En Indonésie, de violentes inondations causées par la déforestation

Publié le par Notre Terre

Inondations-Indonésie

Depuis le vendredi 31 décembre, des pluies torrentielles s’abattent sur le nord de Sumatra, rapporte l’AFP. Conséquences : les cours d’eau débordent et certaines zones résidentielles sont noyées sous près de trois mètres d’eau. Le 4 janvier, les autorités indonésiennes ont annoncé l’évacuation de 24 000 personnes, et déploré la mort de deux enfants.

Les dégâts sont d’ores et déjà importants : des bâtiments publics, des infrastructures et des zones agricoles ont été détruites, et les autorités de la province du nord d’Aceh ont déclaré l’état d’urgence. Si la zone est régulièrement le théâtre d’inondations, « au moins 5 à 8 par an à Pirak Timur », explique à l’AFP un habitant de la région, celle-ci est « parmi les pires ».

Pour expliquer la fréquence du phénomène, les défenseurs de l’environnement pointent du doigt la déforestation massive associée à l’implantation de cultures d’huile de palme dans la région. Car la destruction du couvert végétal laisse les habitations construites en contrebas exposées au ruissellement des pluies durant la saison des pluies. L’ONG Human Rights Watch l’a notamment démontré dans un rapport publié en juin 2021.

Le mois dernier, la Malaisie était elle aussi touchée par des inondations exceptionnelles. Cinquante personnes ont perdu la vie, et 70 000 autres ont été évacuées.

Publié dans Nature

Partager cet article

Le chauffage au bois n'est absolument pas écologique

Publié le par Notre Terre

Les besoins croissants en combustibles et en matériaux entraînent des coupes trop rapides dans les forêts, alertent les scientifiques. Le reboisement ne peut pas suivre.

forêt-coupe-rase

Les propriétaires de poêle à granulés peuvent souffler : grâce un effort des producteurs, les petits cylindres qui leur servent de combustibles ne devraient pas être en rupture de stock cet hiver. Mais, de leur côté, les scientifiques s'alarment. Car le développement effréné de la filière bois n'est pas vraiment bon pour le climat.  

Les poêles eux-mêmes ne sont pas en cause. Ils permettent aux Français de faire des économies. Par ailleurs, ils rejettent moins de CO2 et de particules fines que les feux de cheminée. Mais, depuis quelques années, nos besoins en bûches, planches, troncs ou granulés progressent rapidement. Le bois sert ainsi à construire des bâtiments, à fabriquer des palettes pour le transport... Il alimente aussi des centrales à biomasse servant à produire de l'électricité. "Toutes ces filières sont en compétition pour la même ressource. Nous sommes dans une situation délicate. Dans le futur, notre bilan carbone pourrait vite se détériorer si on ne fait pas les bons choix", craint Thomas Lauvaux, chercheur au laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE-IPSL).  

Depuis 2019, l'EASAC (European Academies' Science Advisory Council), un groupement formé par les académies nationales des sciences des Etats membres de l'Union européenne, tire la sonnette d'alarme. "L'industrie du bois reçoit de multiples subventions car ce matériau est considéré comme une ressource renouvelable. Résultat, le marché des granulés déplace chaque année des millions de tonnes de combustible sur plusieurs milliers de kilomètres. Dans les forêts, la progression des coupes est trop rapide par rapport au reboisement. De fait, nous aggravons à court terme notre bilan carbone à un moment crucial", dénonce Michael Norton, directeur du programme environnemental de l'organisation. 

Publié dans Nature

Partager cet article

Landes: des hectares de forêt rasés pour faire place à des panneaux photovoltaïques

Publié le par Notre Terre

panneaux-solaires-landes

C'est un phénomène qui interroge dans les Landes. Pour installer des panneaux solaires, écologiques, on détruit la forêt. Car le département investit massivement dans le solaire. On assiste ainsi à une déforestation, toute à fait légale mais qui révulse associations et riverains.

