La forêt amazonienne survivra-t-elle au boom économique brésilien ?

Publié le par Gerome

Du 20 au 22 juin se tiendra à Rio de Janeiro une nouvelle Conférence des Nations unies sur le développement durable. Sous fond de tensions entre le lobby environnementaliste et celui de l’agro-industrie, le Brésil doit jongler entre son souci de faire bonne figure sur le plan écologique et son processus inéluctable de développement économique.

 

A quelques jours de l’ouverture du très attendu sommet Rio+20 des Nations Unies sur les développement durable, le débat autour du « Nouveau Code Forestier » brésilien laisse les écologistes et les organisateurs du sommet perplexes quant à l’avenir de la forêt amazonienne.


Après plusieurs années d’âpres négociations et de tensions entre d’un côté le lobby environnementaliste (soutenu par la communauté internationale) et celui – non moins puissant – de l’agro-industrie (rappelons que ce secteur représente près du quart du PIB brésilien), c’est finalement un texte assez largement en faveur de ce dernier qui a été adopté par la chambre des députés en avril dernier. Le texte prévoyait en effet d’amnistier tous les propriétaires ruraux ayant déforesté jusqu’en juillet 2008 et de réduire très sensiblement les exigences de reboisement, considérées par le tenants de l’agro-business comme « improductives ».


Devant ce nouveau camouflet infligé aux environnementalistes, de nombreux acteurs de la société civile s’étaient mobilisés – notamment à travers les réseaux sociaux – pour exiger de la présidente Dilma Rousseff qu’elle tienne sa promesse électorale et appose son veto présidentiel à cette version de la loi qualifiée de « poison » par les milieux environnementalistes.


Après quinze jours d’interminables discussions, la chef de l’État a finalement fait usage de son précieux droit d’opposition, mais en partie seulement – sur 12 paragraphes-, puisqu’elle a tout de même signé le texte controversé. Et si Dilma Rousseff a remis en question le principe d’amnistie générale, beaucoup considèrent sa signature comme « un retour en arrière écologique » considérable, qui fait tâche à quelques jours de la tenue, à Rio de Janeiro, de la conférence de l’ONU.

C’est d’ailleurs en cette conférence mondiale que les écologistes brésiliens fondent maintenant leurs derniers espoirs.


« Rio+20 pourrait constituer le début d’une nouvelle étape une fois que l’on admettra que l’agro-business brésilien est fondé sur un modèle productif insoutenable à long terme, fondé sur la déforestation et des modes de productions sales. On pourrait imaginer qu’une série de mesures de restrictions et de barrières commerciales soit adoptées afin que le Brésil revoie sa position en ce sens », affirme Kenzo Ferreira spécialiste en politiques publiques de WWF au Brésil.

 

Si l’adoption de telles mesures semble peu probable tant les conférences internationales peinent à mettre en œuvre de réelles mesures coercitives, ce sommet sur son sol tombe véritablement mal pour le gouvernement brésilien. N’oublions pas qu’après avoir été amplement décrié, le Brésil fait aujourd’hui figure de « bon élève » écologique, notamment du fait de la drastique réduction de son niveau de déforestation, passé de 27.772 km² en 2004 à 7.464 km² en 2009. Un statut que le géant sud-américain souhaite malgré tout préserver, comme en témoignent ces « 12 vetos » de Dilma Rousseff.


Des vetos qui pour certains s’apparentent plus à une opération de communication gouvernementale qu’à une véritable volonté politique environnementale, et qui symbolisent à eux-seuls toute l’ambiguïté d’un Brésil soucieux de faire bonne figure sur le plan écologique, mais également engagé dans un inéluctable processus de développement économique.

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

Australie: La grande barrière de corail menacée par le boom de l'exploitation minière

Publié le par Gerome

L'Unesco a exhorté samedi l'Australie à prendre des mesures urgentes pour protéger la Grande barrière de corail du boom de l'exploitation minière et du gaz, menaçant de l'ajouter à la liste des sites «en danger» du patrimoine de l'humanité. La plus grande barrière de corail du monde n'est pas encore suffisamment touchée pour être déclarée en danger, mais l'Unesco estime que le nombre et l'importance des projets, y compris ceux concernant le gaz naturel liquéfié (LGN), de tourisme et l'exploitation minière représentent une réelle menace.

