9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 09:34
blackle-t.jpg
Ce sont les petits gestes de chacun au quotidien qui peuvent changer le monde de tous.

Blackle.com permettrait de réaliser d'importantes économies d'énergie...
La société australienne Heap Media spécialisée dans les solutions éco-technologiques a conçu Blackle.com, une version bien noircie de Google.com et qui permettrait de réaliser d'importantes économies d'énergie à l'échelle planétaire.

L'idée du concept est née en janvier 2007 à la lecture d'un commentaire publié sur le blog écologiste Ecoiron. Son auteur y rappelait que l'affichage d'une page web à fond noir nécessite 15 watts de moins qu'une page blanche. Rapportée aux 200 millions de recherches effectuées tous les jours sur Google, cette différence permettrait d'économiser jusqu'à 750 MWh chaque année, la part des écrans LCD et moniteurs à tube étant prise en compte dans le calcul.

En partant de ce constat, Heap Media a lancé Blackle au printemps dernier. Hormis le fond noir, la présentation est la même que sur Google. Basées sur les recherches personnalisées de Google, les recherches sur Blackle.com sont également identiques à celle du célèbre moteur de recherche.
En page d'accueil, Blackle affiche le nombre de Mégawattheure économisés grâce à son utilisation. A ce jour, le site a permis de réaliser une économie énergétique de 212 Mégawatheure.

"Nous vous encourageons à mettre Blackle en page d'accueil" recommande la société australienne sur sa page d'accueil. "Ainsi, dès que vous ouvrez votre navigateur vous économiserez de l'énergie. Chaque bit compte !"

Site : http://fr.blackle.com

En ce qui me concerne je l'ai essayé et je l'ai adopté, ce sont tous nos petits gestes au quotidien qui feront la différence, et puis on doit tout faire et tout essayer pour notre Terre Mère.



9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 09:20

Les dix sites les plus pollués (1) de la planète se répartissent dans sept pays et concernent à eux seuls le quotidien de plus de 12 millions de personnes. Réalisé par l’Institut BLacksmith (2), aux USA, et l’organisation écologique Green Cross, en Suisse, le top dix des sites les plus pollués de la planète tente de recenser les sites où la pollution de l’environnement affecte le plus la santé humaine, notamment celle des enfants. Face à la grande disparité en termes de taille, de population et de types de pollution, les auteurs de l’étude ont pris le parti d’une absence de classement, considéré ni réaliste ni viable.

A noter que le rapport 2007 propose une deuxième liste, présentant les 30 sites les plus pollués et dont la majorité se trouve en Asie, sachant que la chine, l’Inde et la Russie sont les pays les plus représentés. Les pollutions toxiques observées dans ces sites sont issues des sources les plus diverses telles que des régions industrielles géantes, des complexes miniers de grande envergure et des sites de production d’armes chimiques remontant à la Guerre froide.

10-sites-pollues-2007-copie-1.jpgLe site de Sumgaït en Azerbaïdjan

- Sumgaït, Azerbaïdjan
Nombre de personnes menacées : environ 275 000?Types de pollution : produits chimiques industriels et métaux lourds.
- Linfen, Chine
Nombre de personnes menacées : environ 3 millions
Types de pollution : émissions de gaz provenant des automobiles et des industries, dioxine, arsenic.
- Tianjin, Chine
Nombre de personnes menacées : environ 140 000
Types de pollution : exploitations minières, métaux lourds.
- Sukinda, Inde
Nombre de personnes menacées : environ 2,6 millions
Types de pollution : exploitations minières et traitement du chrome, autres métaux lourds de l’industrie.
- Vapi, Inde
Nombre de personnes menacées : environ 71 000
Types de pollution : produits chimiques et métaux lourds provenant de l’industrie.
- La Oroya, Pérou
Nombre de personnes menacées : environ 35 000
Types de pollution : produits chimiques et métaux lourds provenant de l’industrie minière.
- Dzerjinsk, Russie
Nombre de personnes menacées : environ 300 000
Types de pollution : polluants chimiques, gaz sarin, gaz VX, plomb, etc. provenant essentiellement de l’industrie de l’armement.
- Norilsk, Russie
Nombre de personnes menacées : environ 134 000
Types de pollution : rejets de métaux lourds et de dioxyde de soufre.
- Tchernobyl, Ukraine
Nombre de personnes menacées : environ 5,5 millions (valeur discutée)
Types de pollution : gaz et de poussières radioactives liés à l’explosion du réacteur nucléaire.
- Kabwe, Zambie
Nombre de personnes menacées : environ 255 000
Types de pollution : cadmium et plomb provenant d’exploitations minières.

