La quinzaine du Commerce Equitable

Publié le par Gerome

La Quinzaine du Commerce Équitable? C'est une campagne qui cherche à sensibiliser le public sur les enjeux de la solidarité internationale et d'un commerce plus juste. Cette année, elle aura lieu du 14 au 29 mai partout en France. «Consommer Responsable», c'est-à-dire se tourner vers des produits fabriqués dans le respect de l'Homme et de l'environnement, tel est le thème 2011...

 

commerce01.jpg

Depuis dix ans, les acteurs du commerce équitable se réunissent autour des membres de la PlateForme pour le Commerce Équitable (PFCE) pour chercher une alternative aux modes de consommation actuels. Cette année, les objectifs sont clairement affichés: favoriser le recyclage et la réutilisation des matières premières, privilégier les produits à moindre impact environnemental (produits biologiques, recyclés…) et lutter contre la surexploitation des terres.

Voici quelques exemples d’actions organisées pour faire passer le message dans la bonne humeur.


Artisans du Monde, un réseau de distribution associatif et militant, organisera, entre autres, le samedi 21 mai la première FairPride (www.fairpride.fr), un défilé appelant à la solidarité et à l’équité. Le cortège, composé de 3 sections (Afrique, Amérique Latine & Asie), partira à 14h place Gambetta (Paris 20) et se terminera par un apéro équitable et solidaire au Village bio-équitable, Place Baudoyer face à la Mairie du 4ème. Ce défilé festif réunira différentes structures du commerce équitable comme Max Havelaar France (alimentaire, artisanat, cosmétiques, mode éthique, tourisme solidaire) et également plusieurs acteurs de l’économie sociale et solidaire.


Sur Ushuaïa TV, dans une émission spéciale, Claire Keim animera une soirée «Passage au Vert» autour de la consommation responsable et engagée. Au programme: l’intervention de Tristan Lecomte, Président fondateur de ALTER ECO et Francisco Alegria Ruiz, un producteur de cacao au Pérou qui n’avait encore jamais quitté son village, un reportage dans à la chocolaterie équitable et bio du Pecq, en banlieue parisienne, et rencontre avec Mahatsara qui met en avant des créations artisanales d’Afrique du Sud faites de produits de récup’. Rendez-vous le lundi 16 mai à partir de 20h40.


Altermundi choisit de célébrer les mamans du monde à travers une série spéciale de mugs «Maman la plus belle du monde» issus du commerce équitable et la création de pochettes à bijoux indiennes en calendriers recyclés, doublées en kalamkari, une toile de coton écru peinte à l’aide d’une plume avec des teintures végétales. Du vendredi 20 au dimanche 22 mai, la boutique équitable parisienne sera présente aux Fairdays à la Galerie Joseph (Paris 3). Des ventes privées mode seront organisées par l’AME – Acteurs de la Mode Ethique. Le vendredi 27 mai, Altermundi Lille vous accueillera pour un apéro gourmand.

 

 


Publié dans Divers (Hors sujet)

Partager cet article

Une nouvelle manière de capter l'énergie solaire

Publié le par Gerome

Des chercheurs viennent de mettre au point une nouvelle méthode pour produire de l'électricité à partir de l'énergie solaire. Il existait jusqu'ici deux manières efficaces de produire de l’électricité solaire. La première consiste à utiliser un panneau solaire pour créer directement un courant électrique en libérant les électrons à partir d’un matériau semi-conducteur, comme le silicium. La deuxième est de concentrer les rayons du soleil en utilisant des miroirs, puis de faire bouillir de l’eau et d’utiliser la vapeur ainsi créée pour alimenter un générateur.

 

Mais ces deux méthodes sont coûteuses. Dans un récent article publié dans la revue scientifique Nature Materials, deux chercheurs du MIT et du Boston College proposent une troisième solution: utiliser un phénomène appelé l’effet thermoélectrique. Gang Chen et Zhifeng Ren ont même construit un prototype pour montrer que l’idée peut fonctionner, rapporte The Economist.

 

La thermoélectricité est déjà utilisée à l’heure actuelle pour capter la chaleur superflue des moteurs de voiture par exemple. Une méthode qui fonctionne parce que certains matériaux génèrent une différence de potentiel électrique si une partie est plus chaude que l’autre.

Mais pour obtenir un courant suffisant, il faut pouvoir créer une différence de température suffisante, d’au moins 200°C. Une différence facile à obtenir dans une voiture, mais beaucoup moins avec la lumière du soleil, pour laquelle il faut réussir à concentrer la chaleur avec autre chose que des miroirs, qui sont coûteux et plus efficaces lorsqu’ils sont utilisés pour générer de la vapeur.

