Les Français massivement acquis à la cause animale

Publié le par Notre Terre

poules-batterie

Selon un sondage Ifop, deux Français sur trois adhèrent aux mesures de défense de la condition animale qui pourraient leur être soumises dans le cadre d'un projet de référendum d'initiative partagée.

Au vu des sondages qui se succèdent ces dernières semaines, il devient difficile d'y voir simplement un sujet monté en épingle par quelques groupes d'activistes et autres « ayatollahs de l'écologie », pour reprendre une formule récente du ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti .

Au contraire, une écrasante majorité de Français prend fait et cause pour le respect de conditions de vie des animaux. Ils sont ainsi 91 % à estimer qu'il faut imposer à tous les types d'élevage l'aménagement d'un accès extérieur et 73 % à être favorables à l'interdiction du recours à l'expérimentation animale d'ici à dix ans, révèle un sondage de l'Ifop dans pour la Fondation Bardot publié ce mercredi par « Le Monde ».

A la fin du mois dernier, une enquête d'opinion réalisée par le même institut pour Caniprof , un site d'informations en ligne dédié aux chiens, donnait sensiblement les mêmes résultats. En outre, 73 % des personnes interrogées s'y déclaraient favorables à l'organisation d'un référendum d'initiative partagée (RIP) contre la souffrance animale.

Le renfort de grands patrons

L'initiative est déjà soutenue par 129 parlementaires, auxquels s'ajoutent Xavier Niel, Marc Simoncini et Jacques-Antoine Granjon, respectivement PDG de Free, Meetic et Veepee (ex Vente-privée.com) et une vingtaine d'associations dont la Fondation Brigitte Bardot.

Ces défenseurs de la cause animale sont encore loin de pouvoir convoquer un référendum, sur des mesures que les Français approuvent pourtant massivement dans les sondages, de l'interdiction de la chasse à courre, à celle de l'élevage des animaux à fourrure en passant par la fin des spectacles qui mettent en scène des bêtes sauvages. Le cinquième des signatures de parlementaires (soit 185) n'est en effet pas réuni et, si pour l'heure, la barre des 500.000 signatures de citoyens a été franchie, il en manque encore plus de 4 millions pour atteindre les 10 % d'inscrits sur les listes électorales.

Un précédent infructueux

La performance n'en est en pas moins remarquable après à peine deux mois de campagne sur les neuf dont dispose tout porteur de projet de RIP pour que celui-ci soit validé par le Conseil constitutionnel.
Reste que d'autres se sont déjà essayés à franchir ces deux marches sans y parvenir. L'alliance inédite de la gauche et de la droite pour faire barrage par référendum, à la perspective, aujourd'hui repoussée, d'une privatisation d'Aéroports de Paris, s'est révélée infructueuse. Le 26 mars dernier, le Conseil constitutionnel constatait qu'avec 1.093.030 soutiens , la proposition de loi visant à modifier le statut de cet établissement ne passait pas la rampe.

Publié dans Nature, Nutrition & Santé

Partager cet article

C’est fait, la calotte glaciaire du Groenland a dépassé le point de non-retour

Publié le par Notre Terre

calotte-glaciaire-Groenland

Je prie mes lecteurs de m'excuser. Les dernières nouvelles ne sont pas bonnes, elle ont de quoi nous plomber le moral. Après les milliers de feux forêt qui ravagent l'Amazonie, nous apprenons que la fonte de la calotte glaciaire du Groenland a atteint le point de non-retour, qui marque dans le même temps le point de non-retour de l'humanité. Nous sommes en train de vivre nos derniers instants et la plupart de l'humanité ne verra pas les années 2050. L'homme a ouvert la boîte de Pandore, et les chaudrons de l'enfer se déversent maintenant sur la Terre. La partie est terminée et nous avons perdu, il ne nous reste plus que la prière, pour ceux qui croient...

Les glaciers ont tellement rétréci, que même si le réchauffement climatique s'arrêtait net dès aujourd’hui, ils disparaîtraient inévitablement.

La fin de la calotte glaciaire du Groenland est irréversible. C’est en tout cas ce que rapporte une nouvelle étude, publiée dans Nature Communications Earth and Environnement, dans laquelle des scientifiques ont observé l’évolution de plus de 200 glaciers du Groenland ces quarante dernières années, grâce à l’étude de données satellitaires.

Les résultats, publiés le 13 août, sont sans équivoque: la neige qui reconstitue la calotte glaciaire chaque année ne comble plus la perte de glace, explique CNN. Un point de non-retour qui se profilait depuis deux décennies.

