Pourquoi l'humanité pourrait disparaître

Publié le par Gerome

 

Une vidéo à voir, pleine de sagesse et de vérités.

 

 

 

Publié dans Divers (Hors sujet)

Partager cet article

L’énergie solaire deviendra de plus en plus attractive

Publié le par Gerome

L’énergie solaire au même prix que le charbon ? C’est ce que prévoit un groupe de réflexion formé par le gouvernement chinois. C’est du reste déjà le cas dans certaines régions australiennes et First Solar, leader américain du secteur, a créé il y a deux ans un module qui coûte seulement un dollar (0,69 euro) par watt (W) produit. Ce qui paraît aujourd’hui exceptionnel devrait toutefois devenir la norme dans les années à venir : selon un rapport du cabinet Ernst & Young publié cet été, fabriquer un module solaire à ce prix deviendra en effet monnaie courante.

 

panneau-solaire-photovoltaique.jpg


Ainsi l’énergie solaire se vendra-t-elle moins cher avec le temps, mais même si des subventions gouvernementales viendront certainement favoriser elles aussi son développement et sa compétitivité à l’échelle locale, le photovoltaïque ne devrait pas devenir de sitôt la première source d’énergie au monde. Car si elle attire davantage de plus en plus d’investisseurs à l’échelle mondiale, la fabrication de panneaux solaires restera inévitable. Or celle-ci a un coût élevé, qui représente en moyenne 50% du budget total des entreprises de la filière, grosso modo 40% pour les plus grandes.


Alors comment gagner en rentabilité tout en construisant ses propres panneaux ? Cette équation que nombre de sociétés n’ont pas encore résolu aurait cependant une solution. Un fabricant de cellules solaires australien a en effet annoncé la semaine dernière qu’il allait délocaliser son usine en Chine, où les coûts de production sont moindres, d’où une concurrence féroce qui a fini par avoir raison d’Evergreen Solar, compagnie américaine pionnière qui vient de déposer le bilan et a préféré fermer son usine dans le Massachusetts en espérant qu’un repreneur chinois se présente.


La concurrence de l’Empire du Milieu a également des conséquences sur les entreprises françaises. Pour nombre de PME, le moratoire étatique de trois mois sur les projets de plus de trois kilowatts crête (KWc) a en outre été synonyme, au mieux, de ralentissement préjudiciable des activités. « La concurrence chinoise est-elle imbattable ? », titrions-nous en février dernier, alors que nombre de professionnels du secteur voyaient d’un (très) mauvais œil la décision du gouvernement d’instaurer un nouveau cadre. Persuadée du contraire, la ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciuscko-Morizet, promeut aujourd’hui un concept « Made in France » qui revient à privilégier le qualitatif au quantitatif, contrairement à la Chine.

 

« Le dispositif précédent favorisait le volume et le prix, soulignait-elle mois dernier. La réglementation actuelle, elle, aspire à créer une excellence à la française qui sera consacrée par un label permettant aux entreprises françaises de « faire valoir leurs atouts en termes de performances et de fiabilité ». On attend maintenant de voir s’il sera suffisant pour que les entreprises chinoises, à défaut d’abandonner leur leadership, perdent des parts de marché.

 

 


Partager cet article

Explosion de diversité dans une réserve sous-marine

Publié le par Gerome

En dix ans, le nombre de poissons du parc sous-marin de Cabo Pulmo, au Mexique, a augmenté de 460%. Le mérite en revient à la surveillance menée par les populations locales.

 

pulmo-kayak-15.jpg

Une renaissance inespérée

Le parc de Cabo Pulmo, niché près de la pointe sud de la péninsule de Baja au Mexique, est désormais considéré comme la réserve marine la plus “robuste” du monde selon une étude menée sur dix ans par les scientifiques de la Scripps Institution of Oceanography.

