23 décembre 2006 6 23 /12 /décembre /2006 20:32
Une sortie dans le massif des Maures c'est tout d'abord des paysages somptueux, une biodiversité exeptionnelle, des chênes liège aux châtaigniers en passant par les eucalyptus et autres figuiers de barbarie.
Au détour d'un sentier on peut avoir la chance de croiser des marcassins, des renards, de belles couleuvres ou des tortues d'Herman...
Par moment aussi on peut tomber sur ça :





















ou encore sur ça :





















Je vous épargne les autres photos car j'en ai beaucoup trop (peut-être devrais-je créer un blog sur les plus belles poubelles des forêts de france). C'est ironique.
Vu que nous vivons dans une société qui cherche des coupables pour tout et pour rien, il serait judicieux de s'intéresser aux coupables de ces immondices à ciel ouvert... Ca ne va pas faire plaisir à tout le monde mais je tiens à accuser principalement deux catégories de personnes :

- Les chasseurs (ha! il recommence avec les chasseurs!!!) : je suis conscient que la chasse est une tradition en plus d'être une discipline mais je suis aussi conscient de l'impact écologique indirect des chasseurs sur la flore!!!! Lorsqu'un chasseur s'installe dans un poste d'observation, il y reste bien souvent plusieurs heures et au moment de casser la croûte les déchets vont rester sur place au lieu d'être emportés!!!!
Tiens! Quelle curieuse tradition?! Quel message veut faire passer l'homme dans ce comportement? Son ascendance face à la Nature? Veut-il nous prouver qu'il est le plus fort car son empreinte est plus grosse que celle des autres animaux?
Les déchets les plus courants trouvés dans les postes d'observation sont :
* bouteilles de vin et de bière, boîtes de maqueraux, cartouches vides, emballage plastique, conserves de raviolis etc.... La liste n'est pas exhaustive.

- Et une deuxième catégorie de personnes est celle que j'appelle, les promeneurs du dimanche qui par manque d'éducation et de civisme vont jeter leurs mégots et leurs paquets de biscuit en pleine Nature. Alors bien souvent ce sont des citadins de Toulon et des autres grandes villes de la côte qui viennent se sortir de leurs cités disproportionnées pour s'aérer dans les Maures.
Alors lorsque je vois ça et que je ramasse ces ordures je me pose toujours cette même question :
QUE SE PASSE T-IL DANS LEURS CERVEAUX POUR AGIR AINSI???? QUE SE DISENT-ILS AU MOMENT OU ILS JETTENT LEURS DETRITUS????
C'est visiblement un probleme de conscience.


Pour info : à chaque sortie dans la plaine et le massif je ramasse des détritus, mon record a été de 30 kg sur la route de Collobrières où avec l'aide de mon meilleur ami nous avons ramassé une centaine de bouteilles en verre et en plastique, de la feraille et..........un chien mort dans un sac!!!!
Si la Montagne pouvait pleurer.
Published by Gerome - dans Nature
commenter cet article
22 décembre 2006 5 22 /12 /décembre /2006 12:41
A L'AGONIE


Si les Montagnes pouvaient pleurer,
elles nous noieraient sous leur chagrin,
engloutis par le raz-de-marée,
de leurs souffrances sans fin.
Les plaines de notre vanité,
baigneraient dans leurs pleurs,
l'arrogance de nos années,
noyées dans les profondeurs.
N'entendez-vous pas leurs lamentations?
Ne voyez-vous pas leur tristesse?
Quel humain peut vivre sans compassion
à leur égard, ni même tendresse?
Si les Montagnes pouvaient pleurer,
elles enfanteraient de nouvelles mers,
submergeant notre futilité,
écrasant nos vies éphémères.
Monstres d'égoïsme et de violence,
nous sommes l'enfant qui assassine la mère,
portons haut l'étendart de la démence,
qui nous fait juges et bourreaux de la Terre.



Published by Gerome - dans Nature
commenter cet article
16 septembre 2006 6 16 /09 /septembre /2006 12:33
Une ôde à l'Automne

