Le président du Brésil Jair Bolsonaro accusé de crime contre l’humanité

Publié le par Notre Terre

Une ONG autrichienne a déposé une plainte auprès de la Cour pénale internationale. Elle accuse le président brésilien d’accélérer la déforestation de l’Amazonie, ce qui affecte le climat.

manifestation-contre-bolsonaro

Et de quatre contre Jair Bolsonaro ! L’ONG autrichienne AllRise, spécialisée dans les litiges environnementaux, va déposer ce mardi une plainte pour crime contre l’humanité auprès de la Cour pénale internationale (CPI). Elle accuse l’actuel président brésilien d’avoir accéléré la déforestation de l’Amazonie, depuis son élection, en octobre 2018.

« La population mondiale affectée »

La forêt tropicale, déjà affectée par une sécheresse historique, ne jouerait plus son rôle de piège naturel à carbone, selon plusieurs études récentes. "La destruction des poumons de notre planète affecte toute la population mondiale" , affirme Johannes Wesemann, fondateur de cette ONG. Il impute directement à l’administration Bolsonaro les conséquences du changement climatique, comme les vagues de chaleur ou les inondations extrêmes.

Cette plainte s’ajoute à trois actions intentées par des Brésiliens, les premiers à s’engouffrer dans la nouvelle politique de la CPI, présentée en 2016 par la Procureure générale Fatou Bensouda : "Les destructions de l’environnement et les accaparements de terres seront traités comme des crimes contre l’humanité."

"La forêt tropicale « proche du point de basculement"

En septembre 2021, au sommet de l’Onu, Jair Bolsonaro a promis de mettre fin à la déforestation de l’Amazonie en 2030 et son administration a annoncé pour cette année une baisse de 5 % des surfaces déboisées pour l’exploitation agricole et minière. Des chiffres contestés par des environnementalistes brésiliens : le défrichage illégal serait au contraire en hausse ces deux derniers mois. Ce qui a été réduit, en revanche, c’est le nombre d’agents chargés de le contrôler (- 27 %) et les sanctions qui en découlent (- 42 %). La plupart des scientifiques estiment qu’en 2030, il sera sans doute trop tard pour sauver la forêt tropicale, déjà "proche du point de basculement" , ce seuil à partir duquel elle ne pourra plus maintenir son écosystème humide.

« Nécessité d’une enquête immédiate »

"Il existe des motifs clairs et convaincants de croire que des crimes contre l’humanité sont commis au Brésil, ce qui nécessite une enquête immédiate et, en dernier ressort, des poursuites"​, estime l’avocate française Maud Sarlieve, habituée des tribunaux de la CPI et consultée par l’ONG AllRise.
Celle-ci vise le "procès historique" ​. Et sait communiquer. Les journalistes ont reçu les informations, lundi 11 octobre 2021, le jour même de l’ouverture du sommet mondial sur la biodiversité en Chine. L’objectif de cette Cop15 est justement que les États adoptent, au printemps, des mesures de protection et de restauration de la nature, "notre meilleure arme" contre le dérèglement climatique.

Publié dans Nature

Partager cet article

Séquoïa chinois et chêne sudiste: armer la forêt face au changement climatique

Publié le par Notre Terre

Il mesure à peine 50 centimètres mais c'est peut-être l'avenir de la forêt française: le métaséquoïa, venu de Chine, est l'une des espèces prometteuses plantées en forêt d'Orléans pour tester la résistance des arbres au changement climatique.

forêt-sequoia-chinois

 

Il y a urgence, tout le monde le dit, et les arbres les premiers: ici un pin sylvestre penche la tête, les aiguilles rougies, là un chêne souffre, perd son écorce.

Pour éviter que les forêts françaises ne dépérissent, les spécialistes de l'Office national des forêts (ONF) cherchent partout dans le monde des essences qui résisteront au climat de la France de 2050, qui sera parfois plus sec, plus chaud ou plus froid selon les mois et selon les régions.
 "Le changement climatique va concerner au moins 10% du territoire", estime Bertrand Munch, directeur général de l'ONF, qui gère 25% des forêts françaises.

Tout va trop vite: "La forêt ne va pas s'adapter toute seule, il faut oser intervenir", plaide-t-il, alors qu'insectes et champignons, qui eux profitent des variations climatiques, font des ravages dans les bois, notamment les épicéas du Grand-Est.

- Dépérissement du chêne -

Face à la menace, gestionnaires des forêts publiques et privées ont uni leurs forces, en signant fin septembre une convention "pour accompagner l'adaptation des forêts" aux nouvelles conditions climatiques. Ils vont partager innovations, banques de données et communiquer ensemble à destination du grand public.

