1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 13:21

Monsanto est une société multinationale spécialisée dans la biotechnologie végétale fondée en 1901 par John Francis Queeny.
La société est principalement connue pour avoir conçu l'agent Orange durant la guerre du Vietnam, de mettre sur le marché un herbicide appelé Roundup, ainsi que les graines génétiquement modifiées pour résister à ce produit. Il s'agît d'une entreprise multinationale qui a eu un chiffre d'affaire de 5.4 milliards de dollards en 2005, cette sociéte emploie 15 000 personnes à travers le monde.

Durant la guerre du Viêt-Nam, Monsanto s'est enrichi massivement par la fabrication du tristement célèbre défoliant dit Agent Orange. Plus de 4 millions de personnes en ont été victimes. Ses effets sont encore ressentis aujourd'hui, et ce pour des dizaines d'années encore.
Aujourd'hui, à l'approche du trentième anniversaire de la fin de la guerre du Vietnam, environ 60.000 adultes et plus de 200.000 enfants souffrent toujours de « l'agent Orange ». Malformations congénitales, cancers, handicapes physiques et mentaux, sont dans la majorité des cas, la conséquence des plus de 70 millions de litres de défoliants dont le célèbre « agent Orange », déversé au centre et Sud Vietnam de 1961 à 1971 par l'armée américaine. Pays agricole, 20 % du sol vietnamien ont reçu quelque 170 kg de dioxine. En plus des combattants de tous bords, la population civile fut durement touchée. À New York, va s'ouvrir le plus grand procès jamais mené aux Etats-Unis contre les responsables du gouvernement et des industries chimiques concernés. Les associations de victimes, représentées par des avocats américains, demandent réparations et justice. Les implications et les conséquences sociales, économiques et financières de ce procès sont considérables au regard de la plus grande guerre chimique de l'histoire.

Voilà pour la partie historique du groupe. Attardons-nous maintenant sur la conception des OGM :

Monsanto, suivi par quelques autres multinationales de l'industrie chimique, tentent par tous les moyens d'imposer la culture des OGM, sans aucune précaution quant aux risques irréversibles pour l'environnement, la santé et la biodiversité. Le développement des OGM n'est pour Monsanto qu'un moyen supplémentaire pour supprimer l'autonomie des paysanneries locales, en rendant les paysans otages de leurs produits chimiques. Alors que les preuves de la nocivité des OGM commencent à apparaître au grand jour, Monsanto continue de réprimer violemment les citoyen-nes qui tentent d'amener un débat indispensable sur l'utilité sociale des OGM.

La confédération paysanne menée par notre Gaulois José Bové s'est levée contre l'hégémonie de Monsanto qui cherche à les réduire au silence.

En faisant bloquer les comptes de la Confédération paysanne, MONSANTO cherche à réduire le syndicat au silence. Depuis de nombreuses années ils s'opposent à l’agriculture industrialisée que représente MONSANTO. Ils ont remporté des victoires en particulier sur le terrain des hormones. Leur opposition ferme et résolue à l’utilisation des OGM en agriculture les a de nouveau amené à s'opposer à cette multinationale qui ne cherche qu’à augmenter son profit à court terme.

En demandant l’exécution du jugement qui les condamnait à lui verser 153.000 euros de dommages et intérêts pour avoir détruit une de ces parcelles d’essai en plein air, MONSANTO cherche à réduire la Confédération paysanne au silence.
La Confédération paysanne ne se laissera pas intimider. Elle poursuivra la lutte qu’elle mène contre les OGM, technologies refusées par les paysans comme par les consommateurs.


