Fin d'un faux suspense : Gap se retire des JO 2018

Publié le par Gerome

Le maire de Gap (Hautes-Alpes) Roger Didier (PRG) a annoncé mardi que la ville retirait sa candidature pour l'organisation des jeux Olympiques d'hiver de 2018, la veille de l'annonce par le comité national olympique sportif français (CNOSF) d'une candidature de la France. Les villes de Grenoble (Isère), Annecy (Haute-Savoie) et Nice (Alpes-Maritimes) restent en lice. "S'il paraissait essentiel que les Alpes du Sud soient présentes aux côtés des Alpes du Nord dans cette opération de mobilisation de l'ensemble des Alpes, je n'ai jamais pensé que Gap avait techniquement et financièrement la capacité de se porter candidate à l'organisation des JO d'hiver", a déclaré le maire à la presse mardi soir. Le président de la région PACA, Michel Vauzelle, a déclaré dans un communiqué qu'il soutiendrait "activement les dossiers de candidature portés par les territoires de Provence-Côte d'Azur", précisant qu'après Grenoble et Albertville, "il serait juste que la France porte désormais la candidature d'une ville des Alpes du Sud".



(Il serait surtout plus juste de ne pas faire les JO d'hiver en france en 2018 pour la bonne et simple raison que le taux d'enneigement risque de ne pas être au top. De plus, nous voulons organiser des JO pour des raisons purement mercantiles au détriment de l'environnement et du sport. Tout le monde court après les JO car ils sont source de développement économique.... Et qui dit développement économique dit accroissement de la pollution générée par les transports, les bâtiments, les déchets des dizaines de milliers de personnes qui viendront assister aux jeux, etc...) C'est donc une très bonne nouvelle pour la capitale douce si elle veut préserver son image de "capitale nature"!

Publié dans Hautes-Alpes

Partager cet article

L' autoroute A51 sur la sellette :)

Publié le par Gerome

La loi consécutive au Grenelle de l'environnement est actuellement examinée à l'Assemblée nationale. Et les acteurs économiques des Alpes du sud s'impatientent. Ils redoutent que l'achèvement de l'A 51 passe à la trappe à la suite de cette loi.
Hier, les élus de la Chambre des métiers des Hautes-Alpes ont fait part de leur inquiétude devant le "coup de frein donné au projet". Et ils en appellent à la préfète et aux parlementaires pour «peser de tout leur poids dans ce dossier vital pour la survie de toutes les entreprises du département». Pour eux, les TPE (très petites entreprises) sont largement pénalisées par l'enclavement du département.

Même son de cloche du côté des entrepreneurs. Viviane Judic, présidente de l'UPE 05, et Jean-Luc Monteil, président de l'UDE 04, viennent de signer un communiqué commun, estimant que «rien n'a avancé» depuis le Grenelle. «Aujourd'hui, les entreprises des Alpes du sud ont vraiment le sentiment d'être menées en bateau.

En effet, les tergiversations de nos élus sur le tracé de l'A 51 ne créent pas les conditions adaptées pour une prise de décision rapide. Ceux-ci ne semblent pas avoir conscience de l'importance que revêt la réalisation de cet axe autoroutier pour le développement économique et touristique des départements des Hautes-Alpes et des Alpes de Haute-Provence.»
Et les deux présidents en appellent à un «front commun» en faveur de l'A 51, de la rocade de Gap et du barreau autoroutier de Digne, «avant qu'il ne soit trop tard».


L.A-M.
Paru dans l'édition 05A du 16/10/2008 (21050)

(Il serait temps de mettre un point final à ce projet incensé et démesuré qui va générer plus de problèmes qu'il va en résoudre! Le grenelle n'a pas fait avancé beaucoup les choses mais je souhaite sincèrement qu'il tiendra ses promesses sur le gel des projets autoroutiers).

Publié dans Hautes-Alpes

Partager cet article

Une trop longue absence....

Publié le par Gerome

Salut à tous. Comme vous avez pu le constater, cela fait bien longtemps que je n'ai plus écrit d'articles sur Notre Terre. C'est promis je vais y remédier.
A bientôt!
Et attendant profitez bien d'Halloween!!


....Et vive l'Automne!

Publié dans Divers (Hors sujet)

Partager cet article

LE SOLAR EVENT

Publié le par Gerome


De la voiture au réfrigérateur, en passant par la tondeuse à gazon, l'énergie solaire se propose d'entrer dans notre vie quotidienne à l'occasion du "Solar event", la première grande exposition en France consacrée à ce secteur, qui a ouvert ses portes vendredi au Bourget-du-Lac.L'exposition, destinée au grand public et aux professionnels, se déroule jusqu'à dimanche à Savoie Technolac, grand pôle technologique dédié au solaire et aux éco-industries.

Les visiteurs peuvent y découvrir un modèle de la maison "éco-responsable", où 20 panneaux photovoltaïques produisent 50% de l'électricité consommée par une famille de quatre personnes.
"Facile à construire", ce concept vise à "sensibiliser le public à l'architecture bioclimatique", explique à l'AFP Eric Justman, le directeur de publication du bimestriel, Architectures à vivre, à l'origine du projet.

Bien isolée et équipée d'une chaudière à condensation, cette bâtisse, qui n'est pas encore commercialisée, limite la consommation d'énergies primaires au-dessous du seuil des 30 kWh/m2 par an, une performance supérieure aux préconisations du Grenelle de l'environnement, précise le responsable.
Une entreprise savoyarde propose une tondeuse à gazon automatique, équipée de cellules photovoltaïques et d'une batterie se rechargeant à l'énergie solaire.