1- La liste Top Ten est basée sur des critères établis par un groupe d’experts internationaux, dont des chercheurs de la Johns Hopkins University, du Hunter College, de la Harvard University, de IIT Delhi, de la University of Idaho et du Mt. Sinai Hospital.
Source :    www.universnature.com



Published by Gerome - dans Pollution
commenter cet article
5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 14:26
Voici quelques infos en vrac trouvées ça et là sur le net :

Le Plan régional de l’énergie 2006-2010 fixe des objectifs précis pour augmenter le recours aux énergies renouvelables, avec une nouveauté : des aides financières aux particuliers.
La Région Ile de France encourage les énergies renouvelables ! Le Plan régional de l’énergie 2006-2010, d’un montant de 122 millions d’euros, a pour vocation de développer toutes les énergies nouvelles et renouvelables pour lutter contre les changements climatiques. Le principal objectif de ce plan concerne l’augmentation de la production d’énergie thermique francilienne. Pour y parvenir, il prévoit des aides financières pour inciter les particuliers à installer chez eux des équipements utilisant des énergies renouvelables :
-    Chauffe-eau solaire individuel (CESI): une subvention de 50% sur le montant HT de la main d’œuvre, plafonnée à 900 €
-    Système solaire combiné (eau chaude solaire + chauffage) : une subvention de 50% sur le montant HT de la main d’œuvre, plafonnée à 1 500 €, uniquement s’il couvre plus de 25% des besoins en chauffage
-    Capteurs solaires photovoltaïques : une subvention de 50% sur le montant HT de la main d’œuvre, plafonnée à 1 500 €
-    Pompe à chaleur géothermale : une subvention de 50% sur le montant HT de la main d’œuvre, plafonnée à 1 500 €

Outre les aides aux particuliers, le plan prévoit ainsi un programme « bois, énergie et biomasse », un programme « valorisation de la chaleur de l’incinération des ordures ménagères, et un programme « valorisation énergétique du biogaz ».

Le conseil régional Midi-Pyrénées a décidé d’installer sur les toits de l’Hôtel de Région, à Toulouse (Haute-Garonne), une centrale solaire composée d’environ 300 m² de panneaux solaires photovoltaïques, pour une puissance totale de 39 kiloWatts-crête (kWc), soit une production annuelle attendue de 43 500 kWh. Cette centrale, qui sera opérationnelle en juillet prochain, permettra de produire de l’électricité et d’éviter l’émission dans l’atmosphère d’environ 5 tonnes de CO2 par an.

Installés sur un toit en terrasse, les 198 panneaux solaires seront à peine visibles du domaine public.
Avec cet équipement, parmi les plus importantes installations produisant de l’électricité solaire de Midi-Pyrénées, le conseil régional, qui a lancé en mars dernier un appel à projets régional « solaire-photovoltaique », souhaite montrer l’exemple en matière de développement des énergies renouvelables.

La région Rhône Alpes lance le projet Alliance PV, d’un coût de 100 millions d’euros. Ce programme est notamment destiné à développer l'utilisation du silicium dans la fabrication des panneaux solaires et pourrait générer la création de 1 400 emplois.
L’Isère veut briller avec Alliance PV. Ce projet doit permettre de fabriquer à terme un nouveau type de panneaux photovoltaïques. Les innovations ont été mises au point par l'Institut national de l'énergie solaire (INES) et par Photosil. Ce groupement d'entreprises a déjà déposé cinq brevets pour fournir du silicium à un coût réduit pour la fabrication de panneaux solaires.

