5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 11:44

Plusieurs milliers de nouvelles espèces marines ont été découvertes à l'issue d'un recensement international effectué pendant dix ans.

 

Belugas_Underwater-_Ocean_Life.jpg

 

Ce projet (www.coml.org) devrait également permettre de mieux connaître l'impact de certaines menaces comme la surpêche de la morue et du thon, les différents types de pollution ou le réchauffement climatique.

Il pourrait notamment être utile pour évaluer les conséquences de la marée noire provoquée dans le golfe du Mexique par une fuite de pétrole d'un puits de la compagnie BP cette année.

Mené par 2.700 experts de 80 pays, ce recensement achevé lundi a permis la découverte de créatures telles qu'un "crabe yéti" aux pinces poilues, un poisson lumineux vivant dans les profondeurs marines pourtant privées de soleil, une espèce de crevette que l'on croyait éteinte depuis la période jurassique ou un calmar de sept mètres de long.


A aussi été découvert un puffin, oiseau de mer, parcourant 64.000 km tous les ans, soit la plus importante migration connue.

"Les informations en provenance des océans sont à la fois très bonnes et très mauvaises", a résumé Paul Snelgrove, de l'Université Memorial du Canada, rédacteur du rapport final.

Ces experts ont recensé plus de nouvelles espèces qu'ils ne pensaient en découvrir des mers arctiques aux flancs volcaniques de certains fonds marins.

FAUX SUSHIS


Ils ont porté de 230.000 à près de 250.000 le nombre de types d'animaux ou de végétaux connus dans les océans.

Ils estiment que bien plus, environ 750.000, restent à découvrir, notamment dans les étendues inexplorées de l'Arctique, de l'Antarctique ou de la partie orientale du Pacifique. En outre, la plus grande partie du plancher marin n'a toujours pas fait l'objet du moindre prélèvement.

"C'est une occasion énorme", s'enthousiasme Jesse Ausubel, co-organisateur du recensement et directeur de programme à la Fondation Alfred P. Sloan. "Pour chaque espèce que nous connaissons, trois autres restent à découvrir."

Le recensement a permis de découvrir plus de 6.000 nouvelles espèces potentielles, essentiellement des crustacés et des mollusques, dont plus de 1.200 ont fait l'objet d'une description précise.


En 2009, l'examen du golfe du Mexique a permis de recenser 8.332 espèces de poissons ou de mammifères dans la zone touchée par la fuite de pétrole provoquée par une explosion sur un puits de BP en avril 2010.

La comparaison entre ces chiffres et les données collectées ensuite permettront d'évaluer les dégâts à la faune et à la flore marine et donc le coût éventuel de la facture pour BP.


"C'est devenu l'une des contributions potentiellement les plus importantes du recensement", souligne Jesse Ausubel.

Deux membres de la commission formée par le président américain Barack Obama pour enquêter sur cette fuite, Terry Garcia et Donald Boesch, ont participé au recensement.

A plus long terme, l'observation des océans devrait permettre de mieux comprendre les menaces auxquelles ils sont confrontés comme l'acidification provoquée par le réchauffement climatique.

L'étude de la composition de certaines créatures pourrait aussi déboucher sur des avancées médicales.


Un projet connexe a permis de créer un "code barre du vivant" permettant aux scientifiques d'identifier les espèces à l'aide d'un rapide test génétique.

Ce code a déjà permis de mettre au jour de faux sushis à New York et il pourrait améliorer la lutte contre la fraude dans les exportations de poissons à travers le monde.

 

 


3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 09:14

Un désodorisant est un produit destiné à éliminer ou à camoufler les mauvaises odeurs dans une habitation. Les parfums d'intérieur ou parfums d'ambiance sont des désodorisants qui agissent en diffusant du parfum.

 

Certains désodorisants et parfums d'ambiance émettent des substances polluantes ou toxiques. Lors d'essais effectués fin 2004 par la revue française Que choisir, certains produits testés ont émis du formaldéhyde (gaz irritant et cancérigène), des composés organiques volatils (benzène, toluène ou éthers de glycol) ou des substances allergènes (c'est le cas de certains ingrédients parfumants). Ils peuvent provoquer des maux de tête, des allergies ou des crises d'asthme. À cela il faut ajouter l'exposition à des substances cancérigènes.

Ces produits qui contribuent à la pollution intérieure des logements n'ont pas l'obligation de donner leur composition complète. Leur formulation est soumise à des contraintes mais il n'y a pas de réglementation concernant les substances émises lors de leur utilisation.

