14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 12:41
FLASH SPECIAL : DRAME ECOLOGIQUE DANS LA FORET DES EMEYERES


Chers lectrices et lecteurs.
C'est le coeur déchiré et les yeux pleins de larmes que je vous écris cet article. Le thème principal de ce blog est une sensibilisation au massif des Maures, mais la situation d'aujourd'hui nécessite de changer un tant soit peu sa ligne conductrice.

Je suis Haut-Alpin d'origine, je vis actuellement à Gap après avoir vécu 15 ans dans le hameau des Eméyères. Très souvent je retourne dans les lieux de mon enfance, pour ballader et me remémorer mon passé dans ce hameau si paisible.
J'ai pris l'habitude depuis quelques années de me munir de sacs poubelles lorsque je me promène en Forêt; l'expansion de l'habitat humain avec ces grosses villas démesurées, le lycée agricole qui se trouve un peu plus bas ont fait de la belle Forêt des Eméyères un lieu malpropre. Bouteilles de bierre par dizaines, paquets de biscuits, de ships, paquets de cigarettes, mégots de joins sont les témoins des nombreuses beuveries des jeunes du lycée.
Je me serais attendu à plus de respect de la part d'élèves étudiant dans un lycée agricole.
J'ai donc fait de la protection de cette Forêt une priorité.

En octobre 2005, après avoir découvert une décharge sauvage, je décide d'alerter les autorités. Après de nombreux entretiens, appels téléphonique, lettres, les services techniques de la ville de Gap  se décident enfin à réagir. Comme pour apaiser ma colère, ils installent un panneau avec inscrit dessus : " Lycée agricole Décharge interdite" et une ficelle attachée à 4 piquets.

Voici la lettre que je leur ai envoyé :

Moi                                                                                  Gap, le lundi 24 octobre 2005

05000 Gap

                                                                                              Madame X

                                                                                              Services Techniques,

                                                                                              Zone de la Justice

                                                                                              05000 Gap




Objet : décharge sauvage



Madame,


Suite à notre entretien téléphonique du mardi 18 octobre, je vous confirme par ce courrier la présence d'une décharge sauvage au lieu dit « Les Emeyeres ». Cette décharge se situe dans la forêt communale et n'a de cesse depuis trop longtemps déjà, d'accumuler des immondices.

On y trouve entre autre des machines à laver, des bidons, des parpaings, de la ferraille, des pneus, du plastique, sans compter les nombreux produits toxiques qui se trouvent encore dans certains récipients...La liste n'est pas exhaustive.

En accord avec la circulaire n°85-02 du 4 janvier 1985 relative à l'élimination des dépôts sauvages, je vous serai gré de bien vouloir faire disparaître cette décharge, soit par vos services techniques si le terrain est communal, soit par le propriétaire si le terrain est privé.

La forêt des Emeyeres reste encore un lieu relativement propre et préservé malgré les souillures humaines dont je suis un des rares à nettoyer durant mes temps libres.

Si vous souhaitez avoir de plus amples informations et connaître l'emplacement exact de cette décharge sauvage vous pouvez me contacter au : XX.XX.XX.XX.XX ou au XX.XX.XX.XX.XX


En espérant que ma requête ait été entendue, je vous prie d'agréer Madame X, mes plus respectueuses salutations.

____________________________________________________________________________


Voilà. Quelques semaines plus tard je déménage dans le Var et je m'éloigne de cette Forêt. Les peu de fois où je suis remonté à Gap j'allais inspecter la Forêt et il me semblait que ce panneau était finalement dissuasif. Je me suis lourdement trompé comme vous allez le constater par les photos que je vais diffuser.

 
Published by Gerome - dans Hautes-Alpes
commenter cet article
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 10:57
DE L'INTERET DE PROTEGER LA TORTUE D'HERMANN


Je ne pourrais pas tenir des discours plus éclairés que ceux prononcés par les scientifiques et les passionnés s'occupant admirablement de cette espèce, je vais seulement rappeler quelques points qui me paraissent importants :

La Tortue d'Hermann est le baromètre de la Forêt, une sorte de témoin de sa bonne santé. Elle doit-être protégée, car en la protégeant, on sauvegarde également son espace naturel et par effet de dominos, les autres espèces animales et végétales.

Il faut savoir que l'homme est entièrement responsable de son dépeuplement : l'expansion de l'habitat humain qui morcelle son territoire, les gens peu scrupuleux qui la ramasse, qui volent sa précieuse liberté, le débrousaillage mécanique qui les réduit en charpie, les incendies de Forêt.
Tous ces facteurs réunis précipitent la fin ce cette espèce dans son milieu naturel. Je n'ai pas envie de voir des tortues d'hermann  chez des particuliers qui se vanteront d'avoir une des dernières tortues encore vivante ou dans des parcs animaliers car cela voudrait dire que nous aurons perdu et que la débilité de l'homme aura été la plus forte.

L'homme aura perdu complètement sa dignité. Faisons en sorte que ce futur n'arrive pas.

Published by Gerome - dans Nature
commenter cet article
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 10:01

Avec près de 70% de son territoire recouvert de forêts, le Var est le second département le plus boisé de France, après les Landes et le premier par la diversité de ses essences. Le Massif des Maures s'étale sur 150000 hectares, il est de ce fait le plus important espace forestier du Var. Son sol issu de roches schisteuses, nourrit le chêne liège. La tranquilité de ses vallons sauvages permet à la tortue d'Hermann une survie très relative.
Cet écosystème demeure très fragile, quiconque rentre dans cet espace doit le protéger. Il faut agir avec ce massif comme dans sa propre maison.


