Canada: 145 ours euthanasiés parce qu'ils dérangeaient les hommes

Publié le par Gerome

ours-nois.jpg

 

 

L’an dernier, 145 ours noirs ont dû être euthanasiés dans la région des sables bitumineux de l’Alberta parce qu’ils s’approchaient trop des hommes, selon des données fournies par le ministère du Développement durable des ressources.

Près de la moitié, soit 68 ours, ont dû être tués parce qu’ils s’approchaient trop des camps de travailleurs.

Le nombre d’euthanasies a très fortement augmenté d’une année à l’autre, dénoncent les associations de défense des animaux.


Selon l’Association albertaine de la conservation de la faune, ces ours sont attirés par la nourriture laissée par les hommes parce que les règles concernant les déchets ne sont pas suffisamment respectées.

L’Association juge qu’il devrait y avoir plus d’inspections sur les camps de travailleurs pour s’assurer du respect de ces règles.


« L’industrie des hydrocarbures ne fait pas en sorte de gérer ses camps correctement et le gouvernement ne fait rien d’autre que de tuer les ours » quand ils deviennent dangereux, regrette Nigel Douglas, de l’Association albertaine de la conservation de la faune.

« C’est vraiment une question d’éliminer les attirants pour les ours plutôt que d’éliminer les ours », ajoute James Pagé, de la Fédération canadienne de la faune. Il aimerait que les animaux soient moins souvent les victimes en cas d’affrontements avec les humains.


L’été dernier, la police de Fort McMurray avait lancé un avertissement, invitant les résidents à entreposer leurs déchets dans des poubelles à l’épreuve des ours.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Etats-Unis : des agriculteurs poursuivent Monsanto en justice pour obtenir le droit de semer en paix

Publié le par Gerome

Plus de 300 000 agriculteurs américains, majoritairement cultivant du bio, ont introduit une action en justice contre Monsanto afin d'obtenir le droit de semer librement et de ne pas être poursuivis pour violation de brevets en cas de contamination de leurs champs par des OGM. Par le passé, plusieurs agriculteurs ont en effet déjà été condamnés pour violation de droits de propriété intellectuelle après que des semences génétiquement modifiées ont été retrouvés dans leurs champs, le plus souvent emportés par le vent. Le Los Angeles Times précise que les agriculteurs ne demandent aucune indemnisation. Leur action ne vise qu'à obtenir un jugement déclaratoire qui empêcherait Monsanto des leur demander des indemnités en cas de contamination de leurs cultures.

Du côté du groupe Monsanto, on explique que « Monsanto n'a jamais poursuivi et ne poursuivra jamais un agriculteur si une ou plusieurs semences sont retrouvées dans ses champs lorsque cela résulte de circonstances indépendantes de sa volonté. » Mais pour Dan Ravicher, l'avocat principal des plaignants, tout le problème réside dans l'interprétation par le juge de ces « circonstances indépendantes de la volonté de l'agriculteur », car jusqu'à présent, c'est à l'agriculteur qui ne cultive pas d'OGM de prendre toutes les mesures nécessaires pour maintenir les OGM en dehors de son champ et de le prouver. A l'appui de son action, il entend principalement démontrer que les brevets déposés par Monsanto ne sont pas valables : « la loi exige qu'une technologie ait une utilité sociale pour pouvoir être brevetée. Or nous allons démontrer qu'en ce qui concerne les OGM, ce n'est pas le cas. » La décision du juge est attendue pour la fin du mois de mars.

 

 


Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Bientôt des marais autour des pistes des aéroports français?

Publié le par Gerome

Des plantes dépolluantes vont être testées à Orly pour éliminer naturellement les produits dégivrants qui s'infiltrent dans les sols...

 

article_avions.jpg


Pour que les avions puissent décoller en hiver, les aéroports utilisent des dégivrants: 4 millions de litres de mono-propylène glycol sont ainsi vaporisés sur les avions et 2,5 millions de litres de formiates de potassium et de sodium sur les pistes. Mais ces produits chimiques, lessivés par la pluie,  ne sont en général pas éliminés dans les stations d’épuration. Pour éviter cette pollution des eaux, les aéroports français vont tester des marais filtrants.


Les bacs contiendront deux types de végétaux: roseaux et iris pour les uns, joncs et scirpes pour les autres. Deux substrats seront également testés: du gros sable et du sable fin. Ces plots seront installés fin 2012 à Orly, après des tests plutôt concluants réalisés par le service technique de l’aviation civile (STAC) menés durant l’hiver 2009-2010: «Nous sommes parvenus à réduire de 80% la charge en polluants organiques en moins de six jours, au lieu de deux semaines auparavant», se félicite Benoît Mars, chef de la subdivision eaux, sols et dégivrants au STAC.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Cameroun: Au moins 200 éléphants tués par des braconniers en 6 semaines à peine !