22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 12:03
Quelques bonnes raisons de protéger nos Montagnes :












Le Queyras en été


Le Champsaur en hiver






























Le Valgaudemar














































                                              Serres-Ponçon












Le Pic de Morgon



















Boscodon, le lieu le moins pollué de France












La barre rocheuse de Ceüse




















Les Costes, dans le Champsaur













La montagne de Charance vu de Jarjayes


C'est beau n'est-ce pas? Lorsqu'on voit ces photos, on croirait que tout va bien. Il y a une chose que j'ai apprise avec le temps, c'est que rien n'est acquis, rien n'est figé, tout est en mouvement. Ce qui est beau et préservé aujourd'hui risque d'être malmené et de disparaître demain.... Les animaux que vous avez vu sont menacés d'extinction : le loup redevient l'animal du diable, le renard considéré comme nuisible est chassé et tué sans vergogne, les populations d'aigles ont diminué, la survie de la marmotte est relative car la montagne esr prise d'assaut par les vautours de l'immobiler et du bâtiment, et surtout par les touristes (randonneurs, skieurs, sportifs de tout bord...).
Le tourisme rempli nos porte-monnaies mais vide notre conscience, le pouvoir de l'argent est si fort que la Nature passe au second plan, c'est une sorte de terrain de jeux pour touristes.
Que va  t-il advenir de nous? Que va t-il advenir de nos Montagnes et de nos Animaux si le tourisme n'est pas rapidement maîtrisé? Est-ce que le département des Hautes-Alpes va devenir l'endroit où s'encanaille, où il faut être vu?
A ces questions j'ai peu de réponses, mais une chose est sûre, c'est nous qui choisissons et qui dessinons notre futur, à chaque instant.
Alors de quel futur voulons nous? Voulons nous un futur basé sur l'industrie du tourisme, sur le profit à tout prix et la pollution que cela générera? Ou voulons nous un futur où le tourisme sera reglementé et maîtrisé et où la Nature sera considérée et préservée?
C'est nous qui choisissons.
 
Published by Gerome - dans Hautes-Alpes
commenter cet article
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 08:42
L'homme est à la poursuite du temps qui passe, voulant sans cesse réduire ses temps de trajet où qu'il aille. Comme si la mort en personne le poursuivait, l'homme court, toujours plus vite, sans regarder derrière lui et sans regarder devant non plus......il regarde sa montre et lorsqu'il relèvera la tête il sera trop tard, encastré dans le mur de la honte, il regrettera ses choix mais c'était avant qu'il fallait réagir.

Depuis une vingtaine d'années, on nous bassine avec le tracé de l'autoroute gap-grenoble. Ce projet fait plus couler d'encre que de goudron pour le moment, et c'est pas moi qui m'en plaindrai.
Depuis le commencement ce projet a fort heureusement connu beaucoup d'obstacles : le choix entre deux tracés, l'hostilité judicieuse et bien placée de la région rhône-alpes qui n'a que faire d'une autoroute supplémentaire, le courage et la combativité des écologistes ont fortement ralenti le projet.

Le fameux tronçon d'autoroute dont il est question fait 92 km. Le temps de trajet actuel entre gap et grenoble est de 1h40, grâce à ce fabuleux tronçon qui va littréralement changé la vie de tous les gapençais il ne sera plus que de.................1h20!!!!!!
Mesdames et messieurs, vous avez devant vous une représentation très fidèle de la bêtise humaine, aucune conscience environnementale, aucune morale, juste le fric et le prestige. Cette autoroute est plus une affaire politico-économique qu'une affaire d'utilité publique.
Comment peut-on, avec toute l'intelligence du monde, massacrer l'environnement pour gagner 20 minutes de trajet?????? C'est impensable.














Le pire dans tout ça, c'est que les gens qui réalisent ces études et ces projets ont générallement un niveau universitaire excellent, ce sont des personnes brillantes de part leur intelligence et leur culture; alors comment se fait-il qu'ils agissent en parfaits débiles??? A croire qu'intelligence ne rime pas avec conscience, on l'aurait su depuis longtemps.

