24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 11:53

Demain, le site internet Climobs.fr sera en ligne. Réalisé pour lutter contre le "climato-scepticisme délirant", il va répertorier "en temps réel" toutes les données recueillies sur le changement climatique.


Le journaliste scientifique Yves Sciama est un des principaux fondateurs du site Climobs.fr qui sera mis en ligne demain sur Internet. Il a pour objectif de lutter contre les "climato-sceptiques" et a été réalisé par l'établissement public Universcience en partenariat avec le CNRS et Météo-France.

 

Il s'agit, grâce à la collecte de données concernant les modifications climatiques validées par les scientifiques ou par le groupe scientifique de l'ONU, "de suivre le changement climatique en temps réel", indique Roland Chaer, directeur sciences et société de la Cité des sciences et de l'industrie.

 

Sciences et Avenir indique que les données recueillies seront de toutes sortes : hausse des températures, montée du niveau des mers, fonte des glaciers... L'idée est "qu'il y ait un débat qui ne soit pas parasité par des données dont on ne sait pas d'où elles sortent, qu'il ait lieu sur une vraie base scientifique", explique Yves Sciama. Ce concept "unique au monde est né des controverses sur le changement climatique" qui ont été alimentées par les erreurs que contient le dernier rapport du Giec.

 

 

Published by Gerome - dans Nature
commenter cet article
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 19:24

Le réchauffement climatique risque de multiplier les inondations dévastatrices sur les régions côtières, selon un rapport australien...

 

antarctique.jpg

Le niveau de la mer pourrait s'élever d'un mètre d'ici un siècle en raison du réchauffement climatique et cela risque de multiplier les inondations dévastatrices sur les régions côtières, a conclu un rapport australien rendu public lundi. Le premier rapport de la «Commission climat» du gouvernement australien a indiqué que les preuves du réchauffement de la terre ne faisaient plus de doute, et que la dernière décennie avait été la plus chaude jamais enregistrée.


Basée sur les données scientifiques les plus récentes collectées dans le monde, cette étude rapporte que les émissions de gaz à effet de serre sont sans aucun doute responsables de l'élévation des températures, du réchauffement des océans et de la montée du niveau de la mer. «Je pense que la hausse moyenne du niveau de la mer en 2100 comparé à 1990 sera de 50 centimètres à un mètre», a écrit dans la préface du document le professeur Will Steffen, responsable de la commission. Il a indiqué que, bien que sa prévision soit supérieure à celle du Groupe d'experts intergouvernemental sur le climat (Giec en 2007), qui était en dessous des 80 cm, il n'y avait pas contradiction car le Giec avait évoqué la possibilité de chiffres plus élevés.


Des catastrophes centennales deviendraient annuelles


«On est presque cinq ans plus tard maintenant, on en sait plus sur le comportement des calottes glaciaires. On a de très bonnes informations sur le Groenland. Nous savons que la glace fond, à un taux croissant», a-t-il déclaré à la presse. «Cela nous indique qu'il faut tendre vers l'estimation haute d'un mètre. Et il y a des gens qui disent qu'il faut aller bien au-delà».


Selon ce rapport, une élévation du niveau de la mer de 50 centimètres aurait un impact significatif inattendu, avec des inondations extrêmes dans les villes côtières de l'Australie telles que Sydney et Melbourne. Will Steffen a indiqué que dans certains cas, des catastrophes qui se produisent actuellement une fois par siècle, surviendraient une fois par an.

 

 


Published by Gerome - dans Nature
commenter cet article
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 07:32

article_foret.jpg

 

 

Le Brésil veut combattre la déforestation en créant un comité de crise...

La déforestation sauvage, ça suffit. La ministre brésilienne de l'Environnement, Izabella Teixeira, a annoncé mercredi la création d'un cabinet de crise contre la déforestation en Amazonie, après une hausse brutale de la déforestation qui a atteint 593 km2 en mars et avril. Cela représente une surface six fois plus grande que lors de la même période de 2010 quand les forêts avaient perdu 104 km2, selon les chiffres officiels.


Ce cabinet sera formé par des experts du gouvernement fédéral, du ministère de l'Environnement et des représentants des Etats où ont été recensés les déboisements les plus importants, a dit Izabella Teixeira lors d'une conférence de presse. «Notre objectif est d'étouffer la déforestation. Et nous allons le faire d'ici à juillet», a lancé la ministre. Elle a souligné qu'il s'agissait d'un «engagement formel du gouvernement afin d'atteindre les objectifs du plan national sur le changement climatique».

«Ceux qui misent sur la déforestation pour élever du bétail, auront leur bétail saisi»

Selon les dernières statistiques officielles, basées sur des images satellites, 480 km2 de forêt ont été détruits en deux mois dans le seul Etat amazonien du Mato Grosso (centre-ouest), terre d'élevage de bovins et grand producteur de soja. «Ceux qui misent sur la déforestation pour élever du bétail, auront leur bétail saisi et il sera destiné au programme Faim zéro» d'éradication de la faim, a souligné la ministre. Elle a ajouté que le gouvernement de l'Etat du Mato Grosso était en train «d'enquêter sur chaque propriété terrienne pour connaître les causes de cette destruction».

Un projet de loi contesté

La hausse spectaculaire de la déforestation, après plusieurs années de baisse régulière, intervient au moment où le parlement examine une loi assouplissant la protection des forêts, sous la pression du puissant lobby agricole avide de nouvelles terres pour le soja et l'élevage. Les écologistes ont affirmé que cette loi - dont le vote la semaine dernière a été repoussé sine die faute d'accord entre les députés - va encourager la déforestation. «C'est au parlement qu'il faudrait installer le cabinet de crise», a ironisé Rafael Cruz, de Greenpeace.


Le projet de loi prévoit d'exempter les «petits» propriétaires terriens (jusqu'à 400 hectares) de l'obligation de reboiser jusqu'à 80% des terres défrichées en Amazonie. L'organisation de défense de l'environnement avait affirmé la semaine dernière que cela signifie une perte de 150.000 à 300.000 km2 de forêts. La déforestation, qui avait culminé à 27.000 km2 en 2004, est tombée à 6.500 km2 en 2010 en raison de contrôles plus nombreux. La déforestation massive a fait du Brésil le quatrième plus grand émetteur de gaz à effet de serre du monde.

 


Published by Gerome - dans Nature
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 13:17

Les trois groupes industriels français vont répondre à l'appel d’offres sur l'éolien en mer qui devrait être bientôt lancé…

 

eolienne-offshore


Les groupes GDF Suez, Vinci et Areva ont annoncé ce mercredi 18 mai avoir «signé un accord de partenariat pour créer une filière industrielle de l'éolien en mer compétitive». Cette alliance vise à répondre à l'appel d'offres pour la création de cinq parcs d'éoliens off-shore en France. Annoncé par le président de la République au début de l'année, cet appel d'offres devrait être lancé avant l'été.

Ces parcs au large des côtes françaises devraient générer quelque 6.000 MW d'ici à 2020. Dans le communiqué conjoint des trois groupes, GDF Suez met en avant sa place de «premier producteur éolien en France, avec près de 1.000 MW installés», Areva se présentant comme le «deuxième acteur européen de l'éolien en mer».