Les feuilles tombent une à une lentement, virevoltant portées par la brise, recouvrant nos chemins et nos champs d'un parterre flamboyant tel un tapis rouge honorant nos pas.
Le froid s'installe peu à peu éclipsant l'été et ses fortes chaleurs, dans nos bois, même les odeurs sont automnales, comment expliquer par de simples mots cette sensation fabuleuse de sentir l'Automne au plus profond de nous, au plus profond de nos Forêts et de nos campagnes? La Terre dégage des senteurs subtiles d'humidité, de racines, de bois, la mousse recouvrant les arbres se fait encore plus belle et elle aussi plus odorante....
Par moment une légère pluie vient caresser notre peau comme pour nous dire que l'arrière saison est bien arrivée. Quel honneur et quelle joie de déambuler ainsi au coeur de l'Automne, quelle saison incroyable, quel pouvoir de transformation!
Soudain, je sens la mélancolie s'immicer en moi, un subtil mélange d'euphorie, d'extase, de béatitude et de tristesse.... les larmes coulent sur mon visage sans que je puisse les retenir. Des sensations et des sentiments inexplicables se bousculent en moi et la muse de la froide saison vient me voir le temps de donner au papier ce que je ne peux donner le reste du temps...
Automne, douce mère de mes songes et de mon imagination, muse éternelle et maîtresse d'ambiguité. Tu portes la Mort comme symbole, transformation de nos êtres et de nos contrées....Lorsque je te sens, lorsque je t'entreperçois sur les arbres et les feuilles, je me sens chavirer, happé par la main glaciale et voluptieuse de la Mort, mon coeur est alors pris dans la tourmente du paradoxe et devient le siège d'une lutte intérieure entre le désir de vivre et l'envie de s'abandonner, de fermer les yeux.
Tu ouvres les portes de Royaumes Interdits où l'espace d'une nuit les morts viennent danser avec les vivants, je les vois traversant d'immenses portes en fer, jouant du violon et de la flûte, prêts à se divertir et à retrouver ceux qui sont encore sur Terre.
Pour t'honorer les hommes creusent les citrouilles, les corbeaux se font plus nombreux, les tombes fleurissent et nos pleurs accompagnent dignement ta présence.
Mais quelle folie de croire que des mots pourraient expliquer toutes ces subtilités, l'Automne ne se raconte pas, il se vit et se ressent, mais je ne pouvais taire le feu ardent qui consume mon coeur et mon âme à l'approche de l'Equinoxe.
Je le sens arriver galopant sur le dos du brouillard, chevauchant les nuages gris, sautant sur les gouttes d'eau de pluie, envahissant mes pensées et stimulant mon imagination....

Bénit soit l'Automne, loués soient ses enfants, que son règne survive aux hommes.
(A Odin, père de la poésie et du savoir, mon inspiration).

Published by Gerome - dans Nature
commenter cet article
5 septembre 2006 2 05 /09 /septembre /2006 12:49


Les Maures ne sont pas qu'un massif, elles comptent également de magnifiques plaines qui acceuillent de nombreux étangs et autres lacs, comme le montre cette photo prise aux Escarsets au début du printemps.

L'expansion de l'habitat humain devient un réel problème pour la sauvegarde de notre environnement. J'aimerais que dans 10 ou 20 ans nous puissions avoir le privilège de voir d'aussi beaux payasages. Jusqu'à présent je ne vous ai montré qu'une partie des Maures mais viendra le moment où je mettrai en ligne des photos peu glorieuses de l'irrespect des hommes face à la Nature.

Mon rêve? Que le massif des Maures devienne un jour un parc régional. Oh je sais ce qu'on va me répondre, je connais déjà toute la réthorique des chasseurs et des pro-urbanisation et ils me diront que la création d'un parc régional limitera encore plus les activités humaines et l'urbanisation, que le sanglier considéré comme nuisible ne pourra plus être chassé, qu'on ne pourra plus faire ce qu'on veut dans les Maures.

Ces inquiétudes sont toutes fondées, surtout au niveau du sanglier, car s'il n'est plus chassé il dévastera les champs et les cultures et cela entraînera une catastrophe économique locale, mais la création d'un parc ne signifie pas une abolition des privilèges et la mise sous cloche d'un espace naturel. Il faut s'adapter à la réalité du terrain et donc adapter les décrets en fonctions du quotidien des habitants et je pense qu'un parc régional ne mettra pas un terme à la chasse au sanglier.

L'homme est un animal indiscipliné et seuls les lois arrivent (pas toujours efficacement) à le discpliner. Certains élus locaux pensent que chaque personne à droit à la propriété individuelle, en d'autres termes, chaque personne si elle en a les moyens peut avoir sa villa et son bout de terrain. Alors, les lotissements grandissent, les maisons de village se vident un peu plus, les champs se vendent comme des petits pains, la pollution générée par les travaux et les matériaux augmente.......et petit à petit l'homme se rapproche des zones boisées qu'il pollue systématiquement comme pour montrer son contrôle sur la Nature. Ces lotissements deviennent à terme, des quartiers, puis des banlieues et ainsi nous arrivons à créer des villes à dimension non-humaines avec des permis de construire donnés un peu trop facilement, ce qui entraîne des constructions anarchiques, et l'extermination des espèces locales.

Mais les communes ne sont pas les seules responsables, en chefs de file et en champions de la médiocrité nous trouvons les banques et les organismes de crédit qui facilitent de plus en plus les prêts sur de très longues périodes. Parfois pour construire une maison, des couples aux revenus modestes s'endettent sur 35 ans!!
Cette facilité déconcertante à obtenir sa maison pose un problème très grave sur le plan écologique, les lotissements poussent comme des champignons et menacent les zones boisées à proximité, les cours d'eau, les espèces animales etc...
Il y a aussi les promeneurs du dimanche qui laissent leurs ordures en évidence ( à chaque sortie en Forêt, je ramasse en moyenne 5 à 10 kilos de détritus) et notre beau massif des Maures devient une décharge à ciel ouvert. Les Maures bénéficient d'une surveillance accrue durant l'été, les activités humaines sont réglementées mais une fois passé le spectre des incendies et les touristes pollueurs, la vigilance retombe et le massif redevient peu à peu un beau merdier.

Alors oui je pense que la création d'un parc régional permettrait de limiter notre impact négatif sur l'environnement et de permettre à certaines espèces de se reproduire en toute sérénité.
Car ne perdons pas de vue un point essentiel :
METTRE EN PERIL LA NATURE C'EST METTRE EN PERIL TOUTE L'HUMANITE.



Published by Hagrimus - dans Nature
commenter cet article