L'humanité se trouve à la croisée des chemins, elle doit faire un choix important, peut importe lequel, l'un ou l'autre boulversera totalement nos vies : le choix de rester figé, paralysé dans notre confort et notre matérialisme, un choix assez simple en somme, pas besoin de se forcer.
Et puis il y a un deuxième  choix : celui de la mobilité, renverser nos habitudes de consommation, se préoccuper de la Terre, développer une conscience écologiste, privilégier une décroissance plutôt qu'une croissance sans bornes et destructrice...
On a le choix de nos actes et on a le devoir de les assumer.

Cette autoroute est en contradiction avec les études scientifiques les plus sérieuses concernant le réchauffement climatique, elle génerera une destruction partielle de la faune et de la flore, un recul supplémentaire de l'habitat animal, une pollution visuelle et sonore avant d'engendrer une pollution atmosphérique dont on se passerait bien. L'autoroute gap-grenoble est une insulte à la Terre, une insulte aux humains, une insulte à notre futur, en bref une aberration écologique.
Citoyennes, citoyens, le jour où les tractopelles commenceront à tout dévaster, nous devrons êtres nombreux à manifester notre opposition.





Published by Gerome - dans Hautes-Alpes
commenter cet article
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 18:29

C'est le projet de ma vie. Je rêve de pouvoir un jour créer un conservatoire de la montagne au même titre que le conservatoire du littoral. Il y a quelques mois j'avais contacté la fondation Nicolas Hulot pour faire une demande de mécénat en leur expliquant les grandes lignes de mon projet, ils ne daignèrent même pas me répondre. Le problème c'est que j'ai des idées mais je n'ai pas d'argent pour les mettre en oeuvre, desfois il suffirait de la bonne volonté de quelques millionaires ne sachant pas quoi faire de leur argent pour que ce genre de projet aboutisse, donc à moins de gagner au loto, je compte beaucoup sur la générosité de ces personnes.
Voici les points les plus importants qui font de ce conservatoire une réelle nécessité :

le tourisme, véritable nerf de la guerre dans le département des Hautes-Alpes est mal maîtrisé, il génère l'extension alarmante des zones péri-urbaines, un accroissement de la pollution et du trafic routier et le recul permanent des zones boisées...
Les nord-europpéens au pouvoir d'achat nettement supérieur au notre alimentent la crise du logement et une véritable compétition entre agences immobilières s'est installée.
Les projets immobilers foisonnent, les immeubles ne cessent de sortir de terre, nos charmantes petites villes autrefois si paisibles grandissent au point de toucher d'autres villages qui deviennent inexorablement des banlieues.
Les résidences secondaires qui se construisent pour satisfaire la boulimie économique saccagent nos espaces naturels, les lits de certaines rivières sont détournés, les routes s'agrandissent, les champs deviennent des chantiers de construction et les grues masquent notre ciel si beau.
Les Hautes-Alpes est le premier département de France où l'on trouve le plus de résidences secondaires, des logements qui bien souvent ne sont pas occupés plus de 15 jours par an.

Les promotteurs immobiliers et les communes marchent main dans la main et ne saisissent pas les répercussions qu'auront leurs actes, cette démarche économique est agressive car basée sur des bénéfices colossaux gagnés sur le court terme; le danger réside dans les dégâts environnementaux causés pendant ce laps de temps et qui nécessiteront de débloquer encore plus d'argent pour réparer les erreurs.

Suite à ces constats je souhaiterais créer un Conservatoire de la Montagne à l'image du Conservatoire du Littoral de manière à sensibiliser la population locale mais aussi les élus et les touristes aux problèmes qui se posent à nous.
L'homme doit se réconcilier avec la nature et prendre conscience qu'une urbanisation effrénée ne lui rendra jamais service. La preservation et la conservation du patrimoine naturel alpin est une nécessité absolue pour que l'homme et la Nature puissent cohabiter. Il faut que les générations futures puissent marcher en fôret sans trouver des décharges sauvages, il faut que nos enfants puissent jouer dans la nature comme nous le faisions nous aussi.

