaires fonciers : 2,7 % des 278 millions d'hectares recensés, soit 7,5 millions d'hectares, appartiennent à des étrangers. Or, dans ce pays, une loi de 2011 interdit que les entreprises ou les citoyens étrangers détiennent plus de 20 % du territoire d'une municipalité, d'une province ou du pays entier, mais cette loi ne fixe pas de limites à la concentration foncière pour les Argentins.

Même dans les zones soumises à une législation précise, le problème est loin d'être résolu. "Les personnes les plus pauvres continuent à être expulsées de leurs terres, souvent par la violence, sans avoir été consultées ni avoir reçu de compensations. De nombreuses personnes doivent quitter leur foyer et se retrouvent dans la misère sans avoir accès à cette terre dont ils dépendent pour manger et gagner leur vie. 
Dans les pays pauvres, 1 700 km2 sont vendus à des investisseurs étrangers tous les six jours.

D'après Oxfam, les acquisitions de terres ont été multipliées par trois pendant la crise alimentaire de 2008 et 2009, et c'est à partir de ce moment-là que la terre a commencé à être considérée comme un placement de choix par les investisseurs. Depuis, le cours des denrées alimentaires n'a cessé de flamber.

Des prêts de la Banque mondiale pour de l'huile de palme

Au Libéria, en cinq ans, 30 % de la superficie du pays a été acheté par des investisseurs. Au Honduras, le conflit pour la terre dans la région de la vallée de l'Aguán a déjà fait 60 morts.

Dans cette région, en 2009, la Société financière internationale, une institution de la Banque mondiale chargée de financer le secteur privé, avait accordé un prêt de 23 millions d'euros à Dinant, une société productrice d'huile de palme. Face aux accusations de violations des droits de l'homme et aux expulsions violentes perpétrées par Dinant, le médiateur de la Banque mondiale a été saisi en août 2012 afin de mener une enquête sur le sujet.

Ce n'est pas la première fois que la Banque Mondiale est accusée de financer des projets contraires aux droits des peuples. Elle fait l'objet de trois autres plaintes en Amérique latine, de douze dans la région Asie Pacifique et de cinq en Afrique. La Banque mondiale est un acteur important du secteur agricole. Depuis 2002, le montant de ses prêts au secteur agricole est passé de 1,9 milliard d'euros en 2002, à 4,6 voire 6,1 milliards en 2012.

Certains de ces prêts ont été accordés à de grands investisseurs agricoles mais aussi à des initiatives en faveur de la réforme agraire, et notamment des projets validés par Oxfam au Mexique, en Indonésie ou au Rwanda.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Première « liste rouge » de la flore en France : 512 espèces en danger

Publié le par Gerome

Le Panicaut vivipare ou encore le Saxifrage oeil-de-bouc sont deux des 512 plantes en danger de disparition en France, selon la première "liste rouge" des espèces menacées de la flore en métropole, qui met en cause urbanisation, pollution et pratiques agricoles.

 

plante-desert.jpeg 

Cet inventaire a été coréalisé par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), dont les "listes rouges" concernant faune et flore sont des inventaires de référence au niveau mondial pour évaluer l'érosion de la biodiversité qui atteint des niveaux jugés très inquiétants. 


L'état des lieux en France a porté sur l'ensemble de la flore à l'exception des mousses et des algues. « La majorité des plantes », précise à l'AFP Florian Kirchner du comité français de l'UICN. 

L'étude couvre 1.048 espèces, sous-espèces et variétés, "parmi les plus rares de France", souligne M. Kirchner. "Elles sont toutes des composants essentiels des écosystèmes, mais en plus, elles ont une valeur patrimoniale importante et peuvent être des indices de la qualité de leur milieu", ajoute-t-il. 
Parmi elles, 512 sont "menacées de disparition", indiquent l'UICN, le Muséum national d'Histoire naturelle et la Fédération des conservatoires botaniques nationaux dans un communiqué. 



Quarante-neuf sont en "danger critique", 110 en "danger" et 353 sont "vulnérables". 
Ces critères sont établis en fonction de facteurs biologiques associés à la taille de la population de l'espèce, son taux de déclin, l'aire de sa répartition géographique et son degré de fragmentation sur cette aire. 

"La destruction et la modification des milieux naturels figurent au rang des principales menaces", expliquent les trois organismes. 
Ainsi, le Panicaut vivipare, une petite plante à fleurs bleues, "victime de l'urbanisation" et de "l'abandon du pâturage extensif", a vu presque toutes ses localités disparaître depuis 40 ans et a été classé en danger critique. 
Le Saxifrage oeil-de-bouc, plante vivace aux pétales jaune doré, affecté par "la pollution des milieux humides ou leur drainage", est également en haut du classement. 



Par ailleurs, "l'abandon des pratiques agricoles traditionnelles est à l'origine de la régression de nombreuses espèces" comme l'Alsine Sétacée, petite plante aux fleurs blanches classée "en danger", car elle subit "l'envahissement par les broussailles des pâturages délaissés". 
Parmi les plantes menacées, 73 espèces sont strictement endémiques du territoire métropolitain. "Si elles disparaissent de France, elles disparaissent du monde", souligne M. Kirchner. 



Des livres rouges de la faune et de la flore avaient été publiés il y a une quinzaine d'années. Mais "cette liste rouge permet désormais de disposer d'un nouvel état des lieux à jour, beaucoup plus complet et réalisé selon les critères de référence au niveau mondial", précise le communiqué, qui souligne qu'elle va "contribuer à établir des priorités d'actions" pour protéger certaines espèces. 

"Le travail de synthèse et d'évaluation a duré trois ans", explique M. Kirchner. "Mais les données ont été accumulées depuis une quinzaine d'années par les conservatoires botaniques. Il faut s'imaginer des dizaines de botanistes partout en France, remplissant des carnets de note, qui reviennent chaque année pour évaluer l'évolution des populations". 



Près d'un tiers des espèces végétales et animales est aujourd'hui menacé d'extinction dans le monde, selon l'UICN, et elles disparaissent jusqu'à 1.000 fois plus vite que ce qui était connu jusqu'ici, selon les scientifiques. 
L'érosion de la biodiversité menace les conditions d'existence de milliards d'êtres humains.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article