Vingt-neuf pesticides dans le thé des Chinois

Publié le par Gerome

Haro sur les résidus de pesticides dans le thé : après une première campagne qui concernait neuf grands producteurs de thé chinois, Greenpeace Chine  s'attaque, dans un rapport publié mardi 24 avril, aux thés Lipton vendus dans le pays. La marque, qui appartient à la multinationale Unilever, est leader en Chine pour les thés en sachet.

 

recolte-the.jpg


Aucun des thés testés lors des deux campagnes n'est destiné à l'exportation : les normes européennes par exemple, qui ont été renforcées le 1er octobre 2011 pour les thés chinois, imposent des limites maximales de résidus (LMR) bien plus strictes que celles en vigueur en Chine. Mais ces résultats confirment les failles du contrôle sanitaire tout au long de la chaîne qui va des planteurs (ils sont 8 millions en Chine) au consommateur dans le premier pays producteur de thé au monde.


Les quatre catégories de thé Lipton que l'équipe de Greenpeace a fait tester en laboratoire sont un thé vert, un thé au jasmin, un thé appelé Iron Buddha et enfin un thé noir, tous conditionnés dans l'usine géante du groupe à Hefei, dans la province de l'Anhui. Chacun des trois premiers échantillons contient au moins neuf types de pesticides - dont sept n'ont pas été approuvés dans l'Union européenne (UE). Parmi eux, des traces d'au moins trois substances actives de pesticides interdites en Chine sur les plants de thé en raison de leur très haute toxicité (le dicophol, l'endosulfan et le méthomyl) ont été détectées.


SUPÉRIEURES AUX NORMES DE L'UE


Dans aucun cas, ces quantités de pesticides ne dépassent les limites maximales de résidus imposées par la réglementation chinoise. Mais elles sont, dans plusieurs cas, supérieures aux normes de l'UE, qui peuvent être 30 fois plus strictes, par exemple pour le méthomyl, un insecticide. "En dépit de toutes les assurances que donne Lipton sur son thé, on trouve des traces de pesticides dans le produit final. Et notamment des traces de pesticides interdits, dont l'effet sur le long terme peut être très nocif même à petites doses, affirme Wang Jing, directrice de la campagne de Greenpeace. Cela prouve qu'il y a des déficiences au niveau de la chaîne de production."


Contacté en Chine, Unilever n'était pas en mesure, mardi matin, de commenter le rapport. Mais le groupe indique qu'"à l'horizon 2015, tous les thés Lipton auront la certification Rain Forest Alliance, qui inclut des critères stricts à l'égard des pesticides". Il précise que cette certification sera appliquée à tous les thés chinois produits dans la province du Yunnan "avant fin 2012".

La première enquête publiée par Greenpeace, le 13 avril, sur neuf grands producteurs de thé chinois, avait révélé la présence de 29 types de pesticides dans les variétés de feuilles de thé examinées en laboratoire. Là non plus, les LMR chinoises ne sont jamais dépassées, du moins dans les cas où la substance active est répertoriée par le ministère de l'agriculture chinois.


"Sur 29 pesticides que nous avons trouvés, seuls 5 sont listés par les organes de supervision chinois, explique Wang Jing. Pour les thés, il n'y a en Chine que 30 substances actives listées, contre 450 pour l'UE. Or il y a près de 600 types de pesticides en Chine. La réglementation est très en retard sur les usages agricoles, notamment pour les plantations de thé."

 


SCANDALES SANITAIRES ET ALIMENTAIRES


Surtout, les enquêteurs de Greenpeace ont testé des plants de thé dans les provinces du Fujian (première région de production du thé oolong) et dans le Zhejiang (première région pour le thé vert) et y ont identifié des traces de pesticides interdits. Enfin, ils ont constaté que des pesticides contenant des substances actives interdites en Chine étaient proposés à la vente dans les villages proches de plantations. "Ces pesticides sont largement utilisés. Notre objectif est de faire comprendre qu'il ne suffit pas pour les entreprises concernées de se cacher derrière le fait que les limites maximales de résidus décelés dans leurs thés sont inférieures aux normes chinoises", poursuit Melle Wang.


Le rapport de Greenpeace sur les thés chinois - vendus entre 10 et 220 euros le kg - avait provoqué un vif émoi parmi des consommateurs déjà échaudés par des scandales sanitaires et alimentaires à répétition, de la mélamine dans le lait à l'huile de friture recyclée, en passant par la viande de porc au clenbutérol. Sheng Dongjun, un millionnaire d'une quarantaine d'années qui a acquis en 2011 un château dans le Bordelais, s'était ému sur Weibo, le site de microblogs chinois, de ne plus savoir quoi offrir à ses amis à l'étranger. "Je vais avoir l'air de quoi quand ils me diront : "Arrêtez de m'en offrir, je n'ai pas envie d'être empoisonné"?", a-t-il twitté le 19 avril.


L'Association des producteurs de thé chinois avait "réservé son avis" sur le rapport de Greenpeace, soulignant le fait que les échantillons de thé examinés respectaient tous les normes nationales. Elle avait toutefois invité les experts à "enquêter et analyser les résultats du rapport". Selon l'ONG, les quatre agences gouvernementales chinoises concernées (au sein notamment du ministère de l'agriculture et de la santé) n'ont pour l'instant pas réagi à sa première enquête. Le dossier sur Lipton pourrait raviver la pression de l'opinion publique.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

L’énergie osmotique promise à un bel avenir

Publié le par Gerome

Près de trois ans après le lancement de la première centrale électrique osmotique, en Norvège, deux chercheurs font le point sur cette technologie en analysant son efficacité et le potentiel de la filière. Les résultats sont encourageants. Près d’un demi-milliard de personnes pourraient à terme consommer cette électricité produite à partir d’eau douce et d’eau de mer sans qu’aucun gramme de CO2 ne soit émis.



