Le WWF s'alarme du recul de la biodiversité

Publié le par Gerome

La biodiversité a reculé de 28% en moyenne depuis 1970, avertit le WWF dans un rapport mardi, ajoutant que deux planètes Terre ne suffiraient même pas à répondre aux besoins de l'activité humaine si rien n'est fait d'ici 2030.

Aujourd'hui même, ajoute l'organisation de défense de l'environnement, il faudrait que la Terre grossisse de moitié pour fournir assez de terres et de forêts face aux niveaux actuels de la consommation et des émissions de gaz carbonique.

 

affiche2


Cette conclusion figure dans le rapport biannuel du WWF sur la biodiversité, qui recense les espèces végétales et animales.

Or les gouvernements ne s'orientent pas vers un accord sur ce dossier lors du sommet sur le développement durable qui aura lieu du 20 au 22 juin à Rio, vingt ans après le premier Sommet de la Terre dans la métropole brésilienne, déplore le directeur général de WWF International, Jim Leape.


"Je pense que nous nous inquiétons tous de voir que les pays qui négocient au sein du système des Nations unies pour aboutir à un résultat à Rio n'ont pas montré leur volonté de répondre vraiment à ces défis", a-t-il dit.

Le sommet Rio+20 devrait attirer quelque 50.000 participants dont des organisations écologistes résolues à faire pression sur les politiques pour que des objectifs soient fixés en matière de développement durable.


En 1992, la réunion de Rio avait ouvert la voie au protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais les températures moyennes de la planète se dirigent malgré tout vers une "augmentation catastrophique" d'ici la fin du siècle, selon le WWF.


"L'INERTIE DU SYSTÈME"


Pour Jim Leape, les Etats peuvent prendre de nombreuses initiatives unilatérales sans être "pris en otages" par l'absence de progrès dans les négociations sur le climat pour remplacer le protocole de Kyoto, qui expire cette année.

Le directeur général de WWF International s'insurge par ailleurs contre les subventions aux énergies fossiles qui mobilisent selon lui plus de 500 milliards de dollars par an.


A la question de savoir pourquoi les défenseurs de l'environnement ne parviennent pas toujours à faire entendre leurs arguments, Jim Leape a répondu en dénonçant "l'inertie du système".

"Nous avons bâti au cours du dernier siècle une économie fondée sur les énergies fossiles en nous appuyant sur l'hypothèse que les ressources de la Terre étaient inépuisables. C'est la même chose avec les océans, où l'on prend du poisson comme s'il n'y avait pas de lendemain, comme si le poisson sera toujours là", a-t-il expliqué.


"Deuxièmement, nous le faisons dans un contexte de marchés qui continuent d'envoyer de mauvais signaux. (...) Les marchés peuvent bien fonctionner si les prix reflètent la vérité mais pour le moment, ils ne le font pas, avec d'énormes écarts."

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Si les Abattoirs avaient des Vitres, Tout le Monde serait Végétarien.

Publié le par Gerome

Attention images chocs

 

 

 

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

Mondes engloutis: fictions visuelles du changement climatique

Publié le par Gerome

A quoi ressembleront les villes après la montée des océans, dans 80, 90, 100 ans? Quels changements entrainera le réchauffement climatique dans les modes de vie et l’organisation des sociétés? C’est à ces questions que tentent de répondre une série de productions visuelles récentes par des architectes et des graphistes, mettant en scène des scénarios basés sur le changement climatique. La gondole, la pirogue urbaine et le ballon dirigeable font partie des figures récurrentes de cet imaginaire “éco-futuriste”. Ces représentations contrastent de façon frappante avec celles du récit moderniste (années 50-60) d’un développement scientifique et technologique invincible, permettant de maitriser l’élément naturel.


Certains projets mettent l’accent sur le côté ludique de ces nouveaux environnement urbains détournés et ré-organisés, et sur les opportunités que pourraient représenter ces nouvelles conditions. Comme l’écrit Bertrand Delanoë en introduction à l’exposition virtuelle +2°C Paris s’invente “20 cartes postales de Paris plongé dans un climat de fiction”conçue en 2010 par le collectif et alors sur une commande de la mairie de Paris, “ces photomontages (…) esquissent une ville où il fait bon vivre, où l’équité mais aussi l’introduction de technologies propres et l’usage raisonné des ressources font de Paris une cité moderne, solidaire, et respectueuse de son environnement.” En effet, l’exposition entend proposer “un scénario fiction positif et inventif”… S’agit-il de “préparer” la population à des changements climatiques acceptés comme inéluctables? C’est en tout cas ce que semble indiquer le mot d’introduction de Denis Baupin (EELV, adjoint au maire de Paris chargé du développement durable, de l’environnement et du plan climat) à +2°C Paris s’invente:


“le réchauffement de la planète, on le sait, est, pour une part, inéluctable. Dans le meilleur des cas, d’après les scientifiques, la hausse moyenne des températures devrait être de l’ordre de +2°C. (…) Avec cette exposition, nous avons souhaité amener les parisiens (et bien d’autres) à penser l’avenir. Un avenir qui n’a rien d’apocalyptique, parce-que des solutions existent, qu’elles ne sont pas synonymes de régression mais simplement d’une autre façon de vivre la ville. Nous souhaitons aujourd’hui partager les fruits de cette exposition futuriste, porteuse de propositions réalistes, qui a rencontré un vif succès.”

 

paris-sous-les-eaux.jpg

 

paris-sous-les-eaux2.jpg

 

paris-sous-les-eaux3.jpg

 

paris-sous-les-eaux4.jpg

 



Publié dans Nature

Partager cet article

Le Japon veut réduire de 20 % sa consommation d'électricité cet été

Publié le par Gerome

Le gouvernement japonais va demander aux ménages et aux entreprises dans le centre et l'ouest du Japon de réduire jusqu'à 20 % leur consommation d'électricité, rapporte dimanche 13 mai la presse nippone, alors que le pays, privé de ses réacteurs nucléaires, risque de manquer de courant cet été. L'été est en effet une période haute pour la consommation d'électricité au Japon à cause de l'air climatisé.

Un panel du gouvernement s'attend à ce que Kansai Electric Power Co., le fournisseur d'électricité pour la région du centre-ouest, où se trouvent les grandes villes de Osaka, Kyoto et Kobe, sera vraisemblablement en manque de près de 15 % lors des pics de la demande en août. Pour éviter des coupures de courant, le gouvernement va chercher à réduire d'environ 20 % la consommation d'électricité dans la région du Kansai, par rapport aux niveaux de 2010, selon les quotidiens Asahi Shimbun et Mainichi Shimbun.

Toutes les centrales nucléaires du pays sont désormais hors service, en raison des sessions de maintenance et de l'impossibilité de réactiver les réacteurs tant qu'ils n'ont pas passé avec succès des tests de résistance face aux catastrophes naturelles et obtenu l'autorisation des élus locaux. Le gouvernement nippon a d'ailleurs reconnu que tout ou partie de l'été, généralement très lourd et chaud, devra être passé sans réacteur nucléaire.

 

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

L'image du jour

Publié le par Gerome

corrida.jpg

 

J'ai envie de dire : bien fait.

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article