La zone était en déperdition, épuisée par des années de pêche intensive, quand les populations vivant autour ont décidé de créer cette réserve en 1995. “A l’époque nous avons décidé d’aller de l’avant parce que les gens étaient déterminés mais le site n’était pas en bonne santé environnementale” se rappelle Exequiel Ezcurra , Directeur de l’Institut de l’Université de Californie pour le Mexique et les États-Unis.

N’y subsistaient plus que des poissons de taille moyenne. Aujourd’hui “la zone est pleine de grands poissons-perroquets, de mérous, de vivaneaux, elle est aussi occupée par plusieurs espèces de requins. Une augmentation de la biomasse de 463 pour cent dans une réserve aussi importante que Cabo Pulmo (71 kilomètres carrés) représente des tonnes de poissons nouveaux chaque année. Aucune réserve marine dans le monde n’a montré une telle reprise du poisson” s’étonne Octavio Aburto-Oropeza, de la Scripps Institution.

Créatrice de ressources nouvelles

Dans un article publié dans la revue Public Library of Science (PLoS), les chercheurs estiment que cette formidable renaissance doit beaucoup aux populations locales qui ont assuré la surveillance, l’entretien et le respect des règlements du parc.

Une surveillance qui s’avère rentable puisque de nouvelles activités liées à cette embellie apparaissent. L’écotourisme se développe avec notamment des plongées près des récifs coralliens, qui abritent maintenant homards, poulpes, raies ainsi que pleins de poissons de petite taille. En surface, les bateaux sont peu nombreux contrairement aux kayaks loués par les visiteurs.

"Peu de décideurs sont conscients que la taille des poissons et leur abondance peuvent augmenter à l’intérieur des réserves marines à des niveaux extraordinaires en seulement une décennie, une fois la protection établie. Ils ont encore moins nombreux à savoir que ces augmentations se traduisent souvent par des avantages économiques pour les communautés côtières", souligne Aburto-Oropeza. Un exemple comme celui-la devrait assurément les interpeller.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Non à Belo Monte !

Publié le par Gerome

samedi 20 août · 15:00 - 18:00
Lieu
grande arche de la Défense de 15h à 18h le 20 août


Soutenue par France Libertés, Survival France, la Fondation pour la Nature et l'Homme et l'ONG américaine Amazon Watch, une manifestation se tiendra le samedi 20 août 2011 de 15h à 18h grande arche de la Défense à Paris. Soyez nombreux à venir demander l'abandon définitif du projet Belo Monte, la suspension de tout autre projet de barrage en Amazonie allant à l'encontre du respect des droits des peuples autochtones et de la biodiversité et la recherche d'une alternative énergétique non destructrice pour l'environnement.


L’enjeu est planétaire, comme l’explique le célèbre Chef kayapo Raoni, dans une pétition destinée à l’opinion internationale (http://raoni.fr/signature-petition-1.php)  et signée par les plus grands tribuns indigènes du Brésil. Ceux-ci multiplient les manifestations depuis quatre ans, depuis que le projet Belo Monte, pourtant annulé en 1989 après une bataille féroce, a été ressorti des cartons. Prévu pour être le troisième plus grand complexe de barrages au monde, Belo Monte ouvrira une gigantesque brèche dans laquelle s’engouffreront bien d’autres projets similaires (16 de même envergure, ainsi que 120 autres, plus modestes, pointent déjà le bout de leur nez).


Selon les nombreuses études d'organismes indépendants, ce méga-barrage aurait un impact écologique dramatique sur l'environnement, une analyse confortée par le constat des destructions irréversibles causées de façon systématique par les méga-barrages déjà opérationnels aux quatre coins du globe. Cette fois, c'est le cœur de la forêt amazonienne (communément surnommée "poumon de la Terre") qui est directement menacé. Cette immense zone indigène, à cheval sur les états du Pará et du Mato Grosso, est pourtant légalement protégée.

