La plus grande ferme solaire au monde verra le jour en Australie en septembre

Publié le par Notre Terre

La plus grande ferme solaire au monde verra le jour en Australie en septembre

 

Pour endiguer les émissions de carbone et trouver une solution aux coupures de courant récurrentes dans le pays, l’Australie se dote de la plus grande centrale solaire au monde. Les travaux commencent cet été.

 

L’Australie du Sud fait face à des séries de coupure de courant qui paralysent la région et qui, en septembre dernier, avaient déclenché un grand débat politique à propos de la dépendance de l’État aux énergies renouvelables.

 
Le milliardaire Elon Musk, en sauveur, avait promis de régler le problème en seulement 100 jours en installant une ferme de batteries atteignant 100 mégawatts, c’est-à-dire la puissance dont à besoin l’Australie Méridionale pour ne plus subir ces coupures. 
 
Mais une entreprise semble avoir vu encore plus grand que le dirigeant de Tesla. En effet, Lyon Group, entreprise australienne spécialisée dans les énergies renouvelables, va développer la plus grande ferme solaire du monde en Australie.
 
 

Un projet titanesque

 

Cette dernière sera dotée à terme de 3,4 millions de panneaux solaires et d’1,1 million de batteries. Elle permettra de générer une puissance de 330 mégawatts, l’équivalent d’une grosse centrale à gaz, et de stocker 100 mégawatts sur place. C’est la particularité du projet que d’avoir les panneaux solaires et les batteries au même endroit.  
 
La construction de ce complexe baptisé "Riverland Solar Storage", situé non loin de la ville d’Adélaïde en Australie Méridionale, débutera dès cet été. Il serait opérationnel dès septembre 2017, avec, dans un premier temps, 20 mégawatts de panneaux solaires et deux mégawatts de batteries lithium. L’électricité produite sera en partie revendue sur le réseau, et en partie stockée sur place.

 
Fin 2017, cette ferme solaire devrait être composée de 100 mégawatts de panneaux et de 20 mégawatts de batteries. Des premiers tests seront également réalisés, de manière à évaluer les performances du parc. Le climat très aride de la région, digne de l'enfer pour l’homme, pourrait bien être un paradis pour l’énergie solaire.
 
Ce projet coûtera un milliard de dollars, dont 140 millions seront injectés par le gouvernement australien. Le reste financé par des investisseurs privés. Une première, qui pourrait encore accélérer le développement de l'énergie solaire dans le monde. 
 
Source : wedemain.fr

Partager cet article

Déchets plastiques: Une larve dévoreuse de plastique, future clé de la biodégradation?

Publié le par Notre Terre

Déchets plastiques: Une larve dévoreuse de plastique, future clé de la biodégradation?

 

 

Un parasite des ruches utilisé pour la pêche

 

Federica Bertocchini, une chercheuse au Centre espagnol de la recherche nationale (CSIC), vient en effet de mettre à jour les vertus méconnues de la larve de la fausse teigne de la cire (Galleria mellonella), un papillon très répandu.

 

Cette larve, élevée commercialement en grand nombre pour servir d’appât pour la pêche, est à l’état sauvage un parasite des ruches qui se niche dans la cire d’abeilles, partout en Europe. Cette scientifique, également apicultrice amateur, a observé que les sacs en plastique dans lesquels elle plaçait la cire des ruches infectée par ce parasite, étaient rapidement criblés de trous.

D’autres observations avec un sac de supermarché au Royaume-Uni, soumis à une centaine de ces larves, ont montré que celles-ci pouvaient endommager le plastique en moins d’une heure.

 

Un taux de dégradation « extrêmement rapide »

 

Dans le compte rendu de leurs travaux, publié lundi dans la revue américaine Current Biology, les chercheurs révèlent que des trous commençaient à apparaître après seulement quarante minutes et au bout de douze heures, la masse de plastique du sac était réduite de 92 milligramme, ce qui est considérable, expliquent ces chercheurs.

