Berlin fait du bio!

Publié le par Gerome

Un groupe de trois berlinois projette de lancer un projet de cultures bio au sein de la capitale allemande.

 

fruits-et-legumes-bio.png


Les étudiants à l’origine de ce projet pour une alimentation biologique et locale ont repéré une ancienne usine abandonnée dans Berlin. Les 7 000 m² de toits la surplombant pourraient accueillir de nombreuses cultures biologiques, mais pas seulement. L’usine comprend en effet des dizaines de cuves utilisées dans la précédente vie du bâtiment pour brasser des céréales et qui seront recyclées en bacs dédiés à l’aquaculture.


L’idée est de faire de l’aquaculture sans utiliser de suppléments alimentaires et de l’agriculture biologique dans la même enceinte. L’eau utilisée pour les poissons devenue sale, ne sera pas jetée mais réutilisée pour arroser les légumes. Pas de système de filtrage, quasiment pas de remplacement d’eau, pas d’engrais ni de pesticides.

 

Dans ce cadre de cultures hydroponiques rappelons que les plantes poussent dans l’eau, non dans de la terre. Les racines se nourrissent des matières organiques contenues dans l’eau dont les déjections des poissons. Les eaux sont ainsi à nouveau propres et repartent dans les cuves dans lesquelles évoluent les poissons.


Ce dispositif permettra de diviser la consommation d’eau de cet ensemble agricole par cinq par rapport à une exploitation classique. Une empreinte carbone considérablement réduite donc quand on pense au nombre de litres d’eau réutilisés et à la relative absence de transports, les produits étant produits et consommés aux environs de leur lieu de production. Un projet ingénieux pour “vivre bio“ sans révolutionner son mode de vie et en mettant en avant le développement durable !

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

La Corée du Sud reprend la chasse à la baleine

Publié le par Gerome

Séoul a annoncé reprendre la chasse à la baleine, après 26 ans d’interruption,provoquant l’indignation des défenseurs de l’environnement. 

Baleinier.jpg


Lors de la réunion de la Commission baleinière internationale (CBI), au Panama, la Corée du Sud a déclaré reprendre la chasse à la baleine, après 26 ans d’interruption. Le pays justifie sa décision en l’inscrivant dans le cadre d’une « recherche scientifique », à l’instar du Japon qui utilise ce même argument, lui permettant de chasser et de vendre la viande.

Le ministre des Affaires étrangères en Nouvelle-Zélande, Murray McCully, s’indigne : « le projet de Séoul n’a pas plus de crédibilité que le programme soi-disant scientifique conduit par le Japon, dont on sait depuis longtemps qu’il cache une chasse commerciale ».


Un sujet de critiques internationales 

Si le projet de Séoul ne devrait pas intervenir avant l’été 2013, devant être examiné par un comité scientifique de la CBI, on observe déjà une grande levée de boucliers. La Fédération coréenne pour l’environnement a ainsi appelé le gouvernement à revenir sur ses plans : « nous condamnons le ministère de l’Agriculture et de la Pêche pour marcher dans les traces du Japon en matière de chasse à la baleine, qui est devenu un sujet de critiques internationales ».

De même, la Première ministre australienne Julia Gillard, a déclaré : « je suis très déçue de l’annonce de la Corée du Sud. Nous sommes totalement opposés à la chasse à la baleine, il n’y a aucune excuse pour une chasse à la baleine sous des prétextes scientifiques ».

La Corée du Sud autorise déjà la vente de viande de baleines attrapées accidentellement dans les filets de pêche. Néanmoins, le taux anormalement élevé de baleines capturées « par erreur » fait dire aux protecteurs de l’environnement que beaucoup sont déjà tuées délibérément.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

25 000 mégots ramassés sur des plages marseillaises

Publié le par Gerome

Et ce en seulement une journée ! Un scandale quand on sait qu’un seul d’entre eux peut polluer 300 litres d’eau, a dénoncé l’antenne de la Surfrider Foundation dans les Bouches-du-Rhône lundi.

 

megots.jpg

 



Les bénévoles de l’association Unis-Cité et les salariés de la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) ont effectué une récolte de mégots préparée par l’organisation de défense de l’environnement, toute la journée de samedi. 25 000 mégots de cigarettes ont ainsi été ramassés sur les plages du Prado, de la Fausse Monnaie et du Prophète et sur la Corniche Kennedy, à Marseille.

 

« Ce nombre peut paraître hallucinant et pourtant il en restait encore sur les plages lorsqu’ils les ont quittées, probablement au moins autant », a souligné la Surfrider Foundation dans un communiqué. La fondation déplore que les fumeurs, « à de rares exceptions près », continuent, malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation à ce sujet et les cendriers de plage distribués gratuitement par la mairie, d’enfouir leurs mégots dans le sable, et ce, même pendant le ramassage.


Selon l’organisation, un mégot à lui tout seul, avec ses 2.500 composés chimiques, pollue 300 litres d’eau. Soit pour la seule journée de samedi, de quoi polluer l’eau de deux piscines olympiques ! Pour les amoureux du tabac non avertis, le filtre met jusqu’à plusieurs années pour se dégrader. La pollution reste invisible pour la plupart d’entre nous, mais elle touche les sols, les eaux, et met en danger la faune et la flore. Le calcul fait, il s’agit maintenant de comprendre pour quelles raisons la population ne prend pas soin de son environnement. Au-delà du préjudice écologique, il est peu agréable de nager parmi des mégots de cigarettes. Des cendriers installés sur la plage changeraient-ils les mentalités ? Rien n’est moins sûr.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article

100 fermes solaires verront bientôt le jour au Japon

Publié le par Gerome

Le gouvernement japonais a fait passer une loi qui oblige les compagnies d'électricité à acheter à un tarif déterminé toute la production issue des énergies renouvelables. De ce fait, les fermes solaires poussent comme des champignons.

