Les cultures OGM s'étendent en France

Publié le par Gerome

Le gouvernement vient de publier la liste des cantons où des cultures  OGM , du maïs « MON 810 » de Monsanto, qui a pour "caractéristique de résister aux attaques de certains insectes ravageurs", ont été déclarées.
Seul les cantons sont connus, ce qui ne permet pas aux agriculteurs voisins ( conventionnels ou bio ) ni aux apiculteurs de savoir s’ils sont concernés par un risque proche .
Sur environ 20 000 Ha semés en France, près de 4000 le sont en Aquitaine.

liste des cantons concernés sur   

http://www.ogm.gouv.fr/mise_marche/registre_cultures/registre_cultures.htm



Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Le pacte anti pacte , ou la face cachée de Nicolas Hulot

Publié le par Gerome

Voici une lettre écrite par le journal "la décroissance". Elle est adressée à Nicolas Hulot. C'est un ami qui m'a fait parvenir l'adresse du site (voir bas de la page) où l'on trouve cette lettre. Je vous laisse seuls juges de ce qui est dit mais je crois que les faits sont là. J'ai très largement abordé le pacte écologique sur ce site internet et fais plus ou moins l'apologie de Hulot. Avec le temps, du recul et quelques discussions avec des personnes très au courant il m'est apparu que le pacte écologique, outre le fait de prôner un développement durable alors que la Terre a besoin d'une décroissance et d'un total remaniement de l'industrie, a été un leurre, a permis aux politiques de s'exprimer sur le sujet, de montrer aux français que l'écologie devait être une affaire d'état, de le signer..................et éventuellement de l'appliquer.
Cette lettre résume assez bien la farce orchestrée par TF1, sarkozy, et quelques grands patrons.

sarko-hulot.jpg
Cher Nicolas Hulot,

Vous souhaitez « toucher les consciences » de vos contemporains, aussi je m’adresse à vous, droit dans les yeux.
Cher Nicolas Hulot, je vous enjoins de vous retirer de l’écologie politique à laquelle vous avez fait plus de mal en un an que toutes les forces productivistes, droite et gauche confondues, depuis les années 1970, lorsque l’écologie est entrée en politique.

Bien sûr, vous êtes avant tout le produit des forces qui vous manipulent : E. Leclerc, L’Oréal, Bouygues, TF1 et plus largement les multinationales qui vous financent, mais aussi la droite néolibérale de Nicolas Sarkozy.
Ce n’est pas à votre personne que nous en voulons mais à l’offensive idéologique dont vous êtes le cheval de Troie le plus abouti. Vous incarnez de manière pratiquement parfaite la capacité du néolibéralisme à digérer sa contestation et à semer la confusion chez ceux qui lui résistent. Vous êtes d’autant plus efficace que vous en semblez totalement inconscient. L’idéologie dont vous êtes le vecteur conduit à dépolitiser l’enjeu écologique et la réflexion sur le productivisme. Elle amène à penser que la société de consommation ou le néolibéralisme sont compatibles avec la préservation de la planète.

Vous déclarez vouloir transformer la société de l’« intérieur » mais vous abusez vos contemporains. Vous leur parlez en fait de l’intérieur des sociétés multinationales qui vous financent et non de l’intérieur de la démocratie. Votre totale inconscience du jeu des rapports de force politiques vous conduit à rejeter dans une position extrémiste ceux qui s’engagent à faire reculer démocratiquement le danger que font peser les multinationales sur notre société, notre démocratie et notre environnement. Votre discours de consensus, en fait fusionnel, recouvre un véritable déni du politique en refusant un clivage entre le pouvoir et l’opposition pourtant consubstantiel de la démocratie.

Votre mission a été un succès au-delà des espérances de ses initiateurs : toute une partie de la gauche, la candidate des Verts à la présidentielle, le candidat des altermondialistes et même un hebdomadaire de gauche critique ont foncé tête baissée dans le piège, sidérés par votre puissance médiatique. Vous avez réussi à brouiller les cartes bien au-delà des écologistes et de la gauche en diffusant une vision consumériste du rapport à la nature grâce à de puissants relais médiatiques et économiques.
Bien sûr tout cela aurait été impossible si ces forces politiques n’étaient pas actuellement politiquement et intellectuellement en plein égarement.

Cher Nicolas Hulot, vous faites aujourd’hui alliance avec un gouvernement élu sur un slogan : « Travailler plus pour gagner plus » qui est un véritable cri de guerre du productivisme le plus aveugle. On aurait pu penser que même les plus naïfs allaient commencer à ouvrir les yeux. Rien n’est moins sûr.
Alors je vous le demande : pour la planète, mais surtout pour ses habitants, s’il vous plaît, retirez-vous au plus vite. Vous avez fait assez de tort, assez de mal.

Retrouvez cette lettre sur le site : http://www.pacte-contre-hulot.org/ 


Publié dans Nature

Partager cet article

Des apiculteurs attaquent un producteur de maïs OGM

Publié le par Gerome

abeille3.jpg
Un couple d'apiculteurs et sept organisations agricoles ont demandé mercredi devant la cour d'appel d'Agen la destruction des parcelles de maïs OGM du producteur Claude Ménara, pour "dissémination de pollen de maïs génétiquement modifié".
Maurice et Marie-France Coudoin, apiculteurs, ainsi que sept organisations agricoles dont la Confédération paysanne ont demandé au juge "la destruction de la récolte avant la fleuraison, d’ici quelques jours (...) sur l’ensemble des parcelles de maïs Bt Monsanto 810 de M. Ménara", a indiqué leur avocat, Me François Roux.
Les plaignants, qui avaient intenté en avril une action en référé à l'encontre de Claude Ménara en raison du risque de contamination des ruches et cultures environnantes, avaient été déboutés le 24 mai par le tribunal de grande instance de Marmande (Lot-et-Garonne).