Le massif et la plaine des Maures sont réputés pour abriter nombre d'espèces animales. Outre le sanglier et le renard qui sont les symboles de la Forêt, on compte 5 espèces de chauve-souris :
-Grand Murin (Myotis myotis)
-Minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersi)
-Petit Murin (Myotis blythii)
-Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros)
-Vespertilion de Bechstein (Myotis bechsteini)

On rencontre, mais plus rarement des blaireaux, des martres, des genettes, et des lièvres.
Les oiseaux et rapaces ne sont pas en reste avec le circaète Jean-le-Blanc, les rapaces nocturnes comme la chouette chevêche, la chouette hulotte ou le hibou grand-duc dont le cri mélancolique accompagne au soir le randonneur qui redescend des crêtes.

L'ensemble des sites littoraux accueille de nombreuses espèces d'oiseaux nicheurs, hivernants ou migrateurs. Beaucoup de ces espèces sont rares ou menacées :
Martinets, choucas et autres espèces nichent dans les falaises rocheuses hantées par le faucon pèlerin mais surtout par le goéland leucophée dont les effectifs sont en pleine expansion (ce qui n'est pas sans poser des problèmes d'environnement). Les îles d'Hyères abritent des colonies d'oiseaux migrateurs qui s'y reproduisent, comme le puffin cendré, espèce menacée par des prédateurs introduits par l'homme, comme les chats harets (ex-chats domestiques redevenus sauvages).
Les zones humides sont des sites de passage ou de nidification pour de nombreuses espèces : mouette rieuse, busard des roseaux, butor étoilé dans les zones humides; flamant rose, sterne, chevalier gambette, avocette élégante, échasse blanche dans les zones salines.

couleuvre-a-collier.jpg
Voici une belle couleuvre à collier

Les reptiles sont aussi très présents :

- orvet, lézard vert et lézard ocellé, couleuvres (couleuvre d'Esculape, couleuvre vipérine, coronelle girondine)
- Tortue aquatique, la Cistude d'Europe et bien évidemment la Tortue d'Hermann, symbole et masquotte des Maures, masquotte bien malmenée depuis ces dernières années dont le nombre a dangereusement chuté.


Published by Gerome - dans Nature
commenter cet article
23 décembre 2006 6 23 /12 /décembre /2006 20:32
Une sortie dans le massif des Maures c'est tout d'abord des paysages somptueux, une biodiversité exeptionnelle, des chênes liège aux châtaigniers en passant par les eucalyptus et autres figuiers de barbarie.
Au détour d'un sentier on peut avoir la chance de croiser des marcassins, des renards, de belles couleuvres ou des tortues d'Herman...
Par moment aussi on peut tomber sur ça :





















ou encore sur ça :





















Je vous épargne les autres photos car j'en ai beaucoup trop (peut-être devrais-je créer un blog sur les plus belles poubelles des forêts de france). C'est ironique.
Vu que nous vivons dans une société qui cherche des coupables pour tout et pour rien, il serait judicieux de s'intéresser aux coupables de ces immondices à ciel ouvert... Ca ne va pas faire plaisir à tout le monde mais je tiens à accuser principalement deux catégories de personnes :

- Les chasseurs (ha! il recommence avec les chasseurs!!!) : je suis conscient que la chasse est une tradition en plus d'être une discipline mais je suis aussi conscient de l'impact écologique indirect des chasseurs sur la flore!!!! Lorsqu'un chasseur s'installe dans un poste d'observation, il y reste bien souvent plusieurs heures et au moment de casser la croûte les déchets vont rester sur place au lieu d'être emportés!!!!
Tiens! Quelle curieuse tradition?! Quel message veut faire passer l'homme dans ce comportement? Son ascendance face à la Nature? Veut-il nous prouver qu'il est le plus fort car son empreinte est plus grosse que celle des autres animaux?
Les déchets les plus courants trouvés dans les postes d'observation sont :
* bouteilles de vin et de bière, boîtes de maqueraux, cartouches vides, emballage plastique, conserves de raviolis etc.... La liste n'est pas exhaustive.

- Et une deuxième catégorie de personnes est celle que j'appelle, les promeneurs du dimanche qui par manque d'éducation et de civisme vont jeter leurs mégots et leurs paquets de biscuit en pleine Nature. Alors bien souvent ce sont des citadins de Toulon et des autres grandes villes de la côte qui viennent se sortir de leurs cités disproportionnées pour s'aérer dans les Maures.
Alors lorsque je vois ça et que je ramasse ces ordures je me pose toujours cette même question :
QUE SE PASSE T-IL DANS LEURS CERVEAUX POUR AGIR AINSI???? QUE SE DISENT-ILS AU MOMENT OU ILS JETTENT LEURS DETRITUS????
C'est visiblement un probleme de conscience.


Pour info : à chaque sortie dans la plaine et le massif je ramasse des détritus, mon record a été de 30 kg sur la route de Collobrières où avec l'aide de mon meilleur ami nous avons ramassé une centaine de bouteilles en verre et en plastique, de la feraille et..........un chien mort dans un sac!!!!
Si la Montagne pouvait pleurer.
Published by Gerome - dans Nature
commenter cet article