La quasi-totalité des forêts tropicales sont mal gérées

Publié le par Gerome

Selon le rapport "Situation de la gestion des forêts tropicales 2011", plus de 90% des forêts tropicales sont mal gérées voire pas du tout. Elles sont pourtant indispensables pour l’avenir du climat et de la biodiversité.

 

la-foret-tropicale.jpg


L’Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT) a publié hier son rapport "Situation de la gestion des forêts tropicales 2011", qui porte sur 33 pays. Le constat est alarmant puisque 90% des forêts tropicales seraient "mal gérées, voire pas du tout". L’organisation explique que chaque année "des millions d'hectares sont défrichés pour l'agriculture, les pâturages et autres affectations autres que forestières, ou sont dégradés en raison de l'exploitation forestière opérée à un rythme insoutenable ou de nature illicite".


De plus, les choses ne semblent pas s’arranger car il est plus rentable financièrement, à l’heure actuelle, de déboiser que de conserver les forêts. Elles sont pourtant cruciales pour l’avenir de la planète toute entière. Si 50% des espèces végétales et animales s’y trouvent, le déboisement entraîne de son côté 10 à 20% des émissions de gaz à effet de serre mondiales rappelle Sciences et Avenir.


Toutefois, l’étude indique que certains progrès ont eu lieu avec la mise en place de programmes de "gestion durable". Ces pratiques ont progressé avec 50% de superficie supplémentaire qu’il y a cinq ans. Aujourd’hui, 53 millions d’hectares (l’équivalent de la surface de la Thaïlande) sont mieux gérés contre 36 millions en 2006. Les meilleurs élèves en la matière sont le Brésil, le Gabon, le Guyane, la Malaisie et le Pérou. Le Brésil, notamment, a réussi à ralentir le rythme de la déforestation de la forêt amazonienne. Celle si n’est "que" de 6.500 kilomètres carrés contre 27.000 kilomètres carrés en 2004.


Mais, comme l’explique à l’AFP le directeur adjoint de la Fondation suisse pour le développement et la coopération internationale, Jürgen Blaser, "la certification, label d'excellence environnementale et sociale en échange de bonnes pratiques pour préserver la forêt, est un acte volontaire, qui coûte cher". Cet auteur du rapport précise que "sur le marché du bois, beaucoup de pays parmi les grands consommateurs comme la Chine ou l'Inde ne demandent pas de bois certifié. C'est la grande limite de ce dispositif".

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Les méduses vont-elles dominer le monde?

Publié le par Gerome

Les méduses se sont servi des activités de l'homme (surpêche, pollution) pour proliférer et augmenter leur taille. En plus, c’est connu, les déchets d’un animal sont ensuite mangés par un autre... mais pas ceux des méduses! Ils ne sont utilisés que par certaines bactéries, explique le magazine Wired. Aussi, les méduses changent profondément la chaine alimentaire et la structure microbienne de l'océan en déplaçant l’énergie produite par la nourriture, des poissons vers des bactéries.

 

meduses.jpg


Robert Condon, de l’institut des sciences marines de Virginie, co-auteur d’un rapport sur les méduses publié le 7 juin dans la revue Actes de l’académie nationale des sciences (Proceedings of National Academy of Sciences), explique pour News wise:


«Les méduses impactent la chaine alimentaire en capturant le plancton qui, autrement, serait mangé par d’autres poissons et convertissent l’énergie produite par la nourriture en biomasse gélatineuse. Cela restreint le transfert d’énergie dans la chaîne alimentaire, car les méduses ne sont pas facilement consommées par d’autres prédateurs.»


Robert Condon a passé quatre ans à collecter les données de deux espèces de méduses qui causent des problèmes et sont représentatives dans le monde entier. Les chercheurs les ont alors comptées et ont calculé la composition des communautés bactériennes à proximité. Ils ont constaté que les méduses excrètent des composés organiques comme les déchets de leurs corps ou la boue qui les recouvre. Cependant, ces excréments ne sont presque pas mangés par les bactéries, mis à part par les Gammaproteobacteria, une sorte de bactérie que peu d’animaux mangent (elle était très rare avant mais est maintenant omniprésente dans l'océan). Ce qui signifie que la méduse n’a que peu d’utilité biologique:


«Les méduses produisent de l’énergie dans une forme tout simplement pas très utilisable. Elles poussent juste de l’énergie à l’extérieur du reste de la chaîne alimentaire.»


Cependant, Robert Condon explique:

«Nous sommes encore loin d’une domination du monde par les méduses, mais les Hommes ont changé la chaîne alimentaire dans l’océan par leurs activités. […] Nous ne savons pas encore quel sera le résultat. Nous devons être prudents.»