Ils n'ont ainsi pas pu empêcher le producteur de semer, comme en 2006, 100 hectares de maïs transgénique à Grézet-Cavagnan (Lot-et-Garonne).
Selon Me Roux, "une expérimentation menée en août 2006 sous contrôle d’huissier prouve que les ruches situées à 400 mètres et 1.200 mètres des champs de M. Ménara sont gravement polluées" puisqu'on y "retrouve plus de 30% d’OGM".
"Les préjudices économiques et environnementaux sont graves", a-t-il souligné, dénonçant l'absence d'un "document public qui localise avec précision les parcelles concernées". "Nous sommes aujourd’hui face à des lobbys puissants qui veulent faire passer de force la culture OGM dans notre pays", selon lui.

L’avocate de M. Ménara, Me Maï Le Prat, a fait valoir de son côté que son client "sème son maïs dans le plus grand respect du droit". "La demande des apiculteurs est irrecevable", a-t-elle déclaré, estimant que "la partie adverse n’avance aucun argument juridique mais fait de la politique".
Me Le Prat, qui a salué la "très bonne décision en première instance" du TGI de Marmande, a souligné que le référé permet de "prendre des mesures d’urgence si on démontre qu’il y a un dommage imminent ou un trouble manifestement illicite, or ce n’est pas du tout le cas dans ce dossier", selon elle.
Le jugement a été mis en délibéré au 12 juillet
Source : AFP

Je suis de tout coeur avec ces apiculteurs et j'espère que cette fois-ci le tribunal leur donnera enfin raison. Leurs abeilles sont en train de disséminer un poison et l'état reste campé sur ses positions. Ce champ de maïs OGM est illégitime car dangereux pour la santé humaine et animale.

Publié dans OGM j'en veux pas!

Partager cet article

Du pétrole et des écrans de fumées

Publié le par Gerome

« Oil, smoke & mirrors (Du pétrole et des écrans de fumées) donne une sérieuse analyse de la perception de notre monde présent et à venir,  ... Tout » à la lumière des évènements imminents, non signalés et volontairement oubliés, des contraintes énergétiques mondiales.

Au travers d’une série d’interviews extraordinairement informées et éloquentes, ce film montre que les évènements du 11 septembre et les poursuites de la soi-disant "guerre au terrorisme", peuvent être mieux compris dans le contexte plus large de l’imminence d’une crise pétrolière.
"Oil smoke & mirrors" dépeint la culture de notre politique mondiale qui tragiquement, et pour quelque raison que ce soit, se dissocie complètement de ses valeurs fondatrices. Si les opinions présentées dans ce film peuvent d’emblée paraître peu rassurantes, il est une certitude que les défis évoqués ne peuvent être relevés et surpassés, seulement, et seulement si nous trouvons le courage de leur faire face. »


 http://video.google.fr/videoplay?docid=-6305684796532777868&hl=fr



Publié dans Pollution

Partager cet article

Ecologie rime enfin avec économie

Publié le par Gerome

L'économie et l'écologie, longtemps présentées comme ennemies sont désormais intimement liées par un pacte gagnant-gagnant. Angela Markel est sur cette ligne, les responsables politiques français s'y mettent eux aussi. L'antinomie Economie-écologie appartiendrait-elle au passé ? De nombreuses voix s'élèvent en effet aujourd'hui pour défendre la complémentarité entre ces deux concepts.

Dernière en date, la chancelière allemande Angela Merkel a appelé l'ensemble des acteurs économiques au compromis aujourd'hui à Berlin, à la veille d'un sommet chargé de faire le point sur l'avenir énergétique de l'Allemagne, considérant que la distinction entre économie et écologie appartenait désormais "au passé".
Et comme pour mettre une perspective claire à ses propos, Angela Merkel a insisté auprès de son audience en affirmant que le changement climatique "(était) l'un des plus grand défis de notre siècle".

La chancelière allemande n'est pas la seule à plaider l'alliance entre l'économie et l'écologie, même si les Allemands ont toujours fait preuve d'avant-gardisme en cette matière. Déjà sous le gouvernement Raffarin 2, le ministre de l'Ecologie Serge Lepeltier déniait à l'écologie une quelconque capacité à nuire à l'économie estimant au contraire, que "de manière à préparer la société de l'après pétrole, les deux étaient non seulement compatibles mais surtout nécessaires". Un discours que tiennent aujourd'hui tous les gouvernement de l'Europe du nord mais également les pouvoirs publics Espagnol ou Italien.
Lors de la conférence de présentation du vaste ministère de l'Ecologie, de l'aménagement et du développement durables (Medad), Jean-Louis Borloo et sa secrétaire d'Etat à l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet ont également plaidé ce mariage le qualifiant "de chance pour la France".

Souvent rétive par le passé, à l'écologie, parce qu'elle la jugeait contraire aux intérêts de l'économie, la droite française opère désormais un virage à 180 degrés. Le patronat au sein duquel subsistent encore les éléments les plus farouchement opposés aux concepts écolos, est lui aussi en train d'opérer sa mue. Les patrons ont intégrés les formidables potentiels de progrès économiques et de profits que constitue la mise aux normes environnementales des sociétés développées.
La gauche, par culture politique plus favorable au discours écologiste, semble pour sa part avoir enfin compris que l'opinion ne peut se satisfaire de beaux discours jamais suivis d'actes concrets. L'économie et l'écologie, longtemps présentées comme ennemies sont désormais intimement liées par un pacte gagnant-gagnant.
Source : la tribune


Publié dans Nature

Partager cet article