"Earth Hour": grand succès de l'opération!

Publié le par Gerome

Le célèbre Opéra et l'arche de l'Harbour Bridge ont glissé dans la pénombre samedi à Sydney, première grande métropole à basculer dans l'obscurité pour la deuxième édition internationale de l'"Earth Hour", campagne de sensibilisation aux enjeux du dérèglement climatique.

D'Athènes à Pékin, de Londres à Las Vegas, près de 4.000 villes dans 88 pays devaient participer à cette initiative lancée par le Fonds mondial pour la nature (WWF), qui consiste à couper l'électricité pendant une heure entre 20h30 et 21h30 locales. L'objectif du WWF était de toucher "près d'un milliard de personnes" à l'occasion de cette mobilisation ayant pour slogan "Votons pour la planète, éteignons les lumières".

En France, Paris, la Ville Lumière, s'est associée à l'opération en éteignant à l'heure dite l'éclairage extérieur de plus de 200 monuments et bâtiments pendant 60 minutes, dont le Louvre, l'Hôtel de Ville, Notre Dame, les Invalides et le Panthéon. La Tour Eiffel n'est, elle, restée éteinte que pendant cinq minutes et n'a pas scintillé à 21h.

Le Palais de l'Elysée indique avoir "procédé à l'extinction symbolique pendant 60 minutes de l'éclairage de (ses) façades et de (ses) bureaux". La France oeuvrera "dans les mois à venir jusqu'à la Conférence de Copenhague, pour la conclusion d'un accord international ambitieux et global sur le climat", ajoute le palais présidentiel dans un communiqué.


A Rome, le Colysée et la basilique Saint Pierre ont été plongés dans le noir, tout comme les Grandes pyramides et le Sphynx en Egypte. A Athènes, les lumières de l'Acropole ont été éteintes, et un concert en plein air a été organisé sur une colline voisine, à laquelle les spectateurs ont accédé à la lumière de bougies.

La mobilisation internationale a explosé depuis l'"Earth Hour" 2008 (l'heure de la Terre), à laquelle ont participé quelque 400 villes après un départ en solo de la métropole australienne de Sydney en 2007 où 2,2 millions de personnes et d'entreprises avaient éteint lumières et éclairages. L'intérêt pour cette opération a pris de l'ampleur à l'approche des négociations concernant le changement climatique à Copenhague en décembre prochain, rendez-vous qui doit permettre de trouver un accord sur un texte remplaçant le protocole de Kyoto qui expire en 2012. Et l'action n'a pas pâti de l'attention que suscite la crise économique internationale.


"Earth Hour a toujours été une campagne positive", a expliqué le responsable de la campagne Andy Ridley à l'Associated Press. L'opération véhicule une "idée d'espoir" et "c'est incroyablement important cette année" au moment où "il y a tant de désespoir", a-t-il dit, mettant l'accent sur les "économies" d'énergie effectuées.

Dans un communiqué diffusé sur Internet, Elia, gestionnaire du réseau belge de transport d'électricité, a cependant prévenu que cette initiative pouvait "provoquer des variations importantes dans l'équilibre entre la production et la consommation du réseau européen" avec des "conséquences éventuelles sur l'approvisionnement en électricité, comme le délestage de consommateurs". L'entreprise recommandait notamment aux participants de "ne pas rallumer tous au même moment".


En Australie, des gens ont participé samedi à des soirées de speed-dating (rencontres express) à la lueur de bougies, ou assisté à des concerts en plein air pour cette mobilisation de 60 minutes dans le noir, tandis que baissaient les lumières de l'Opéra et l'Harbour Bridge de Sydney.

Un peu plus tôt, les îles Chatham, petit archipel volcanique situé à 800km à l'est de la Nouvelle-Zélande, avaient officiellement donné le coup d'envoi de l'"Earth Hour" en éteignant les générateurs. Les lumières de la Sky Tower d'Auckland ont ensuite été éteintes en Nouvelle-Zélande, où 44 villes ont participé à l'opération et plus de 60.000 personnes afflué à un rendez-vous de montgolfières lié à l'événement à Hamilton.


