Climat: les forêts absorbent un tiers du CO2 émis

Publié le par Gerome

article_guyane.jpg

 

 

Les auteurs de l'étude alertent contre la déforestation, qui pourrait avoir de graves conséquences sur le climat...

Le parc forestier mondial absorbe un tiers du CO2 émis par les combustibles fossiles dans l'atmosphère, selon une étude internationale qui alerte, en parallèle, sur les conséquences dramatiques de la déforestation dans le contexte du réchauffement climatique. «Si demain on arrêtait la déforestation, les forêts existantes et celles au stade de la reconstitution absorberaient alors la moitié des émissions des combustibles fossiles», a souligné Pep Canadell, coauteur de l'étude publiée par la revue américaine Science.


Les forêts de la planète absorbent 2,4 milliards de tonnes de carbone par an, selon cette première étude chiffrée de la contribution des forêts boréales, tropicales et des régions tempérées au cycle du carbone. La déforestation, elle, est responsable de l'émission de 2,9 milliards de tonnes par an, soit environ 26% du total des émissions. Les émissions des combustibles fossiles se chiffrent, elles, à plus de 8 milliards de tonnes par an. Les données, portant sur la période 1990 à 2007, ont été compilées pendant deux ans par une équipe internationale de chercheurs experts du réchauffement climatique.


La lutte contre la déforestation permet des bénéfices financiers


L'étude a montré pour la première fois que dans les régions tropicales le volume de carbone émis du fait de la déforestation a été contrebalancé par celui absorbé par les forêts primaires intactes avec, au final, un bilan carbone presque nul. Les chercheurs ont mis en évidence que les rejets de CO2 lors de la déforestation ont été compensés par l'absorption de CO2 par la repousse des forêts secondaires dans les zones où l'agriculture a été abandonnée.


Selon Pep Canadell, deux leçons principales sont à tirer de cette étude. «Les forêts ne sont pas seulement de très importants réservoirs de carbone mais elles absorbent également très activement le CO2 produit par les activités humaines, aussi les forêts prennent de plus en plus le devant de la scène dans une stratégie pour protéger notre climat», selon lui. La seconde leçon est que les économies rendues possibles par une meilleure gestion de la forêt, en exploitant notamment les bénéfices de la réduction de la déforestation seront bien «plus importantes que ce que l'on pensait».

 

Il a notamment souligné l'aspect financier dans le cadre du marché du carbone et des compensations prévues dans le mécanisme REDD+ (Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts). Ce mécanisme a été adopté formellement à la conférence de l'ONU sur le climat à Cancun (Mexique) fin 2010. Il vise à pousser les pays ayant des forêts tropicales à éviter de les couper ou à les gérer de manière durable, en leur versant des compensations financières.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Maison bioclimatique passive

Publié le par Gerome

Le concept de maison bioclimatique passive prend en compte l’environnement et le climat et n’utilise que les énergies renouvelables. Il a pour objectif de capter le rayonnement solaire, stocker l’énergie reçue, répandre la chaleur dans l’habitat et la réguler. Les propriétaires qui choisissent une maison bioclimatique passive souhaitent vivre dans un habitat sain, mais confortable, économiser sur l’énergie et préserver son environnement naturel.


Conception maison bioclimatique passive



La conception d’une maison bioclimatique passive passe par plusieurs étapes. Il y a tout d’abord le choix du terrain où elle sera bâtie. Un endroit ensoleillé, mais à l’abri du vent serait l’idéal. Un terrain en pente ou une construction semi-enterrée fera profiter la maison bioclimatique passive de la circulation naturelle de l’air. En outre, elle profitera aussi de la fraicheur et de la chaleur du sol.



Construction maison bioclimatique passive



Pour la construction, le propriétaire réalisera une économie importante sur l’investissement et l’énergie en choisissant un plan de maison bioclimatique passive compact. Elle devra être bâtie sur un terre-plein fait de lit de cailloux de différentes tailles recouvert d’une dalle sèche pour être en harmonie avec le sol. La façade de la maison bioclimatique passive, faite de larges vitrages, devra être tournée vers le sud afin de capter les rayons solaires.

 

Par contre, les chambres seront orientées vers l’est pour être face au lever du soleil. Pour protéger l’habitation contre les vents, les dépendances comme le garage, la buanderie, le grenier, etc. devront être placées au nord. Aucune ouverture ne sera réalisée dans cette partie de la maison. Par contre, elle sera réduite à l’est et à l’ouest. La toiture située du côté des vents dominants devra être basse tandis que celle au-dessus des baies vitrées sera débordante en prévision des grosses chaleurs en été. En récupérant, stockant et filtrant l’eau de pluie dans une cuve enterrée, le propriétaire disposera de toute l’eau nécessaire pour alimenter le lave-linge, les toilettes et l’arrosage de son jardin.