Les scientifiques de l'Ohio State University à l’origine de l’étude ajoutent que dans les années 80 et 90, le Groenland perdait en moyenne 450 milliards de tonnes de glace chaque année, comblés en partie par les chutes de neige. Depuis les années 2000, ces même glaciers perdent chaque année environ 500 milliards de tonnes de glace, alors que la quantité de neige, quant à elle, n’augmente pas, rapporte le média Science Post.

La calotte glaciaire ne se reconstitue donc plus suffisamment pour compenser les pertes et «même si le climat devait rester le même ou même se rafraîchir, la calotte glaciaire perdrait encore de la masse», conclut Ian Howat, coauteur de l’étude.

Hausse du niveau de la mer

La fonte des glaciers va de pair avec la hausse du niveau de la mer. Avec sa disparition rapide, la calotte glaciaire du Groenland est le plus grand contributeur à l'élévation mondiale du niveau de la mer -plus d'un millimètre par an, ajoute CNN.
Si l'élévation du niveau des océans est inéluctable, les chiffres prévisionnels varient. En 2013, le Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (Giec), avançait alors que le niveau des mers monterait de 43 centimètres d'ici à la fin du siècle dans un monde à +2°c, et de 84 cm dans un monde à +3°c voire + 4°c.

Pourtant, ces chiffres pourraient être sous-estimés. Des chercheur·euses australien·nes estiment notamment que ces modèles ne prennent pas en compte la chute de gigantesques blocs de calotte glaciaire dans les océans, notamment dans le Groenland, qui affectera les futurs niveaux océaniques, rapporte Futura Sciences.

 

Publié dans Nature

Partager cet article

Au Brésil, l’Amazonie brûle dans l’indifférence générale

Publié le par Notre Terre

feux-forêts-amazonie

Malgré une mobilisation mondiale l’an dernier, le poumon de la Terre se voit plus que jamais menacé par des milliers de départs de feux. Une catastrophe qui se poursuit à l’ombre de la pandémie de Covid-19 et dans l’indifférence générale.

Il y a un an, l’Amazonie brûlait sous le regard indigné du monde entier. Si l’émotion est depuis retombée, les incendies eux, sont repartis à la hausse cet été et pourraient s’avérer plus dévastateurs que l’année précédente. En tout, 2 248 départs de feu ont ainsi été enregistrés dans la jungle brésilienne en juin contre 1 180 en 2019, selon les données satellites de l’Institut national de recherche spatiale brésilien (INPE). Une tendance, qui se confirme en juillet avec 6 803 incendies survenus dans la région, contre 5 318 en 2019.

Aussi dramatiques soient-ils, ces chiffres ne sont malheureusement “pas une surprise”, estime auprès de France 24, Cécile Leuba, chargée de campagne Forêts pour Greenpeace France. “Tous ces incendies sont allumés intentionnellement par l’homme et sont, la plupart du temps, liés la déforestation. Or, le déboisement a augmenté de près de 35 % entre août 2019 et juillet 2020”, déplore-t-elle.

Les bûcherons clandestins ont surtout intensifié leurs activités pendant le confinement : la déforestation de l’Amazonie a ainsi augmenté de 64 % en avril et pendant la première semaine de mai par rapport à 2019. Ce déboisement massif s’explique en partie par la réduction des contrôles des agents de lutte contre les crimes environnementaux, liée aux restrictions de déplacement.

Des feux qui deviennent “incontrôlables”

“Concrètement, les propriétaires terriens ont coupé énormément de bois pendant la période humide, c’est-à-dire entre janvier et juin. Ils ont vendu leurs stocks puis ont mis feu à la broussaille pendant la saison sèche entre juin et juillet. Brûler le terrain est à leurs yeux, un moyen de faire place nette pour leurs pâturages et leurs champs de soja”, explique la spécialiste.

L’urgence écologique est d’autant plus réelle, qu’elle se voit aggravée par le réchauffement climatique. “Plus les températures vont grimper, plus l’écosystème sera sec et plus les feux vont devenir incontrôlables”, s’inquiète Cécile Leuba. Pour rappel, les incendies en Amazonie ont consumé plus de 900 000 hectares, l’an dernier.