 

Pour éviter les mauvaises odeurs, il faut d'abord traiter le problème à la source. Il faut nettoyer son habitat et vider la poubelle régulièrement. Ne pas laisser des aliments pourrir dans le réfrigérateur ou les placards. Quand une odeur suspecte est détectée, il faut essayer de voir d'où elle provient pour en traiter la cause. Chaque jour, même en hiver, on renouvelle l'air en ouvrant en grand les fenêtres pendant une dizaine de minutes. Il faut aussi se rappeler que le propre n'a pas d'odeur : un intérieur parfumé au pin des Landes n'est pas une preuve d'hygiène.

Pour chasser les mauvaises odeurs, le meilleur moyen est d'aérer la pièce fenêtres grandes ouvertes pendant quelques minutes.

Démarrer une lessive ou cuisiner sont des activités qui diffusent une odeur agréable dans la maison. On peut aussi cultiver des plantes pour leur parfum. Un bouquet de fleurs du jardin parfume une pièce pendant quelques jours.

 

Alors comment donner une bonne odeur à sa maison sans risque pour la santé? Voici une liste des choses que vous pouvez faire :

 

1 : Pot pourri et plantes séchées

 

pot-pourri-presentation.jpg

 

Un pot pourri est une composition ornementale composée de plantes odorantes séchées. On peut faire soi-même ses pots pourris : on laisse sécher les ingrédients frais dans un four tiède pendant une heure ou deux puis on les place dans un récipient décoratif (coupe, plat etc.).
Quelques ingrédients d'un pot pourri : pétales de rose, bâtons de cannelle, rondelles de citron et d'orange séchées, clou de girofle, anis étoilé, grains de poivre, feuilles de menthe...
On peut mettre quelques gouttes d'huile essentielle sur un pot pourri dont les odeurs se sont estompées, pour lui redonner un parfum agréable.


Attention cependant aux substances arômatiques qu'elles soient produites chimiquement ou naturellement, notamment :

  • aux terpènes (pinède du pin, limonène du citron, terpinène,…) qui sont dangereux pour la respiration (voir l'article d'un magazine de consommation à ce sujet)
  • aux autres substances nocives comme le cinéol / alcool cinamique contenu dans les compositions du commerce (type pomme cannelle) et dans la canelle

Il faut faire attention aux pots pourris vendus dans le commerce auxquels on rajoute parfois du parfum de synthèse.

Les fleurs de lavande séchées sont souvent rassemblées dans un sachet en tissu et placées dans les armoires à linge, où elles éloignent beaucoup d'insectes (notamment les mites grâce au Camphre qu'elle contienne)

 

2 : Encens et papier d'Arménie

 

papier-d-armenie-453847.jpg

 

L'encens comme le papier brûlent en se consumant lentement. 

 

Encens

L'encens se présente sous la forme de batons ou de cônes que l'on fait brûler. À l'origine, l'encens provient de la résine de plusieurs types d'arbres (Boswellia et autres).

L'encens est utilisé depuis l'Antiquité lors de rituels religieux et il brule encore aujourd'hui dans les temples bouddhiques et les églises catholiques. Mais il sert aussi à désodoriser la maison.

La combustion de certains encens du commerce dégage des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Certains HAP sont toxiques, d'autres comme le benzopyrène sont cancérigènes. NB : Les essais qui ont donné ces résultats n'ont pas été menés avec des encens traditionnels composés de gouttes de résine séchées.

 

Papier d'Arménie

Le papier d'Arménie se présente sous forme de petits rectangles de papier que l'on fait brûler.
Le papier d'Arménie a été testé parmi soixante douze désodorisants d'intérieur en 2004 par une union de consommateurs .L'information a été diffusée par le magazine Que choisir, le Papier d'Arménie dégage lors de sa combustion du formaldéhyde et du benzène.Cependant, selon le magazine cité précédemment les présences de benzène et formaldhéyde (méthanal) sont parmi les moins fortes de la plupart des produits testés.

 

3 :Diffuseur d'huiles essentielles

diffuseur1.gif

 

La diffusion d'huiles essentielles assainit l'air et répand une bonne odeur dans la maison. Elle peut être aussi à but thérapeutique.

On trouve dans le commerce des diffuseurs électriques. Plusieurs modes de diffusion son possibles, les plus courant sont par brumisation (diffusion en micro gouttelettes) ou à basse température (diffusion par évaporation).

En moins coûteux, il y a le brûle parfum : on met de l'eau avec quelques gouttes d'huiles essentielles dans une coupelle chauffée par une bougie. L'huile essentielle s'évapore. Mais attention une huile essentielle brûlée perd ses propriétés thérapeutique et peut être nocive pour la santé.

