Fukushima Carte de la radioactivité marine en mars 2012

Publié le par Gerome

fukushima-radioactivite.jpg

 

 

Publié dans Pollution

Partager cet article

Horrible! La Namibie s'apprête à massacrer plus de 90 000 otaries

Publié le par Gerome

Alors que de nombreux pays ont stoppé la chasse aux otaries, la Namibie continue d'autoriser chaque année un abattage des otaries à fourrure vivant au Cape Cross. Entre juillet et septembre, ce sont ainsi pas moins de 91.000 animaux qui vont être massacrés.

 

otarie.jpg

 

C'est un véritable massacre qui souille chaque année dès juillet le sable des plages de Namibie. A cette période, commence en effet dans le pays la campagne d'abattage des otaries à fourrure du Cape Cross. Une pratique qui déclenche régulièrement une vague d'indignation parmi les organisations de protection des animaux qui ne parviennent pourtant pas à l'enrayer. Chaque année, des centaines d'hommes se rendent ainsi sur les plages pour massacrer les otaries utilisant un procédé jugé particulièrement cruel et inadmissible. Ils rassemblent toutes les jeunes otaries sur la terre et les empêchent de rejoindre la mer. Lorsqu'elles tentent de s'enfuir, ils les poignardent alors à coups de couteau.



Des actes autorisés par le gouvernement qui fixe chaque année un quota de chasse : si rien n'est fait, ce sont ainsi 91.000 phoques qui seront abattus entre juillet et septembre 2012, dont la majorité ne sont que des bébés. La Namibie justifie ce massacre en prétendant que le trop grand nombre d'otaries menace l'industrie de la pêche locale. Un argument largement démenti depuis plusieurs années par les organisations dont le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW). En 2006, celui-ci expliquait ainsi "plusieurs études scientifiques, notamment celles qui émanent du Canada, démontrent que le déclin des réserves de poissons est essentiellement dû à la surpêche, et non à la prédation des phoques et otaries".



"L’abattage des otaries en Namibie est inutile et injustifié. Les pouvoirs publics namibiens n’ont pas l’ombre d’une preuve scientifique plausible qui permette de démontrer que ces populations d’otaries ont un impact négatif sur leurs réserves de poisson. En outre, les méthodes utilisées pour tuer les otaries sont d’une cruauté inacceptable et, de l’avis d’IFAW, n’accordent aucune attention aux problèmes de protection animale. IFAW demande instamment au gouvernement namibien de mettre un terme immédiatement à l’abattage des otaries", ajoutait Jason Bell-Leask, Directeur du bureau sud-africain d’IFAW. Mais le gouvernement est resté sourd à toutes les demandes.



Pour manifester contre cette pratique, des militants ont donc décidé cette année de lancer une campagne internationale de boycott visant toutes les industries clés de la Namibie. Une mesure destinée à faire pression sur le gouvernement et l'inciter à interdire la chasse à laquelle de nombreux pays ont mis fin depuis plus de vingt ans. De son côté, l'organisation Fourrure torture a décidé de mettre en place une pétition et invite chacun à se mobiliser pour faire arrêter le massacre.

 

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

Le parc naturel des Calanques voit officiellement le jour

Publié le par Gerome

Le Premier ministre François Fillon, en outre ministre de l'Ecologie, a signé le décret de création du Parc national des Calanques, le 10ème parc national français et le 1er parc périurbain d'Europe, dont 90% de la surface est en mer, selon un communiqué du ministère publié mercredi. Ce parc national, aux portes de Marseille, «s'inscrit dans le cadre des objectifs de la stratégie nationale pour la création et la gestion des aires marines protégées», adoptée mercredi par le ministère de l'écologie, et qui doit permettre de placer 20% des eaux françaises sous protection à l'horizon 2020.

 

calanques.jpg


140 espèces protégées


Le projet avait été lancé en 1999 et adopté en janvier dernier par le Groupement d'intérêt public (GIP) des Calanques, après de longues péripéties. Il doit permettre, selon le ministère, «de concilier au mieux les activités professionnelles et de loisirs avec la protection de ce territoire». La création du parc, souligne le ministère, «garantira un cadre structuré de gestion et de protection de ce patrimoine unique, en synergie avec tous les acteurs existants».


Le Parc des Calanques abrite quelque 140 espèces protégées, dont l'un des trente derniers couples d'aigles de Bonelli présents en France, ainsi qu'un milieu marin riche de 60 espèces -dont des dauphins et tortues marines. Près de 90 sites archéologiques ont été mis au jour, comme la grotte Cosquer, au cap Morgiou, abritant des peintures rupestres dont les plus anciennes datent d'il y a 27.000 ans.

 

 

 

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

916€ d’économie par an avec un véhicule électrique

Publié le par Gerome

Si à l’achat les véhicules électriques sont plus coûteux que les modèles thermiques, à long terme ils permettraient à leurs propriétaires de réaliser une économie conséquente rapporte une étude américaine. D’où la nécessité de sortir la calculatrice avant la carte bleue.  

 

voiture-icone-electrique.png


D’après l’Union of Concerned Scientists (UCS) une voiture électrique est une alternative réellement intéressante financièrement par rapport à un véhicule thermique. Pour parvenir à ce résultat, l’UCS a établi un profil type de l’automobile d’un américain moyen. Il s’agit d’une berline essence, effectuant 17600 km par an et consommant en moyenne 8,7l aux 100 km, avec un prix au litre de 0,71 centime.


Comparé à un modèle électrique, cette berline coûte à son propriétaire, 1200 dollars (916 euros) de plus par an. Sachant que l’essence ne cesse d’augmenter (même si dans le même temps les voitures consomment moins) à long terme il est vraisemblablement possible de réaliser de réelles économies. D’autant plus que le prix des véhicules électriques ne cesse de baisser. Par ailleurs les systèmes de location de batterie permettent également une réduction des coûts.

Seul problème l’autonomie des batteries est toujours trop faible. Mais le calcul mérite d’être fait.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Révoltant! L’aéroport d’Amsterdam va gazer les oies sauvages

Publié le par Gerome

Vols d’oies ou vols commerciaux, il va falloir choisir. L’aéroport de Schiphol, près d’Amsterdam, a décidé de gazer les oies sauvages qui vivent aux alentours de ses pistes, rapporte l’AFP. Les quelque 50.000 oies qui perturbent les vols des avions seront gazées «à l’aide d’un certain type de CO2» a déclaré à l’AFP Karin van Rooijen, porte-parole du ministère néerlandais de l’Environnement.  

 

Oie-Sauvage.jpg

 

Atterrissages d’urgence

 

Depuis 2005, le nombre d’oies sauvages vivant à proximité des pistes a été multiplié par quatorze. Un phénomène que le gouvernement explique par le fait que les Pays-Bas soient «endroit particulièrement attrayant pour les oies, avec beaucoup d’eau partout». Mais cette bonne nouvelle pour la nature l’est moins pour les avions: le nombre de collisions augmente sans cesse et les pilotes sont de plus en plus souvent obligés d’atterrir en urgence ou d’interrompre le décollage.

 

Des radars vont être utilisés pour détecter les oies qui pourraient «présenter un risque» au décollage et à l’atterrissage, mais cela ne sera pas suffisant. Un «pacte» entre le gouvernement, les autorités locales, les agriculteurs et les associations de défense des animaux prévoit plusieurs actions pour limiter la prolifération des oiseaux: labour des champs le plus tôt possible après les récoltes pour enfouir les graines que les oies pourraient manger, chasse des oies autorisée et destruction des œufs dans un périmètre de 10km autour des pistes en complément du gazage des populations d’oies sauvages.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article