 

grande_barriere_de_corail.jpg


Vers un déclassement du site par l’Unesco?


Le comité a menacé de classer le site «en danger» si certains des plus grands projets n'étaient pas abandonnés, accordant huit mois à l'Australie pour adopter une charte de développement plus soutenable. L'Australie a lancé un programme d'investissements sans précédent dans l'exploitation des ressources énergétiques pour répondre à la demande croissante de l'Asie, avec un projet de pipeline de 450 milliards de dollars australiens (435 milliards de dollars).


Le ministre australien de l'environnement Tony Burke a reconnu que la barrière de corail était exposée «aux risques du changement climatique et à l'impact du développement côtier» et que Canberra en était «tout à fait conscient». «Malgré la complexité de ces questions, nous sommes déterminés à y faire face en prenant une série de dispositions sur la côte et l'environnement marin», a ajouté Tony Burke. Campbell Newman, le Premier ministre de l'Etat du Queensland, qui est localement responsable de la barrière, a rappelé lui que sa région vivait de l'exploitation du charbon et qu'il n'était pas question de mettre en danger l'avenir économique du Queensland mais qu'il protégerait l'environnement.


Une «honte nationale»


Les défenseurs de l'environnement ont appelé à une prise de conscience du gouvernement, l'Australian Conservation Foundation (ACF) considérant que le risque d'être épinglé par l'Unesco serait une «honte nationale» pour le pays. Une mission de l'Unesco venue en mars estimer l'impact du projet d'exploitation de gaz naturel sur l'île Curtis a conclu à des conséquences sérieuses pour l'environnement du boom «sans précédent» du développement minier. Le port de Gladstone --un hub pour l'exportation du charbon vers le Japon, l'Inde, la Corée du nord et la Chine-- a entrepris d'énormes travaux d'expansion qui selon les défenseurs de l'environnement, détruisent la vie marine.


L'Unesco a estimé que les mesures environnementales prises par le gouvernement à Gladstone et sur l'île Curtis, avec un projet de LNG visant une production annuelle de 12 millions de tonnes, étaient nettement insuffisantes pour protéger le récif. Tony Burke a admis qu'il y avait des «décisions significatives» à prendre concernant l'avenir de la barrière de corail, mais a rappelé que certains projets inquiétant l'Unesco avaient été revus à la baisse depuis leur visite.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article

L’Agent Orange de Monsanto utilisé pour déboiser la forêt Amazonienne!

Publié le par Gerome

Près de quatre tonnes de produits chimiques classés comme herbicides hautement toxiques, ont été découverts par l’équipe d’inspection sur la route AM IBAMA – 174, 160 km, reliant le Nouveau Apuí Aripuanã / AM.

Selon Cicéron Furtado, coordinateur de l’opération, la situation a été soulevée par le service de renseignement de l’IBAMA qui a identifié que le produit serait utilisé comme défoliant pour détruire environ trois mille hectares de forêt. « L’herbicide a été stocké dans un endroit inapproprié, cachés dans les bois et seraient pulvérisées dans la forêt avec l’utilisation d’avions« , a conclu l’ingénieur.

agent-orange.jpg

Trois différents types de pesticides ont été identifiés: 2,4 – D AMINE 72, U46BR et Garlon 480, en plus de l’huile minérale, qui serait utilisé comme fixateur de l’herbicide sur les feuilles. Ce type de pesticide est utilisé dans les champs de cultures pour contrôler les mauvaises herbes, ce qui nécessite l’émission de l’ordonnance agronomiques pour l’acquisition et l’application à des doses spécifiques, accompagnés d’un agronome. S’il est utilisé correctement, peuvent causer de graves dommages à l’environnement tels que la pollution des eaux souterraines, la perte de la diversité biologique dans le sol, tuant les animaux et les insectes, entre autres.


La personne responsable a été identifié et subira les sanctions prévues dans la loi administrative de crimes contre l’environnement (9605/98), qui fournit des fines de cinq cents à deux millions de dollars.