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

La France au deuxième rang pour ses voitures propres

Publié le par Gerome

Mercredi, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a publié son classement des pays de l'UE dont les voitures émettent le moins de dioxyde de carbone. La France occupe la deuxième marche du podium derrière le Portugal.

L'Ademe vient de publier le palmarès 2010 des voitures les moins émettrices de CO2. Selon cette publication, les émissions ont baissé de 45g en 15 ans et de 5g en 2010, rapporte Sciences et Avenir. Cette année, la France se classe au deuxième rang avec 130g de dioxyde de carbone rejetés par kilomètre parcouru.


Selon le rapport, la mise en place du système bonus-malus "a eu un fort impact sur l'évolution du marché et les bons résultats en matière d'émission moyenne de CO2 des voitures particulières". La prime à la casse aurait elle aussi joué un rôle important dans ce domaine.

Comme en 2009 déjà, la Smart Fortwo se classe en tête des véhicules diesel avec 86g de CO2/km seulement. Toutefois, l'Ademe estime que d'importants progrès doivent encore être réalisés en ce qui concerne l'ensemble des véhicules diesel puisqu'en 2002 la voiture la plus performante n'émettait que 81g de CO2/km.


Du côté des voitures essence, les hybrides de Toyota que sont la Prius et l'Auris sont au premier rang avec des émissions de 89g. L'Ademe insiste sur le fait que l'an passé, les lauréats étaient des voitures émettant moins de 90g de CO2/km comparativement à 2002 où le meilleur véhicule rejetait encore 118g.

L'Ademe indique également que six constructeurs automobiles ont déjà atteint l'objectif fixé par la Commission européenne pour 2015. Il s'agissait de produire des véhicules émettant au maximum 130g de CO2/km. C'est le cas, entre autres, de Fiat avec 122g, Toyota, avec 127g, Renault et PSA avec 129g chacun.

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

L'abeille, héroïne des villes et des «APIdays»

Publié le par Gerome

article_abeille.jpg

 

 

Les 17 et 18 juin, découvrez le rôle des abeilles, «sentinelles de l’environnement»...

Découvrir les abeilles pour mieux les protéger: les apiculteurs de France invitent les citadins dans cinquante villes en France à découvrir l'abeille, «sentinelle» de l'environnement les 17 et 18 juin prochains à l'occasion de la 2e édition des «APIdays». «On pourrait d'emblée penser que la ville n'est pas forcément le meilleur endroit pour mettre une ruche», souligne Olivier Belval, président de l'Union nationale des apiculteurs de France (UNAF). «Pourtant on n'a pas de problème de disparition massive d'abeilles sur les villes alors que sur l'ensemble de la France un tiers des abeilles disparaissent tous les ans», rappelle-t-il dans un entretien à l'AFP.


Les pesticides, premiers responsables de la disparition des abeilles


Depuis 2005, les apiculteurs de l'UNAF ont installé des ruches en ville pour sensibiliser les Français à la situation de cet insecte indispensable à la pollinisation de 80% des fruits et légumes. Avec les partenaires de l'opération dans 50 villes, les apiculteurs invitent ainsi, pour la deuxième année consécutive à travers des actions et événements festifs et ludiques (ateliers de récolte, fabrication de bougies etc), à se familiariser avec l'abeille. Avec ce message pour le jeune public, relayé par Olivier  Belval: «notre abeille est en danger, protégeons-la.»


«Il y a une déconnexion des réalités agricoles de la part de nos concitoyens citadins», constate le jeune président de l'UNAF. Selon l'organisation, les pesticides, dont la France reste le principal consommateur dans l'agriculture au niveau européen, sont les premiers responsables de la disparition massive des abeilles depuis quelques années. L'an dernier la production moyenne par ruche en ville a atteint 18 kilos contre seulement 15 kilos pour une ruche à la campagne, selon Olivier  Belval. La production française de miel est estimée à 20.000 tonnes en 2010, soit la moitié de la quantité consommée par les Français cette année-là.

 


Publié dans Nature

Partager cet article

L'énergie des mers tente de faire surface

Publié le par Gerome

Alors que la troisième édition des Journées de la mer se poursuit jusqu'au 13 juin, 20 minutes fait le point sur une énergie renouvelable au fort potentiel, mais encore peu développée: l'énergie de la mer. Ou plutôt les énergies de la mer…

 

article_oliennes-flottantes-WINFLO.jpg

Vent, courant, énergie thermique, vagues… La mer offre un très vaste potentiel énergétique. Elles pourraient prendre une part significative dans les années à venir, alors que la plupart des pays cherchent à réduire leur dépendance aux énergies fossiles, et que le nucléaire fait débat. Mais elle n’est pas sans poser problème, puisqu’elle peut parfois entrer en conflit avec des activités marines plus traditionnelles.