Pour réaliser le projet Alliance PV, 160 millions d'euros sont investis dans les équipements et les programmes. L’enveloppe est répartie en trois : Bourgoin bénéficie de 100 millions d’euros, le technopôle Savoie-Technolac de 40 millions d’euros et enfin les 20 millions restants sont attribués à d'autres sites des Alpes de Haute-Provence et de la Creuse.

Selon André Vallini, député PS et président du conseil général de l'Isère, le secteur devrait créer 1 400 emplois dans la région. Le site de Photowatt International, implanté à Bourgoin-Jallieu (Isère),  verrait alors ses effectifs largement étoffer. La plus grande usine de panneaux solaires photovoltaïques de France emploie actuellement 500 salariés et produit 40 mégawatts par an soit 400 000 m² de panneaux solaires.

Je ne cesse de le dire depuis le départ mais le solaire c'est l'avenir et à travers lui, la salvation de l'humanité. Face à tant de réussite, le nucléaire et les énergies fossiles se verront bientôt totalement décrédibiliser.
Dans ce monde malade et en perdition, il subsite des espoirs portées par des personnes qui mettent leur savoir, leur bonne volonté et leur intelligence au service de la Terre et des hommes.
Merci à eux!


5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 14:12
cornell-a-01.jpg
C'est la troisième édition du "Solar Decathlon 2007", un concours de maisons solaires que construisent des étudiants de vingt universités américaines et européennes réunnies à Washington.
Cette compétition, organisée par le département américain de l'énergie, sera évaluée selon 10 critères (d'où le nom décathlon) par des professionnels du bâtiment et de l'énergie du 12 au 20 octobre. Plus de 125.000 personnes sont attendues pour visiter ces nouvelles maisons.

Plus d'une semaine avant l'ouverture du concours, une multitude de grues, d'engins de levage, de poids lourds s'activent sur l'esplanade centrale de la capitale américaine sous la direction de jeunes chefs de chantier.
La plupart ont entre 20 et 23 ans et sont des étudiants en ingénierie, architecture, mécanique ou électricité.
Ils viennent d'Allemagne (Technische Universität Darmstadt), d'Espagne (Universidad Politecnica de Madrid) mais aussi du Québec, représenté par la fusion de trois grandes écoles et universités (McGill, Université de Montréal et Ecole de technologie supérieure).


Côté américain, 16 prestigieuses universités participent, dont le Massachusetts Institute of Technology (MIT), Carnegie Mellon University (Pennsylvanie, est), Cornell University (New York, nord-est), l'université du Colorado (centre-ouest) et de Santa Clara (Californie, ouest) ainsi que l'Université de Porto Rico.
Les étudiants doivent concevoir, construire et faire fonctionner entièrement à l'énergie solaire, la maison la plus agréable et la plus économe en énergie.
A cette occasion, le ministère de l'énergie a donné 100.000 dollars à chaque équipe, ensuite les universités devront trouver des partenaires des et financements pour poursuivre le projet.
La plupart des équipes, qui comptent entre 20 et 40 étudiants, ont commencé leur projet il y a deux ans.

Les Allemands de Darmstadt accueillent leur maison futuriste toute en verre, porté par un 38 tonnes :
"Nous avons commencé la conception de la maison en mai 2006. On l'a construite en mai 2007 et on l'a envoyée d'Allemagne à Baltimore il y a un mois et demi. Et la voilà, parfaitement dans les temps !", commente Christian Stumpf, étudiant.
Une des innovations techniques de la création allemande sera l'isolation des murs par le vide, une technique qu'on retrouve dans les conteneurs réfrigérants mais pas encore dans les constructions résidentielles, assure-t-il.


"L'atout de notre maison, c'est qu'elle va être amusante", raconte une étudiante espagnole devant un tub à vapeur en forme de demi orange qui doit trôner dans la future salle de bains.
L'équipe espagnole à majorité féminine, planche pour une construction utilisant la "bioclimatique" (technique passive) profitant de l'orientation, du vent, du site
Lors des deux précédentes éditions en 2002 et 2005, l'Université du Colorado avait remporté le concours.
"Cette année, la compétition va être dure", promet Chris Powers du département de l'énergie.
"On ne craint personne", raconte Mark Hampel, un étudiant architecte allemand.
Alors bonne à chance à tous et que le plus intelligent gagne!