À Rion-des-Landes, à 30 kilomètres de Dax, la maison de Philippe est désormais entourée de panneaux photovoltaïques à perte de vue: "Avant il y avait la forêt tout autour de la maison. En deux semaines, ils ont tout bouffé. On ne voit même pas la façade, on voit le cul des panneaux".

À quelques dizaines de mètres de sa maison où il vit en famille depuis 33 ans, 70 hectares de panneaux ont été installés en deux mois, sans qu'on leur demande leur avis: "Si il y a 33 ans il y avait déjà les panneaux, on ne serait surement pas venus ici. On nous a dit que si ça nous plaisait pas, on avait qu'à aller voir ailleurs". Et quand on lui demande s'il a reçu une compensation, il préfère en rire: "Qu'ils me paient au moins l'électricité avec tout ce qu'ils produisent".

En janvier dernier, des inondations ont eu lieu dans cette zone et selon Françoise Géraud, présidente de l’association Rion-Environnement, c'est la déforestation qui en est la cause:

"Aucun arbre n'est là par hasard. Depuis toujours il y a eu des pins dans les Landes et c'était des petites forêts de régénération naturelle, puisant dans les sols l'eau en surplus", assure-t-elle à RMC.

Face à ces accusations la mairie à un argument massue. Ce site permet de fournir en électricité 8400 foyers en France.
0,16% de la forêt déracinée

Et ce n'est pas le seul projet en cours dans les Landes. Le département en 10 ans, est devenu le second producteur d’énergie solaire en France après la Gironde, voisine. Et cela se fait en majorité sur des forêts, reconnaît la préfecture. L’équivalent de 1200 terrains de foot auraient déjà été arrachés dans les forêts et plus d'une dizaine de nouveaux projets sont en cours actuellement.

Entre Dax et Mont-de-Marsan, des grands champs de panneaux solaires scintillent au milieu des forêts. C’est une aberration pour Jean Dupouy, le président de la SEPANSO, une association de protection de la nature des Landes:

"Ils sont en train de couper les arbres pour pouvoir poser des panneaux. Il en arrive de partout, ils sollicitent communes et propriétaires, ça rapporte des sommes énormes. On devrait respecter la nature, elle nous a toujours accompagnés".

Pour lutter, son association conteste les autorisations de construction, plaidant pour l'installation de ces parcs de panneaux solaires dans d'autres zones.

Mais pour la préfecture, il n'y a aucun risque sur l'environnement. Ces projets ont déraciné seulement 0,16% de la forêt landaise. Et en plus, pour chaque arbre arraché, 2 arbres doivent être replantés. Mais le phénomène ne va pas s’arrêter tout de suite. Car se doter de panneaux solaires, est très alléchant pour les petites communes. À Rion-des-Landes, la mairie reçoit 160.000 euros par an, grâce aux panneaux, la cantine est devenu gratuite pour les enfants! Et le département pousse à installer encore plus de panneaux avec comme objectif, 100% énergie renouvelable en 2033.

Lueur d'espoir pour les écologistes, la récente prise de conscience du département qui a annoncé vendredi vouloir mieux encadrer ce phénomène, mais aucune sanction n'est pour l'instant prévue.

 

Partager cet article

Réchauffement climatique : Pourquoi l’être humain va (bientôt) atteindre ses limites de résistance à la chaleur

Publié le par Notre Terre

Au cours des derniers millénaires, les différentes sociétés humaines ont pu s’appuyer sur une large variété de conditions climatiques pour soutenir leur croissance fulgurante et leurs progrès. Mais aujourd’hui, l’éventail des conditions météorologiques que notre espèce est peu à peu amenée à rencontrer se modifie sous l’effet du réchauffement climatique.

canicule-irak

Des conditions entièrement nouvelles pourraient bien apparaître dans les prochaines décennies. Même si les technologies peuvent nous aider, cette menace ne doit pas être prise à la légère, car notre premier système d’adaptation n’est pas mécanique, il est biologique : c’est notre corps – et il a ses limites.