 
Matériaux maison bioclimatique



Une maison bioclimatique passive devra être construite avec des matériaux d’origine naturelle ou recyclés. Ils doivent préserver aussi bien la santé que l’environnement. Le bois, combiné avec un isolant thermique naturel, est totalement indiqué pour la construction d’une maison bioclimatique passive.

La végétation entourant la maison bioclimatique passive devra contribuer au confort de l’habitat. Arbres, haies, plantes grimpantes, etc. la protègeront contre la chaleur de l’été et les vents d’hiver tout en purifiant l’air tout au long de l’année. L’existence d’un espace vert autour de la maison empêche le ruissellement des conduits d’évacuation face à un orage.


Prix maison bioclimatique passive

Le prix d’une maison bioclimatique passive n’est pas forcément plus élevé que celui d’une maison traditionnelle. Il tourne autour de 1 700 euros le mètre carré. Il est possible d’obtenir une subvention pour la pose de panneaux solaires et de cuve à eau lors de la construction. L’avantage de ce type de maison est qu’au bout de 10 à 20 ans, le surplus de coûts investi sera amorti grâce aux économies réalisées sur le chauffage.

 

 

Publié dans Habitat

Partager cet article

Pollution : le périphérique parisien limité à 70 km/h ?

Publié le par Gerome

Mardi, le Conseil de Paris a adopté un voeu visant à réduire de 10km/h la vitesse maximale autorisée sur le périphérique parisien. Afin de limiter la pollution, le bruit, et de renforcer la sécurité, cette vitesse pourrait prochainement passer à 70km/h.

 

article_photo-copie-1.jpg


Jusqu'alors limitée à 80km/h, la vitesse maximale autorisée sur le périphérique parisien pourrait passer à 70km/h. Tel est du moins le voeu adopté hier par le Conseil de Paris afin de réduire les pollutions atmosphériques et sonores, et de lutter contre l'insécurité routière, rapporte le site du Parisien. Dans ce voeu, la ville demande à la préfecture de police de mettre en place une expérimentation de cette réduction de 10km/h. En outre, les élus souhaitent que la vitesse soit encore plus limitée la nuit, entre minuit et six heures. 


"D'après Bruitparif, passer de 80 km/h à 70 km/h permet de réduire le bruit de 1 décibel (dB)", assure Denis Baupin, l'adjoint au maire chargé du développement durable. Une réduction qui peut sembler minime, mais qui représenterait une vraie avancée, estime l'élu écologiste. "Réduire de 3 dB, c'est une division du bruit par 2, donc 1 dB en moins ce sera 20% de nuisances en moins", explique-t-il en effet.


Afin de lutter contre la pollution sonore, la mairie travaille sur un autre projet. Dès cet été, la ville équipera d'un bitume censé absorber le bruit trois zones du périphérique : Châtillon-Plaine, Maillot-Ternes et Bagnolet-Vincennes, précise le Parisien. Une expérimentation dont le bilan sera dressé d'ici à la fin de l'année.

 

 

Publié dans Pollution

Partager cet article

Greenpeace accuse des fournisseurs chinois de Nike et Adidas de polluer les fleuves

Publié le par Gerome

L'association de défense de l'environnement Greenpeace a accusé mercredi les fournisseurs des fabricants Adidas et Nike d'empoisonner l'eau des fleuves chinois en rejetant des produits chimiques toxiques provoquant des problèmes hormonaux. Huit échantillons d'eau usée provenant des rejets de deux usines dans les deltas du Yangtze et de la Rivière des perles, contenaient un «cocktail de produits chimiques dangereux», a indiqué Greenpeace durant une conférence de presse à Hong Kong.


Possibles dérèglements hormonaux chez les humains

Le Yangtze, le plus long fleuve chinois et le delta de la Rivière des perles fournissent de l'eau potable à près de 67 millions de personnes, dont les habitants de Hong Kong, selon l'association. Les deux usines en question sont des fournisseurs de Nike et Adidas, selon Greenpeace. «Nos tests ont montré la présence de produits chimiques toxiques qui n'ont pas leur place dans l'environnement», a souligné Vivien Yau, responsable de l'association. «Nous appelons les marques qui ont une influence sur leurs fournisseurs, comme Adidas et Nike et Li Ning à prendre des mesures», a-t-elle ajouté. Li Ning est une marque de vêtements de sport très populaire en Chine.


Les bureaux d'Adidas à Hong Kong étaient injoignables tandis que Nike contestait les affirmations de Greenpeace. «A notre connaissance, nous ne contribuons pas à la pollution du delta du Yangtze à travers nos usines partenaires», a indiqué Nike à l'AFP dans un communiqué, démentant l'usage des produits chimiques évoqués par Greenpeace. Les produits chimiques utilisés, selon Greenpeace, notamment des nonylphenols, peuvent se retrouver dans la chaîne alimentaire, à travers les poissons, et peuvent dérégler l'équilibre hormonal chez les humains.

 

 

Publié dans Pollution

Partager cet article