 

Ils soulignent que ce taux de dégradation est « extrêmement rapide » comparativement à d’autres découvertes récentes telle que celle d’une bactérie, l’an dernier, qui peut également dégrader certains plastiques mais au rythme de 0,13 milligramme par jour seulement.

 

Les auteurs de cette dernière découverte, pensent que la larve de la fausse teigne de la cire n’ingère pas seulement le plastique mais qu’elle le transforme ou le brise chimiquement avec une substance produite par ses glandes salivaires.

 

Prochain enjeu : « isoler l’enzyme responsable »

 

« L’une des prochaines étapes sera de tenter d’identifier ce processus moléculaire et de déterminer comment isoler l’enzyme responsable », expliquent-ils.

« S’il s’agit d’une simple enzyme on pourra alors la fabriquer à une échelle industrielle grâce à la biotechnologie », estime Paolo Bombelli de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni, un des principaux co-auteurs de ces travaux.

Selon lui, « cette découverte pourrait être un outil important pour éliminer les déchets de plastique polyéthylène qui s’accumulent dans les décharges et les océans. »

 

Un siècle pour qu’un sac plastique se décompose

 

Cette découverte constituerait alors un immense espoir pour lutter contre la pollution : chaque année,quelque 80 millions de tonnes de polyéthylène sont produites dans le monde. Ce matériau, surtout utilisé pour l’emballage, compte pour 40 % de la demande totale des produits plastiques en Europe dont 38 % se retrouvent dans des décharges.

Actuellement, le processus de dégradation chimique de ces déchets plastiques avec des produits très corrosifs comme l’acide nitrique peut prendre plusieurs mois.

 

Laissés dans la nature, il faut environ un siècle pour que ces sacs plastique se décomposent complètement. Pour les plastiques les plus résistants, ce processus peut prendre jusqu’à 400 ans.

 

Environ huit millions de tonnes de plastique sont déversés tous les ans dans les mers et océans du globe, selon une étude publiée en 2015 dans la revue américaine Science.

Les scientifiques pensent qu’il pourrait y avoir jusqu’à 110 millions de tonnes de déchets en plastique dans les océans. Des petits fragments de plastiques peuvent être absorbés par les poissons et les autres espèces marines

 

Partager cet article

Alaska: Les chasseurs peuvent désormais tuer les ours en période d'hibernation

Publié le par Notre Terre

Alaska: Les chasseurs peuvent désormais tuer les ours en période d'hibernation

 

L’administration de Donald Trump vient de réformer la législation sur la protection de la vie sauvage aux Etats-Unis en abrogeant les lois en vigueur sous la présidence de Barack Obama.

 

L’objectif ? Rendre aux Etats la gestion des prédateurs au lieu d’être contrôlée par l’Etat fédéral. Le décret signé lundi par le président met notamment fin à l’Alaska National Wildlife Refuges Rule, qui interdisait le braconnage de ces animaux sur une vaste zone protégée.

Tirer à vue depuis un hélicoptère

 

Selon The Independent, cette mesure, votée par la Chambre des Représentants et du Sénat, permet donc aux chasseurs, notamment en Alaska, de tuer les ours même en cours d’hibernation. Les chasseurs pourront également traquer leurs cibles [les ours, les loups et leurs petits] jusque dans leur tanière et même tirer à vue depuis un moyen aérien, autrement dit un hélicoptère. Autant de méthodes agressives interdites sous le gouvernement Obama et qui pourront être employées sur les  plus de 300.000 kilomètres carrés de réserves naturelles protégées d’Alaska.

A noter que, selon The Independent, la mesure a grandement été soutenue par la National Rifle Association (NRA), le lobby américain pro-armes, et défendue par le gouverneur de l’Alaska, Ronald D. Young. « Il ne s’agit pas des petits ours polaires mignons qu’on voit à la télévision (…), il s’agit du droit de l’Etat à gérer ses ours et ses poissons. Ce n’est pas au gouvernement fédéral de décider », a ainsi déclaré le gouverneur.