Notre capacité à réguler notre température interne a joué un rôle-clé dans la colonisation de la planète par les humains. Marchant sur deux jambes (ce qui réclame moins d’énergie que de se déplacer sur quatre membres), sans fourrure et dotés d’un système de refroidissement basé sur la sueur, nous sommes bien conçus pour combattre la chaleur. Cette dernière influe toutefois sur notre capacité à nous mouvoir et à rester en bonne santé.

Dans les faits, notre physiologie impose des limites à ce que nous pouvons supporter en termes de chaleur et d’humidité.

Température sèche et température humide

La température habituellement indiquée lors des prévisions météorologiques correspond à la température dite « sèche » (ou « de bulbe sec »), mesurée à l’abri de l’humidité. Dès que cette température dépasse 35 °C environ, le corps a recours à l’évaporation de l’eau (principalement par la transpiration) pour dissiper la chaleur.
La température dite « humide » (ou « de bulbe humide ») est, elle, mesurée en prenant en compte l’effet de refroidissement dû à l’évaporation sur un thermomètre : elle est donc normalement plus basse que la température de bulbe sec.

Plus la différence entre la température « normale » et celle de bulbe humide est grande, plus l’air est sec et l’eau peut s’évaporer. Cela influe sur l’efficacité avec laquelle notre système de refroidissement par transpiration peut fonctionner.

Mais lorsque la température de bulbe humide dépasse les 35 °C, l’air est en même temps si chaud et humide que la transpiration ne peut plus faire son office : la sueur déposée sur notre peau ne s’évapore plus. Impossible dès lors de faire baisser notre température. Rester trop longtemps au-dessus de ce seuil peut entraîner la mort par surchauffe. Si cette limite de 35 °C peut sembler basse, elle ne l’est pas.

Lorsque le Royaume-Uni a souffert d’une température sèche record de 38,7 °C en juillet 2019, la température humide à Cambridge ne dépassait pas 24 °C. Même lors de la canicule meurtrière de Karachi en 2015, la température au bulbe humide est restée inférieure à 30 °C.
En fait, en dehors d’un hammam, peu de gens ont connu une température humide proche de 35 °C. Ce seuil est jusqu’à présent resté largement hors des standards climatiques terrestres expérimentés ces derniers millénaires.

Mais nos récents travaux montrent que les choses changent : cette limite des 35 °C se rapproche, laissant une marge de sécurité de plus en plus réduite dans les endroits les plus chauds et les plus humides de la planète.
Dépasser les limites humaines. Des études de modélisation avaient déjà indiqué que les températures humides pourraient régulièrement dépasser 35 °C si la planète excédait la limite de réchauffement de 2 °C fixée dans l’Accord de Paris sur le climat de 2015.

Golfe Persique, Asie du Sud et plaine de Chine du Nord seraient alors en première ligne de cette chaleur humide mortelle.
Notre analyse des températures de bulbes humides entre 1979 et 2017 a confirmé ces mises en garde. Autre point important : alors que les études précédentes portaient sur des régions relativement vastes (à l’échelle des grandes zones métropolitaines), nous avons de notre côté examiné des milliers d’enregistrements de stations météorologiques partout dans le monde. Nous avons ainsi constaté qu’à une échelle plus locale, de nombreux sites se rapprochaient rapidement de la limite des 35 °C.

La fréquence des températures élevées en condition humide (supérieures à 31 °C par exemple) a plus que doublé dans le monde depuis 1979. Dans certains des endroits les plus chauds et les plus humides, comme la côte des Émirats arabes unis, les températures humides ont déjà dépassé 35 °C. On entre ici dans des situations que notre physiologie ne peut gérer.

Jusqu’à présent, dépasser les 35 °C n’aura eu que des conséquences limitées, les habitants de ces régions ayant l’habitude de supporter des conditions extrêmes – par une architecture adaptée ou en s’abritant dans des espaces climatisés.