La ville de Tofte, en Norvège, abrite une centrale électrique d'un nouveau genre depuis 2009. Elle ne consomme pas de carburant et surtout ne libère pas de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Comment est-ce possible ? Parce que cette infrastructure exploite le gradient de salinité existant entre de l’eau douce et de l’eau de mer grâce à un procédé nommé Pressure retarded osmosis ou PRO. Elle produit une énergie dite osmotique.

 

centrale_osmotique.jpg



Les eaux douces et salées sont séparées par une membrane semi-perméable à l’eau. Pour rééquilibrer les concentrations en solutés de part et d’autre de cette structure poreuse, un flux d’eau, spontané, la traverse, de l’eau de rivière (pauvre en sel) vers l’eau de mer, causant ainsi une augmentation de pression au sein du compartiment d’accueil. Il s’agit d’une simple application du principe de l’osmose. Le trop plein d’eau est alors évacué, non sans avoir d’abord actionné au passage une turbine reliée à un générateur de courant. La pression du compartiment salé peut atteindre l’équivalent d’une colonne d’eau (i.e. d’une chute d’eau) de 120 mètres de haut !



Ce type d’installation ne peut pas se construire n’importe où puisqu’il faut au minimum avoir accès à deux sources d’eau ayant des concentrations en solutés différentes. Les embouchures représentent donc des sites de choix... et notre planète en abrite des milliers. Trois ans après le lancement de ce projet par la firme Statkraft, l’heure est au premier bilan. Ngai Yin Yip et Menachem Elimelech de l’université de Yale (États-Unis) ont notamment réévalué le potentiel et l’efficacité de ce procédé dans une nouvelle étude. Leurs résultats sont publiés dans la revue Environmental Science & Technology.


L’énergie osmotique : efficace et rentable à grande échelle



Cette centrale exploite l’énergie libre (dites de Gibb) perdue lorsque l’eau douce se dilue en mer. Sa valeur théorique peut être calculée et donc servir de référence pour décrire l’efficacité du procédé. Selon ce modèle, la Pressure retarded osmosis permettrait d’extraire jusqu’à 0,75 kWh d’énergie par m3 d’eau (à pression constante). Cette valeur représente 91,1 % de la quantité d’énergie théoriquement disponible, à savoir 0,81 kWh par m3. Ce résultat est plus qu’acceptable.



D’autres chiffres cités dans cette étude sont importants. Selon les deux chercheurs, l’exploitation de seulement un dixième des eaux se jetant dans les océans à l'échelle de la Planète permettrait de répondre durablement aux besoins en électricité de 520 millions de personnes, le tout sans libérer une seule tonne de CO2. Pour une production similaire, les centrales thermiques à charbon rejettent plus d’un milliard de tonnes de gaz carbonique dans l’atmosphère. L’énergie osmotique semble donc vouée à un bel avenir.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Lobby nucléaire : la femme qui résiste

Publié le par Gerome

 

 

 

 

C'est une femme d'une cinquantaine d'année qui lance un cri d'alarme pour briser l'omerta sur les crimes nucléaires. 

Victime dans sa chair et ruinée, cette femme - Mme Pauchard de Bollène - illustre la situation de millions de victimes anonymes de la contamination radioactive dispersée par toutes les installations nucléaires.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Si la Terre était une banque...

Publié le par Gerome

terre.jpg

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

L'Afrique serait riche en eau douce

Publié le par Gerome

Selon de scientifiques britanniques, les eaux souterraines de l’Afrique seraient d’un volume total de 0,66 million de kilomètres cubes. Cela représente plus de 100 fois la ressource annuelle actuelle en eau du continent et 20 fois la réserve d'eau douce de tous les lacs africains.

 

mains-noires.jpg



Aujourd’hui, plus de 300 millions d'Africains n'ont pas accès à l'eau potable. De même, seuls 5% des terres arables du continent sont irriguées. Pourtant, en faisant quelques études un peu plus poussées, les chercheurs du British Geological Survey et de l'University College de Londres ont établi que le volume total des eaux souterraines en Afrique s'élevait à environ 0,66 million de kilomètres cubes (dans la fourchette entre 0,36 million et 1,75 million).


Ainsi, bien que toutes ne soient pas exploitables, l’étude qui vient d’être publiée montre que dans de nombreuses régions d'Afrique, il y a suffisamment d'eau souterraine pour alimenter en eau potable la population locale grâce à des pompes manuelles (entre 0,1 et 0,3 litre par seconde). En revanche, les possibilités pour mettre en place des puits de forage d'un débit supérieur à 5 litres par seconde, pour une exploitation commerciale, sont beaucoup plus limitées.



Les scientifiques mettent également en garde contre une approche "dispersée" pour trouver des puits à haut rendement. "Des puits de forage bien placés et à faible rendement pour l'approvisionnement rural et des pompes manuelles seront probablement efficaces face au changement climatique", a déclaré Alan MacDonald, principal auteur de l'étude cité par l'AFP. Toutefois, "les puits à haut rendement ne devraient pas être développés sans une compréhension minutieuse de l'état des eaux souterraines locales", a-t-il ajouté.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article