 

centrale-solaire-photovoltaique


Le gouvernement japonais souhaite augmenter de façon considérable la part des énergies renouvelables dans la production d'électricité. En effet, depuis la catastrophe de Fukushima le 11 mars 2011, 49 des 50 réacteurs nucléaires que compte le Japon restent à l'arrêt (un vient d'être redémarré) et la population ne veut plus de l'énergie atomique. Dans cet esprit, une loi est entrée en vigueur hier. Elle oblige les compagnies d'électricité à acheter toute la production d'électricité proposée par des fournisseurs tiers à un tarif fixé par avance et censé encourager les initiatives de nombreuses entreprises.


Ainsi, de nombreux projets ont déjà vu le jour. Comme le rapporte l'AFP, la société Softbank a inauguré ce dimanche une centrale solaire à Kyoto et son patron a prévu la construction de 11 centrales solaires ou éoliennes dans tout l'archipel. De même, diverses municipalités ont mis en exploitation de nouvelles installations capables d'alimenter plusieurs centaines voire plusieurs milliers de foyers. En tout, il y aurait actuellement en construction ou projet dans l'ensemble du Japon plus de 100 fermes de panneaux photovoltaïques d'une puissance unitaire de plus d'un mégawatt, estime le groupe d'information économique Nikkei. Le gouvernement estime que la puissance électrique fournie par les énergies renouvelables atteindra cette année l'équivalent de deux réacteurs nucléaires de moyen gabarit, soit 2 500 mégawatts.


Les plus gros chantiers sont prévus à Minamisoma, à moins de 30 kilomètres de Fukushima, où le groupe Toshiba s'apprête à construire un parc solaire réparti en plusieurs lieux de la ville pour alimenter environ 30.000 foyers.

 

 


Partager cet article

Biodiversité : l'Europe regorge de nouvelles espèces animales

Publié le par Gerome

De nouvelles espèces animales seraient découvertes chaque jour… en Europe, et non en Amazonie ou à Bornéo comme on pourrait le croire. Ce résultat, publié par un consortium de 51 chercheurs, n’aurait jamais été connu sans la mise en place en 2004 de Fauna Europaea, une base de données répertoriant la biodiversité animale européenne. Autre point important, les taxonomistes amateurs réaliseraient la majorité des découvertes, venant ainsi au secours des professionnels.



Fruit commun de la bio-informatique et de la taxonomie, Fauna Europaea est la première base de données livrant les vrais chiffres des différents composants de la biodiversitéanimale européenne. Depuis 2004, 125.000 espèces y sont ainsi répertoriées, dont 254 demammifères, 77 de batraciens, 27.666 de coléoptères (charançons, scarabées,coccinelles) et 3.114 de mollusques (escargots, limaces, moules d'eau douce).

Menée par Benoît Fontaine du laboratoire Conservation des espèces, restauration et suivi des populations (Cersp, MNHN et CNRS) et Philippe Bouchet du laboratoire Systématique, adaptation, évolution (MNHN, CNRS et UPMC), une étude publiée dans la revue Plos Onepar un consortium international de 51 auteurs vient de montrer que 770 espèces sont nouvellement décrites chaque année dans cette base de données – sans que l'on puisse prédire combien restent encore à inventorier.

 

RTEmagicP_description-nouvelles-especes-francais.jpg


La taxonomie est une science parfois décrite comme en crise et souffrant du handicap taxonomique (manque de main-d'œuvre ou de financements, connaissances insuffisantes), mais elle est pourtant extrêmement dynamique. En effet, même en Europe – parcourue en tous sens par les naturalistes depuis plusieurs siècles – des espèces sont encore découvertes aujourd'hui à un rythme sans précédent : une chauve-souris en Grèce, une cigale dans le Bassin parisien, descrustacés des grottes, des poissons des rivières des Balkans, des acariens dans les névés. Les montagnes et les îles de l'Europe du Sud restent les principaux réservoirs d'espèces inconnues.



Autre fait marquant de cette étude : plus de 60 % des descriptions d'espèces nouvelles pour la science sont le fait de taxonomistes non professionnels. Les amateurs sont connus pour constituer une ressource importante dans d'autres disciplines, comme l'écologie ou l'astronomie, mais l'importance de leur contribution en taxonomie n'avait jamais été mesurée jusqu'à présent. Il est indispensable de développer un système permettant de mieux soutenir et guider cette ressource humaine, en favorisant, par exemple, une meilleure intégration du travail des amateurs basé sur l'anatomie avec celui de professionnels utilisant les outils de la systématique moléculaire.

 

Près de 5.881 nouvelles espèces animales ont été découvertes en Europe entre 1998 et 2007. Elles se répartissent en différents groupes (dont l'importance est exprimée en pour cent) présentés dans ce graphique. Pour chaque taxon, les histogrammes indiquent le nombre d'espèces découvertes par des amateurs (rouge), des professionnels (mauve) ou des personnes dont le métier n'est pas renseigné (gris).

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article