Ce "robot tonte" silencieux (3.000 euros) dispose d'une autonomie de deux heures et agit sur une surface qui doit être délimitée par un fil.
Plus loin, des étudiants achèvent d'assembler des prototypes de voitures solaires, qui devaient participer samedi à la première course du genre en Europe.



L'un de ces prototypes, l'Helios 4, construit par les élèves ingénieurs d'une école de Lille, a déjà parcouru 3.000 km lors d'une compétition australienne. Equipé de 5 m2 de panneaux solaires, d'un moteur électrique et d'une batterie, il peut atteindre 100 km/h.
L'entreprise Venturi est déjà passée au stade industriel avec une voiture électro-solaire, premier véhicule énergétiquement autonome atteignant 50 km/h. Un modèle plus réduit vendu 15.000 euros devrait prochainement être commercialisé.

L'énergie solaire thermique peut par ailleurs offrir une solution aux populations isolées de pays en voie de développement grâce à des fours, pompes à eau ou réfrigérateurs solaires.
L'entreprise Solaref a ainsi vendu une dizaine de réfrigérateurs solaires à des ONG qui fournissent des pharmacies de brousse et hôpitaux de campagne africains. Le prix reste néanmoins prohibitif (3.700 euros pour une capacité de 200 litres).

Au bord du Lac du Bourget, le célèbre navigateur et ingénieur, Yves Parlier, a présenté aux journalistes "Beyond the sea" son hydraplaneur associant traction éolienne et panneaux solaires qui alimentent un moteur électrique.
"J'espère, a souligné M. Parlier, pouvoir adapter ces techniques aux bateaux de pêche et surtout aux cargos".
AFP


Partager cet article

L'Allemagne va faire un effort pour les forêts tropicales

Publié le par Gerome

La conférence de l'Onu sur la biodiversité, qui a débuté le 19 mai à Bonn, a pris un nouveau tour mercredi avec l'annonce que l'Allemagne allait débloquer des moyens supplémentaires pour protéger les forêts tropicales, gardiennes du climat et de la biodiversité.
L'Allemagne va verser une contribution supplémentaire, qui atteindra en 2013 un demi-milliard d'euros par an, pour la protection des forêts et des autres écosystèmes menacés, a annoncé la chancelière Angela Merkel.

Entre 2009 et 2012, Berlin compte débloquer un total de 500 millions d'euros, a-t-elle précisé.
La chancelière a fait cette annonce alors que la conférence de Bonn est entrée mercredi dans une phase politique décisive, avec l'entrée en scène des ministres de l'Environnement des pays participants qui ont entamé trois jours de débats sur les moyens de préserver la diversité de la vie animale et végétale de la planète.

Berlin espère que d'autres pays suivront son exemple pour lutter contre la déforestation dans le monde, qui au rythme actuel, contribue à près du quart des émissions de carbone, plus que le secteur des transports.
"L'Allemagne ne peut supporter seule ce fardeau", a averti Angela Merkel, glissant au passage que "toute contribution" des autres pays serait la bienvenue.

Message reçu par Bruxelles: "si les 191 parties de la Convention étaient animés du même esprit que Mme Merkel, nous pourrions encore démontrer que nous sommes sérieux dans nos efforts pour réduire la perte de la biodiversité", a lancé le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

Cette conférence qui doit prendre fin le 30 mai, est "critique si nous voulons atteindre nos objectifs en 2010", a-t-il fait remarquer, appelant à "redoubler d'efforts".
Il s'agit de la neuvième conférence des pays membres de la Convention de l'ONU sur la diversité biologique (CDB) qui avait été adoptée en 1992 lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro.

La CDB s'est fixée pour objectif de ralentir de manière significative d'ici 2010 le rythme actuel effarant de l'appauvrissement de la biodiversité.
Greenpeace a salué l'annonce de la chancelière Merkel qui "a envoyé un signal très fort et très important qui était vraiment nécessaire pour faire avancer les négociations au sommet sur la biodiversité", selon Martin Kaiser, chef de sa délégation à la conférence de Bonn.

"Ce qui est important maintenant, c'est que les autres pays industrialisés joignent leurs efforts pour apporter au total les 30 milliards d'euros par an qui seraient nécessaires pour la protection des forêts vierges et donc du climat", a ajouté le représentant de Greenpeace.

Les participants font le lien avec le climat et estiment que l'érosion de la biodiversité mérite autant d'attention que le réchauffement climatique.
"C'est une question de survie pour l'humanité", a estimé le ministre allemand de l'Environnement, Sigmar Gabriel.

Car "si nous continuons comme si de rien n'était, il nous faudrait deux planètes, or nous n'en avons qu'une", a-t-il lancé.
Il a cependant estimé que des progrès ont été accomplis à Bonn sur la question de "l'accès et du partage des bénéfices" (Access and Benefit Sharing - ABS), découlant de l'utilisation des ressources génétiques provenant des forêts vierges par les pays industrialisés.

L'objectif est de conclure un régime international lors de la prochaine conférence de la CDB qui se tiendra en 2010 à Nagoya, au Japon.

Source : AFP

Merci l'Allemagne! Ce n'est pas la première fois que je salue à travers de nombreux articles, le bon sens Allemand. Ces gens là ont tout compris : abandon du nucléaire, villes et villages "écolos", maintenant une aide substantielle pour les Forêts tropicales; il faudrait maintenant qu'elle entraîne les autres pays de l'UE dans son sillon.... Mais ça c'est une autre histoire!



Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article