Si un nouveau record risque d’être atteint cette année, son écho dans les médias comme au sein de la communauté internationale pourrait se voir reléguer au second plan. “Le contexte actuel n’aide évidemment pas. L’Amazonie avait fait la une de l’actualité l’an dernier lorsque l’actualité était un peu creuse. Mais les incendies peuvent difficilement rivaliser avec une pandémie mondiale”, remarque Hervé Théry, géographe spécialiste du Brésil, interrogé par France 24.

Impunité pour les bûcherons clandestins

La déforestation peut se poursuivre, d’autant plus que ses responsables bénéficient d’un climat d’impunité quasi total. “Nous avons identifié 207 propriétaires qui ont mis le feu illégalement à des réserves protégées. Seulement 5 % d’entre eux ont reçu une amende pour ce qu’ils avaient fait”, précise auprès de Franceinfo, Romulo Batista, chargé de campagne Amazonie pour Greenpeace Brésil. Cette impunité se nourrit notamment du mépris assumé du pouvoir brésilien pour les enjeux écologiques. Cette année encore, le président Jair Bolsonaro a vertement rejeté l’existence des feux de forêts en Amazonie, évoquant “un mensonge”, malgré des données gouvernementales qui indiquent que des milliers d’incendies s'étaient déclarés dans la région.

Déjà, l’an dernier, le dirigeant d’extrême droite avait nié une recrudescence des feux, malgré la pression de la communauté internationale. “La situation est aberrante. Jair Bolsonaro discrédite les chiffres du gouvernement mais aussi ceux de l’INPE qui reposent pourtant sur des analyses satellites. Ce sont des données brutes, scientifiques qui font référence et contre lesquelles on ne peut s’opposer”, insiste Cécile Leuba. “De même, les équipes de Greenpeace survolent régulièrement la région et ont pris des photos où l’on aperçoit très clairement les feux. On ne peut pas fermer les yeux”, ajoute la spécialiste.

"La Bible, les balles et les bœufs"

Mais le souci écologique ne rentre guère dans la politique d’un chef d’Etat notoirement climato-sceptique. “Bolsonaro multiplie les provocations, en s’adressant à son électorat, ce fameux ‘trois B’ (la Bible, les balles, les bœufs) qui regroupent les religieux évangéliques, les militaires et les propriétaires terriens. Pour lui, le développement de son pays ne passe que par l'ouverture des terres protégées à l'exploitation minière et à l'agriculture. Il y a donc peu de raisons que la situation évolue”, note encore Hervé Théry.

Reste qu’au-delà de la catastrophe écologique, les incendies risquent d’aggraver la situation sanitaire, estiment les scientifiques. Les feux pourraient entraîner plus de maladies respiratoires et saturer le système de santé d’une région déjà fragilisée par le Covid-19.

 

Partager cet article

Cameroun : le gouvernement annule le projet d'exploitation de 68 000 hectares de forêt vierge

Publié le par Notre Terre

HEUREUSE ET INESPEREE NOUVELLE !!

 

forêt-tropicale-cameroun

Le gouvernement camerounais a annulé sa récente décision autorisant l'exploitation d'une forêt vierge, a annoncé le 11 août le Premier ministre. Un revirement souhaité par des ONG qui avaient notamment souligné la présence de primates menacés d'extinction dans cette zone. Mi-juillet, le gouvernement camerounais avait décidé d'affecter "à la production du bois d'œuvre" plus de  68 000 hectares de la forêt d'Ebo, située au nord de Douala (sud), la capitale économique.

Les communautés locales et Greenpeace avaient dénoncé cette décision, des riverains promettant de tout mettre en œuvre pour obtenir l'annulation de cette mesure. Le premier ministre, Joseph Dion Ngute a indiqué avoir procédé le 6 août au "retrait" du décret par lequel il avait autorisé le projet d'exploitation de cette forêt. Il explique être revenu sur sa décision "sur très hautes instructions du président de la République", Paul Biya.

Primates en danger

Le gouvernement camerounais avait par le passé décidé de faire de cette forêt un parc national. "La forêt d'Ebo abrite des primates en danger critique d'extinction dont la condamnation à mort a été signée par le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, avec l'approbation de la présidence de la République du Cameroun", avait déploré Sylvie Djacbou, chargée de la forêt chez Greenpeace Afrique.

Alors que le Brésil a été pointé du doigt pour avoir atteint un niveau de déforestation record de l'Amazonie au premier semestre, la déforestation s'accélère également en Afrique, avait prévenu l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) en mai. La forêt tropicale du bassin du Congo couvre 200 millions d'hectares, et est la deuxième plus grande forêt tropicale au monde après l'Amazonie.

 

Partager cet article