La chine devait se mobiliser dans le cadre de la campagne pour la première fois, Pékin devant notamment éteindre les lumières du "Nid d'oiseau", le stade olympique, et du Water Cube qui avait accueilli l'été dernier les épreuves de natation des JO, selon le WWF. Shanghaï devait également procéder à l'extinction de tous les bâtiments publics et autres immeubles sur son front de mer, tandis que Hong Kong, Baoding, Changchun, Dalian, Nanjing (Nankin) et Guangzhou (Canton) étaient annoncées au nombre des villes participantes.

Le site web WWF Earth Hour semblait cependant bloqué samedi après-midi à Pékin, Shanghaï et Tianjin. La Chine fournit rarement les raisons de tels blocages, alors que l'action coïncidait samedi avec le 50e anniversaire de la répression du soulèvement tibétain. AP


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Comme à la belle époque...

Publié le par Gerome

Décidemment depuis quelques temps je ne cesse de vanter les bienfaits de la crise. voir cet article La crise financière au secours de la planète
Je me rends compte que malgré tous ses inconvénients elle fait respirer la Terre en incitant les gens à plus de sobriété et d'ingéniosité pour la surmonter et bien souvent les vieilles méthodes et habitudes de l'époque s'avèrent très utile et remises au goût du jour : troc, marché d'occasion, potagers collectifs, ventes directes sans intermédiaires etc....
La crise relance l'intérêt pour les potagers : un petit bout de terrain, de l'eau, des semences et vous voilà avec des fruits et légumes qui ne vous auront pas couté très chers! De plus c'est très gratifiant de ramasser le fruit de son travail!

Autrefois, chacun avait un petit lopin de terre à côté de chez lui, quelques poules, deux chèvres pour subvenir à ses besoins.... L'exode rural et l'expansion des villes ont enterré ce mode de vie ancestral et ô combien économique et écologique!



A titre d'exemple cultiver ses propres légumes a le vent en poupe aux Etats-Unis où plus d'un tiers des foyers, soit 19% de plus que l'an passé, prévoient de faire pousser tomates, concombres et haricots.
Si la première raison que les gens invoquent pour cultiver un potager est la saveur de la nourriture (58%), ils veulent aussi faire des économies sur les courses (54%) et apprécier la qualité et la sécurité des produits (51%)", explique Bruce Butterfield, chercheur pour la National Gardening Association, qui a réalisé une étude prospective sur les velléités potagères des Américains. Quelque 43 millions de foyers, soit 37%, vont cultiver un potager en 2009, contre 36 millions l'année passée.

L'impact de la récession sur la motivation est "forte" pour 34% des jardiniers, selon l'étude, d'autant plus qu'on n'investit en moyenne que 70 dollars par an dans son potager, qu'on y passe 5 heures par semaine, et que la récolte rapporte en moyenne l'équivalent de 530 dollars par an.

Cet exemple est pris aux états-unis car touchés de plein fouet par la crise mais la france n'est pas en reste, si vous avez un peu de temps, un peu de volonté et un minimum d'argent à investir dans quelques outils et des semences, allez-y foncez! Et puis vous verrez que les légumes cultivés par vos soins auront un vrai goût de légumes!


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

La citation du jour

Publié le par Gerome

Nous dépensons des millions de dollars dans la recherche pour trouver de plus en plus de pesticides mortels, sachant que d'ici dix ans, nous dépenserons d'autres millions de plus pour tenter de trouver un remède, alors que d'autres millions seront de nouveau pompés dans la caisse de la recherche pour de nouveaux pesticides. Nous sommes dans un cercle infernal!

Tony Le Sauteur Cités & Villes

Publié dans Les citations

Partager cet article

Non au pesticide cruiser!

Publié le par Gerome



Non au Cruiser, réduisons de 50% l’usage des pesticides ! 