Publié le par Gerome

Un massacre sans précédent

 

defense-d-elephant.jpg

 

Des braconniers auraient massacré 200 éléphants en 6 semaines au cœur du parc national Camerounais de Bouba Ndjida.


Le gouverneur du nord du Cameroun, Gambo Haman, met directement en cause des braconniers extérieurs au pays : « Nous parlons ici d’un cas très sérieux de braconnage trans-frontalier, impliquant des braconniers armés en provenance du Tchad et du Soudan qui déciment la vie sauvage pour faire de l’argent facile avec le commerce international de l’ivoire ». Ces pillages trans-frontaliers sont courants durant la saison sèche dans cette région mais l’ampleur de ce massacre est sans précédents selon l’Ifaw (International Fund for Animal Welfare).


Le Cameroun confie, au journal The Guardian, son incapacité à déployer des forces de surveillance sur l’ensemble du parc national. Selon l’Ifaw, le nombre d’éléphants restant au Cameroun est incertain. La dernière estimation, de 2007, estimait ce nombre entre 1000 et 5000 individus. L’association Traffic relie ces pics de braconnage avec l’augmentation des investissements Chinois sur le continent.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

La pollution finira-t-elle par étouffer la croissance chinoise ?

Publié le par Gerome

La Chine est confrontée à une situation de plus en plus difficile concernant les ressources en eau, car l'industrialisation et l'urbanisation du pays poussent la demande en eau à la hausse, a indiqué jeudi Hu Siyi, vice-ministre chinois des Ressources en eaux. La pénurie d'eau, la pollution des rivières et la détérioration de l'écologie aquatique sont "particulièrement importantes" et pourraient menacer le développement durable du pays. Avec une population de 1,3 milliard de personnes, la Chine consomme actuellement plus de 600 milliards de mètres cubes d'eau chaque année, soit trois quarts de ses ressources d'eau exploitables, a indiqué M. Hu. Pensez-vous que ce responsable chinois exagère ?

 

article chine-copie-1


Alain Wang: Non... La disponibilité d’eau par habitant est aujourd’hui proche du tiers de la moyenne mondiale. Mais il faut tenir compte de sa répartition sur le territoire. Le seuil de rareté de 500 m3 par personne et par an est atteint dans certaines zones au nord du pays, à Pékin ou Tianjin par exemple. Le sud, grâce aux pluies de moussons abondantes est généralement plus arrosé. Néanmoins, le changement climatique a provoqué, en 2010 et en 2011, les plus graves sécheresses  depuis un demi-siècle. Elles ont touché des dizaines de millions de personnes, des millions d’hectares de terres agricoles et des millions de têtes de bétails.

 

Trois quarts de l’eau utilisée est impropre à la consommation, la qualité de l’eau des nappes phréatiques est très basse dans de nombreuses villes. Les conséquences d’industrialisation et l’urbanisation débridées amplifient cette dégradation. Sans traitement primaire, un tiers des rejets industriels et deux tiers des eaux usées domestiques sont directement versés dans les cours d’eau. Deux cent quarante-trois lacs d’une surface de plus 1 km² ont disparu en cinq décennies.

 

En dehors de la question de l'eau, auriez-vous d'autres exemples de pollution catastrophique en Chine ?


En dehors de l’eau, la pollution la plus grave est celle de l’air. Les grands centres urbains comme Pékin, Shanghai, Canton et Hongkong ont vu leur parc automobile gonfler jusqu’à la saturation. Selon un rapport officiel publié en début d’année, trois cinquième des plus petites particules dans l’air proviennent des gaz d’échappement, de fumées industrielles et de la consommation de charbon. Les centrales thermiques au charbon représentent en production presque trois quarts du mix énergétique chinois. Soixante-six "villes modèles environnementales" sur soixante-dix-sept ont été déclassées en 2011. L’OMS estime que cette pollution de l’air cause plus de 300 000 décès prématurés par an. L’asthme, les cancers pulmonaires et les maladies cardiovasculaires augmentent anormalement.

 

Quel est le coût de cette pollution sur la croissance?


Selon les données de l’OCDE, la pollution aurait un coût de 64 milliards de dollars par an. La Banque mondiale donne une fourchette entre 20 et 75 milliards de dollars. Ce qui correspond à environ 1 à 1,5 point de son PIB. Cela pèsera de plus en plus avec le ralentissement de la croissance l’économie chinoise qui s’amorce. Mais, au-delà, le danger n’est-il pas d’assister a un déséquilibre écologique tel, dans certaines régions, qu'il aura des conséquences humaines  incalculables ? L’impact de la dégradation environnemental a un coût : un million d’enfants chinois naissent aujourd’hui avec une anomalie physique ou mentale soit 7% des naissances, trois fois plus que dans les pays développés.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article