Mais le recours massif au refroidissement artificiel pour faire face à une chaleur croissante pourrait avoir pour effet de surcharger la demande d’énergie et de laisser une large population dangereusement exposée aux pannes de courant. Cette solution abandonnerait également les membres les plus vulnérables de la société et n’aiderait pas ceux qui n’ont d’autre choix que de sortir.
La seule façon d’éviter une confrontation croissante avec un territoire thermique inconnu et hostile consiste à réduire nos émissions de gaz à effet de serre.

Le ralentissement de l’économie pendant la pandémie de Covid-19 a bien vu une réduction de 4 à 7 % de ces émissions en 2020, nous rapprochant du niveau de 2010. Mais les concentrations de gaz à effet de serre continuent inexorablement et rapidement d’augmenter dans l’atmosphère.

Il nous faut dès lors tenter de nous adapter, en encourageant des changements de comportement simples (comme éviter les activités en plein air pendant la journée) et en renforçant les plans d’intervention d’urgence lorsque les extrêmes de chaleur sont imminents. Ces mesures permettront de gagner du temps face à la progression inexorable de ces nouveaux profils climatiques.
Espérons que nos recherches puissent contribuer à mettre en lumière certains des défis liés au changement climatique et à la hausse des températures. L’émergence d’une chaleur et d’une humidité sans précédent – au-delà de ce que notre physiologie peut tolérer – n’en est qu’un échantillon.

Espérons également que le sentiment de vulnérabilité provoqué par l’irruption du Covid-19 renforcera les engagements mondiaux en faveur de la neutralité carbone, en reconnaissant l’intérêt de préserver les conditions qui nous sont familières… et encore supportables.

Cette analyse a été rédigée par Tom Matthews, maître de conférences en climatologie à l’Université de Loughborough (Angleterre) et Colin Raymond, chercheur postdoctoral en climatologie à L’Institut Californien de Technologie (CALTECH).
L’article original a été publié sur le site de The Conversation.aé

Publié dans Nature

Partager cet article

Changement climatique : Total était alerté depuis 50 ans

Publié le par Notre Terre

Des documents confidentiels, auxquels l'émission "Complément d'enquête" a eu accès, révèlent que le groupe pétrolier français était au courant des conséquences de l'exploitation des énergies fossiles sur le climat dès les années 1970.

sécheresse


Le scénario du réchauffement climatique est-il connu depuis longtemps ? Les entreprises pétrolières auraient été au courant de l'impact de la combustion des énergies fossiles sur le climat dès les années 1970, selon des documents inédits issus des archives des sociétés Elf et Total, que l'équipe de "Complément d'enquête" a pu consulter. Ces révélations sont le fruit du travail de trois chercheurs qui publient, mercredi 20 octobre, un article scientifique* sur "les réactions de Total et Elf face au réchauffement climatique". Ces entreprises françaises auraient également nié l'impact des activités humaines sur le climat, jusqu'aux débuts des années 2000, comme le dévoile l'émission diffusée jeudi à 23 heures sur France 2.

Dès 1971, par exemple, dans Total information, le magazine interne de l'entreprise, un expert français de la recherche climatologique avertit sur les risques futurs de la combustion d'énergies fossiles. Il écrit qu'à cause de la combustion de ces énergies fossiles, une augmentation de la température serait à craindre : "La circulation atmosphérique pourrait s'en trouver modifiée, et il n'est pas impossible, selon certains, d'envisager une fonte au moins partielle des calottes glaciaires des pôles, dont résulterait à coup sûr une montée sensible du niveau marin. Ses conséquences catastrophiques sont faciles à imaginer..."
"Tous les modèles sont unanimes à prédire un réchauffement"

En 1986, un rapport confidentiel rédigé par la direction environnement de Elf (alors entreprise publique) reconnaît parfaitement le risque climatique. On peut y lire que "l'accumulation de CO2 et de CH4 [le méthane] dans l'atmosphère et l'effet de serre qui en résulte vont inévitablement modifier notre environnement. Tous les modèles sont unanimes à prédire un réchauffement".