 

C’est exactement ce que veulent accomplir les deux chercheurs. L’appareil de test qu’ils ont créé convertit 4,6% de la lumière incidente du soleil en électricité, ce qui reste peu en comparaison des panneaux solaires classique à base de silicium qui eux convertissent 20% de la lumière du soleil.  Mais cela reste assez pour qu'une production massive de l’appareil soit envisagée, selon le Dr Chen.


En attendant de savoir si les avancées des deux chercheurs vont aboutir à une nouvelle manière de produire de l’électricité, l’énergie solaire a connu vendredi 13 mai une journée importante pour son développement futur. Le Solar Impulse, un avion propulsé à l'énergie solaire, a réalisé un vol international inédit avec pour mission de démontrer le potentiel d'un mode de transport aérien non polluant.

 

 


Partager cet article

OGM = POISON

Publié le par Gerome

Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Innovations technologiques et mesures de restriction se multiplient pour limiter les pollutions des transports

Publié le par Gerome

Pour faire baisser la pollution de l'air responsable de plus de 40.000 morts prématurés en France chaque année, les mesures se multiplient. Mais attention aux effets pervers...

 

EMBOUTEILLAGES.jpg

Il y aurait en Europe 350.000 décès prématurés par an dus à la pollution atmosphérique, dont 42.000 en France. Elle serait responsable d’une perte de 8,2 mois d’espérance de vie, et génèrerait un coût de 32 milliards d’euros de frais de santé par an. Une récente étude sur dix villes européennes vient de montrer que 50% de la population urbaine vit à moins de 150 mètres d’un important axe de trafic routier (10.000 véhicules ou plus par jour), et que cette proximité du trafic serait responsable de  15% à 30% des nouveaux cas d’asthme chez l’enfant.


Le sujet a été débattu lors du «carrefour mi-parcours» du Predit (Programme interministériel de recherche et d’innovation dans les transports terrestres), qui se tient à Bordeaux cette semaine. Les transports sont en effet largement responsables de cette pollution, et même si la situation s’améliore, ils émettent en Europe encore 45% des Nox, 38% du Co, 15% des PM10 et 12% des PM2,5.

Des réservoirs d’urée sur les véhicules diesel

Comment aller plus loin? Jean Delsey, conseiller scientifique à l’Iffstar (Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux), a listé un certain nombre d’innovations à venir. Ainsi «dans deux ans les véhicules diesel auront tous un réservoir d’additif à base d’urée pour faire baisser leurs émissions de No et No2, et les véhicules essence devraient tous être équipés d’injection directe.» En revanche le scientifique a indiqué qu’une expérience pour équiper rétrospectivement  1.000 bus de la RATP de filtres à particules «n’a pas bien fonctionné».


Mais attention aux effets pervers: si elle est considérée comme écologique, l’injection directe serait tout de même une source de rejet de particules fines. «Et il y a le théorique et le réel, alerte Séverine Kirchner, présidente du conseil scientifique de Primequal (Programme de recherche pour une meilleure qualité de l’air locale). Les émissions de polluants des nouveaux moteurs sont calculées dans certaines conditions, mais dans la vie de tous les jours ces émissions sont bien souvent supérieures.»


En parallèle aux évolutions technologiques les politiques publiques s’emparent aussi du sujet. Une expérimentation de Zapa (Zone d’action prioritaire pour l’air) sera menée dans huit agglomérations françaises en 2012. Il s’agira d’interdire, ou de limiter, certaines catégories de véhicules dans un périmètre. Les véhicules les plus anciens pourraient être particulièrement concernés.


«Les collectivités ont d’autres pistes que d’interdire la circulation des véhicules légers»

Le sujet divise autant la communauté scientifique que les usagers. «Nous estimons qu’il circule encore entre 6 et 8 millions de véhicules de plus de 15 ans en France, explique Jean Delsey. Si nous les interdisons que va-t-on en faire?» D’autres estiment que cette mesure serait «discriminatoire»: «on interdit les petites voitures anciennes, et on autorise les gros 4x4 tout neufs?» Mais pour Joëlle Colosio, de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), «il est avéré que les véhicules les plus anciens sont ceux qui émettent le plus de pollution en centre-ville.»