Un rond d'ampoule en terre cuite est un anneau que l'on pose sur un ampoule. On dépose quelques gouttes d'huiles essentielles qui vont s'évaporer avec la chaleur de l'ampoule.


On peut aussi mettre un bol d'eau avec gouttes d'huiles essentielles sur un radiateur.

Des boules de coton imprégnées d'huiles essentielles peuvent être placés dans les pièces à parfumer.

Il faut être prudent car certaines huiles essentielles ne doivent pas être diffusées. Certaines huiles essentielles contiennent des composants allergènes comme le limonène. D'autres huiles essentielles ne sont pas diffusables en présence de jeunes enfants. De même, le temps de diffusion est à limiter à une quinzaine de minutes.

 


Published by Gerome - dans Habitat
commenter cet article
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 09:17

One Central Park, la proposition architecturale de Jean Nouvel, a été acceptée par le gouvernement australien après une longue discussion et une lourde planification débutée en 2008.

 

L'architecte français Jean Nouvel a récemment révélé son ambitieux projet architectural baptisé One Central Park. Ce projet commandé par la ville de Sydney est une impressionnante construction constituée de deux tours, respectivement de 16 et 33 étages. Le projet s'articule autour d'une collaboration avec le botaniste Patrick Blanc pour la conception extérieure des bâtiments avec un projet de murs végétaux. 

 

Les immeubles devraient aussi s'équiper d'un système innovant de panneaux solaires. Certains seront fixes, d'autres motorisés dans le but de capter et réorienter vers l'atrium la lumière solaire.Les travaux d'aménagement du site ont débuté en mars 2010 et la construction des tours pourrait débuter d'ici décembre 2010. Les tours verront leurs locaux occupés notamment par des agences de design et d'urbanisme, tandis que certaines structures locales déjà présentes y seront relogées.

 

jeannouvel0.jpg

 

jeannouvel01.jpg

 

jeannouvel02.jpg

 

jeannouvel03.jpg

 

jeannouvel04.jpg

 

jeannouvel05.jpg

 

jeannouvel06.jpg

 

jeannouvel08.jpg


Published by Gerome - dans Habitat
commenter cet article
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 07:44

Le député européen réclame la démission de la présidente de l'Autorité de sécurité alimentaire européenne, membre du conseil d'aministration d'un organisme actif dans les OGM.

 

ogm-greenpeace_bmb.jpg

 

Noyautée. José Bové a dénoncé ce mercredi un conflit d'interêt au sein de l'Autorité Européenne chargée des avis scientifiques sur les OGM. Le député européen réclame une réforme "en profondeur" de cet organisme.  

Le vice-président de la commission agriculture du Parlement européen demande la démission de Diane Banati, présidente du Conseil d'administration de l'Autorité européenne de la sécurité alimentaire (EFSA). Il accuse cette dernière d'avoir caché être membre du conseil d'administration de l'International Life Science Institute (Ilsi) Europe, une organisation regroupant la plupart des groupes agrochimiques actifs dans les OGM.  

"Ommission grave".


Dans sa déclaration d'intérêt, publiée sur le site de l'EFSA, Diane Banati "minore son implication au sein de l'Ilsi", estime José Bové qui voit là une "omission grave". En effet, affirme-t-il, "elle se contente de reconnaître qu'elle fait partie depuis 2003 du comité de conseil scientifique d'Ilsi Europe. Elle ne mentionne pas qu'elle est en fait membre du Conseil des directeurs, ce qui implique des responsabilités beaucoup plus importantes au sein de cette organisation".  

José Bové précise avoir informé le commissaire à la Santé John Dalli de ce problème. Il déplore que ce dernier "n'ait pas jugé utile d'agir pour empêcher un possible noyautage de l'EFSA par les lobbies des multinationales de l'agro-alimentaire".  

Réponse du porte-parole de John Dalli: le commissaire a "pris note" des "préoccupations concernant Mm Banati". "Il a relayé aux services de la Commission qui ont confirmé que cette nomination avait respecté les procédures".  


La présidente du conseil d'administration de l'EFSA n'a aucune compétence sur les avis scientifiques rendus par l'autorité, ajoute le porte-parole de John Dalli. Elle est simplement chargée de veiller au bon fonctionnement de l'agence, indique-t-il encore.  

José Bové réclame en outre une réforme de l'EFSA pour la rendre "totalement indépendante". Une évaluation des activités de l'EFSA doit être réalisée en 2011, afin de déterminer les réformes nécessaires, lui répond le porte-parole de John Dalli.