Une bonne nouvelle pour Geoffroy de Moncuit, qui possède un domaine de 160 hectares au sud-est d'Orléans: "Avec le réchauffement, je doute que les chênes nous disent: +moi je suis du public ou moi je suis du privé+".

Le dépérissement du chêne, essence reine des forêts françaises, a conduit chacun à tenter de nouvelles expériences.  
Geoffroy de Moncuit a planté lui-même 600 chênes pubescents sur une parcelle expérimentale, espérant que ces arbres qui s'épanouissent dans les Causses ou en Provence, s'adaptent au sol de Sologne, fait "de sable, d'argile et de silex".

En forêt domaniale d'Orléans, l'ONF a installé un de ses 200 "îlots d'avenir", des parcelles où sont testées partout en France des essences que l'on espère plus résilientes.

La bataille a été rude pour Yves Baugin, responsable des massifs forestiers de Châteauneuf-sur-Loire à l'ONF.

"Ici on avait un peuplement initial de chênes et de pins sylvestres âgés. On a tenté une régénération naturelle qui a échoué. On s'est lancé dans le pin maritime, mais avec les gels d'hiver, tous les plants sont morts", raconte-t-il. "On ne savait plus quoi faire".

Un jour, il pense au "métaséquoïa", un arbre dont "on a retrouvé la trace en 1941 au Sichuan" puis "sur les pentes du Yang-Tsé-Kiang, dans la région d'Hubei".

Ce conifère, qu'on croyait disparu depuis 150 millions d'années, coche toutes les cases: "Il pousse aussi vite que l'eucalyptus, peut faire un bon bois de scierie". Sur la parcelle, il avoisine du liquidambar, ou copalme d'Amérique, qui pousse jusqu'en Floride et dont le bois rouge ressemble un peu au noyer.

- "Analogie climatique" -

L'expérience s'appuie sur la méthode de "l'analogie climatique": l'ONF utilise les scénarios des experts climat de l'ONU pour identifier les zones de France où le climat va changer.

Pour expliquer, Brigitte Musch, responsable du conservatoire génétique des arbres forestiers à l'ONF, déploie les cartes du peuplement de l'ancestral chêne sessile. Les zones compatibles sont coloriées en vert, les non-compatibles en jaune et rouge: jaune pour 97,5% d'incompatibilité (où le peuplement est menacé mais possible), en rouge pour 99% d'incompatibilité (fatal à l'espèce).
 La carte d'aujourd'hui est presque entièrement verte, la projection pour 2050 est terrifiante: le scénario "intermédiaire" montre une carte mitée de rouge, notamment en Centre-Val-de-Loire. Le scénario "pessimiste" condamne le chêne sessile sur une large partie du pays.

"Nous cherchons partout (Chine, Turquie, Amérique...) des espèces qui peuvent vivre ici maintenant et seront adéquates dans 30 à 50 ans: c'est le projet Climessence", une gigantesque base de données qui contient des fiches pour 150 espèces, accessible à tous, explique la généticienne.

Tout le monde doit "prendre conscience de ce qui se joue" pour la forêt, soulignent les forestiers, qui demandent un dispositif financier pérenne et conséquent. Parce que, prévient Bertrand Munch, "cinq à dix ans, ce n'est rien à l'échelle d'un arbre".

Publié dans Nature

Partager cet article

Les États-Unis déclarent 23 espèces définitivement éteintes

Publié le par Notre Terre

Pic à bec d'ivoire

Les autorités américaines ont déclaré mercredi 23 espèces définitivement éteintes, dont le pic à bec ivoire, autrefois un des oiseaux les plus majestueux d'Amérique, n'ayant plus été vu depuis 1944. Parmi ces 23 espèces dont les scientifiques ont perdu espoir de revoir un spécimen vivant, se trouvent également un autre oiseau, la Paruline de Bachman, deux espèces de poissons d'eau douce, huit espèces de moules ou encore une plante. Les services fédéraux de protection de la faune (Fish and Wildlife Service), «ont déterminé que ces espèces sont éteintes», ont-ils annoncé dans un communiqué. Le processus pour les retirer de la classification des espèces menacées a été lancé.

Cette triste nouvelle «souligne comment l'activité humaine peut pousser des espèces au déclin et à l'extinction, en contribuant à la perte d'espace habitable, la surexploitation, et l'introduction d'espèces envahissantes et de maladies», explique le communiqué. «Il faut s'attendre à ce que les effets croissants du changement climatique exacerbent encore ces menaces», ajoute-t-il. Le pic à bec ivoire appartient à la famille des picidés (dont fait également partie le plus connu pivert). Son plumage était noir et blanc, avec une crête rouge pour les mâles, et il mesurait environ 50 centimètres.