Signez la pétition pour l’interdiction du Cruiser

et l’application immédiate du plan Ecophyto 2018

 

Utilisé en France depuis janvier 2008 en enrobage de semences de maïs, le Cruiser (produit proche du Gaucho et du Régent), est un insecticide classé dangereux pour l’environnement, dangereux pour les abeilles, les oiseaux et les mammifères sauvages, et très toxique pour les organismes aquatiques.

 

On compte en France plus de 1000 espèces de pollinisateurs. Ces dernières années, leur surmortalité a été constatée partout dans le monde. Les abeilles sont particulièrement touchées, avec une mortalité annuelle de 30 à 40 %. Il faut savoir que 35 % du tonnage mondial d’aliments végétaux (fruits, légumes, oléagineux, café, cacao…) * et la survie de plus de 80% des espèces végétales dépendent directement de la pollinisation par les insectes !

 

Face à de tels enjeux agricoles, alimentaires, sanitaires et environnementaux, au nom du principe de précaution, nous demandons :

- d’interdire immédiatement le Cruiser

- de mettre en œuvre, sans retard et avec la plus grande vigilance, le plan Ecophyto 2018 issu du Grenelle de l’environnement, qui prévoit la réduction de 50% de l’usage des pesticides

 

Cette pétition sera envoyée au Ministre de l’agriculture le vendredi 27 mars. FNE a engagé une action en justice suite au renouvellement de l'autorisation de mise sur le marché du Cruiser, survenu en décembre 2008.


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Cruiser : le Conseil d’Etat condamne FNE à verser 3000 € à Syngenta- Pétition à signer

Publié le par Gerome



Communiqué de presse - Lundi 23 mars


Cruiser : le Conseil d’Etat condamne FNE à verser 3000 € à Syngenta
 
   
En pleine « semaine sans pesticides », l’ordonnance du juge des référés vient de tomber : la requête de France Nature Environnement (FNE) pour demander le retrait de l’autorisation de l’insecticide Cruiser, dangereux pour les abeilles, a été rejetée. FNE prend acte de cette décision de justice et poursuit son combat contre les pesticides.


FNE avait déposé en février devant le Conseil d’Etat une requête demandant la suspension de l’autorisation du Cruiser. L’ordonnance du 23 mars 2009 rejette cette requête et condamne FNE à verser la somme de 3000 Euros à la société Syngenta, productrice de l’insecticide.

FNE s’étonne de la sévérité d’une telle sanction : la requête de FNE s’appuyait sur des arguments sérieux tels que le retrait de l’autorisation du Cruiser en Allemagne : cet argument a été rejeté par le Juge, sans motivation. FNE serait-elle punie pour s’être saisie d’un dossier sensible ?

FNE rappelle avec fermeté que l’utilisation du Cruiser cause des dommages majeurs à l’environnement, et en particulier aux pollinisateurs, indispensables à nos écosystèmes et à la production alimentaire.

FNE rappelle également que le retrait de l’autorisation du Cruiser répondait à une attente forte de l’opinion publique, comme en témoignent les dizaines de milliers de signatures recueillies par sa pétition en ligne sur le site de FNE. 

Pour Jean-Claude Bévillard, secrétaire national de FNE en charge des questions agricoles : « La réduction de l’usage des pesticides en France relèvera d’une décision politique : FNE poursuivra son action positive et vigilante pour que les objectifs du plan Ecophyto 2018, qui prévoit de réduire de moitié l’usage des pesticides en 10 ans, soient atteints. »

Une procédure sur le fond (recours en annulation) est toujours en cours auprès du Conseil d’Etat.
FNE appelle à une signature massive de sa pétition contre le Cruiser, qui sera adressée au Ministre de l’agriculture à la fin de la semaine. : http://www.fne.asso.fr/fr/actualites/petitions.html

Consulter l'ordonnance en ligne : http://www.fne.asso.fr/com/cp/ordonnance230309.pdf


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article