Pourtant, alors que la réalité de l'origine humaine du réchauffement climatique est connue, et donc reconnue en interne par les entreprises, elles la mettraient publiquement en doute, voire la nieraient. Christophe Bonneuil, l'un des auteurs de l'étude, historien et directeur de recherches au CNRS, parle même de "schizophrénie".  "Il y a un décalage entre ce qui est dit en interne et le discours qui était porté vers l'extérieur, vers les décideurs politiques, les arènes internationales, le gouvernement français ou la communauté européenne. Là, au contraire, il y a l'idée de 'ne pas agir trop vite puisqu'il y a beaucoup d'incertitudes', en contradiction déjà avec les conclusions du premier rapport du Giec, le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, publié en 1990."

Les chercheurs citent ainsi plusieurs documents, comme la transcription du discours du président d'honneur de Total en 1992, lors d'une conférence sur l'énergie, qui affirme que "rien n'est aussi simple ni tranché. Ces phénomènes sont pauvrement compris, la corrélation n'est pas prouvée (...) Les chercheurs sont divisés". Ou encore cette citation du directeur environnement de Total en 1992 affirmant dans une communication interne qu'"il n'existe aucune certitude sur l'impact des activités humaines, parmi lesquelles la consommation d'énergies fossiles".
Insister sur "les doutes scientifiques"

Les entreprises auraient même planifié leur stratégie pour gagner du temps et ne pas prendre les mesures qui s'imposaient. L'un des documents dévoilés par "Complément d'enquête" date de 1993. Il s'agit d'"un plan d'action" concernant "l'effet de serre", présenté à la direction générale du groupe. Bien que la société Elf reconnaisse en interne le risque climatique, un haut cadre de l'entreprise conseille pourtant d'insister sur "les doutes scientifiques en matière d'effet de serre", de "montrer que contrairement à une idée à la mode, l'écologie est plus destructrice que créatrice d'emplois", ou encore de "développer le thème : les charges de l'environnement sont supportées par le contribuable et/ou par les consommateurs".

"Complément d'enquête" a pu contacter l'auteur de cette note, qui persiste à dire que le débat scientifique n'était pas encore tranché à l'époque. Bernard Tramier, directeur environnement chez Elf de 1983 à 2000 avant d'officier chez Total jusqu'en 2003, commente ainsi ce document : "Les relations que j'avais dans le cadre de mon monde environnemental et scientifique me faisaient penser que c'était vrai, que ce problème [du réchauffement climatique] allait surgir. Et puis, il y avait une ligne qui était plus une ligne économico-financière qui disait 'oui mais peut-être qu'on peut voir, il n'y a pas urgence', qu'il fallait y aller doucement."

Jusqu'au début des années 2000 (Elf et Total ont fusionné en 2000), "Total présente les dérèglements climatiques avec ambiguïté", écrivent les chercheurs. En 2002, dans le premier "rapport sociétal et environnemental", on peut encore lire que les émissions dues aux activités humaines "seraient à l'origine des changements climatiques".

Contacté avant la publication de l'article dans la revue scientifique Global Environmental Change, le service de presse de Total nous a fait savoir qu'il était "faux de soutenir que le risque climatique aurait été tu par Total dans les années 1970 ou ensuite, dès lors que Total suivait l'évolution des connaissances scientifiques disponibles publiquement". L'entreprise précise que, depuis 2015, la "compagnie est engagée dans une profonde transformation de ses activités avec l'ambition d'être un acteur majeur de la transition énergétique, (...) d'atteindre la neutralité carbone, de la production jusqu'à l'utilisation des produits énergétiques vendus à ses clients, à horizon 2050".

* Alertes précoces et émergence d'une responsabilité environnementale : les réactions de Total face au réchauffement climatique, 1971-2021, par Christophe Bonneuil, Pierre-Louis Choquet, Benjamin Franta pour Global Environmental Change

Publié dans Nature

Partager cet article