Il avait été classé espèce menacée en 1967, notamment du fait de la disparition de forêts constituant son habitat, mais aussi à cause de collectionneurs. La date sur laquelle les spécialistes s'accordent pour dire qu'il a été vu pour la dernière fois est avril 1944, dans le nord-est de la Louisiane. Ces 23 espèces ont été classées menacées trop tard pour être sauvées, selon les autorités. Elles comprennent également onze espèces d'Hawaï et de l'île de Guam, dont là aussi plusieurs oiseaux, et une espèce de chauve-souris. Les animaux vivant sur des îles sont plus facilement menacés d'extinction du fait de leur isolement. Hawaï et les îles du Pacifique dénombrent plus de 650 espèces de plantes et d'animaux menacées, soit davantage que n'importe quel autre Etat américain. Beaucoup n'existent nulle part ailleurs dans le monde.

Publié dans Nature

Partager cet article

Le papier toilette, ce fléau pour l'environnement

Publié le par Notre Terre

papier toilette environnement

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. D'après WWF, près de 27.000 arbres sont abattus chaque jour pour en fabriquer, et près de 178 litres d'eau sont nécessaires pour composer un seul de ces rouleaux. Un chiffre ahurissant, quand on sait qu'un Européen en utilise environ 120 par an.

Ce n'est pas tout. Les composés chlorés et autres substances chimiques qui permettent, entre autres, de leur donner une belle couleur blanche attrayante, sont dangereux pour la planète mais aussi pour la santé. Une fois utilisés, les rouleaux et emballages jetés à la poubelle participent également à polluer le globe. Que faire dès lors pour sortir de cette consommation préjudiciable ?

Le retour du jet d'eau

La solution la plus radicale, mais également l'une des plus efficaces, est tout simplement l'utilisation d'eau pour se nettoyer après être passé au petit coin. À regarder de plus près, c'est en fait le moyen déjà utilisé par près de 70% des habitants de la planète, principalement dans les pays asiatiques et musulmans.

Autre option, l'utilisation de rouleaux issus de papiers recyclés ou des tissus lavables et réutilisables qui, forcément, ont un impact environnemental moindre. Une dernière possibilité existe enfin, le papier toilette fabriqué à partir de bambou. Cette dernière option a le vent en poupe, notamment aux États-Unis, rapporte le média Fast Company, qui publie les résultats d'un rapport du Natural Ressources Defense Council (NRDC), descendant en flèche de nombreuses marques américaines de papier toilette néfaste pour la planète. Parmi les bons élèves, Cloud Paper, une startup qui fabrique ce produit du quotidien à partir de bambou, a enregistré une augmentation de 800% de souscriptions en 2020.

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

Biodiversité, climat... À quoi ressemblerait le monde avec un réchauffement de +2,7°C ?

Publié le par Notre Terre

Selon les conclusions d'un rapport du GIEC, repris par l'ONU, si les engagements des états signataires de l'Accord de Paris se poursuivent à ce rythme, le monde va vers un réchauffement de +2,7%. Une catastrophe.

Le lac Poopó a disparu
Le lac Poopó a disparu en 2018. Il était le deuxième plus grand lac de Bolivie.

Des conséquences catastrophiques. Voilà les conclusions une nouvelle fois alarmantes du GIEC reprises dans un document publié par l'ONU vendredi, à six semaines de la COP26. Evaluant les engagements nationaux de 191 pays signataires de l'Accord de Paris, le rapport onusien "montre que le monde est sur un chemin catastrophique vers +2,7°C de réchauffement" d'ici la fin du siècle, selon les mots du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Le cap avait pourtant été fixé à 1,5°C lors de l'Accord de Paris... 

Fonte du pergélisol, changement de biome et altération de la biodiversité, davantage de personnes touchées par les inondations, montée des eaux... Quelles conséquences concrètes sur la planète et nos vies quotidiennes cette hausse peut-elle engendrer ?  

  • Un réchauffement inarrêtable

Avec plus de 2 degrés supplémentaires, l'écosystème de la planète serait (encore plus) bouleversé. Il est estimé, selon le GIEC, que 35 à 47% de la surface du pergélisol - une couche de sol gelé en permanence - pourrait fondre. Cette conséquence aurait des retombées dramatiques. "La principale conséquence de la fonte du pergélisol, c'est le dégagement d'importantes quantités de méthane, qui a un potentiel de réchauffement 30 à 40 fois plus fort que le CO2, explique à L'Express le chercheur belge François Gemenne, membre du GIEC et originaire de Liège. Cela pourrait mener à l'enclenchement d'un cercle vicieux du réchauffement climatique".