 

Cela dit Joëlle Colosio estime que «le débat se focalise trop sur les véhicules légers. Or il y a beaucoup d’autres pistes. Les collectivités, qui seront au final les décideurs, travaillent surtout sur le fret interurbain car la livraison en centre-ville est un des gros enjeux. L’interdiction de circulation des véhicules légers en ville, c’est peut-être ce qui ne se fera pas à l’arrivée… En revanche la dimension de la zone concernée devra être relativement large, car il serait inutile de faire une expérimentation uniquement sur l’hyper-centre.»


Mais là encore attention aux conséquences. Michel André, de l’Ifsttar également, regrette qu’«un manque de cohérence entre les réglementations existantes. Une mesure de report de trafic améliore incontestablement la qualité de l’air locale, mais peut générer une hausse de la circulation à un autre endroit et n’aura donc pas d’effet au niveau global.»

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Tous les pays doivent se préparer à affronter des catastrophes naturelles

Publié le par Gerome

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a rappelé mardi qu'aucun pays n'était à l'abri d'une catastrophe...

Aucun pays n'est immunisé contre les catastrophes naturelles dont les conséquences sont de plus en plus lourdes, a prévenu mardi le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon appelant les pays à améliorer la prévention contre des fléaux qui risquent de devenir de plus en plus coûteux. «Nous apprenons encore et encore qu'aucun pays ou ville, riche ou pauvre, n'est immunisé» contre les désastres, a expliqué Ban Ki-moon en ouvrant la Troisième conférence internationale sur la réduction des risques de catastrophes à Genève.

 

Ainsi le séisme et le tsunami qui ont frappé le Japon en mars, entraînant un désastre nucléaire, ont illustré le fait qu'un pays considéré comme bien préparé pouvait être durement affecté. Ces évènements ont également suggéré que le monde souffrait «de lacunes importantes» en matière de sécurité nucléaire, a poursuivi Ban Ki-moon.

«Nous pouvons composer avec les désastres ou les diminuer»

Malgré une accumulation de catastrophes particulièrement graves depuis plus d'un an avec le séisme en Haïti, les inondations au Pakistan, la canicule en Russie ou encore les inondations en Australie, ces évènements ne peuvent être considérés comme des fatalités contre lesquels rien ne peut être fait, a estimé le responsable onusien. «Par nos actions, nous pouvons soit composer avec les désastres ou les diminuer», a-t-il martelé devant les quelque 3.000 responsables politiques et des affaires venus de 170 pays pour la conférence de quatre jours.

 

«La différence réside dans la préparation, la différence est en nous», a-t-il insisté, appelant les pays à «accélérer leurs efforts» pour améliorer la prévention faisant valoir «que la vulnérabilité du monde face aux risques de catastrophes augmente plus rapidement que sa capacité à améliorer sa résistance».

 

Ainsi, un rapport de l'organe de l'ONU chargé de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes (UNISDR) publié mardi, indique que les risques de pertes économiques en raison de désastres ne cessent de progresser, faisant peser une menace grandissante sur les économies mondiales. Selon les experts onusiens, la valeur du PIB mondial exposé à des catastrophes comme des cyclones tropicaux a triplé ces dernières années, passant de 525,7 milliards de dollars à 1.580 milliards.

 

Ils indiquent également que le potentiel de pertes économiques pour les pays riches provoquées par des inondations a augmenté de 160% en trente ans parallèlement à l'augmentation des populations vivant dans des zones inondables (+114%). De même pour les cyclones, ce risque a flambé de 262% depuis 1980 pour les pays de l'OCDE, explique encore le Bilan 2011 sur la Réduction des risques de catastrophes, intitulé «Révéler le risque, redéfinir le développement».

Dépenser judicieusement, mais pas plus

Ces données illustrent, selon les organisateurs de la conférence, l'urgence à agir pour améliorer la prévention d'évènements catastrophiques naturels qui devraient se multiplier sous l'effet des changements climatiques. D'autant que les recettes sont connues et que le coût ne serait pas élevé, font-ils valoir. «Nous savons ce qui fonctionne» et que ces solutions impliquent «de dépenser plus judicieusement, pas plus», a souligné le chef de l'ONU. «Même de faibles investissements dans l'immobilier, la planification ou l'éducation peut produire des résultats remarquables», a-t-il assuré.


L'organisatrice principale de la conférence, Margareta Walhstrom a insisté de son côté sur l'importance de changer les mentalités pour améliorer la prévention des catastrophes, d'en faire notamment comprendre aux décideurs politiques les enjeux économiques. «Nous avons vraiment besoin d'un engagement ferme pour changer les mentalités», a expliqué la sous-secrétaire générale pour la réduction des risques des catastrophes.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article