Les gouvernements successifs des présidents Lula Da Silva et Dilma Rousseff ont de ce fait délibérément bafoué à plusieurs reprises la Constitution brésilienne et la Déclaration sur les droits des peuples autochtones des Nations Unies, qui affirment notamment que tout projet ayant un impact sur des territoires indigènes doit s'établir en concertation avec la population y vivant.

 

Alors que des solutions alternatives utilisant les énergies renouvelables existent et que son efficacité est mise à mal, le projet Belo Monte est censé apporter la preuve, aux yeux du reste du monde, du rayonnement économique et de l'autonomie énergétique du Brésil, pays hôte de la Coupe du monde de football en 2014 et des JO en 2016. Ces échéances expliquent l'accélération des procédures légales de validation, étalées généralement sur de très longues années. Ainsi le projet Belo Monte a-t-il été définitivement entériné par l’Institut brésilien de l’Environnement (IBAMA) le 1er juin 2011.

Il y a deux ans vous aviez été près de 11000 à participer à la cyber @ction pour demander l'abandon du projet
http://www.cyberacteurs.org/archives/archive.php?id=265  

Nous vous proposons de vous joindre à la mobilisation internationale du 20 aout.

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

Derrière le chef Raoni, manifestation mondiale contre le projet Belo Monte

Publié le par Gerome

article_raoni.jpg

 

 

Le gouvernement brésilien va bientôt lancer le chantier du futur troisième plus gros barrage hydroélectrique au monde. Plusieurs associations environnementales organisent des manifestations pour dénoncer l'impact environnemental de cet ouvrage...


L’autorisation définitive pour le barrage de Belo Monte au Brésil a été donnée le 1er juin dernier par l’Institut brésilien de l’Environnement (Ibama). Mais les opposants au projet ne baissent pas les bras. Ce week-end plusieurs associations, France libertés, Survival France, Amazon Watch,  organisent à travers le monde deux journées d’action contre ce barrage. En France le rendez-vous aura lieu samedi 20 août entre 15 h et 18 h devant la grande arche de La Défense dans les Hauts-de-Seine. Le public aura l’occasion de signer la pétition lancée par le chef Raoni, connu pour ses combats en faveur de la forêt amazonienne, et qui s’oppose farouchement depuis des années à cet ouvrage.


Belo Monte, c’est un barrage de 6 km de large avec ses canaux de dérivation, une zone d’inondation estimée à 500 km2 sur les berges du Xingu, dans l’Ouest de l’état amazonien du Para, et le déplacement de 16.000 personnes. Quelque 100.000 personnes devraient par ailleurs s’installer à Altamira, une ville située en bordure du Xingu. Soit autant que sa population actuelle. Les associations écologistes dénoncent surtout l’atteinte de cet ouvrage sur la forêt amazonienne, la disparition certaine de nombreuses espèces de poissons et de vertébrés, et le dérèglement de l’équilibre de la rivière.


Il assurera 11% de la production électrique du Brésil


Côté autorités, on estime que la réalisation de ce complexe hydroélectrique est essentielle, car il assurera 11% de la production électrique du Brésil quand il sera prêt, en 2019. Ce sera alors le troisième barrage le plus puissant au monde, derrière celui des Trois-Gorges en Chine et celui d’Itaipu qui alimente le Brésil et le Paraguay. Le gouvernement brésilien assure, au terme d’une étude d’impact environnemental, que les conséquences écologiques seront limitées.


Mais selon les associations, «les gouvernements successifs des présidents Lula et Dilma Rousseff ont délibérément bafoué à plusieurs reprises la Constitution brésilienne et la Déclaration sur les droits des peuples autochtones des Nations Unies, qui affirment notamment que tout projet ayant un impact sur des territoires indigènes doit s’établir en concertation avec la population y vivant.» Elles estiment surtout que des «solutions alternatives » à ce barrage existent, «utilisant les énergies renouvelables».

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article