 

Les technologies sont également souvent très coûteuses, notamment en raison de la nécessité de transporter vers la terre l’énergie produite. La France s’apprête à se lancer dans l’éolien off-shore, le premier appel d’offres portant sur cinq sites et 3.000 MW (soit 600 éoliennes) sera lancé cet été. Un second appel d’offres devrait être lancé avant la Présidentielle de 2012, portant sur 3.000 MW également. Pour les autres énergies les industriels français en sont essentiellement au stade de l’expérimentation.


Pour «accélérer la mise en place de ces technologies et développer une filière porteuse d’innovations et créatrice d’emplois», dixit l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer), un projet, nommé France Energies Marines, est actuellement candidat pour être retenu dans l’appel à projets de l’Etat pour un Institut d’excellence des énergies décarbonées (IEED). Le soutien financier serait alors de 43 millions d’euros sur un budget total de 142 millions d’euros sur dix ans. Basé à Brest, France Energies Marines aurait alors pour mission de «contribuer à la mise sur le marché par les industriels français d’une palette de technologies répondant aux besoins d’un secteur en forte croissance.»


Plusieurs projets en cours pourraient alors bénéficier d’un coup d’accélérateur. Tour d'horizon.

Hydroliennes

EDF travaille sur une «première mondiale» : une ferme hydrolienne à Paimpol-Bréhat.

 

article_paimpol-pour-le-web.jpg

 

s’agit d’un parc de démonstration de quatre hydroliennes, des turbines géantes de 20 mètres de haut placées au fond de la mer pour capter l’énergie des courants de marée.

Une des quatre turbines géantes:

article_turbine-hydrolienne.jpg

 

Ce projet, doté d’un budget de 24 millions d’euros, doit être livré à l’été 2012. Frédéric Le Lidec, Directeur du développement des énergies marines renouvelables chez DCNS, leader mondial du naval de défense et innovateur dans le domaine des énergies marines, explique que «la première de ces hydroliennes sera mise à l’eau dès cet été.» EDF a retenu la technologie d’Open Hydro, société irlandaise dont  DCNS détient 8% du capital. Cette ferme doit fournir à terme 2 MW.

 

«L’étape d’après se situe au Raz-Blanchard, sur un site très énergétique, le deuxième au monde derrière un autre au Canada, poursuit Frédéric Le Lidec. Ce projet, qui devrait voir le jour en 2014, est de plus grande taille puisqu’il devrait délivrer 20 MW.» Un autre projet existe sur l’île d’Ouessant. L’hydrolienne Sabella D10 doit être installée début 2012, par l’entreprise Sabella.


Eoliennes flottantes

Winflo est un projet d’éoliennes flottantes qui regroupe divers acteurs, comme l’Ifremer et DCNS. Il s’agit de «la deuxième génération des éoliennes off-shore » explique Frédéric Le Lidec.

Le projet WINFLO:

 

article_oliennes-flottantes-WINFLO-copie-1.jpg

 

«Elles sont censées régler les problèmes que pose la première génération: situées près de la côte et implantées au fond de la mer, elles sont souvent en conflit avec d’autres usagers de la mer, pêcheurs, militaires… Les éoliennes flottantes seraient, elles, installées plus au large, ce qui devrait leur permettre de développer davantage d’énergie. Le premier prototype devrait être mis à l’eau début 2013, sur un site qui reste à déterminer.» Elles seront implantées dans eux relativement profondes (50 mètres).


L’énergie houlomotrice


Pour exploiter l’énergie des vagues, on peut installer des bouées sous-marines en mouvement, des colonnes d’eau oscillantes, ou des caissons flottants… DCNS dispose d’un démonstrateur au large de La Réunion qui consiste en un flotteur,  dont le mouvement généré par les vagues  actionne une pompe. Ce prototype est d’une puissance de 100 KW. «C’est une énergie compliquée, et encore très coûteuse pour le moment, mais il faut garder en tête que l’énergie des vagues représente un potentiel énorme. C’est un marché qui arrivera un peu plus tard que les autres, à horizon 2020.»


L’énergie thermique des mers

«C’est un marché de niche pour l’instant, qui ne concerne que le secteur des tropiques, Martinique, Tahiti, Réunion...» explique Frédéric Le Lidec.

Projet de centrale thermique à La Martinique:

 

article_projet-energie-thermique-des-mers.jpg

 

 «Il s’agit d’aller pomper de l’eau en très grande quantité au fond de la mer, avec des tuyaux de 1.000 mètres et de 5 mètres de diamètre, et de l’eau chaude en surface, afin d’alimenter une turbine.»

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article