 

Deux pétitions lancées en France

 

Ce nouveau décret crée toutefois la polémique aux Etats-Unis, notamment dans le monde associatif. Et Wayne Pacelle de The Humane Society d’assurer que « ce que la Chambre a fait aujourd’hui doit choquer la conscience de tout amoureux des animaux aux Etats-Unis ».

Le dirigeant de l’organisation de défense des animaux a trouvé un écho à son combat en France où les internautes, qui dénoncent un décret « scandaleux », ont lancé deux pétitions en ligne sur les plateformes Change.org et Mesopinions.com pour mettre empêcher le « massacre » des ours et des loups.

 

 

Partager cet article

Dioxyde de titane dans l'alimentation et les médicaments : un cancérogène autorisé

Publié le par Notre Terre

Dioxyde de titane dans l'alimentation et les médicaments : un cancérogène autorisé

 

Dans la très longue liste des colorants et additifs classés cancérogènes probables par l'OMS et le Centre International de Recherche sur le Cancer, j'ai le déplaisir de vous présenter le dioxyde de titane! Son nom ne vous dit rien? C'est normal, en ce moment on parle plus des perturbateurs endocriniens, des PCB, des OGM, des insecticides et autres pesticides mais ce colorant doit faire l'objet d'une mise en lumière médiatique plus importante.

 

Le dioxyde de titane ou oxyde de titane(IV) est composé d'oxygène et de titane de formule TiO2. Dans la nature, le dioxyde de titane est présent sous la forme de rutile. Il s'agit d'un minéral tétragonal. 

 

Le rutile est principalement utilisé comme pigment et opacifiant pour toutes sortes de substances :

  • peinture : le fameux blanc de titane, Pigment White 6 (PW6), or CI 77891, mais aussi comme agent opacifiant pour toutes les teintes ;
  • papier ;
  • plastiques ;
  • céramiques
  • médicaments ;
  • dentifrices ;
  • chewing-gums ;
  • fromage industriel ;
  • pâtisserie ;
  • confiserie ;
  • crème solaire ;
  • résines de synthèse ;
  • produits cosmétiques
  • etc.

 

 

Le dioxyde de titane est classé officiellement cancérogène possible par le C.I.R.C (Centre d'études International sur le Cancer) :

- Le , le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le dioxyde de titane cancérogène possible pour l'homme (catégorie 2 B). Chez le rat exposé au TiO2 nanoparticulaire par instillation intra-trachéale, intra-nasale ou plus par inhalation, un impact toxicologique pulmonaire à long terme a été observé, avec « saturation de la clairance pulmonaire accompagnée d'une inflammation pulmonaire chronique, de la production d’espèces réactives de l’oxygène, d’une diminution des mécanismes de défense (antioxydants), d'une altération des cellules, d’une prolifération cellulaire et d’une fibrose ».

 

Liste non exhaustive des aliments qui contiennent du colorant E171

 

 

  • Nombreuses marques de bonbons : Jelly Bean, M&M's, Skittles...
  • Sirops Barbapapa
  • Nombreuses marques de chewing-gum : Airwaves, Freedent, Hollywood, Malabar...
  • Dentifrices Buccotherm, Sensodyne, et Elmex (Le dentifrice Boccotherm, fabriqué par le laboratoire Odost (France) certifié bio par Ecocert, contient du dioxyde de Titane (dents blanches), le dentifrice Dentargile de Cattier certifié BIO contient aussi du Dioxyde de Titane.
  • Doliprane en gélule
  • Juvamine nuit et Novanuit en contiennent également, le dioxyde de titane va donner cette couleur bleu nuit.
  • Surimi
  • Tardyferon ( Médicament pour traiter une carence martiale en fer. )

Le site et l'application collaboratifs Open Food Facts fournissent une liste régulièrement mise à jour [

Partager cet article