Le pergélisol arctique renfermerait 1500 milliards de tonnes de gaz à effet de serre, ce qui correspond à deux fois ce que contient l'atmosphère de notre planète. Plusieurs études du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) indiquent qu'il pourrait perdre jusqu'à 70 % de sa surface d'ici à 2100, une véritable catastrophe écologique pour le système climatique dont les répercussions sont encore trop mal connues. I

l renferme par ailleurs des virus et des bactéries qui pourraient être libérées. "Certaines sont connues et d'autres non. Mais il y a potentiellement le risque de libérer un virus ou une bactérie responsable d'une maladie mortelle qui peut toucher toute la population mondiale", alerte François Gemenne. "Certaines bactéries sont à la fois extrêmement résistantes et pathogènes, tant pour les hommes que pour les animaux. C'est le cas de Bacillus anthracis, la bactérie responsable de la maladie du charbon, qui sous forme de spores résiste très bien à des conditions difficiles de températures et d'humidité", détaille à Futura Sciences Jean-Claude Manuguerra, virologue et directeur de recherche à l'Institut Pasteur. 

  • Bouleversement de la végétation, de la biodiversité et des conditions climatiques

Avec un réchauffement à 2,7 degrés, les experts du GIEC estiment par ailleurs que 13% des régions pourraient changer de biome. Il s'agit d'un "ensemble d'écosystèmes caractéristique d'une aire biogéographique et nommé à partir de la végétation et des espèces animales qui y prédominent", selon la définition de l'encyclopédie britannique.  

"Concrètement, la végétation et les conditions climatiques vont changer, des forêts tropicales vont devenir des zones sèches, par exemple, et des régions vont devenir inhabitables, soit parce qu'il y fera trop chaud, soit parque l'agriculture y est impossible, ou à cause de submersions intempestives", prédit François Gemenne. Selon lui, les premières régions touchées se concentrent aux deltas du Mékong, du Nil, du Mississippi, ou encore de l'Amazone. Les côtes basses en Asie du Sud et du Sud Est, ainsi que les petits Etats insulaires du Pacifique Sud sont également menacés. 

Des changements radicaux qui vont avoir nécessairement des conséquences néfastes sur la biodiversité, "certaines espèces vont migrer, d'autres vont disparaître et d'autres vont apparaître", poursuit le chercheur. Selon les projections du GIEC, "sur les 105 000 espèces étudiées, 9 6% des insectes, 8% des plantes et 4% des vertébrés devraient perdre plus de la moitié de l'aire de leur niche climatique en cas de réchauffement planétaire de 1,5 °C, en comparaison de 18% des insectes,16% des plantes et 8% des vertébrés en cas de réchauffement planétaire de 2°C". 

  • Vers la disparition de certains coquillages, dont les huîtres et les moules

Si les Etats continuent dans cette direction, les conséquences de ce réchauffement vont également mettre un coup de massue aux coraux. Ainsi, dans cette hypothèse, 100% des coraux pourraient blanchir à cause d'"une acidification des océans". Avec le réchauffement, le PH des océans serait changé. "Et, outre les coraux, une série de coquillages ne vont pas y résister à cette altération, comme les moules et les huîtres", prévient encore François Gemenne. Les pays à l'économie touristique misant beaucoup sur la beauté de leurs fonds marins pourraient ainsi en pâtir économiquement.

"Le degré d'acidification des océans dû à l'augmentation de la concentration de CO2 va amplifier les effets néfastes du réchauffement, notamment sur la croissance, le développement, la calcification, la survie et, par conséquent, l'abondance d'un grand nombre d'espèces allant par exemple des algues aux poissons", note encore le rapport du GIEC. Ainsi, les stocks de poissons vont gravement s'amenuiser et le rendement des cultures de riz, de maïs et de soja diminueront également progressivement. 

Si l'océan se réchauffe, sa capacité à absorber le CO2 sera également affectée, et deviendra lui aussi, comme le pergélisol, un maillon important dans la chaîne du réchauffement. "Le climat c'est un système, quand une partie est affectée, il y a une sorte d'effet domino", illustre le chercheur. 

  • Des inondations et des canicules plus violentes et plus fréquentes

Les effets du climat sur la météo de tous les jours sont désormais admis. Les récentes inondations en Belgique et en Allemagne, faisant plus de 200 morts, étaient bien la conséquence du réchauffement climatique, selon la conclusion d'une étude du World Weather Attribution (WWA), qui regroupe des experts de divers instituts de recherche dans le monde. De même pour les températures records atteintes au Canada au mois de juillet. 

Ces épisodes extrêmes, qui à chaque fois coûtent la vie à de nombreuses personnes, vont encore s'intensifier et se multiplier.  

 

Publié dans Nature

Partager cet article