Je suis conscient qu'il faut loger tout le monde, la population mondiale est en pleine croissance et chacun doit bénéficier d'un toit. Simplement, il y a logement et logement, il y a le collectivisme qui s'avère être la solution la plus viable sur le long terme car il permet de loger beaucoup de familles sur une petite surface et puis il y a l'individualisme qui consiste à se faire construire des barraques monstrueuses. A quoi sert réellement ce genre de contructions à part flatter l'égo et briller socialement devant ses voisins et ses amis?

Ces maisons gigantesques aux airs de manoirs ne générent pas des bonnes choses : premièrement il est ridicule d'avoir une maison de 150 m2 pour 4 personnes, c'est le syndrome de la folie des grandeurs, deuxièmement ces grosses demeures créent un morcellement du territoire, ce qui a pour conséquence directe de restreindre le milieu de vie des espèces animales, jusqu'à le faire disparaître, troisièmement, en général ces maisons sont construites avec des matériaux chimiques et sont reliées au réseau d'éléctricité ce qui est une aberration environnementale. Si les gens ont les moyens de se payer des villas de 150 m2, ils pourraient faire l'effort d'avoir recours à des matériaux écologiques ou d'avoir une installation solaire ou éolienne.

C'est ce qui se passe chez nous dans les Hautes-Alpes. Bon, après je ne suis pas allé voir ailleurs mais je me doute que se doit-être sensiblement la même chose. Le prix attractif des terrains et la qualité de vie dont nous disposons font de notre département un eldorado pour les riches de la côte d'azur, les parisiens et les nords-europpéens. Ils se font construitre des barraques immenses qu'ils viendront habiter quelques jours dans l'année..........en Corse ils sont moins tolérants que nous.

Quelle est la procédure à suivre pour créer un tel conservatoire?

En fait, elle est relativement simple, il suffit simplement d'acheter des terres, des champs en friche, toutes sortes de terrain de manière à ralentir la progression de l'urbanisation et ainsi préserver les espèces animales et végétales.
Ensuite, une fois les terrains achetés, il faut les gérer et les entretenir, s'entourer de scientifiques et d'élus locaux.
Créer le conservatoire sur l'un de ces terrains, avec des matériaux écologiques et un système d'énergie propre; il ne faut pas être en contradiction avec le message qu'on prône.
Le conservatoire aura pour mission de développer l'éducation à l'environnement en sensiblisant les touristes et les habitants : sorties nature, conférences, plaquettes à destination du public etc...

Son but premier sera comme son nom l'indique de conserver le patrimoine naturel alpin : pour ce faire, l'acquisition de terres et la sensibilisation du public sont les pierres angulaires du travail du conservatoire.
Ensuite viendront se greffer l'entretien de ces terres, par entretien j'entends des relevés de pollution atmosphérique, des rivières et des nappes phréatiques, le comptage de la faune, l'observation de la flore, la reforestation s'il y a lieu etc....

Les plus belles réussites, les plus grands projets sont souvent partis d'une utopie, je crois la mienne réalisable, c'est pour ça que je préfère parler d'idée, c'est mon idée, ma façon de servir la Terre et la protéger. Notre existence ne doit plus être basée sur le profit à tout prix, nous devons retrouver un équilibre et considérer la Terre comme notre berceau, comme une Mère et non comme une vache à lait qu'on exploite et qu'on détruit. Notre sort, notre destin est étroitement lié à la Terre, tous nos actes mauvais envers elle engendrent des effets qui peuvent s'avérer catastrophiques. N'oublions pas cette maxime qui dit " on ne récolte que ce qu'on sème", si nous ne voulons pas récolter des fruits pourris et malades, nous devons changer nos comportements face à la Nature et planter les graines du respect et de l'amour.
Published by Gerome - dans Hautes-Alpes
commenter cet article