3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 17:00

La Commission Européenne vient d'autoriser la culture d'organismes génétiquement modifiés (OGM) pour la première fois depuis 12 ans, plaçant les profits du lobby OGM avant les préoccupations sanitaires des citoyens. Pourtant 60% des Européens estiment que nous avons besoin de plus d'informations avant de cultiver des plantes qui pourraient menacer notre santé et l'environnement.

Une nouvelle initiative donne à 1 million de citoyens européens une chance unique de déposer officiellement des propositions de lois à la Commission Européenne. Rassemblons un million de voix pour obtenir une interdiction des cultures OGM tant que la recherche n'a pas abouti. Signez la pétition ci-dessous et faites suivre cet appel à tous vos amis et vos proches.
N'oubliez pas d'inclure votre adresse postale pour que toutes nos signatures soient validées dans le cadre de l'initiative citoyenne européenne.

 

Pour signer la pétition cliquez ici

 


2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 08:44

Le 30 mars, près de 400 élus dont 186 parlementaires ont signé une charte par laquelle ils s'engagent à renoncer à l'usage de pesticides toxiques dans leurs collectivités. Ils espèrent ainsi contribuer à la réduction de l'inquiétante mortalité des abeilles.

 

massacre-abeille.jpg


"Le taux de mortalité des abeilles est passé de 5 à 20, 30, voire 45%" a rappelé Henri Clément, président de l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf). C'est pour tenter d'enrayer ce phénomène que 400 élus ont signé une charte de soutien aux abeilles et aux apiculteurs.

"Après avoir survécu à tous les changements climatiques, les abeilles sont menacées en raison de mutations profondes de l'environnement dues notamment à des pratiques agricoles inadaptées et particulièrement à l'emploi abusif de produits phytosanitaires", soulignent ces députés et sénateurs rejoints par quelque 200 élus d'Île-de-France.


Le Comité de soutien des élus à l'abeille et aux apiculteurs, créé à l'initiative de l'Union nationale de l'apiculture française, d'Agir pour l'environnement, de la Ligue pour la protection des oiseaux, du Mouvement pour les droits et le respect des générations futures et de Natureparif, s'est ainsi engagé à ne plus utiliser de produits phytosanitaires toxiques pour les abeilles dans les espaces verts des collectivités. Les élus promettent également de ne pas favoriser la mise en culture de plantes OGM mais de soutenir une agriculture respectueuse de l'environnement.


La charte symboliquement signée mardi à l'Assemblée nationale rappelle que "plus de 80% de notre environnement végétal est fécondé par les abeilles" tandis que "près de 40% de notre alimentation (fruits, légumes, oléagineux...) dépend exclusivement de l'action fécondatrice des abeilles".

 


31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 06:56

Communique FNEclip_image002.jpg

 

Mardi 30 mars 2010, la Cour d’appel de Paris a confirmé le jugement de première instance dans l’affaire de l’ERIKA : France Nature Environnement se félicite de la condamnation de tous les acteurs de la filière maritime responsables de ce naufrage, y compris de l’affréteur TOTAL. Elle souligne aussi la reconnaissance du préjudice environnemental subi par les collectivités territoriales et les associations.


Un jugement de première instance ambitieux…


Le 16 janvier 2008, le tribunal correctionnel de Paris avait condamné le géant TOTAL, affréteur du navire « poubelle » à participer aux dédommagements des victimes de l’Erika et reconnu l’existence d’un préjudice environnemental : ainsi toute l’importance de la prévention du dommage écologique par les acteurs maritimes était clairement mise en avant. Rappelons que le naufrage de l’Erika a engendré une pollution de nos côtes sur 400 km.


L’arrêt du 30 mars 2010 : une victoire confirmée


Plus de 10 ans après ce naufrage, la cour d’appel de Paris a confirmé la responsabilité de l’affréteur TOTAL, qui ne pourra plus se dédouaner de sa responsabilité dans le choix et le contrôle des navires affrétés pour le transport de marchandises dangereuses. La cour a en effet confirmé que TOTAL avait "commis une faute d'imprudence en relation de causalité avec le naufrage".


Pour Raymond LEOST, responsable du réseau juridique de FNE, «
le principe pollueur payeur prend tout son sens dans cette affaire et c’est à cette condition que l’on ne transportera plus de matières dangereuses au moyen de navires poubelles et que l’on assurera la sécurité du milieu marin et la prévention des catastrophes maritimes »

La reconnaissance du dommage écologique


Enfin, la cour d’appel de Paris a confirmé l’existence d’un dommage écologique créé par le naufrage de l’ERIKA ainsi que la nécessité de réparer l’atteinte causé au vivant. Il a ainsi condamné les responsables à indemniser plusieurs associations mais également les collectivités territoriales !


Au delà de la reconnaissance du droit des associations à demander réparation de ce préjudice, FNE estime elle aussi que l’Etat français doit se saisir immédiatement de cet enjeu de civilisation déterminant pour le rapport de l’Homme à la Nature car il dispose des moyens pour envisager des opérations de reconstitution du milieu. Comme la cour l'a souligné elle-même, l'homme ne peut être appréhendé isolément de son milieu naturel.


Il est impératif de mettre en œuvre très rapidement les engagements du Grenelle de la mer, pris à l’initiative de France Nature Environnement et de ses associations membres qui réclament une évolution du droit national et international en faveur de «la juste réparation des dommages causés à l’environnement marin» pour «tendre vers la disparition ou la réduction drastique de la pollution liée aux activités maritimes».

 

 


31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 06:54

 

Bonjour à tous,
Montgenèvre, dont le maire défendait l'an dernier la  candidature de PELVOUX 2018 comme celle de jeux de la "non démesure", de jeux "nature", de jeux "économes", Montgenèvre rêve depuis  d'un projet mégalo.
Cette station qui fait partie du cercle des stations riches qui dégagent encore de substantiels bénéfices  chaque année, rêve désormais d'un sommet de plus de 3000 mètres  à coucher sur sa plaquette. Tant pis si pour ce faire, on va bousiller un vallon encore vierge d'équipements, tant pis si hormis les années de très bon eneigement, ces nouvelles pistes orientés plein Sud ne seront qu'un champ de caillases, balayé par le vent, le tout est de vendre encore et toujours un peu plus de kilomètres de pistes (+100 km!) et un fameux sommet de plus de 3000m mètres chargé d'histoire qu'est le Mont CHABERTON.
 
Alors je vous demande à tous de vous connecter sur le lien suivant et de signer la pétition qu'a initié le CAF au terme d'une réunion à Briançon début mars.
Il faut que la sauce prenne, la municipalité de Montgenèvre est à 200% pour ce "massacre".
Merci donc de vous mobiliser et de mobiliser  le plus largement possible vos carnets d'adresse.
 
 
 
 
 
Et pour vous rendre compte qu'il ne s'agit pas d'un projet en l'air:
 


  ecoutons l'actualité de ces jours en matière d'écologie et rendons nous compte que l'avenir de notre environnement, de la biodiversité, et de notre futur n'est pas dans les mains des politiques mais bien dans les nôtres.

 


 


Published by Gerome - dans Hautes-Alpes
commenter cet article