Pour Silvia Ahmed, le substitut en chef pour la supervision de l’IBAMA en Amazonie, l’action est le travail que l’Institut fait de contrôler l’exploitation forestière illégale dans l’Etat méridional. Selon elle, l’IBAMA se poursuivra avec le suivi et l’application tout au long de l’année, afin de lutter contre les crimes environnementaux et empêcher les autres d’entrer dans la liste des villes que la plupart déforestation en Amazonie.

 

L’agent Orange est l’une des armes de guerre moderne les plus dévastatrices qui soit, un produit chimique qui a tué ou blessé 400 000 personnes (selon les estimations) durant la guerre du Vietnam – et elle est maintenant utilisée contre la forêt amazonienne. Selon des déclarations officielles, des fermiers au Brésil ont commencé à avoir recours à l’épandage de cet herbicide hautement toxique pour déboiser plus discrètement, cette méthode étant plus difficile à détecter que des tronçonneuses et des tracteurs.


Durant les semaines passées, des observations aériennes ont révélé que le composé chimique a été vaporisé sur près de 180 hectares de forêt pluviale – empoisonnant des milliers d’arbres et un nombre indéterminé d’animaux, potentiellement pour des générations.

 

 


Publié dans Pollution

Partager cet article

Le continent de plastique

Publié le par Gerome

 

Publié dans Pollution

Partager cet article

Aux pays des tortues marines

Publié le par Gerome

La Guyane et la Guadeloupe sont des départements privilégiés pour observer les tortues marines. Des associations de protection de l'environnement oeuvrent tout au long de l'année pour les protéger. En tant que touriste, quelques recommandations faciles à respecter vous permettront également de participer à leur conservation...

 

tortue-verte-6011.jpg


Les tortues marines viennent pondre d’avril à juillet, sur les plages de Guadeloupe et de Guyane. Quelques recommandations doivent être observées pour le bien-être de l’animal: ne pas éclairer sa tête, ni utiliser le flash des appareils photo, au risque de le désorienter; éviter de se placer dans son champ de vision;  rester à une distance de plusieurs mètres; ne pas le toucher; éviter les cris et autres mouvements brusques. Sur place, renseignez-vous auprès des associations de protection de l’environnement pour connaître le programme des observations guidées de tortues marines. N’hésitez pas à contacter le Réseau Tortues Marines de Guadeloupe ou l’association Kwata, en Guyane.

 

Y aller!


Plusieurs compagnies aériennes assurent des vols quotidiens depuis Paris vers la Guadeloupe ou la Guyane. Le prix des billets peut varier de 400 à 1.000€, selon la destination et la période de visite. Il est également possible de voyager entre ces deux départements pour environ 500€. Pour les formalités de douane, votre carte d’identité suffit. Mais, attention, en Guyane, le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire. Vous trouverez des informations sur les possibilités d’hébergement et de circuits organisés sur les sites des offices de tourisme de Guadeloupe et de Guyane. www.lesilesdeguadeloupe.com et www.tourisme-guyane.com


A Monaco aussi


Le Musée océanographique de Monaco a inauguré le mois dernier un «Île aux Tortues». Cet espace aménagé de 600 m2 est dédié à la découverte et la protection des tortues de mer comme de terre. Sept tortues de terre sillonnées en provenance du Mali, deux mâles et cinq femelles pesant jusqu’à 20kg, sont les nouveaux hôtes du Musée océanographique de Monaco. «Cet animal millénaire aujourd’hui menacé, est le symbole fort que notre planète est un tout et que ce tout est essentiel et interconnecté», explique Robert Calcagno, Directeur général de l’Institut océanographique.


Le 04 juin prochain, le Musée océanographique de Monaco organise à Yeosu, ville portuaire de Corée du Sud, la troisième édition de la Monaco Blue Initiative sur la création d’aires marines protégées. Leur importance pour la conservation de la biodiversité et le développement économique seront discutés à cette occasion. Les délégations d’une vingtaine de pays seront présentes, ainsi des institutions comme l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le Census of Marine Life, l’Agence des Aires Marines Protégées, le Centre pour les Initiatives Durables Regionales, la Commission Mondiale pour les Aires Protégées (WCPA), ou encore le WWF pour le Triangle corallien.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article