Produire de l'électricité grâce au lisier de porc et aux algues vertes

Publié le par Gerome

Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

La citation du jour

Publié le par Gerome

Comment se fait-il que l’humanité, en dépit de ressources planétaires suffisantes et de prouesses technologiques sans précédent, ne parvienne pas à faire en sorte que chaque être humain puisse se nourrir, se vêtir, s’abriter, se soigner et développer les potentialités nécessaires à son accomplissement ?

Pierre Rabhi


Publié dans Les citations

Partager cet article

TOUR ELITHIS : ENERGIE POSITIVE ET INNOVATIONS MULTIPLES

Publié le par Gerome


D’abord simple bureau d’étude, fondé en 1973, Elithis est devenue une société d’ingénierie en plein essor.

Son domaine de prédilection, les fluides techniques du bâtiment (génie climatique et électrique) est en effet dans l’air du temps. Elithis qui prévoit de passer de 60 à 100 salariés, s’est engagée dans la construction d’un nouveau siège. Pour ses dirigeants, c’est l’occasion idéale pour faire la preuve du savoir-faire de l’entreprise et de montrer l’exemple. Bref, la tour Elithis sera à énergie positive. L’une des premières en France. Rien d’étonnant à ce que la ville de Dijon ait immédiatement apporté son soutien au projet. Notamment en lui réservant un terrain très bien situé, au coeur de la cité des affaires. La tour Elithis, avec ses 32 mètres de hauteur, sur 10 niveaux, et ses 5000 m2 de bureaux, y sera en excellente compagnie, à proximité de l’auditorium et de la Chambre de Commerce et d’Industrie.


Un architecte et des contraintes.

Les compétences nécessaires pour donner forme à un tel projet, Elithis n’a pas eu à les chercher loin. Ce sont ses propres équipes qu’elle a mobilisées. Encore fallait-il dénicher un architecte qui comprenne et accepte les contraintes que représentent un tel défi. C’est exactement le cas de Jean-Marie Charpentier, convaincu que son art ne consiste pas seulement à faire du beau et du fonctionnel. Sans hésitation, il a accepté de se plier aux contraintes de l’exercice qui lui était proposé.

Pour économiser l’énergie et limiter les rejets des gaz à effets de serre, aucun détail ne doit être négligé. L’utilisation de composants d’isolation recyclés comme la ouate de cellulose, le recours à des vitrages adaptés aux conditions climatiques et d’ensoleillement du site, la préférence donnée à l’aluminium matériau plus durable demandant peu d’entretien.

Ainsi, chaque problème est l’occasion d’initier une solution originale. Le soleil produit de la lumière et de la chaleur, salutaires mais parfois inconfortables ? La tour Etlithis n’aura pas recours à une climatisation énergivorace mais disposera d’un bouclier solaire aux formes asymétriques, conjuguant esthétisme et fonctionnalité. Les utilisateurs seront protégés. De plus, ils bénéficieront d’un champ de vision variable allant jusqu’à 95% de transparence, puisque tous les bureaux de la tour auront un accès direct à la lumière naturelle, ce qui est encore le meilleur moyen de limiter les éclairages artificiels.


Pour assurer, à moindre frais, une température idéale en toutes saison, les ingénieurs d’Elithis ont également inventé un système hybride de ventilation double flux, épaulé par un système innovant de ventilation naturelle contrôlée. Une simple chaudière biomasse, équivalente à celle d’un grand pavillon de banlieue, fera l’affaire, puisque l’immeuble disposera d’une centrale de production solaire photovoltaïque.

Changer les comportements.

Thierry Bièvre, directeur général d’Elithis, adresse déjà ce message aux futurs occupants de la tour : Si la réponse technique et technologique est indispensable, l’une des priorités consiste à convaincre l’ensemble des acteurs et usagers des avantages d’une démarche dictée et guidée par un comportement éco-citoyen.


Publié dans Habitat

Partager cet article

Les jardins familiaux

Publié le par Gerome

Si les potagers individuels ont en ce moment le vent en poupe, les jardins familiaux ne sont pas en reste.
Le jardinage n’est pas réservé à ceux qui disposent d’une maison individuelle. On peut jardiner tout en vivant en ville. Il suffit d’adhérer aux Jardins familiaux ou ouvriers. Le système est simple ; il s’agit de parcelles de terre de 150 à 300 mètres carrés, souvent situées en périphérie des villes. La plupart du temps, les terrains appartiennent à des collectivités (municipalités le plus souvent), voire à des entreprises dans les anciens centres industriels, qui les viabilisent (eaux, abris, clôtures…). Ils sont gérés collectivement par des associations. Chaque jardinier doit cultiver son jardin et le maintenir propre, participer à l’entretien des parties communes et s’acquitter d’une redevance. Il est bien sûr interdit de vendre les produits de ces jardins, qui doivent être réservés à la consommation familiale.


 Lieux d’échanges culturels

En 1993, la Ligue française réunissait 750 groupes de jardins comptant 120 000 parcelles. Une enquête faisait état de 4 000 demandes non satisfaites (28 %), ce qui, rapporté à l’échelle nationale, signifierait que 34 000 jardiniers attendent un coin de terre.Pour créer des jardins familiaux, il faut trouver un terrain et convaincre une collectivité locale de se lancer et d’affecter des terrains à cet usage.


La Fédération des jardins familiaux s’y emploie.Si l’aventure vous tente, n’hésitez pas à la contacter.Fédération nationale des jardins familiaux, 11, rue Desprez, 75014 Paris.Tél. : 01 45 40 40 45 ; fax : 01 45 40 78 90.Il existe une autre Fédération : Le Jardin du cheminot, 23, rue Yves-Toudic, 75010 Paris. Tél. : 01 42 08 78 22.



Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

L'Empire State Building va devenir un gratte-ciel écologique

Publié le par Gerome

L'Empire State Building entend devenir un gratte-ciel modèle en termes d'économies d'énergie, puisque lorsque sa rénovation sera achevée, celles-ci s'élèveront à 4,4 millions de dollars par an.

Achevé en 1931, le gratte-ciel art déco immortalisé par le film "King Kong", qui se dresse en plein Manhattan, subit actuellement une rénovation d'un montant de 500 millions de dollars (dont un cinquième pour permettre les économies d'énergie).

L'organisation Clinton Climate Initiative fournit 20 millions de dollars pour les cinq premières phases d'un projet d'un montant de 100 millions de dollars visant à faire du gratte-ciel, qui fut un temps le plus élevé au monde, un modèle en termes d'économies d'énergie et de préservation de l'environnement. La Clinton Climate Initiative, créée par l'ancien président Bill Clinton, oeuvre de concert avec des villes à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le projet permettra à l'Empire State Building de réduire de 38% sa consommation d'énergie.

 

 

 

Publié dans Habitat

Partager cet article